Après la tuerie de Toulouse et Montauban, nous devons exiger la dissolution de l’UOIF…

Publié le 30 mars 2012 - par - 1 147 vues
Share

La Droite et la Gauche sont responsables de la montée inquiétante de l’islam radical dans notre Pays et il est bien temps après le massacre de sept Français par un fou d’Allah de lancer une opération policière pour arrêter 17 fondamentalistes radicaux, qui nous prouvent que la France est gangrénée depuis plusieurs années par ces fascistes verts qui ont décidé de s’en prendre à nos valeurs républicaines.

Nous aurions certainement pu éviter la mort de ces victimes innocentes de Toulouse et de Montauban si nos Gouvernants avaient pris plus au sérieux, l’activisme de ces extrémistes radicaux qui font du prosélytisme dans nos banlieues, au point que plusieurs territoires de la République sont devenus des zones de non droit, sans que la force publique puisse rétablir les lois de la République qui  ont été remplacées par la loi de divine celle de Mahomet.

Ces militants politiques ont pour mission de faire rentrer dans le rang les musulmans qui n’appliquent pas un islam rigoriste. Ils veulent faire appliquer les préceptes de la Charia, qu’ils considèrent être la seule loi qui doit régir la vie de la communauté musulmane.

L’islamisme radical s’est propagé dans les villes urbaines où nous avons vu apparaître  il y a une vingtaine d’années des femmes voilées, et des hommes vêtus de kamis,  et des revendications communautaires auxquelles  les élus n’étaient pas confrontées auparavant.

Les politiques on cru qu’ils pouvaient organiser la religion musulmane et en cela, ils ont crée pour cette pseudo religion le CFCM que  Nicolas Sarkozy a instrumentalisé à des fins électoralistes, comme s’il pensait que l’islam pouvait se fondre dans notre République une et indivisible.

Le CFCM a été utilisé par l’UOIF (succursale des Frères musulmans en France), comme un arme  politique destinée à islamiser progressivement notre société, en s’appuyant et faisant pression  sur la population musulmane vivant sur notre sol.

L’Union des organisations islamiques de France (UOIF) est une fédération islamique implantée en France.

Parmi les organisations liées avec l’UOIF sont l’Association des musulmans de Lorraine, l’Association cultuelle lyonnaise et l’Association des musulmans des Alpes-Maritimes (AMAM).

Membre du Conseil français du culte musulman, depuis les élections de 2003, l’UOIF détient une vice-présidence et la présidence de onze des vingt-cinq conseils régionaux du culte musulman (CRCM).

L’UOIF a été créée en Meurthe-et-Moselle en mars 1983 par le rassemblement de quatre associations du nord et de l’est de la France.

Son président est Ahmed Jaballah, qui succède à Fouad Alaoui, démissionnaire le 4 juin 2011 le jour même des élections du CFCM. Fouad Alaoui avait lui-même succédé à Lhaj Thami Breze lors de l’assemblée générale de l’organisation en 2009.

L’organisation possède une soixante d’associations directement affiliées et plus de cent cinquantaine associations gérant les lieux de culte en France sont proches idéologiquement de l’UOIF.

Elle est propriétaire d’une trentaine de mosquées dans les grandes villes française. L’UOIF ne reçoit officiellement aucune aide financière d’aucun État.

Son autofinancement supérieur à 80 % est assuré en grande partie par ses membres. Une part de son financement (12 %) provient de donateurs physiques du Moyen-Orient. Le conseil d’administration, composé de 33 membres, est formé par 31 personnes élues par son Assemblée générale qui compte environ 400 membres, plus les Délégués régionaux de l’UOIF (en nombre de 7).

Cette organisation a toujours invité lors de ses congrès et notamment celui-ci du Bourget des prédicateurs islamiques dont les intentions n’étaient nullement de prêcher l’amour et la paix et l’entente cordiale avec les autres religions et les personnes non croyantes, mais de prôner les préceptes de la Charia plutôt que de se conformer aux principes de laïcité qui est un des piliers de notre République une et indivisible

L’UOIF est une organisation intégriste et fondamentaliste dont l’idéologie est totalement incompatible avec les valeurs républicaines et qui permettent aux croyants et au non croyants de vivre ensemble au-delà de leurs différences.

L’UOIF s’apprêtait à inviter  sa réunion annuelle prévue le 6 avril prochain au Bourget Akrima Sabri, Ayed Bin Abdallah Al Qarni,  Safwat Al Hïjazi, Abdallah Basfar ainsi que Youssef’Al Qaradawi, Président du Conseil européen de la Fatwa et de la recherche (CEFR structure juridique mère de l’UOIF).

Voici ci-dessous la réaction de ineffable Tarik Ramadan à l’interdiction des ces individus qu’il appelle des savants :

« Le Ministre de l’Intérieur et le Ministre des Affaires Etrangères viennent, dans un communiqué commun, d’annoncer l’interdiction d’entrer sur le territoire faite à quatre savants et personnalités musulmanes, « MM. Akrima Sabri, Ayed Bin Abdallah Al Qarni, Safwat Al Hijazi, Abdallah Basfar » et ce, après avoir annoncé que « MM. Youssef Al Qaradawi et Ahmed Al Masri » n’étaient pas les bienvenus en France.

Ces décisions sont plus symboliques que cohérentes et logiques. Le Gouvernement français tient à montrer de la fermeté et, en cela, commet deux maladresses de taille : en agissant ainsi, il entretient l’amalgame en associant des savants musulmans de renommée mondiale aux dérives violentes et extrémistes de groupuscules que ces derniers ont eux-mêmes condamnés. L’un des savants écartés est parmi les plus célèbres lecteurs du Coran dans le monde, qui a systématiquement refusé de s’impliquer en politique. Cette confusion fait le jeu du populisme propre au Front National et à une partie de l’UMP (et, somme toute, du Parti Socialiste). Ces décisions entretiennent ledit populisme et, en sus, normalisent l’atmosphère délétère qui s’installe de plus en plus en France où il ne fait plus bon être un musulman, ou accessoirement un Arabe « apparemment musulman ».

Selon le gouvernement, « les positions et les propos tenus par ces personnes qui appellent à la haine et à la violence portent gravement atteinte aux principes de la République et, dans le contexte actuel, représentent un fort risque de troubles à l’ordre public ».

Ces interdictions sont enfin une décision que tous les démocrates, les humanistes, les  vrais laïques attendaient depuis longtemps, mais elles auraient pu être prises bien plus tôt et peut être évitées la tuerie sauvage de Toulouse et Montauban perpétrée par le djhadiste Mohamed Merah.

Il est essentiel de rappeler à nos compatriotes ce que ces islamistes véhiculent comme idée dans les pays musulmans et quand ils peuvent le faire dans les pays occidentaux quand ils sont invités par leurs frères de combat :

L’égyptien Safwat Al Hijazi est interdit de territoire au Royaume-Uni par le Home Office car « considéré comme impliqué dans des comportements inacceptables de glorification du terrorisme » lors de la publication d’une liste de seize noms le 5 mai 2009. Il s’est aussi fait remarqué sur la chaîne du Hamas, Al-Aqsa TV, un 31 décembre 2008 pour avoir fait l’apologie des opérations martyrs. Voici la retranscription de son intervention :

« Se faire tuer nous importe peu, c’est à quoi nous aspirons. Le martyr pour Allah, c’est la victoire d’Allah qui vient sur nous. C’est le paradis pour la première goutte de sang d’un martyr. Je refuse d’accepter des condoléances ou des consolations pour un martyr. Cela m’attriste énormément quand je vois ça à la télévision. Une femme palestinienne de Gaza pleurant et exaltant un martyr (…) nous voyons toujours des femmes et des mères de martyrs en Palestine pleurant de joie, et se préparant pour un autre martyr, un autre homme, qui reprendra la bannière (…) Vous nous menacez de mort ? Par Allah vous nous menacez avec ce dont nous désirons le plus, vous nous menacez de ce à quoi nos âmes aspirent. Par Allah, j’aimerais apporter une arme et être parmi vous, j’aimerais me retrouver aux côtés de la jeunesse des brigades  Al-Qassam, essuyer leur visage de la poussière produite par le lancement d’un missile, et de crier Allah est grand avec eux. (…) Vous [le Hamas] pavez le chemin pour la guerre annoncée par le prophète Mahomet : « Le jour du jugement n’arrivera pas avant que les musulmans combattent les Juifs. Les juifs se cacheront derrière les pierres et les arbres. Mais les pierres et les arbres diront  ‘Oh musulman, oh servant d’Allah, il y a un juif derrière moi, viens et tues-le. Vous êtes ceux qui préparez le chemin à cela, qui préparez la terre au retour du Califat dans les pas des prophètes. Nous leur disons : nous ne sommes pas égaux. Notre mort nous conduit au paradis, alors que votre mort vous conduit dans les flammes de l’enfer. Le Jihad est notre voie, pour la gloire d’Allah, c’est notre option stratégique, et non  la paix. 

Akrima Sabri, ex-grand mufti de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, aurait affirmé que « des centaines de femmes sont prêtes à se sacrifier ou à sacrifier leurs propres enfants » pour la cause palestinienne, selon une source gouvernementale française.

Le Saoudien Al Qarni, très populaire en raison de ses émissions télévisées aurait lui qualifié, dans un ouvrage, les juifs de « frères des singes et des porcs ».

Son compatriote Abdallah Basfar, imam d’une mosquée de Dheddah et récitateur de Coran très prosélyte, il aurait légitimé « le fait de battre son épouse si elle n’obéit pas à son mari ».

Quant à Al Qaradawi, Yusuf Al-Qaradawi, il a régulièrement émaillé ses prêches de déclarations incendiaires.

En 2004, apportant son soutien au Hamas, il justifiait le recours aux attentats suicides en Israël. En janvier 2009, il déclarait sur Al-Jazira: « Tout au long de l’histoire, Allah a imposé [aux juifs] des personnes qui les puniraient de leur corruption.

Le dernier châtiment a été administré par Hitler. […] C’était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des musulmans. « Quelques années plus tôt, le Cheikh, qui affirme avoir refusé à plusieurs reprises de devenir officiellement le guide des Frères musulmans, avait fait cette prédiction: « L’islam va retourner en Europe, comme un conquérant et un vainqueur, après en avoir été expulsé à deux reprises. […] Cette fois-ci, la conquête ne se fera pas par l’épée, mais par le prosélytisme et l’idéologie. »

Il n’est donc plus possible de tolérer qu’en France une organisation comme l’UOIF puisse continuer à prospérer alors que celle-ci prône un islam de combat, un islam rigoriste, un islam conquérant dont les objectifs sont clairs et sans ambigüité l’islamisation de notre société et la chute de notre République laïque, solidaire, sociale et féministe.

La République doit se défendre et prendre des mesures pour éradiquer l’islam radical dans le pays de Voltaire et du siècle des lumières.

Il faut donc que tous les candidats à la Présidence de la République prennent une position  de fermeté contre l’UOIF  et qui permettra de juger s’ils sont sincères ou non dans leur volonté de combattre l’obscurantisme qui gangrène notre République et ses valeurs fondamentales.

Seule à ce jour Marine Le Pen vient de prendre la décision courageuse qui s’impose  suite aux tragiques événements de Toulouse et Montauban qui ont coûté la vie à quatre hommes et trois enfants qui ne demandaient qu’à vivre et qui ont été abattus comme des chiens au nom d’une religion l’islam.

« Communiqué de Presse de Marine Le Pen
Candidate à la présidentielle

Le congrès de l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France) doit se tenir du 6 au 9 avril prochain au Bourget. Déjà, sous la pression de Marine le Pen, le gouvernement a fini par interdire l’entrée du territoire français à quatre prédicateurs islamistes qui y étaient invités. Dans la foulée, deux autres ont renoncé d’eux-mêmes. Les autorités françaises ont publiquement regretté la présence annoncée de Tariq Ramadan, de nationalité suisse. Les responsables de notre pays considèrent bien l’UOIF comme proche des islamistes, sinon même des terroristes.

Plutôt qu’une vaine agitation électoraliste à trois semaines du premier tour, il faut prendre sans tarder et sans faiblesse des mesures drastiques contre l’islam radical.

Marine Le Pen demande l’interdiction du rassemblement du Bourget.

Marine Le Pen demande la dissolution de l’UOIF.

Marine Le Pen prendra toutes les dispositions nécessaires pour protéger les Français de la menace islamiste. Marine Le Pen aidera les Français musulmans à se libérer de l’emprise de ces fanatiques qui pourrissent les quartiers et oppriment les femmes, en pervertissant la religion. Marine Le Pen veut des citoyens égaux dans l’espace public et libres dans leurs sphères privées pour une République fraternelle. »

J’en attends pas plus ni moins de la part de tous les prétendants à la fonction suprême.

La  défense de la République une indivisible et laïque vaut bien pour une fois que l’union nationale se fasse pour éradiquer l’islam radical sur notre sol, qui en appelle à la haine et la mort des mécréants, des chrétiens, des juifs, des athées, des homosexuels dans les pays où il a pris le pouvoir.

 Fabrice LETAILLEUR

Voir son blog

http://lebloglaicdechamps.over-blog.com/

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.