Après la scandaleuse inauguration de la mosquée d'Argenteuil par le dhimmi de Matignon…

Oui, il est bien venu…
Avec 800 invités : qui a payé ? Poser la question, c’est y répondre…
Et tous les corps constitués de la République, sans oublier les édiles locaux et territoriaux…
Il était donc bien présent, le premier ministre de ce gouvernement qui donne chaque jour davantage preuve de dhimmitude et de pusillanimité…
Il avait bouclé , sans doute, « l’épineux dossier des retraites » (les Français allaient « le sentir passer »), réfléchi à la meilleure façon de faire payer grassement « les cochons de payants » que nous sommes pour « éponger la dette », et, en passant, pris le temps de soutenir un ministre « qui fut du budget » empêtré dans une affaire douteuse de protection de capitaux privés ayant fraudé le fisc…
Il lui restait donc du temps pour violer une des lois essentielles de notre République, celle du 5 décembre 1905 portant séparation « des églises et de l’Etat » et mettre à bas l’un des principes fondamentaux qui la constituent et qu’Aristide Briand (un vrai « homme d’Etat », lui…) avait résumé en cette formule-clé : l’Etat n’est ni religieux ni anti-religieux : il est a-religieux …
Il était donc présent, ce lundi 28 juin (date qui restera comme une honte infâme pour les valeurs laïque et démocratique de la République), ridiculement accoutré d’une sorte de couverture semblable à celle que l’on jette sur les chevaux à la fin de leur course, côtoyant sans broncher une petite fille « voilée », signe de la vraie valeur de la femme chosifiée dès son plus jeune âge dans la religion islamique, coupant un ruban qui se voulait tricolore pour inaugurer une mosquée, à la construction de laquelle l’argent public n’avait pas manqué, comprenant des salles hommes/femmes séparées et des espaces de formatage idéologique destinés à faire passer la loi islamique avant la loi républicaine élaborée démocratiquement.(1)

On ne pouvait tomber plus bas (encore que…) dans la destruction des valeurs constitutives de notre République, dans la soumission à une religion dont le fonctionnement et les valeurs nous renvoient avant même l’époque de la Renaissance, dans l’insulte faite aux citoyens de notre pays attachés à la laïcité, à la primauté de la loi générale, à l’égalité en droits homme/femme, à la liberté de conscience fondatrice de la liberté individuelle.
Curieusement, à l’exception d’ « Europe et Laïcité » (dont je salue ici le communiqué vigoureux) aucun des défenseurs traditionnels de la laïcité ( « penseurs », politiques élus ou non, membres de groupes plus ou moins occultes, associatifs patentés sinon prébendiers…) n’a, à ce jour, réagi …Aucun de ceux qui avaient accablé (à juste raison) le président de la République pour son accueil du pape en 2008… Aucun même de ceux qui fleurissent leur bouche trompeuse de références à la loi de 1905 (pour mieux, ensuite, la détruire)…Aucun encore de ceux qui écrivent et qui parlent dans tous les média pour nous expliquer que ce sont eux les vrais laïques étalons…impuissants si l’on considère leur silence actuel !
Il y aurait dû avoir un tsunami de protestations et de révolte…Où est donc « la gauche » laïque ? Où sont ceux qui affirment , à juste titre, que la religion n’est pas un service public ? Où sont donc les Delanoë, Vaillant, Buffet, Mamère, Besancenot, Bayrou, Voynet et compagnie ?
Mais où sont-ils tous ?
Tous silencieux, enfermés dans une dhimmitude anticipée, paralysés par la peur de perdre, chacun, sa sinécure « droits de l’hommisme », son fonds de commerce « multiculturel », ou son petit pécule électoral, quitte à laisser violer pour cela les principes essentiels qui fondent le socle laïque de la République.
Lâcheté ? Cécité ? Complaisance ? ou simple « business » ?
Toujours est-il que les prosélytes islamiques s’engouffrent dans la brèche et pas seulement les « extrémistes » dont il faudrait se garder : le rusé Dalil Boubakeur n’est pas le dernier à profiter de la situation …Son interview à « France-soir » (2) est claire et nette…L’islam n’a pas encore assez de place en France, il faut qu’il s’y impose et, pour cela, il faut un moratoire sur la loi de 1905 , l’aide des pouvoirs publics et le doublement du nombre de mosquées… Doublement nécessaire selon « notre recteur » qui, dans un élan qui se veut hugolien mais qui n’est que stupide avant d’être révélateur, s’écrie allègrement : « ouvrez des mosquées, vous fermerez des prisons » !!! Merci de l’aveu, Monsieur Boubakeur, nous savions déjà qui se trouvait « dans les prisons » mais c’est bien de le confirmer….Je vois d’ici Eric Zemmour se marrer franchement !
Il lui faut aussi des cimetières musulmans pour séparer les « purs » des impurs que nous sommes afin de les préserver, sans doute, par delà leur destruction physique, de notre mauvaise influence…
Ah, que c’est beau une telle religion qui exclut, rejette et, ignorant la liberté de conscience, détruit quand elle le peut ceux qui ne sont pas d’elle aussi bien sur cette Terre que par-delà la mort !
Et ce sont ces religieux obsolètes – Ségrégationnistes par conviction, Séparatistes par pratique quotidienne, Sexistes par nature profonde- aliénés par des dogmes antiques et qui trop souvent ne veulent pas reconnaître la loi républicaine, que le premier ministre vient conforter dans le mode d’organisation et de fonctionnement de leur religion en inaugurant un lieu de leur culte pharaonique et un symbole de leur visée politique.
Soyons-en sûrs : leur prosélytisme va gagner en vigueur, encouragé par cette lâcheté, cette pusillanimité, cette complaisance, cette cécité qui sont devenues la première nature des milieux de la « bien pensance », du politique, du médiatique, qui vivent en osmose et parlent d’une seule voix pour nous imposer leur pensée unique et leur vision sociétale ainsi que leur détestation de la laïcité et de la Nation Républicaine.
Mais il n’y a pas que la peur, la complaisance ou l’avidité électoraliste pour expliquer la capitulation du dhimmi de Matignon.

Il y a la volonté consciente de favoriser l’implantation de cette religion d’importation sur notre sol afin qu’elle organise la soumission des flux migratoires qu’elle encadre (et les centaines d’imans venus de l’étranger auxquels s’ajoutent en permanence des nouveaux arrivants ont surtout cette mission) (3) et qu’elle permette l’émergence d’un communautarisme religieux propre à casser l’espace sociétal unique et laïque qui nous organise.
Qu’on ne prenne pas pour « argent comptant » les palinodies « matignonnesques » sur l’extrémisme religieux ou les dangers du communautarisme. Le « deal » est réel : de belles paroles « républicaines » pour flatter l’électorat traditionnel, une loi à venir sur le costume avilissant qui donne le haut-le-cœur à qui a une once d’intelligence et, en même temps, la mise en place discrète des « accommodements raisonnables » et de parcelles de loi islamique pour concrétiser les demandes permanentes et exponentielles des responsables religieux islamiques.
Et qu’on soit attentif à décrypter le discours ministériel : il s’agit de victimiser exagérément les « musulmans », dont on se demande pourquoi ils viennent encore en masse , et souvent clandestinement, dans un pays qui les rejetterait et pourquoi ceux qui y sont établis sans avoir voulu s’intégrer ne voguent pas vers le Golfe ou l’Arabie Saoudite où il y a du travail et une police religieuse qui veille sur « le bon musulman » ? (Mais c’est peut-être parce qu’en France ils peuvent percevoir maintes aides familiales, sociales et sanitaires, qui creuse encore plus notre dette publique ?) tout en jetant l’opprobre sur ceux qui analysent et dénoncent la réalité de cette religion, qualifiés de « racistes » comme si l’islam était une « race » et dénoncer les perversion d’une religion un acte de racisme.
Ne soyons pas dupes : le premier ministre connaît parfaitement le sens des mots mais sa bouche hypocrite et son langage manipulateur sont destinés à être les porte-voix de la « pensée unique » qu’on nous instille en permanence afin que le citoyen de ce pays reste inactif devant les méfaits de l’Europe politique à l’anglo-saxonne qui se prépare et les conséquences néfastes d’une mondialisation qui utilise la libre circulation de la main d’œuvre et des individus pour maintenir ses capitaux à leur taux de profit maximum et casser les espaces nationaux, inutiles au conglomérat de consommateurs qu’elle veut établir.
Ainsi se justifie l’action du dhimmi de Matignon.
Mais le tragique est qu’à ce dhimmi ne pourrait succéder qu’un dhimmi du même acabit, venant de « droite » ou « de gauche » pour faire exactement la même chose dans tous les domaines…et même pire si, par catastrophe, « on » avait à l’Elysée une Brochen alias Aubry fille Delors ou un Strauss-Kahn .
Car c’est dans les mêmes lieux « de réflexion » qu’ils peaufinent leurs visées et orientations…
Faut-il répéter ici qu’on les rencontre, ensemble (Tous ensemble, ouais !!!) au club huppé et fermé « Le Siècle » , haut lieu de la réflexion et de la décision « politique et économique » de notre pays : Aubry et Strauss Kahn, Lamy et Fabius, Schweitzer et Trichet, Sarkozy et Copé, Fillon et Raffarin, Peyrelevade et Edouard de Rothschild (le propriétaire de « Libération » ») Colombani et Joffrin, Pujadas et Imbert, Gallois et Giesberg, Jeambar et Kouchner… la liste est longue et significative : chacun peut « taper » « le Siècle » sur Google et se laisser guider…
Il n’y a aucun hasard, aucune erreur, aucune naïveté dans la démarche du premier ministre quand il inaugure une mosquée à Argenteuil et viole allègrement la laïcité que notre Histoire a élaborée… Il envoie à chacun le signal de la mondialisation idéologique, économique, politique et du « nouvel ordre mondial » pour la réalisation desquels il a été « mandaté » par les vrais dirigeants du Monde, ceux qui détiennent et l’argent et la puissance économique.
Il reste aux citoyens de notre France à préparer, pour le plus tôt possible, le bulletin de vote qui les débarrassera de cette caste politique qui confond les appellations traditionnelles de « gauche » et de « droite » et qui se partage tous les pouvoirs depuis quarante années, mondialiste, européiste, prédatrice, avilie par la prébende et la compromission, sans autre valeur que celle qui lui permet d’être à sa place quel que soit le prix à payer.
Robert Albarèdes
1- http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/fillon-inaugure-la-mosquee-d-argenteuil-28-06-2010-980180.php?xtor=EREC-109
2- http://www.francesoir.fr/religion/dalil-boubakeur-il-faut-doubler-le-nombre-de-mosquees-en-france
3- http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/05/26/97001-20100526FILWWW00706-52-imams-algeriens-envoyes-en-france.php

image_pdf
0
0