Après la pandémie du Corona…

Publié le 7 juillet 2020 - par - 11 commentaires - 978 vues

Corona, Coronavirus, Virus, Sang, Plasma

Il faut bien qu’un jour cette pandémie prenne fin. Il faudra alors se relever, panser ses blessures et reprendre la bêche pour cultiver la terre. Il faut bien que le jour se lève sur des nations aiguillonnées par la soif de vivre, de retrouver leur quotidien… Mais est-ce possible ? Après avoir enterré tant de morts, après avoir frôlé le précipice de la faillite physique, financière, morale et humaine, après avoir ressenti l’aiguillon de la mort nous guetter… et l’avoir échappé ; que nous reste-t-il ?

Est-ce que cet homme qui sort enfin en plein jour pour respirer à pleins poumons le même air que tous ses semblables, pour admirer le vert des feuilles, le gazon immaculé, le coquelicot qui en émerge avec fierté, les rivages qui ont retrouvé leur virginité, comprendra-t-il finalement le message de la nature entière ?
Dur, dur de croire que tout cela puisse laisser une empreinte quelconque sur son comportement, sur sa vision.
NON. L’homme est ce qu’il est et le demeurera en dépit de toutes ses chutes, en dépit de tous ses malaises. Il reprendra l’arme, oubliera la bêche, ignorera le gentil coquelicot au sein de l’herbe, et infestera les rivages comme auparavant.
Incorrigible… Oui, il l’est. Et ceux plus matures d’entre nous qui survivront le savent aussi et le déplorent. Je le déplore !

La houle de l’insurrection est en train d’emporter des continents, des nations. La logique, le bon sens, la droiture, la justice, l’humanité, tout est bousculé, fauché, tout est remis en question… On croirait que le monde a décidé de marcher sur la tête, de devenir fou, et d’inventer des maux imaginaires pour excuser ses révoltes… Ces insurrections dans le fond, sont de véritables suicides. Le suicide des nations.
« Je vis au jour le jour », dira l’homme. « Je veux profiter de chaque minute, tenter toutes les aventures, marcher sur des cadavres, brûler et détruire tout ce qui se tient en obstacle devant moi ! Je veux voyager, voir le monde, peu m’importe ce que ce monde deviendra demain. Pour moi, c’est maintenant, à cet instant même… Je ne crois en rien, ni au divin, ni au diable. Je ne crois qu’en moi, et ce moi veut tout ce qu’il peut atteindre à n’importe quel prix, même au prix de ma propre vie. Après moi le déluge, n’est-ce pas ? ».

Sans la foi, sans la confiance en un lendemain, en d’autres mondes, d’autres vies, nous ne sommes tous que le reflet de cet homme sans horizon, sans scrupules et sans futur.
Les estropiés de la pandémie n’ont rien appris, ou alors si peu. Le confinement ne les a réellement pas sauvés d’eux-mêmes. Certains ont échappé la mort, mais pas de celle qu’ils se cherchent activement dans le tourbillon des conflits sempiternels et vains… Dans la lutte pour une gloire éphémère et sans éclat, pour des joies fugaces et illusoires, pour des satisfactions qui échoueront sur les écueils de l’absurdité.

C’était l’homme d’hier et c’est indéniablement, celui de demain.

Thérèse Zrihen-Dvir

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
meulien

debut de s licenciments dans l’aerien US….united= 2250 pilotes,15 000 hotesses +le personnel au sol

Prouvencau

On dirait la photo d une bonne glace à la fraise….

POLYEUCTE

L’Homme n’a appris qu’une chose :
“Sa propre mort intéresse plus que celle d’un Peuple” !
Désolant….

André LÉO

Amie Thérèse,
Laïc “jusqu’à l’os”, comme l’est ma compatriote Française Zineb el Rhazoui, je comprend votre désarroi face à l’égoïsme humain. Mais sans partager votre certitude irrationnelle d’un déterminisme jéhoviste ou naturel.
Le monde est ce que les hommes en ont fait depuis 10 millénaires, un champ de batailles à chaque fois gagnées par les plus barbares, suivi d’un lent renouveau.

On lit sur un autre article de RL du jour, une “cheffe de clinique” écrire es-qualité que les tests covid 19 doivent être refusés (sic) “Parce que ces bâtons dans le nez … risquent de perforer et d’ atteindre le 6e chakra, celui de la “clairvoyance”.!
L’individualisme borné a tué l’espoir. Avec de pareils diafoirus, l’humanité est de nouveau précipitée dans le vide absolu des obscurantismes.

Delaville

Merci pour votre com, ça fait du bien de lire ces paroles censées qui ne crient pas au complot . Oui l’individualisme borné tue notre société et j’irai plus loin, est en train de détruire notre civilisation….Être chef de clinique n’épargne pas le manque d’objectivité et d’être dans le complotisme délirant !

Willy

Rassurée vous, les chintocs nous envoie la peste bubonique !! Se sera çà la 3e vague.

Marnie

Seule la croyance en Dieu peut nous sauver : celle qui est pure; dénuée de toute orientation destructrice pour les autres et vampirisante. La patrie, la famille et l’amour sincère et désintéressé sont constructifs et porteurs d’espoir. Tout effacer et repartir à zéro est-ce possible ?

Willy

Utopie, ma chère marnie .

Prouvencau

Du printemps pour la jolie Marnie… ALFRED .

yvank

Pas du tout, puisque la croyance en Dieu ne s’est jamais traduite que par des horreurs. Les musulmans croient être sauvé par le Dieu des égorgeurs, alors ils égorgent. Pourtant ceux qu’ils égorgent les valent cent mille fois. Allah se fait complètement rouler. L’amour désintéressé sonne faux avec la république en marche occupée à détruire la France au nom des mosquées du Dieu dingue.

Willy

Rassurée vous, les chintocs nous envoie la peste bubonique !!!

Lire Aussi