Arlette Laguiller va-t-elle soutenir Zemmour ?

Avec la campagne présidentielle qui s’amorce, revoici celle qui, pendant plus de trente ans, nous agaça ou nous amusa de son incontournable présence et de ses discours commençant sempiternellement  par « Travailleurs, travailleuses ».

Si en elle sourit désormais, sa marionnette des « Guignols » ne l’a pas toujours amusée .« Ils avaient laissé plus ou moins entendre que j’allais être très riche parce que, comme vous le savez, quand on a fait plus de 5 % aux élections, on est remboursé de ses frais de campagne… Ça m’avait un peu énervée, ils m’avaient représentée avec des bijoux. Ça, par exemple, j’avais pas aimé », tenant aussi à préciser qu’elle n’a jamais eu de mobylette.

Nul a pu oublier ce mémorable débat de 1988, avec Jean-Claude Martinez, député FN,  voulant absolument l’appeler Arlette (cf. la seconde vidéo)…

Malgré ses 81 ans, l’ancienne porte-parole de Lutte ouvrière (1973-2008) n’a pas totalement raccroché, demeurant persuadée de la nécessité de renverser le capitalisme. Arlette Laguiller est la « recordwoman » du nombre de candidatures présidentielles en France. Elle s’est présentée six fois, a commencé en 1974, devenant la première femme à postuler à une telle élection, ce jusqu’en 2007.

En 1995, elle remporta 5,3 % des voix, en 2002, 5,72 %, une certaine « élite », pas encore qualifiée de bobo mais tout comme… s’en étant entichée, tant voter Arlette était alors du dernier « smart« .

Engagée depuis toujours, Arlette Laguiller fait aujourd’hui le constat amer d’une gauche française qui a oublié la classe ouvrière. Un autre, qui a beaucoup piqué à Gorges Marchais, le dit aussi…
L’ex-députée européenne (1999-2004) rêve toujours d’un monde où l’on partagerait toutes les richesses, un monde plus juste où il n’y aurait plus cette dichotomie entre ce qu’elle appelle les « exploiteurs » et les « exploités ».

Si elle n’a pas réussi à conquérir le pouvoir et à changer le monde, ce à quoi elle n’a jamais vraiment cru, elle est satisfaite d’avoir fait avancer la cause des femmes : « Moi, ce que j’ai remarqué dans toutes les campagnes et surtout pour la première, c’est que d’un coup tous les hommes politiques se sont mis à parler des problèmes des femmes et de ce point de vue là, c’est déjà une petite victoire de voir qu’on en tenait compte […] Et quand en 1974 Valéry Giscard d’Estaing est élu – président de la République – il nomme une femme, Françoise Giroud, à la Condition féminine et j’avais l’habitude de dire : elle me doit sa place ! Parce ce que justement j’avais ouvert une voie ».

À côté de l’atrabilaire Mélenchon, Arlette nous paraît sympathique. Et l’on pourrait ajouter qu’avec Zemmour, elle partage sincérité et authenticité.

Va-t-elle délaisser Nathalie Arthaud et le soutenir ?

Daphné Rigobert

 

« Non! Ne m’appelez pas Arlette ! »

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/i09086615/jean-claude-martinez-j-ai-tellement-d-affection-pour-vousappelez-moi-jean

image_pdfimage_print
17

22 Commentaires

  1. Je me demande ce qu’Arlette pense des 2 poids-2 mesures des féministes actuelles.

  2. C’est une blague ou vous y croyez vraiment ? Je ne croirai à la sincérité (et à la non-dangerosité) d’une telle personne que quand elle aura explicitement renoncé et condamné le communisme. Le « partage des richesses » dont parlent les cocos est en réalité une spoliation, l’atteinte drastique et fondamentale à la propriété privée, et ne peut se faire que dans le cadre d’un régime totalitaire. Toute l’Histoire l’a montré et ce n’est pas étonnant, puisque c’est la logique du communisme. Le pire système politique qui soit, à égalité avec la charia.

  3. Quant j’étais gamin et que je voyais mon père regarder les meetings politiques à la télé, je ne comprenais rien de ce qui se disait mais j’adorais surtout Arlette et Georges Marchais : Camaraaaaaaades, camaraaaaaaaades, à bas le capitalisme, et c’est un scandaaaaaaaale ! Taisez-vous El Kabash !
    C’était une autre époque…

  4. Arlette Laguiller soutenant Zemmour ?!? Ça relève plus du poisson d’avril, je dirais même du requin d’avril qu’autre chose.

  5. Ses discours commençaient sempiternellement par « Travailleuses, travailleurs », si je’n m’abuse … La nuance est cruciale.

  6. 6 fois candidate à la présidence, mlp a encore de l’espoir pour battre ce record !
    j’aimerais quand même savoir ce que pensent ces gens de la proposition de zemmour de donner un treizième mois aux travailleuses travailleurs ?

  7. Elle fut fidèle à ses idées toute sa vie.
    Respect à cette adversaire du temps jadis.

  8. C’était du grand théâtre son « travailleurs, travailleuses ».

    Personne en France n’a jamais défendu les travailleurs. Ou pour dire autrement, personne n’a jamais défendu la majorité des français, la majorité ce sont toujours les pauvres, et aucune loi n’a jamais été voté en faveur des pauvres.
    En démocratie le pouvoir appartient au peuple, selon la constitution, mais c’est une esbrouffe, les politiques organisent depuis le début, l’impuissance su peuple, comme le dit Chouard.

  9. Ce sont les riches qui décident de tout, les riches c’est à dire les GAFAM surtout aujourd’hui.

    Les gauchistes n’ont jamais défendu les pauvres, toutes les lois sont votées en faveur des riches, et pour appauvrir toujours plus les pauvres; et aucun homme politique de gauche n’a jamais dénoncé cela, ce sont des tartuffes.

    Toutes les lois sur la voiture ont été voté pour favoriser les constructeurs automobiles; et les mesures de répression pour ruiner les pauvres, encore plus, , les excès de vitesse, les obligations d’acheter ceci et cela.

    « Arrètez d’emmerder les Français » disait déjà Pompidou, mais qui donc emmerdait déjà les français en ce temps-là ?

  10. Qui dans ce pays a défendu les prolétaires ? Quelle loi a été votée pour leur faciliter la vie ?

    Je rappelle qu’on est en démocratie, pouvoir du peuple. Et des pauvres qui sont censés gouverner dans leur intérêt.

    Donc voilà, Laguiller n’a fait que du théâtre, du cinéma, elle a tenu un rôle et un rôle fake, destiné à tromper son monde. Et elle le savait.

    Ce n’est pas d’avoir braillé toute sa vie, travailleurs travailleuses, les patrons, les riches, et d’avoir fait du psittasisme, qui mérité la moindre éloge.

    Qu’elle disparaisse dans le néant, punition des ambitieux, Amen !

  11. Les prolétaires ce sont les gens qui n’ont que leur force de travail à vendre, les gens qui n’ont pas de loisir, qui ne sont occupé qu’à se demander comment ils vont manger à la fin du mois.

    Les riches, le patronat actuel, la minorité de qui vous savez, ne sont occupés eux, qu’à prolétariser les français, c’est déjà fait, ou très avancé avec le milieu médical. Pourquoi ? Parce que les pauvres ne sont occupé que de leur survie à court terme et n’ont pas le temps pour autre chose.

  12. On est en bonne voie pour se faire baiser par les GAFAM, ils nous étudient comme des insectes, avec les cookies. Ils se revendent entre eux nos informations personnelles, de telle sorte qu’il n’y a plus d’anonymat sur internet.

    Eux veulent tout savoir de nous, et veulent qu’on ne sache rien d’eux.

    Ils nous baiseront parce qu’on est en démocratie, un homme une voix, et que ce qui compte c’est ce que pense la majorité, la majorité des ânes, des cons, des veaux, car ce sont eux qui votent et qui font l’élection.

    Les gens intelligents, l’élite du pays, ne compte pour rien. Il y a une haine du peuple, du peuple français en France, du peuple américain aux USA, du peuple allemand en Allemagne et ainsi de suite.

  13. Et non seulement ils n’ont pas défendu les intérêts des pauvres ni des prolétaires, mais ils n’ont pas défendu les intérêts de la majorité, des français, mais ils n’ont défendu que ceux d’une minorité (oligarchie = minorité) comme Barnard Tapie, Bernard Arnaud et ce genre de personne, qui se sont enrichis parfois frauduleusement et aux dépends de l’état français.

  14. Mais en fait en France les pauvres n’ont jamais été majoritaire, c’est la classe moyenne qui était la plus nombreuse.

    Mais ça revient au même. Que les riches, la haute finance, les banques soient contre les pauvres, ou contre la classe moyenne + les pauvres, parce qu’il y a toujours un conflit d’intérêt qui se résume, selon Aristote, dans une guéguerre entre les riches et les pauvres.

    La droite classique a défendu les classes moyenne : la majorité, les français, sans avoir conscience de la guerre que lui faisait la finance, elle est en train de disparaître pour cette raison.

  15. « Dans la lutte des classes, c’est notre classe qui est en train de gagner cette lutte. » Alain Minc.

Les commentaires sont fermés.