1

Après l’attentat : le chœur indécent des pleureuses lèche-babouches

 

Comme d’habitude, après l’attentat de Rambouillet, le chœur des pleureuses islamophiles, des aveugles, des traîtres, des collabos et des naïfs suiveurs de la doxa, ont entonné leurs antiennes lénifiantes, mensongères et surtout, indécentes.

Le Yéti a lancé la ritournelle, en proclamant pratiquement que tout était de la faute de Marine. Les autres n’avaient plus qu’à continuer : la logeuse aux cheveux blancs du tueur islamique Jamel Gorchane a prétendu sur la 2 que oui bien sûr, ce garçon était très gentil et tout à fait normal.

Sur la 2, Leïla Kaddour a annoncé que Gorchane avait des troubles de comportement. Certes il faut en avoir, et prononcés, pour aller égorger un kouffar de la sorte, même sur prescription du Coran. Mais n’est-ce pas la phrase annonciatrice de tous les renoncements ? N’est-ce pas ainsi que l’assassin du docteur Sarah Halimi, qu’il a torturée et défenestrée, a obtenu de ne pas être jugé ?

Sa famille a dit que ce « djeune » égorgeur était un homme très calme. Elle a dit aussi qu’il n’allait pas bien avant le ramadan. Forcément, le ramadan est le temps de tous les stress, pour les musulmans, assoiffés, affamés, contraints en tout, obligés de se rendre dans leurs casernes pour entendre des prêches d’illettrés agressifs, et aussi pour les non-musulmans qui doivent les subir.

Il était paraît-il dépressif et fragile. Mais c’est surprenant, il ne l’était pas assez pour ne pas manier un couteau de boucher, et ne faisait pas partie des faibles qui tournent de l’œil à la vue d’une seule goutte de sang.

Karim Zeribi fait très fort : ce faux-cul clame sur Punchline que ce sont les musulmans qui sont touchés en plein cœur ! Un commentateur lui répond judicieusement que « si les musulmans sont les plus touchés au cœur, ce sont les kouffars qui sont les plus touchés à la gorge... »

Le concert des islamophiles fait donc rage pour défendre l’islam. Mais malgré tout quelques vérités arrivent à faire, difficilement,  leur chemin. On dit bien que si le mensonge part le matin, la vérité le rattrape le soir.

On dévoile donc que dès 2012, l’égorgeur Gorchane relayait la vidéo d’une élue salafiste tunisienne pour demander l’introduction de la charia dans la Constitution. Dès 2012 ? Et on n’a jamais pensé à le ficher S ?

Au moment de l’assassinat de Samuel Paty, Gorchane avait pris fait et cause d’Erdogan qui proclamait que la France était islamophobe.

Ainsi, sur sa page Facebook sur laquelle il était très actif, l’égorgeur avait pour ami l’ineffable traître islamo-gauchiste Edwy Plenel.

Il avait aussi pour ami le faux humoriste mais vrai harceleur Yacine Belattar, qui pense qu’ « une femme voilée n’est pas l’épouvantail de la société française ». Ah bon ? Pas un épouvantail ?… C’est pourtant un terme qui les définit parfaitement. Le voile les enlaidit plus que n’importe quoi, et de plus c’est voulu.

Un autre de ses amis et inspirateurs était l’imam Qaradawi, celui qui se permet depuis le Qatar de noyer l’Europe sous des fatwas, et qui pense qu’Hitler n’ayant pas fini le boulot, lui-même, Qaradawi, va « le finir de ses propres mains, même en fauteuil roulant ».

Sans parler du violeur en série Tariq Ramadan. Bref, que des gens bien, doux, aimant la France… non ?

Ce qui est vraiment de plus en plus étonnant, c’est que l’égorgeur n’ait jamais attiré l’attention des forces de police. À côté de cela, Génération Identitaire qui n’a fait que d’agréables pique-niques (mais combien expressifs et efficaces), a été dissous.

Alexandre Delle Valle résume bien l’affaire : « le terroriste de Rambouillet suivait tous les islamo-gauchistes. Ceux qui accusent les Français d’islamophobie préparent les consciences djihadistes. »

Quant on apprend qu’à Toulouse cent cinquante personnes ont défilé contre l’islamophobie à la suite de cet attentat, on se dit qu’on a fort à faire avant de renverser la vapeur. Avant d’ouvrir totalement la conscience de tous Français. Avant d’opter pour une politique qui assainirait la France en renvoyant l’islam et ses zélateurs chez eux, et mettrait définitivement les collabos et les traîtres hors d’état de nuire.

Sophie Durand