1

Au lieu de harceler Zemmour, occupez-vous des banlieues!

Aboyeurs, occupez-vous plutôt des milliers d’armes de guerre qui dorment dans les caves des cités ! Cette menace est autrement plus effrayante que la plaisanterie de Zemmour au Salon Milipol !

Stop au délire. Sur le stand du RAID, Eric Zemmour n’a quand même pas tué père et mère. C’est la surenchère dans le ridicule.

Au lieu de harceler notre futur Président, allez donc vider les caves qui regorgent de kalachnikov et d’armes de poing qui attendent leur heure.

Un futur chef d’Etat en puissance n’aurait même pas le droit de manipuler une arme et encore moins le droit de plaisanter. Nos moralistes ont perdu tout sens de la mesure.

Je préfère un Zemmour qui s’intéresse aux armes de guerre qu’un Mitterrand qui fait désarmer les avions de combat au Salon du Bourget en 1982. Quand l’industrie d’armements est un des rares secteurs exportateurs rentables, on ne la saborde pas. Et assez de grands mots.

Le massacre de l’équipe de Charlie Hebdo, ça c’était réellement horrifiant. Un minimum de  décence dans les propos ne serait pas de trop.

Notre Zemmour qui cumule déjà les étiquettes flatteuses de raciste, d’islamophobe, de xénophobe, de misogyne, de pétainiste, de révisionniste, de négationniste, va bientôt endosser l’habit du parfait terroriste !

Exclusif : la liste des journalistes que Zemmour président ferait fusiller

Quand ce n’est pas Marlène Schiappa qui se dit horrifiée, c’est au tour de Robert Ménard ou de Rachida Dati d’en remettre une couche. Ca devient grotesque.

Schiappa :

« Viser des journalistes avec une arme en leur disant « reculez ! » n’est pas drôle. C’est horrifiant. Surtout après avoir dit sérieusement vouloir « réduire le pouvoir des médias. » Dans une démocratie, la liberté de la presse n’est pas une blague et ne doit jamais être menacée. »

Ménard :

« C’est une connerie d’avoir fait ça. Il joue à quoi ? Au petit soldat ? » « D’un côté, il évoque en permanence la stature que doit avoir le chef de l’Etat et en même temps il s’affiche avec une arme. Tu ne prends pas une arme, tu ne la pointes sur personne, même en souriant, c’est le b.a.ba ».

Dati :

« Ce n’est pas le salon du jouet ! J’ai été choquée par cette image, surtout quand on veut prétendre à devenir président de la République. C’est un salon qui concerne la sécurité des Etats et notamment la lutte contre le terrorisme. C’est très sérieux, ce n’est pas le salon du jouet. J’ai aussi été choquée par les propos qu’Eric Zemmour a tenu à l’encontre de Marlène Schiappa. J’y vois de la misogynie et du sexisme. Et je n’accepte pas qu’elle soit insultée ».

Il serait temps que les ennemis de Zemmour, qui ne supportent pas son ascension fulgurante et sa popularité croissante, comprennent que leur tentatives désespérées pour le déstabiliser sont peine perdue : les fans de Zemmour se foutent royalement de ces attaques misérables.

Personnellement, je ne retiens qu’une phrase de cet épisode du Salon Milipol. La réflexion lucide d’un policier sur le stand du RAID :

« Quand vous serez président, monsieur Zemmour, vous serez protégé par ces armes-là. »

Voilà une belle parole pleine de bon sens. Car c’est cela l’important pour les patriotes de ce pays. Pas les lamentations des aboyeurs de service.

Jacques Guillemain