Arrêtez votre cinéma, Pap Ndiaye

Pap Ndiaye serait censé préparer une réforme du collège, collège qu’il voit et qui a toujours été considéré comme le « maillon faible » du système éducatif.

Le collège, maillon faible du système éducatif ?

Ce n’est pas le collège qui est le maillon faible du système éducatif mais l’école primaire qui, depuis des lustres déjà, n’assure plus les enseignements fondamentaux en raison, entre autres, de la perversion des méthodes d’apprentissage de la lecture avec l’usage de méthodes semi-globales – que le système se refuse  à abandonner (pour nos enfants seulement) en dépit des déclarations mensongères – méthodes basées sur la mémoire et non plus sur la logique, par la disparition de l’analyse grammaticale et logique qui obèrent la compréhension des textes et l’enseignement dans toutes les autres disciplines qui, par ailleurs, ont reçu de sacrés coups de boutoir avec le chamboulement et l’amenuisement des programmes d’enseignement.

Le collège n’est donc pas le maillon faible du système : il n’a été amenuisé qu’en conséquence des errements de l’enseignement primaire qui n’a pas permis et ne permet toujours pas, aux élèves, de recevoir la qualité et le niveau de l’enseignement antérieurement dispensé, ce qui est d’ailleurs corroboré dans la suite du discours de Pap Ndiaye dans lequel il prétend  que « les résultats à venir (?) – … alors qu’ils existent depuis longtemps ! –  des dernières évaluations montrent que « 20 % des élèves de 6ème sont en difficulté scolaire voire en grande difficulté… notamment en français et en mathématiques, nous avons un sujet de niveau général ».

En réalité, il y en a bien plus que 20 %  et ce n’est pas avec l’éducation sexuelle à tous les stades du primaire que le niveau général va être relevé !

Pap Ndiaye brouille les pistes

Puis il mélange, avec un cynisme saisissant, la politique scolaire réservée aux élèves issus de l’immigration et celle pour nos enfants : « après les dédoublements de classes du primaire et la réforme du lycée… » dit-il – qui ont été réalisés par Blanquer – il s’apprêterait à ouvrir le dossier du collège pour « tenter de redresser la barre ».

D’une part, quand il évoque les « dédoublements de classe du primaire »… il ne mentionne évidemment pas que ces dédoublements ont été et sont toujours réservés aux élèves issus de l’immigration dans les REP et REP+, quand par ailleurs la réforme du lycée a concerné seulement nos enfants, car les 200 « cités de haute qualité éducative » créées par Blanquer au seul profit des élèves issus de l’immigration – « sans mixité sociale » est-il bien précisé – aboutit à un bac français international, bac d’excellence qui n’a rien à voir avec le nouveau bac pour nos enfants qui résulte de la réforme du lycée où la plupart des enseignements disparaissent au profit d’activités basées sur l’acquisition et la vie des valeurs de la République.

Pap Ndiaye veut tenter de redresser la barre ?

Ah ! Oui, ! « tenter » seulement !

Peu de chance d’aboutir, mais là n’est pas son problème !

Prétendre « tenter redresser la barre » est totalement illusoire quand toutes les institutions ont été chamboulées pour ne faire de l’École qu’une garderie et un lieu d’endoctrinement avec la suppression des 80 inspections générales  entre autres, la disparition des manuels, le recrutement de personnels contractuels non qualifiés recrutés en lieu et place de professeurs certifiés… illusoire de redresser la barre, mais cela n’empêche pas de le prétendre.

D’autre part, il cible la classe de 6ème : « au collège, nous ferons de la 6ème une liaison efficace avec le primaire » avait promis le chef de l’État durant la campagne présidentielle.

Pour le profane, cela pourrait peut-être signifier « élever le niveau » ; en réalité, cet objectif vise à primariser le secondaire et donc, à faire progressivement une seule unité de l’école primaire et du collège, ce qui se conçoit aisément puisque l’enseignement proprement dit est appelé à disparaître complètement.

Conclusion

Alors, Pap Ndiaye, redresseur de barre ?

Comme le déclare – en substance – l’éminent sociologue Michel Maffessoli : comme ceux qui nous gouvernent sont complètement déconnectés de l’attente des Français, eh bien, ils font du théâtre.

Allons, Monsieur Pap Ndiaye, arrêtez vos simagrées.

La seule décision à prendre est celle de faciliter par tous les moyens la liberté d’enseignement pour nos enfants alors que vous vous apprêtez à faire exactement l’inverse, d’arrêter l’inégalité de traitement entre les élèves issus de l’immigration qui bénéficient d’un enseignement d’excellence et nos enfants pour qui l’École devient une garderie et un centre d’endoctrinement aux valeurs dites de la République, du primaire à l’université , système inégalitaire s’il en est et ce, au préjudice exclusif de nos enfants.

Vous le savez puisque vos enfants sont à l’abri de ce système délirant, scolarisés à l’ÉCOLE ALSACIENNE, où les enfants de ministres les ont précédés depuis longtemps, école élitique s’il en est !

Alors, Monsieur Pap Ndiaye, permettez à nos enfants ce que vous réservez aux vôtres, et arrêtez votre cinéma, c’est tout ce que nous vous demandons.

Claudine MEUNIER-BERTHELOT

  1. « Cette révolution scolaire qui tue la France » – Editions des Trianons 2022 – 80 p. 11.50E

 « C’est l’identité française qu’on assassine »        «                       «        2021 – 148 p.15E

image_pdfimage_print
13

17 Commentaires

  1. Il faut cesser de prendre ce charlot au sérieux et le critiquer est lui faire bien trop d’honneur . Il n’est là que par provocation du Foutriquet National. Traitons cet individu avec la seule chose qui compte: Notre souverain mépris . De toute façons les sinistres de l’Abrutissement National passent et les profs restent. Le seul problème c’est que cetains sont aussi pourris que leur ministre .

  2. La tragédie a commencé il y a 50 ans avec le collège unique et en considérant que tous les enfants devaient faire des études parce que la France allait devenir un pays de services.
    Les métiers manuels ont été dénigrés, les universités se sont remplies de gosses qui n’ont rien à y faire et maintenant nous pleurons parce que nous avons des bacs +8 au chômage pendant qu’on cherche des plombiers et des électriciens.
    Erreurs dans les choix de l’EN, mais aussi erreurs politiques.

  3. Ecoutez le billet de Mr François Billot De Lochner sur TVL, journal d’hier 1er decembre à 20.10. Vous allez entendre quelque chose qui rejoint votre analyse…Une belle s….que ce sale type !

  4. il est le point d’orgue de la destruction de l’éducation nationale et c’est bien pour cela qu’il a été mis en place par le paltoquet élyséen

  5. Ben zut alors!

    Dans mon temps, on avait des classes doubles (deux niveaux) et 40 élèves dans la même classe, en primaire.

    Pourtant, la majorité, que dis je, la quasi unanimité savait lire en fin d »élémentaire! (voire début du CP) et savait faire une vraie « rédaction » en CM1 CM2!, tout en sachant compter!

    Incroyable, non?

  6. comment veux tu qu’un gniakwé comprenne quelque chose la langue française. Qu’il retourne dans son cocotier

    • @ ##ANTICONS##X2##
      Du vietnamien nhà quê (niah-koué, « péquenot »). Le sens est péjoratif en vietnamien… Votre transcription personnelle me fait bien rire ! Vu ce qu’il va faire de la rééducation nationale ce Pap Ndiaye qui n’arrive même pas à la cheville de cet homme de la campagne méprisé injustement travaillant durement pour gagner quelques Dong pour dubvekircaux beoinsxde sa famille. Certes, il n’a pas l’allure raffinée d’un aristocrate ni celle d’un lettré qui, sans lui, mourraient de faim en regardant les légumes pousser et le poulailler croître en liberté.
      Pap Ndiaye ne mérite ki l’honneur ni la dignité d’un « nhà quê ».

    • ##ANTICONS##X2##
      Oups ! Quelques rectifications dues à des doigts trop volumineux pour le clavier de mon smartphone : « Du vietnamien nhà quê (niah-koué, « péquenot »). Le sens est péjoratif en vietnamien… Votre transcription personnelle me fait bien rire ! Vu ce qu’il va faire de la rééducation nationale ce Pap Ndiaye n’arrive même pas à la cheville de cet homme de la campagne méprisé injustement travaillant durement pour gagner quelques Dong pour subvenir aux besoins de sa famille.(…)». Les phrases contenues dans les parenthèses restent valables.

  7. plus il y a de photos plus il montre sa haine autrefois confinée en acceptation bienveillante. les gauchos blancs sont tellement racistes dans leurs « narratifs » sans qu’il s’en rendent compte que n’importe quel black les hait encore plus parce que leur racisme est caché/auto-avoué derrière le montage d’ une pseudo-théorie sociétaliste égalitaire à laquelle aucun black qui a du vécu ne les croit sincères une seule seconde.

  8. Bonjour , ça le ministre de l’éducation ? éducation et instruction sont deux choses bien différentes, instruction c’est les enseignants et l’éducation c’est les parents ok ,

  9. Bonjour, lui ministre de l’éducation national ? de qui se moque t-on ? et l’éducation c’est les parents , l’instruction c’est les enseignants . Mais beaucoup de gens ne font pas la distinction  » entre éducation et instruction « 

  10. Parents d’élèves, faites dégager ce triste sir, qui va empoisonner le cerveau de vos gamins.

  11. Claudine MEUNIER-BERTHELOT, merci de votre article et de vos différents écrits pertinents, mais ne perdez pas de temps avec ce pantin.

  12. Vous savez ,lorsqu’on ne donne plus de notes aux élèves au nom de l’égalité des chances,comment voulez vous encore évaluer celui qui travaille sérieusement par rapport au cancre qui ne fout rien et qui pourtant est mis au même niveau. Comment donner le goût de l’effort et de réussite si le bucheur n’est pas valorisé. C’est comme si demain on supprimait tous les prix des marchandises et on les remplacaient par. Cher,pas cher, abordable. Je n’imagine même pas qu’à mon époque mon travail n’aurait pas été noté. Jamais je n’aurais progresser en mieux.

    • L’éducation nationale et son enseignement à deux balles ou les apprenants n’apprennent plus rien, fabrique de futurs chômeurs qu’il faudra finalement, envoyer en formation pour essayer de rattraper l’incompétence des élites qui nous gouvernent. Que de temps et d’argent perdus pour rien.

Les commentaires sont fermés.