Arzano : la LDH confirme la duplicité du maire, Anne Bory

Publié le 6 décembre 2018 - par - 8 commentaires - 955 vues
Share

Alors que la section concarnoise de l’association était en veille depuis deux ans, l’assemblée générale de la Ligue des droits de l’homme de Concarneau a été l’occasion de réaffirmer son combat pour le Centre d’accueil et d’orientation d’Arzano. Une priorité, semble-t-il !

Ce qui est bien avec la Ligue des droits de l’homme, c’est ce que tous leurs arguments sont réfutables facilement !!!

Tout d’abord, et pour commencer, accueillir un CAO est un choix, comme le texte le laisse entendre, le contraire de ce que nous laissait comprendre Mme Bory !

Ce que nous avions bien compris mais les éléments de langage utilisés par le maire : nous dire que cela est imposé et  « en même temps » soutenir une page Facebook pro-CAO, cela est courant et ces mascarades ne durent pas longtemps…

Ce qui gêne la LDH, c’est que la liberté de parole et d’expression, si souvent brandie et utilisée à leur avantage, soit enfin utilisée pour contrer leurs arguments et n’étant pas habitués à avoir des opposants, ils s’en offusquent. En revanche, dans ce camp-là, utiliser des menaces, intimidations et autres moyens de pression ne les gêne pas apparemment  ! Et aussi psychiatriser leurs opposants en les traitant d’identitaires ou en « voulant les libérer de leurs angoisses » ! Mais les faits commis par des clandestins sont là et se rappellent quotidiennement à nous à travers la presse !

Le parallèle économique entre personnes autochtones et clandestins arrivés illégalement ne semble pas non plus les ennuyer. Quand des personnes âgées ayant cotisé toute leur vie ont  moins de 700 euros par mois pour vivre (comme 5 millions de Français) et que l’on attribue plus de 750 euros, au minimum, par mois à des personnes ayant franchi nos frontières illégalement, cela ne les dérange pas ? Tous ces frais payés par l’État ! Mais qui est l’État sinon les contribuables – c’est-à-dire nous – déjà bien sollicités ? Tout cela avant le dépôt de la demande d’asile éventuelle qui permettra aux personnes entrées illégalement sur le territoire français de toucher en plus une allocation (plus de 200 euros par mois) !!!

D’autant que l’on nous fait croire que ce sont des personnes démunies matériellement mais non « intellectuellement ou professionnellement », malheureusement, peu viennent de grandes écoles et rares sont les médecins ou ingénieurs ! Sans doute ceux-ci restent-ils dans leur pays afin d’en être les forces vives et ainsi de ne pas déserter ? À la réunion publique du 15 octobre à Arzano, le maire de Kerlaz nous a dit que les migrants apprenaient à réparer leur vélo ! Bizarre ?

Cette première infraction consistant à entrer clandestinement dans un pays est encouragée par le soutien des associations pro-migrants à des réseaux mafieux dont ils reconnaissent l’existence, mais n’est-ce pas là soutenir et encourager le trafic d’êtres humains ? Cessons cet esclavage et ces appels d’air à l’immigration illégale !

Le but recherché par la LDH est que les « personnes arrivées clandestinement soient identifiées et qu’elles régularisent leur situation » ! L’association Coallia, financée à hauteur de 76 millions d’euros en subventions d’État, fait de l’aide aux migrants et de la collaboration à l’immigration son business. Coallia, deuxième association la plus subventionnée en 2016, recrute pour le projet de CAO à Arzano deux IAS (intervenants en action sociale) qui seront là au mieux 35 heures par semaine chacun, soit 70 heures sur une amplitude horaire de 168 heures de la semaine. Qu’en sera-t-il des heures vacantes ? Avec quatre trajets de bus par jour, nul doute que la population risque de perdre patience rapidement !

En effet, l’actualité de ces derniers jours l’a encore montré, les personnes de cultures différentes n’ont pas les codes nécessaires pour se « plier aux obligations de la loi française ». Pas un jour qui n’apporte son lot de faits divers recensant les écarts de cette population, violences, actes sexuels, racket ! À Arzano comme ailleurs, l’arrivée de plusieurs dizaines de personnes étrangères inquiète les 1 400 habitants de la commune et ces derniers ne se sentent pas écoutés.

Les Arzanois ne supportent pas de voir des femmes avec enfants à la rue, des personnes âgées obligées de dormir dans leur voiture, des familles expulsées et logeant dans un mobil-home…

Ce deux poids, deux mesures est insupportable, entendez-le !

Si ce projet fait autant de bruit, c’est en effet que la population se rebiffe et souhaite ne pas être prise en otage par des politiques centralisées. Les habitants d’Arzano veulent prendre leur destin en mains et réagissent. Le collectif Arzano « non au Cao » est là pour les représenter, les informer et relayer leurs doléances. Le collectif demande un rendez-vous avec le préfet pour savoir quand, combien, et quel sera le plan de financement de ce projet et exige un référendum !

Martine Chapouton

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
barbot

Mais qui a élu cette gauchiste? Il fallait réfléchir avant de voter pour une nuisible (origine sociale ? Metier?, Je parie pour la déséducation nationale.

wika

CAO = centre d’accueil et d’orientation pour les migrants. Voici la pétition :
https://www.mesopinions.com/petition/social/arzano-cao/50132

Clamp

Bientôt des GJ dans les communes pour exiger la démission des maires rouges – qu’ils ont élus certes, mais on est un peu long à la détente à toutes les échelles !

Dupond

Clamp
Souvent en province les parachutés de la politique débarquent avec de belles paroles . Ce stratageme ira en diminuant avec internet qui a vite fait de dévoiler le cursus du nouvelle arrivant !!!

Busa Françoise

Voilà ce que c’est de suivre comme un troupeau tous ces malfaisants. Ne venez pas pleurer maintenant.

Dupond

Cette population bretonne est confiante et généreuse (je n’aime pas diffamer les bretons une goutte de leur sang coule dans mes veines) Les Arzanois ont été roulés dans la farine par une gauchiasse imigrationniste …..

Dupond

Paskal
+1000000000000000000