Après les graves évènements de Toulouse il faut lire « L’islam en question » de Wafa Sultan

Publié le 26 mars 2012 - par - 2 362 vues
Share

Après la Bangladaise Taslima Nasreen (1), la Somalienne Ayaan Hirsi Ali (2) c’est aujourd’hui la Syrienne Wafa Sultan (3) qui, à son tour,  nous donne son regard sur  l’islam. Qui est cette femme, pourquoi est-elle aussi sévère avec sa religion et quel est son but ? Vous la connaissez certainement car les vidéos (4) de son intervention sur la chaîne Al Jazeera ont fait le tour du monde :  « Jamais une femme n’avait demandé clairement et fermement à un musulman de se taire parce que c’était à elle de parler. Ce n’est jamais aux femmes de parler dans la coutume et la tradition islamiques. » Qu’a-t-elle osé faire ?  : «  J’ai défié l’insolence d’un Cheikh musulman et dénoncé son manque d’ouverture d’esprit et son hypocrisie pour la première fois en quatorze siècles ». Le présentateur de l’émission l’avait invitée : «  Nous aimerions entendre votre opinion sur le rapport existant entre les enseignements islamiques et le terrorisme ». Cette femme d’origine syrienne, médecin se revendiquant toujours comme musulmane a, de toute évidence, un besoin de dénoncer.

C’est à partir des brimades et des violences que subissent les femmes dans son pays et plus largement dans les pays musulmans  qu’est venue sa prise de conscience. Elle est arrivée au constat que c’était la religion qui était  la cause de tout cela. Longtemps elle a freiné des quatre fers pour ne pas condamner d’emblée l’islam. Ne s’agissait-il pas, dans tout cela, plutôt d’une mauvaise interprétation des textes, une sorte d’erreur humaine ?  Petit à petit il lui est devenu évident, que, non, il ne fallait pas en permanence se réfugier dans la sempiternelle excuse de l’interprétation mais qu’il fallait affronter la vérité, en face, aussi douloureux que ça puisse être pour elle, pour les siens et pour les croyants. Elle veut d’abord sauver les femmes. Comment les faire échapper au mauvais sort qu’on leur fait depuis 14 siècles ?  Elle et sa famille, pour échapper à cela, ont fui aux USA, mais elle veut provoquer une prise de conscience de l’ensemble des sociétés musulmanes, même si pour cela elle prend des risques à dire des vérités qui dérangent.

De son analyse  on  relève des points fondamentaux. La première calamité vient d’un hadith sur la déficience de la femme : « Une femme est déficiente…. Ce hadith prononcé par Mahomet, le Prophète de l’islam, a été transmis de mère en fille, inscrit dans leurs taches de naissance génération après génération et est parvenu jusqu’à moi…..Ce n’est pas le seul hadith que j’ai porté en fardeau, mais il s’agit du pire » dit-elle.

La seconde calamité est d’avoir fait de la vie et des actes du Prophète un mode de vie exemplaire à reproduire à l’identique( une sorte de clonage religieux obligatoire ). Wafa  comprend  le côté violent de l’islam à son origine. L’apparition  de cette religion,  dans  une région désertique, aride, dans laquelle la vie était dure, faite d’angoisse de peur, ou la seule solution de survie était la razzia et la mort des autres : tuer ou être tué,  elle admet toute la violence originelle due au  contexte historique. Mais elle reproche, ce qui a suivi :  « l’islam est apparu dans un environnement qui autorisait la capture des femmes et le viol des femmes, rejetant la faute sur elles et non sur l’homme qui commettait ce crime. L’islam n’a pas proscrit ce qui était permis. Au contraire il l’a légalisé et l’a inscrit dans la loi canonique ».   Il y a quelques jours la famille de Amina Filali, une jeune fille marocaine, violée et battue, a accepté, pour sauver l’honneur de leur fille, la solution  musulmane à savoir qu’elle épouse son violeur. Cette jeune fille s’est suicidée… Nous sommes au XXI eme siècle… Qu’est-ce qui a changé depuis la vie du Prophète  ?

Elle dénonce ce qu’elle appelle le piège de l’islam dans lequel les croyants sont prisonniers :  « la part qui découle de l’histoire du Prophète et de ses épouses a formé un piège dans lequel toutes les femmes tombent : aucun homme dans ma vie ne peut être meilleur que le Prophète et je ne peux pas me montrer moins obéissante que ne l’étaient ses épouses. Les hommes se transforment en leur Prophète et les femmes en ses épouses » . De son point de vue, cette exigence de perpétuer, encore aujourd’hui, ce que le Prophète a dit, fait ou pensé, freine l’évolution des sociétés. L’ensemble affecte tous les individus d’une société aux comportements stéréotypés s’appuyant sur l’imitation du Prophète.

En référence au mariage du prophète (50 ans) avec Aïcha (9 ans), la propre sœur de Wafa a marié sa fille âgée de 11 ans à un homme de 40 ans ! Celle-ci  a  fini par se suicider à l’âge de 26 ans laissant 4 enfants. Toujours en référence à cette histoire, elle dénonce  ce que font d’autres hommes aujourd’hui : « Grâce  à leur argent illicite et leur manque de moralité, des hommes originaires des états du Golfe profitent de la pauvreté sévissant dans ces pays pour acheter des mineures ».

Le mariage forcé du Prophète avec  Safiya bint Huyai lui paraît un des actes les plus atroces commis par le créateur de l’islam.  Cette  femme juive  se retrouva dans le lit du Prophète alors qu’il venait de tuer son époux, son père et son frère. Elle dénonce tant d’autres actes du Prophète qu’on devrait juger tout à fait scandaleux aujourd’hui et elle cherche : « Où se trouvent les versets du  Coran ou les traditions prophétiques permettant d’atténuer la laideur de ce comportement ? Ils n’existent pas ».

Elle explique : « Dans notre enfance, les anciens nous répétaient un proverbe, encore et encore : Nous aimons la mort autant que nos ennemis aiment la vie » on ne peut qualifier d’être humain un homme imprégné de la culture de la mort, car l’humanité d’un individu n’est totale que s’il respecte la vie humaine et fait en sorte de la protéger ». Elle dénonce le côté mortifère de l’islam. Est-ce cela qui a fabriqué les terroristes du 11 septembre ? Elle y réfléchit , a ce propos elle écrit : « Les attentats du  11 septembre m’ont choqués mais ne m’ont pas surprise. Je m’étais attendue jour et nuit à un évènement de cette sorte. Je m’y étais attendue parce que je savais ce qui s’écrivait dans les journaux arabophones et ce qui se disait dans les réunions » .

Sur Mohamed Atta elle s’exprime ainsi :  « Mohamed Atta n’est pas devenu un terroriste du jour au lendemain. Il n’est pas apparu comme par enchantement ou né dans un chou….Il est né dans une société dont il avait assimilé la moralité, les enseignements et la culture. Il a dû lire très jeune le verset suivant : « la récompense de ceux qui font la guerre Contre Dieu et son Messager, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main ou leur jambe opposée…. Ce garçon voudra un jour ressembler à son Dieu et deviendra un jour comme lui ».

Wafa Sultan, veut vivre dans un monde en paix et elle veut aussi mettre le monde occidental en garde. Elle veut aider les autres croyants à réfléchir  aux taches de naissance qu’ils transmettent à leurs enfants avant même qu’ils viennent au monde…. « J’ai rejeté ma tache de naissance, pas uniquement par égard pour moi-même, mais par égard pour ma descendance ». Quelle influence cette femme, qui s’exprime avec courage et détermination, pourra-t-elle avoir réellement sur les sociétés musulmanes dans le monde ?

« Je suis tombée dans le piège de l’islam au cours des premières années de ma vie. Quand j’ai grandi, j’ai décidé de m’en échapper. Ma liberté réside dans cette décision. « Wafa Sultan veut aider les musulmans à sortir du piège de l’islam. Sera-t-elle entendue, ou, au contraire, rejetée parce qu’elle dit trop de vérités dérangeantes ? Il faudra du temps pour évaluer le réel impact de son engagement et de son action.

En attendant, il est urgent si vous voulez mesurer la manière dont une religion modèle une société  et conditionne les croyants de lire la courageuse Wafa Sultan.

Chantal Crabère.

(1)Taslima Nasreen, médecin elle aussi,  s’est exprimée en duo avec Caroline Fourest dans Libres de le dire. Editions Flammarion

www.dailymotion.com/…/xbpfo0_debat-sur-la-religion…

(2)Ayaan Hirsi Ali auteur de Insoumise Editions Robert Laffont  et aussi de  Ma vie rebelle Nil Editions  et Poche

(3) L’islam en question Editions H&O

(4) www.youtube.com/watch?v=_XtYKN1CrYM

www.dailymotion.com/video/xgtgl_wafasultan_news

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.