1

Après Mila, il faut une cellule psychologique pour les musulmans !


Choqués par des mots ! Des mots d’une gosse de 16 ans qui provoquent une secousse tellurique de magnitude 10 à l’échelle de l’indignation des musulmans de France et mettent en émoi leur jeunesse, future fer de lance de la France de demain.
Les « chances pour la France » blessées et outragées dans leurs âmes et leurs chairs.
Bizarre que des créatures aux instincts grégaires légendaires se trouvent déstabilisées par des pauvres paroles. Ils devraient être sûrement possédés par des esprits malins que les psychiatres de la République appellent état de troubles démentiels.
Je ne les croyais pas si fragiles, si vulnérables et si sensibles à ce point. Les idiots utiles de l’islam ont publié un bulletin de santé mentale guère rassurant.
En effet, il semble que les lycéens musulmans et les dirigeants de la Kommandantur musulmane de France (la KMF) ont vraiment besoin de soutien psychologique pour les aider à surmonter le choc du poids des mots de Mila, mais pas n’importe quel type de soutien au vu de l’ampleur de la crise aiguë, sans précédent dans l’histoire de l’islamisation de la France, qui nécessite urgemment la création d’une cellule de crise composée des différents représentants des courants musulmans en France, des membres des organisations du droit de l’hommisme, des partis collaborationnistes et des médias propagandistes et en premier chef Mediapart.
Je ne les croyais pas si fragiles, si vulnérables et si sensibles à ce point. Les idiots utiles de l’islam ont publié un bulletin de santé mentale guère rassurant.
Il faudrait que des les spécialistes de la médecine alternative coranique, la roqya, une psychothérapie par le Coran et la sunna « Mahomet-Ane » fondée de préférence sur la lecture intensive des sourates du Butin, de la Table et de la Vache pour calmer leur chagrin. Transformer leur douleur en énergie destructrice pour la cause d’Allah.
Il est à douter qu’ils y arrivent, seul Allah qui guérit tout peut faire quelque chose pour sortir ses nobles et innocentes créatures de leur profond désarroi. Ils sont au plus mal. Ils souffrent le martyr pour des paroles qui n’ont pas, pourtant, les intonations et les accents guerriers, violents, haineux et méprisants des siennes.
Toi le grand psychothérapeute que tu es, tu dois y aller de ta thérapie pour les aider. Ils sont en pleine déprime, avec des idées noires qui les hantent et qui risquent de leur faire commettre l’irréparable – non pas en finir avec leur vie mais celle de Mila.
Je suis moi-même perdu car je ne comprends pas comment de simples mots, sans aucune connotation haineuse et violente, aient pu provoquer un tel impact psychologique sur ces pauvres lycéens alors que les images du Bataclan et de Nice ne les ont même pas effleurées ? Un mystère qui relève de la psychiatrie musulmane dont leurs savants ont le secret.
Salem Benammar