1

Après Strasbourg, une prochaine Grande Mosquée turque à Mulhouse ?

Alors que le projet de la grande mosquée de Strasbourg fait polémique depuis l’annonce du versement d’une subvention de plus de deux millions et demi d’euros par la municipalité vert pastèque de Jeanne BARSEGHIAN, il aura fallu que Jean ROTTNER, président du trop Grand Est, soit interrogé sur le sujet par un journaliste pour qu’il réagisse enfin. Une expression tardive, une de plus.

Sans doute est-ce parce que le projet de mosquée strasbourgeois lui rappelle le projet de mosquée mulhousien également porté par Milli Gorus sur un site acquis en 2013 au parc de la Mer Rouge dans le quartier mulhousien de Dornach. En 2013, lors de l’acquisition des locaux de 4 500 m2, l’objectif du Milli Gorus était la création d’une mosquée d’une capacité d’accueil de 1 500 personnes. (projet joint)

Si Jean Rottner semble aujourd’hui s’indigner du refus de Milli Gorus de signer la charte des principes pour l’Islam de France, ses rapports n’ont pas toujours été tendus avec Eyup SAHIN, président pour le Grand Est du CIMG (Confédération islamique Milli Gorus).

Rappelons les faits : printemps 2013 les anciens locaux de France Télécom sont acquis par Milli Gorus. Lors d’un dîner de présentation du projet à l’invitation de Eyup Sahin, Jean Rottner en présence du consul de Turquie de Strasbourg n’émettra aucun avis défavorable pour la construction d’une mosquée sur le site dornachois. Malheureusement, une kermesse qui prendra des proportions inattendues et réveillera la colère des riverains en juin 2013 viendra chambouler ce qui semblait acté. Jean Rottner aura à faire face à une pétition de plus de 1 500 signatures en pleine période préélectorale alors qu’il sait l’importance d’être réélu en 2014, cette fois sur sa propre candidature, pour faire oublier qu’il a été placé dans son siège de maire par Jean-Marie BOCKEL en 2010.
Jean Rottner fait alors volteface, il fuit le débat une première fois lors de l’assemblée générale de l’ASCEN (association de sauvegarde du cadre de vie de l’environnement et de la nature), association ayant porté la pétition, en quittant une salle qu’il estime hostile à son égard le 28 août 2013. Quinze jours plus tard, le 12 septembre, le voilà à nouveau présent lors du conseil de quartier où il déclarera qu’il n’y aura pas de mosquée à Dornach. Eyup Sahin alors présent également lui rétorquera : « Vous avez raison Monsieur le maire, il n’y aura pas de mosquée à Dornach, il y aura une grande mosquée ».

Dans la foulée Jean Rottner annonce prévoir la modification du PLU afin que le site ne puisse accueillir un lieu de culte. Modification votée en conseil municipal du 21 octobre 2013. Contestant cette décision, le Milli Gorus a déposé un recours devant le tribunal administratif de Strasbourg le 19 avril 2014. Le tribunal administratif de Strasbourg a rendu son jugement le 22 mars 2016, en annulant cette modification du PLU. Le PLU de la ZA de la Mer Rouge était en révision pour une durée de deux ans. Un « sursis à statuer » a été notifié à la CIMG de Mulhouse en août 2017, reportant de fait le projet de grande mosquée. Le sursis à statuer a un délai de validité qui ne peut excéder deux ans.

Ainsi, par jugement du 23 septembre 2020 rendu par le tribunal administratif de Strasbourg, l’arrêté de sursis à statuer du 11 août 2017 est annulé. Ce jugement s’avère aujourd’hui définitif car non interjeté par la partie adverse.

En conséquence, le tribunal administratif de Strasbourg a été sollicité afin d’autoriser le Milli Gorus à effectuer des travaux pour son lieu de culte de la Mer Rouge. La mairie de Mulhouse n’a pas fait appel de la décision, ne souhaitant sans doute pas nuire aux futures discutions avec le Milli Gorus, et cela en période électorale.
Nul doute donc qu’aujourd’hui le projet d’implanter une mosquée sur le site reste d’actualité et cela après l’ouverture de la 1re école privée musulmane du Haut-Rhin, l’école Avicenne, au sein même du site de la Mer Rouge en septembre 2020.

Le tandem LUTZ/ROTTNER essaye donc actuellement de jouer la montre en usant de lenteurs administratives quant aux permis à délivrer afin que n’éclate au grand jour en pleine période électorale un nouveau projet de grande mosquée à Mulhouse.

L’amateurisme de Jean Rottner sur ce dossier nous rappelle à d’autres compromissions électorales. Après la mosquée cathédrale An Nour édifiée sur un terrain « offert » par la municipalité, la vente prévue à cette même mosquée d’un terrain annexe pour ses besoins en stationnement, les subventions diverses octroyées à des associations cultuelles qui sont loin de respecter nos valeurs républicaines, l’incompétence quant à préempter des bâtiments qui pourraient abriter des lieux sensibles, les Mulhousiens peuvent-ils encore accorder leur confiance à Jean Rottner ?

À l’heure où le communautarisme islamiste n’est plus à démontrer mais à combattre, à l’heure où Milli Gorus prône clairement un islam radical, défend l’islam politique en refusant de signer la Charte de l’islam en France, les Mulhousiens doivent avoir connaissance de ce projet pour réagir et refuser un énième lieu de culte au sein duquel nos valeurs françaises et républicaines seront sans nul doute bafouées.

Christelle Ritz