Après les pipes Schiappa, j’espérais la sodomie : raté, mais il nous reste Brassens !

Marlene Schiappa, member of the nomination committee of La Republique en Marche party poses after a press conference to present the party’s local candidates for the upcoming parliamentary elections (elections legislatives in French), on April 28, 2017, in Le Mans. / AFP PHOTO / JEAN-FRANCOIS MONIER

Très récemment, notre ami Paul Le Poulpe nous a gratifiés d’un poulet croustillant à l’extrême, amélioré sauce piquante : « combien va me coûter de lorgner le cul de Marlène Schiappa » ?

https://ripostelaique.com/jjai-fantasme-sur-la-bouche-le-gros-popotin-et-la-poitrine-de-marlene-schiappa-je-dois-combien.html

Le fait est que vu sa loi en préparation, un regard mal interprété ou une parole semblant salace auront vite fait monter sur E-Bay les enchères des pénalités.

Ceci dit, et nul n’étant parfait, tandis que le Poulpe reluque LE prose de Schiappa, moi c’est SA prose qui m’intéresse.

Certes, l’intention de Marlène est louable. Insoutenable est l’image de ces pauvres victimes et futures proies entourées d’étalons les yeux injectés de sperme, une protubérance de fort mauvais aloi au fort mauvais endroit, et, j’ose imaginer, ruisselants de bave.
Car comme chacun sait, tout titulaire des chromosomes XY voit son liquide céphalo-rachidien (tiens, qu’est-ce que Rachid vient faire là au milieu ?) transformé de facto en liqueur séminale, laquelle gère l’intégralité de l’émotionnel masculin.

Par contre, la méthodologie schiappesque peut prêter à confusion : en effet, la clé de voûte de cette loi, que l’on peut résumer ainsi : « L’arrière pensée sera punie à coups de trique » fait courir le risque d’une interprétation totalement inverse.

Faisons le point : après deux thèses de doctorat d’Etat brillamment soutenues, l’une concernant « la solitude du vagin » et l’autre, plus polémique et sobrement intitulée « la bouffarde, arme fatale des surchargées pondérales », le public attendait, fébrile, la livraison du dernier opus devant clore un triptyque appelé à rester gravé dans toutes les mémoires et que certains spécialistes, soucieux du détail et de la précision terminologique, avaient déjà baptisé « Éloge de la sodomie anale ».

Eh bien, Marlène a failli, l’ultime volet tant espéré n’a pas jailli de sa plume et la frustration de ses fervents supporters est d’autant plus forte que cette pratique, que peuvent subir les deux sexes et les 643 genres, fait l’unanimité par son côté unitaire : absolument tout le monde peut y goûter.

Fort heureusement, un oracle, le « Nostradanus » de la poésie française, décédé depuis bientôt quarante ans, avait anticipé sur la carence à venir.

L’écriture ciselée n’excluant pas la grivoiserie, le Grand Georges Brassens nous avait expliqué, dans « Fernande », qu’une rigidification localisée autant que spontanée échappait à tout contrôle.
Puis « misogynie à part » insiste sur le côté émollient de certaines revendications égalitaristes.
Dans une de ses œuvres, méconnue, dont il n’est pas l’interprète mais bien l’auteur, il se rend à l’évidence : chaque regard masculin « appuyé » suintant par définition le stupre et la fornication, tout geste de galanterie étant à proscrire parce que systématiquement entaché de doute, la parole elle-même suspecte d’intentions condamnables, Brassens nous fait savoir, Messieurs, qu’il ne nous reste qu’une échappatoire :

https://www.youtube.com/watch?v=nRz3eWZVSTQ

Jacques Vinent

image_pdf
0
0

48 Commentaires

  1. j’en doute Brassens aurait dit : »qu’on soit de gauche qu’on soit de droite quant on est con on est con »…

  2. La chiappa on dirait un homme.
    Autant elle a agressé pleins de femmes on a apprend tous les jours avec ses gouvernements fantoches.

  3. Entre l’Humour de l’un et la Vulgarité de l’autre, il faut choisir !!

    • Présent !

      Madame La Générale…

      Veuillez accepter ces 95 %, ils sont une petite contribution dédiée à la poésie et au tact qui règne sur ce blog,

      https://www.youtube.com/watch?v=61klageOn-4

      Générale BOHL En considérant les 5% qui restent, j’espère que… Repos…ils fument après l’amour…

  4. Retour à l’intégrisme sans avoir réfléchi aux racines de ce malaise devenu récurrent avec l’arrivée de l’islam dans nos sociétés civilisées ou on pouvait draguer et se faire draguer sans que cela tourne au jeu de massacre. Pauvre France et vive la drague et l’humour gaulois !

    • J’ai également trouvé schiappa = gourde. Il existe une unité de mesure de longueur nommée VERGE. Je n’irai pas prétendre que cette verge là peut servir à mesurer la profondeur des gourdes…..

    • Au sens figuré, pour désigner les éternels spoliés qui triment pour soulager toute l’humanité souffrante, c’est encore plus pertinent.
      On remplace anale par « sans vaseline » et on pense aussitôt aux contribuables qui se font flasher à 85 le matin à 06:00,
      Et aux contrevenants qui se refont flasher à 19:30 en revenant de bosser.

    • Cela dépend si l’on parle de « sodomise au sens large du terme.
      Anciennement, ce mot désignait non seulement la pénétration anale mais aussi toutes les déviances sexuelles. Ainsi « la fellation était une variante de sodomie. C’est encore le cas dans le droit américain.

  5. Madame Schiappa est secrétaire d’état à je ne sais quoi.En réalité ,elle donne sans arrêt de sa personne pour venir en aide au ministère des finances .C’est ainsi qu’elle arrive avec un décolleté vertigineux et surveille de son œil affûté le premier qui regarde pour lui faire payer l’amende prévue par la loi.
    Si seulement on avait pu en faire autant quand nos grands-mères faisaient dépasser un bout de dentelle de leur jupe longue ,la France serait la première puissance du monde aujourd’hui.

    • J’avais également remarqué le profond décolleté arboré lors d’une réunion de travail par la monologueuse du vagin, de façon tout à fait inappropriée : il n’y a aucune bonne raison de montrer ses seins à ses collègues dans de telles circonstances, surtout quand on s’appelle Schiappa et qu’on joue les puritaines donneuses de leçon. C’est de la provocation sexuelle. Qu’est-ce qu’elle cherche, en effet, sinon à piéger ses contemporains XY ?

  6. « Les filles bien n’avalent pas » se considère-t-elle comme une « fille bien » ?
    Pauvre Jean-Claude Van Dame qu’elle veut foutre en taule !

    • Je ne comprends même pas que les féministes acceptent qu’une hypocrite pareille les représentent, elle qui fait tout pour allumer les hommes, clairement (les filles bien, etc. ou osez « l’amour » des rondes) ou à demi-mot (du liquide blanc sur son ventre … soi-disant message à ses filles ! ). C’est du grand n’importe quoi ! Sûrement pas du féminisme en tout cas.

    • « correctif » du précédent commentaire : qu’une hypocrite les représente … 🙂

  7. Cet article est lamentable, diffamatoire et son auteur va potentiellement aux ennuis. Je me demande pourquoi RL déjà dans la tourmente juridique pour moins que ça, l’a publié.

    • Un peu de bonne gauloiserie ne peut faire de mal et c’ est un très bon acte de résistance mentale contre le puritanisme des bien-pensants de gauche comme celui des Mahométans.
      Quand je n’ai pas la forme, je regarde les « valseuses », entre nous, ça remonte le moral !

  8. toujours les memes abrutis,quand il n’ont plus d’argumentation,vous etes extreme droite ou fachiste,encore un con de l’extreme gauche comme son ami melanchon,ancien stroskiste et franc macon

  9. Brassens depuis ma plus tendre enfance ( mes parents ayant acheté le 33T rouge avec la bombe) a été mon idole, car les paroles de TOUTES les chansons sont de toutes beautées , et de ce fait j’en connais par cœur un grand nombre.Je connais même sa tombe à Sète ou j’ai voulu me recueillir , qui est toute petite sans faste juste avec sa photo.Et cette dernière va parfaitement à Schiappa qui elle a dû sûrement y gouter.

    • Oui, le grand Georges n’a pas pu se faire enterrer sur la plage de Sète, comme il le demandait dans « Supplique », sa chanson que j’estime (et qu’il estimait) la plus aboutie. Il avait pas le piston de Benalla…

  10. Il est étonnant qu’une femme aussi apparemment prude que Schiappa, qui considère comme une agression sexuelle et donc punissable un simple regard insistant (et la mauvaise vue alors ?) puisse être l’auteur d’un livre prétendument adressé à ses petites filles où elle leur décrit en ces termes surprenants sa douche quotidienne :  » Quand le shampoing coule sur mes épaules, mon ventre, mes jambes, j’en ai partout, je me lave avec ce liquide blanc, je patauge dedans… » liquide blanc » vraiment ?

    • @Carole

      vous plaisantez ?

      la Schiappa n’a rien de prude mais tout d’une obsédée ! tout d’une allumeuse ! tout d’une tête à paires de baffes !

      elle fait tout pour faire « baver » les mecs et leur pond des lois pour les « en empêcher »… et en leur tirant leur fric !

      • Mais je sais bien … Une femme qui écrit Osez l’amour des rondes (de bonnes affaires) n’est pas prude :: je plaisantais et c’est pourquoi j’ai fait précéder le mot prude de « apparemment ». Et puis cette douche bizarre dont elle parle à ses filles dans son livre, ce « liquide blanc sur son ventre », dire cela à ses filles ? Incroyable ! C’est une allumeuse, bien sûr.

  11. Le choix de la chanson de Brassens que je n’avais jamais entendu et pourtant j’adore Brassens me semble un peut suggestif genre provoc ou promo pour les LGBT. Bonne bourre Jacques Vinent.

  12. t’en sais rien, un anarchiste, ça finit toujours à l’ext-droite, parce que la plèbe finit toujours par décourager l’anarchiste.

  13. à part faire du cinéma pour vendre ses bouquins écrits pendant ses heures de boulot aux frais du Peuple, je ne vois pas à quoi elle sert, celle-là ; ce qui l’intéresse dans la vie c’est de focaliser les feux de la rampe sans avoir à débourser un rond en frais de pub, et ça ne va pas plus loin.

  14. Quelque que soit la qualité de votre raisonnement, comment voulez-vous être crédible avec un pareil titre ? Vous vous mettez en dessous du niveau de cette petite dame, ce qui n’est déjà pas rien.

  15. Personnellement, avec le faciès vulgaire qu’elle a, la branlette égoïste me semble bien plus chargée d’émotions! Une vraie gueule de murène! Elle est l’aide au possibilité, pourtant il est bien rare de ne pas avoir un petit quelque chose de mignon… Hé bien elle… Non!!! Une gueule de décharge malgré le maquillage!!!

  16. Bravo, Jacques Vinent ! Votre billet est aussi croustillant que celui de votre collègue !

  17. aidons paul le poulpe qui semble avoir traversé tout le Ténéré à pied pour arriver à devoir reluquer la « nulle  » ( traduction de schiappa )

    • perso je lui mettrais bien une secouée a la schiappa et elle avalerait pour le coup !

  18. Indirectement, cette petite madame, fait la promotion de la burka ce qui mettra à l’abri la gente féminine de tout regard appuyé, sifflement, où parole salace. Cela paraît être son but, à savoir nous préparer à l’inclusion aux us et coutumes de l’occupant mahométan.

  19. Je ne connaissais pas cette chanson de Brassens. C’est un peu brut de décoffrage mais la conclusion est excellente.

    • Comme je suis un vrai de vrai sincère authentique musulman d’origine, je ne regarde pas les femmes et n’aurais jamais 90 euros à payer…
      Donc dans les clous, lorsque je viole une gamine sans la regarder…
      J’ai tout bon là Madame SCHIAPPA ?
      L’humour n’est pas encore interdit.

        • CE MINI TEXTE DE SCHIAPPA DATANT DE 2010 vient juste d’être détruit :  » sinon, à quand un documentaire sur l’art de la fellation en CE1, au prétexte que c’est beau l’amour sous toutes ses formes. »
          Les humains ne sont pas bien sérieux, pour quelqu’un dans la spiritualité indépendante depuis 32 ans.

Les commentaires sont fermés.