Après le passe, voici le portefeuille et l’identité numériques !

Acceptant avec enthousiasme l’avènement du passe totalitaire, les crédules, imbéciles, covidistes, vaccinolâtres… se sont précipités, et nous ont précipités…  dans un piège infernal se mitonnant  à Bruxelles et dont RL vous a souvent alertés, tout comme de l’ignominieux rapport du Sénat sur comment nous chinoiser, que chaque Français devrait avoir lu avant la présidentielle.

https://www.senat.fr/rap/r20-673/r20-6731.pdf

Alors que la Commission avance sur la mise en place d’une identité et d’un portefeuille numériques, l’eurodéputé roumain Cristian Terhes s’inquiète d’une possible dérive dans le cadre du projet de l’UE de réduire son empreinte carbone de 55 % d’ici 2030.

https://ripostelaique.com/avec-le-digital-id-wallet-la-dictature-sera-totalement-en-place.html

Ce cauchemar va devenir une réalité à en croire cet eurodéputé. Selon ce membre du groupe des conservateurs et réformistes européens, qui suit de près les travaux de l’UE sur la mise en place d’une identité numérique européenne couplée à un « portefeuille numérique » – dans lequel seront notamment stockées les informations bancaires – le danger d’une dérive vers un système de crédit social à la chinoise approche.  La mise en place du certificat Covid a ouvert la boîte de Pandore, donnant un cadre à ce futur projet : « Vous ne pouvez pas [instaurer un crédit social] du jour au lendemain. Si vous le faisiez, l’Europe entière serait dans la rue. Ils le font par segments. Ce certificat vert a créé le système, la technologie et le cadre. »

Et nous voici donc parvenus au portefeuille européen et à l’identité numérique digitale. « Ils veulent attribuer un lien alphanumérique à chaque citoyen de l’UE, que ces derniers garderont toute leur vie et qui sera leur identification unique », explique l’eurodéputé dans une interview accordée au média suédois News Voice le 22 janvier. « Et aujourd’hui, ils parlent de combattre le changement climatique par exemple. D’ici 2030, ils veulent réduire leur empreinte carbone de 55 %. Leur seule manière de faire ça, c’est de rationaliser tout ce que font et consomment [les citoyens de l’UE] », affirme-t-il, notant qu’à l’avenir, dans beaucoup de pays d’Europe occidentale, l’empreinte carbone des produits que l’on achète sera indiquée. « Pourquoi est-ce que vous croyez que c’est mis en place ? Vous allez acheter quelque chose, vous avez votre portefeuille numérique sur votre téléphone, vous êtes liés à votre identification numérique, et vous allez acheter, disons 5 kg de viande, de bœuf disons. Le bœuf produit tant de carbone, et vous excédez votre quota. Voilà la direction. Vous voyez beaucoup de rapports là-dessus, des rapports officiels de la Commission, du Parlement. C’est la direction. C’est la raison pour laquelle nous devons comprendre le combat, et faire en sorte de le stopper avant qu’il ne soit trop tard ».

« La Commission proposera une identité électronique européenne sécurisée. Une identité fiable, que tout citoyen pourra utiliser partout en Europe pour n’importe quel usage, comme payer ses impôts ou louer un vélo », expliquait la lénifiante Ursula von der Leyen dans son discours sur l’état de l’Union, le 16 septembre 2020.

Cette identité numérique sera « accessible à ceux qui le souhaitent », elle vise à  un meilleur contrôle de ses données personnelles, et à « faciliter la vie des citoyens et des entreprises », par exemple pour une demande de prêt…

Les technocrates sont déjà à l’œuvre. En témoigne un rapport livré à l’Union européenne par l’influent cabinet de conseil McKinsey (encore lui !), le 3 décembre dernier. Pour atteindre la réduction des émissions de carbone que s’est fixée l’UE, McKinsey préconise de  faire « évoluer les normes sociales et les attentes des consommateurs et des investisseurs vers le zéro carbone comme nouvelle norme », recommandant aux  décideurs politiques de : « créer des cadres politiques et des environnements réglementaires sûrs et stables. La réussite de la décarbonisation dépend de l’adoption par les dirigeants du secteur public de cadres réglementaires suffisamment ambitieux pour atteindre les objectifs de réduction des émissions plutôt que des politiques incrémentielles »…

« Cela permettrait de fournir des signaux stables en matière de planification et d’investissement, susceptibles d’encourager les technologies et les modèles économiques à faible émission de carbone », conclut Mc Kinsey. Conseil entendu d’Ursula von der Leyen qui déclara, au forum de Davos le 20 janvier dernier : « Nous avons désormais la première directive européenne sur l’environnement. Cela signifie que nos objectifs climatiques ne sont plus une ambition mais sont une obligation légale. Nous avons proposé un cadre juridique détaillé, qui garantit que nous réduisions nos émission de CO2 de 55 % d’ici 2030 », a-t-elle rappelé lors de son échange avec Klaus Schwab, soulignant l’importance de la « confiance » pour « embrasser la transition verte et digitale ». « C’est notre feuille de route pour la prochaine décennie, inscrite dans la loi. Cela donne confiance aux entreprises, qui savent que si elles investissent dans des projets climatiques, (…) les décideurs publics garderont cette trajectoire », a-t-elle ajouté.

De là à conclure que la Commission prépare un « quota carbone » pour les citoyens européens… Comme le déclarait Cristian Terhes en conférence de presse à Bruxelles, le 26 novembre dernier : « Quand le certificat vert a été mis en place, le commissaire a établi un seul rapport, disant que c’était pour faciliter la liberté de mouvement et c’est tout. […] Regardez où nous en sommes aujourd’hui. J’invite tous les journalistes d’Europe et du monde à venir voir ce qu’il se passe ici. Parce que nous ne devrions pas permettre cela. Nous ne devrions pas oublier que l’UE a été créée en opposition totale à l’Union soviétique. »

Mais ça, c’était avant…

Mitrophane Crapoussin

À 20’ Euronumérique et surveillance des citoyens européens…

https://www.youtube.com/watch?v=37OK4LaaP5c

image_pdfimage_print
19

6 Commentaires

  1. Les gens sont heureux de leur futur statut d’esclave, je prends pour exemple la carte bancaire, ils trouvent ça génial plus de billets plus de monnaie plus de chèques
    Le problème c’est que lorsqu’il n’y aura plus que la carte bancaire ils dépendront totalement de leur banque et du gouvernement, au moindre écart la carte sera bloquée et ils n’auront plus aucun moyen de paiement
    On me dira que la famille paiera à leur place, et comment ils feront pour rembourser ?
    Avec l’argent liquide vous pouvez garder chez vous un petit pécule au cas où, ce sera plus possible avec la carte
    Vous pouvez avoir aussi des pièces d’or ou d’argent, mais comment fera l’acquéreur pour vous les acheter si votre compte est bloqué ?
    Plus question de travailler au noir pour survivre puisque votre employeur ne pourra pas vous payer
    C’est ce que je réponds à tous les imbéciles qui se disent indifférents à la suppression des chèques et du liquide

    • en Belgique, les cheques n’existent plus depuis au moins 25 ans.
      tout le monde a une carte d’identité numérique a puce, avec un identifiant qu’on nomme Numero National, permis de conduire a puce non intégré a la carte d’identité, les anciens permis papiers sont encore valables jusqu’en 2035

    • Il ne pourra y avoir qu’une solution : l’économie parallèle, sur la base d’une autre monnaie que l’euro – l’or, le troc, etc.
      Cette économie parallèle existe déjà plus ou moins, comme elle existait dans l’ex-bloc soviétique.
      À voir avec quelle sévérité ils traqueront et puniront ceux qui vivront de cette économie parallèle. Ce qui est certain, c’est qu’un tel système (contrôle quasi-total des gens) conduit les gens à vivre plus ou moins dans l’illégalité et la clandestinité.

      Cet article devrait être lu par un maximum de gens, sinon beaucoup seront comme la grenouille que l’on plonge dans l’eau froide et qui se retrouvent cuits sans savoir comment c’est arrivé.

  2. De toute manière le numérique est déjà partout, ce siècle est numérique. On a eu l’ère agricole, puis industrielle et maintenant numérique.
    Si, il y a une cinquantaine d’années, quelqu’un vous avait dit qu’on téléphonerait avec des téléphones sans fils qui ressembleraient à des micros télévisions, que l’on regarderait la télé par satellite ou par les fils du téléphone, qu’on payerait avec des cartes, que quasiment les trois quarts de la paperasse serait dématérialisé, etc. on l’aurait enfermé dans un asile.
    Ce qu’il faut surtout, c’est vite reprendre la main sur l’utilisation de ces technologies ; qui ne sont pas à laisser entre les mains de n’importe qui.
    Sinon, les jours de l’humanité seront compté, car à force d’optimisé le processus et d’éliminer les dysfonctionnements, au fil des mises à niveaux programmées… l’obsolescence nous guette.

  3. quel monde de tarés !
    ce qu’ils ne disent pas, c’est que tout le numérique, c’est de l’électronique, et ça ne tombe pas du ciel, beaucoup de composants sont issus de minerais et métaux rares, qui seront de plus en plus rares, et souvent ce sont des esclaves qui sont dans les mines pour ramener tout ça …. posez vous la question : avez vous vraiment besoin de tout ça ???? bien sur que non , mais eux oui, pour tout controler !

  4. Et oui ! – Le « porte feuille numérique » est prévu dans les plans des ultra riches (Davos entre autre), mais pas seulement – En effet la pandémie COVID 19 était également prévue dans leurs plans machiavéliques avec en 1ère ligne : le CHINE, les USA et… la FRANCE ! – Une seconde pandémie devrait être déclenchée courant 2022 ou 2023… projetée bien plus létale – D’ici là, nous avons intérêt à avoir un gouvernement « qui tienne la route » et non plus le pantin squatteur de l’Elysée, actuellement locataire temporaire des lieux !…

Les commentaires sont fermés.