1

Aquarius : Macron impose aux Français des centaines de clandestins supplémentaires !

L’affaire de l’Aquarius devient délirante.

Les dirigeants européens, rivalisant d’hypocrisie, sont en train de mettre en place le mouvement perpétuel pour accueillir toute la misère du monde mais, bien entendu, contre l’avis des peuples qui ne veulent plus d’immigration.

L’Europe donne des leçons de démocratie au monde entier mais devient le continent le plus autoritaire de la planète, où les peuples ont perdu tout droit de s’exprimer. La dictature de Bruxelles et de ses sbires zélés devient insupportable.

Nous vivons dans un contre-modèle de démocratie, où le peuple n’est jamais consulté. C’est le bon vouloir du roi qui fait autorité.

Macron, qui ne veut pas que l’Aquarius accoste en France mais qui accepte de prendre les migrants une fois débarqués en Espagne ou à Malte, veut un “mécanisme pérenne” pour éviter que les Européens ne se refilent la patate chaude quand un navire humanitaire veut accoster avec sa cargaison de migrants.

Salvini ayant fermé les ports italiens, il faut donc trouver deux ou trois plates-formes de débarquement en Europe, pour ensuite répartir les migrants entre les pays volontaires.

C’est ce “mécanisme pérenne” que Macron veut mettre en place, dans le dos du peuple français, évidemment.

Pour faire simple :

Salvini ne veut ni bateaux, ni migrants.
Malte veut bien les bateaux, mais sans les migrants.
Macron ne veut pas les bateaux, mais veut les migrants.

Plus nos structures d’accueil sont saturées, plus la violence explose à Paris, à Calais, à Nantes et dans toute la France, avec bagarres entre migrants armés et agressions contre les Français, et plus Macron en redemande.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/02/02/01016-20180202ARTFIG00329-calais-est-en-proie-aux-violences-attisees-par-les-passeurs.php

Jamais un président n’a autant méprisé le peuple français.

Car, en juin 2018, un sondage publié par Atlantico, montrait que 67 % des Français ne voulaient pas de l’Aquarius et de ses 630 migrants. Et même 58 % des électeurs LREM !

http://www.atlantico.fr/decryptage/sondage-exclusif-67-francais-pensent-aquarius-devait-accueilli-france-immigration-humeur-generale-rude-jerome-fourquet-3428148.html

Ces 630 migrants ont finalement débarqué à Valence. Et plus de 300 d’entre eux ont manifesté le désir de venir en France, dont beaucoup de mineurs isolés. Ils sont sans doute tous en France aujourd’hui.

Coût d’un mineur isolé : 50 000 euros par an à la charge des départements.

Mais revenons à l’Aquarius qui fait l’actualité depuis 3 mois.

Je vous invite à lire l’excellent article sur le site Minurne Résistance, qui explique sans détour comment est organisée la récupération des migrants en Méditerranée.

“Le Grand mensonge cache le Grand remplacement” (L’imprécateur)

https://minurne.org/billets/16331

Un monument d’hypocrisie, une affaire de gros sous à 3 000 euros par tête et une tromperie des peuples européens, parfaitement huilée et où tout le monde est complice.

En un mot, une immigration subie par les peuples européens mais choisie par nos dirigeants, parfaitement informés.

Une énorme filière clandestine sous couvert d’action humanitaire.

Il serait trop long de résumer l’article de Minurne ci-dessus, mais en deux mots :

Des rabatteurs financés par les ONG vont chercher des candidats à l’émigration dans les villages subsahariens.

Ceux-ci sont acheminés en Libye, où ils tombent dans un trafic d’êtres humains, certains étant vendus comme esclaves par des trafiquants arabes.

https://www.courrierinternational.com/article/trafic-desclaves-en-libye-lonu-denonce-la-politique-inhumaine-de-leurope

Des passeurs offrent alors leurs services pour un transfert en Europe par bateau.

Les migrants sont expédiés en Méditerranée sur des embarcations de fortune.

Aussitôt, le centre italien de coordination du sauvetage en mer (MRCC) est informé par les passeurs ou, parfois, par les migrants eux-mêmes s’ils sont équipés d’un téléphone satellite.

Les secours s’organisent avec les ONG qui croisent non loin des côtes libyennes.

On voit d’ailleurs que les navires ONG pénètrent dans les eaux libyennes pour récupérer leur cargaison.

La suite, on la connaît, les “naufragés” sont débarqués en Europe, au prétexte que la Tunisie voisine ne serait pas un pays suffisamment sûr.

On mesure ainsi l’hypocrisie de cette vaste entreprise.

Mais il arrive que le mauvais temps transforme le voyage en tragédie.

15 000 migrants sont morts en Méditerranée depuis 2015, avant que les ONG ne se mettent directement en rapport avec les passeurs, ce qui limite le risque de naufrage.

Alors qui paie, puisque les migrants sont sans le sou ?

Les ONG qui travaillent avec les passeurs sont subventionnées par des dons et des fonds publics ou privés.

“La liste des mécènes qui financent l’Aquarius, loué par SOS-Méditerranée, se trouve également dans le rapport d’activités de l’ONG. 207 entreprises, 115 associations et 7 fondations”.

http://www.leparisien.fr/societe/migrants-qui-finance-l-aquarius-le-navire-de-l-ong-sos-mediterranee-14-08-2018-7852626.php

Mais l’Aquarius n’est qu’un bateau parmi la quinzaine de navires qui opèrent en Méditerranée.

Ce trafic juteux et de grande ampleur a également été parfaitement expliqué par Médiapart.

https://blogs.mediapart.fr/victorayoli/blog/150217/les-ong-et-le-juteux-trafic-des-migrants-travers-la-mediterranee

On le voit, l’immigration de masse est une volonté politique puisque les migrants ne sont pas des réfugiés mais des migrants économiques subsahariens, auxquels on attribue une nationalité bidon d’un pays en guerre ou instable et peu sûr.

Rappelons que ce brave Mamoudou, clandestin malien, à peine régularisé, a pu regagner le Mali en héros national et en toute sécurité.

Le Grand remplacement est bien une réalité qui s’impose chaque jour davantage.

Là où les Australiens, mis devant le même défi, ont su trouver la parade et éviter toute noyade et toute invasion de leur pays, l’Europe nous dit qu’il n’y a pas d’autre solution que d’accueillir tous les migrants économiques d’Afrique et du Moyen-Orient.

La destruction de l’Europe est bien une volonté politique. Seuls Salvini et Kurz, ainsi que les pays du groupe Visegrad, ont dit non au suicide collectif.

Il est clair que les peuples finiront par se révolter contre cette politique qui veut leur disparition.

Jacques Guillemain