Assassiner la langue française en la rectifiant

Publié le 12 juillet 2021 - par - 13 commentaires - 790 vues
Traduire la page en :

LETTRE OUVERTE À LA CONFÉRENCE INTERCANTONALE DE L’INSTRUCTION PUBLIQUE DE LA SUISSE ROMANDE

Jamais l’ancien professeur que je suis n’aurait cru qu’il dût un jour tancer ceux qui furent administrativement ses supérieurs ! Et qu’il dût s’y résoudre parce qu’ils se rendraient coupables de forfaiture ! Car tel se nomme le crime par eux commis : la violation du serment de foi prêté en prélude à l’exercice de leurs fonctions officielles.

Ainsi, à l’heure où les patries européennes sont attaquées de toute part, où les autorités politiques ont peu à peu abandonné des pans entiers de souveraineté, laissant des juges étrangers (CEDH), un organisme supranational (Union européenne) et des forces subversives des mondes économique (grandes banques internationales d’affaires, entreprises multi- et transnationales), sociétal, social décider du sort de nos nations et de nos peuples, ceux qui ont pour tâche de préserver l’intégrité intellectuelle et culturelle de notre civilisation, les ministres de l’Éducation des cantons romands, entreprennent à leur tour de frapper au cœur l’héritage des citoyens dont les pères, les ancêtres ont bâti la patrie. Patrie dont la terre contient, à jamais sacrés, le sang, les os, les cendres.

Aveu terrible de trahison déjà face à l’Autre que la suppression de la préférence nationale ; l’indulgence systématique de ce qu’on nomme encore par dérision la justice envers la canaille, le criminel, surtout lorsqu’il vient d’ailleurs, tandis que l’honnête citoyen est lourdement condamné, quel que soit le cas, et interdit de cette légitime défense qui permet de protéger les siens, son bien, sa vie ; l’encouragement programmé d’un afflux sournois mais régulier d’individus et de groupes étrangers à nos mœurs, nos coutumes, nos cultures, nos patries et qui souvent les haïssent. Ainsi se constitue un contre-peuple dont des forces occultes attendent qu’il prenne un jour notre place, engageant un métissage qui est la forme la plus sournoise du racisme puisqu’il ne saurait aboutir qu’à la suppression des ethnies qui constituent la richesse de l’humanité, c’est-à-dire sa diversité.

Il ne manquait à ce terrible tableau que l’acte qui frappât au cœur même du citoyen amoureux de sa patrie et fier de son héritage : l’outrage fait à sa langue.

Par démagogie, mais peut-être également par quelque motivation inavouée, vous avez, après l’acceptation de la lèpre inclusive, née dans des cerveaux malades, pris la responsabilité de rompre le pacte tacite qui est au centre de toute civilisation : celui qui enjoint de présenter à l’étranger qui la plupart du temps feint de vouloir adopter les codes nationaux, un ensemble linguistique indivisible qu’il se doit de respecter, d’assimiler, de servir, quelles que soient les difficultés qu’il rencontre. En l’occurrence, c’est du français qu’il est question. Notre français. Avec sa richesse, ses particularités, les exigences de sa grammaire et de son vocabulaire. Vous qui êtes responsables au plus haut point de sa transmission intégrale, vous jetez à la poubelle ce qui doit être à tout prix préservé : la loi infrangible selon laquelle il appartient à l’Autre de monter jusqu’à notre langue, et non à notre langue de descendre au niveau de l’Autre.

Or, en choisissant de sacrifier notre langue, de la faire déchoir du degré d’excellence qui est le sien et de la rabaisser, de violer son intégrité, de déchirer le tissu somptueux qu’elle a reçu des siècles, tissu confectionné notamment par les génies de nos littératures francophones, vous prenez la responsabilité abjecte, immonde, odieuse d’engendrer, d’ici dix ou quinze ans, des cohortes puis des générations d’illettrés, d’analphabètes, aliénés à leur propre culture, à leur propre histoire, à leur âme même et à celle de leurs ancêtres. Des générations incapables à jamais de déchiffrer non seulement Rabelais, Ronsard, Montaigne – c’est pratiquement déjà le cas aujourd’hui – mais Molière, Chateaubriand, Hugo, Lamartine, Proust, Montherlant, voire une simple lettre officielle ou un misérable prospectus.

Mais peut-être est-ce là votre but : participer à ce mondialisme qui a pour objectif de réduire les masses citoyennes à l’état de troupeau, de bétail, dont la pitance intellectuelle, se réduisant à quelques phrases communicationnelles simplistes, suffira à ce qu’il fonctionne, c’est-à-dire travaille, survive, obéisse et la plupart du temps se taise.

J’aimerais pouvoir affirmer que nos descendants vous jugeront. Je crains toutefois qu’ils ne soient devenus simple cheptel décervelé, ânonnant des mots sans suite et de toute manière tronqués. Incapables de comprendre le monde dans lequel, tels des ruminants en stabulation semi-libre, ils s’agiteront, ils auront oublié qu’il fut un temps où des notables, ayant forfait à leur devoir, s’étaient attachés à leur préparer le monde de cauchemar dans lequel ils seront désormais condamnés à gémir.

Michel Bugnon-Mordant, professeur honoraire (Suisse)

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Le Faste Fou

Pourriez-vous détailler davantage les décisions qui ont été prises par cette conférence intercantonale ?

Merci d’avance.

meulien

je pourai enfin parler “pataouette”melange de francais,d’espagnol,d’arabe et d’italien parle par les pieds noirs,,,,vive la modernite!

Phoenix

@ Meulien
Les Pieds Noirs, comme tu dis, écrivent mieux que toi. Je POURRAI prend deux R.
Le seul R méprisant relève de la connerie.

patphil

les allemands, les espagnols même les turcs ont modernisé leurs langues
vous êtes surement incapables de lire des auteurs du 15è voire même du 16è siècle en version originale !
expliquez nous pourquoi imbécile donne imbécillité
double consonnes etc.
diaré (vous comprenez ou pas ?) aujourd’hui les écoliers suisses ne font plus de fot d’ortograf

peplum

D’autant que, et à l’évidence, la norme proclamée remplaçante de la norme qu’elle conteste est hypocritement, car faussement et ceci (certainement …) au su de ses pondeur-e-s, normatif-s-et-tondu-s : car a-t-on jamais vu un texte écrit “inclusivement” “tenir la distance”, être cohérent avec lui-même, sauf s’il ne fait qu’une 1/2 ligne, œuf corse ?

Bonjour et merci pour votre article. Il y a des années que je suis incapable de voir un film francais, d’écouter la radio francaise, même le canal de musique classique. Que dire des présentateurs télé grassement rémunérés. J’ai écrit à l’Academie francaise il y a plusieurs années, bien entendu sans la moindre réponse. Vous me croirez si vous voulez, mais entendre parler aujourd’hui des gens qui se prétendent éloquents me fiche la nausée. Ceci n’est pas une facon de parler, c’est une nausée véritable, concrète.
Je suis traductrice et ne peux me permettre aucune faute. Les bonimenteurs, eux, payés pour parler, en commettent plusieurs par phrases.

Un monde de fous.

Rosalie

Hélas, Madame, j’en relève pourtant régulièrement dans vos articles…

Richard Mil

Rosalie, lorsque vous serez traductrice trilingue, on en reparlera. Jonglant entre français et polonais, je connais les contraintes supplémentaires que l’on s’octroie à l’aune de l’unilinguisme.

Parmi la masse d’articles RL au sujet du grand-père dépouillé de son portemonnaie par une France Chanceuse pourtant non immatriculée à la mairie, voilà un texte suisse éloquent ! J’y ajouterai deux éléments. D’abord, la perte de maîtrise des verbes du passé et du futur, ce qui appauvrit sensiblement la richesse des sentiments à communiquer. Ensuite, la concurrence déloyale d’un smartphone dont l’anglais basique participe de l’accroissement criard de la novlangue slang. Tout est réuni pour une décérébration supplémentaire par voie linguistique.

ISLAM et GAFAM ? Escopette et espingole ça oui !

wika

Les adhérents du site Défense de la Langue française (DLF) reconnaissent que la bataille est perdue, notamment vis à vis de l’anglais qui grignote de plus en plus de place dans le nom des restaurants, des coiffeurs, dans les publicités etc.
Bataille perdue vis à vis également de la langue anglaise qui continue à être pratiquée dans les instances européennes malgré le Brexit.
http://www.langue-francaise.org/

Rosalie

Je ne reparlerai de rien du tout. Sur ce site, nombreux sont ceux qui font des fautes d’orthographe. Certains ont toute ma sympathie. Tout le monde n’est pas bon en orthographe, tout le monde n’a pas été bon élève. Ce qui m’agace chez Mme Schubert, c’est le tantinet de prétention… “je ne fais jamais de faute”… “je suis traductrice”… etc. Un tout petit peu de modestie la grandirait. On peut faire des fautes sans pour autant être un imbécile, alors pourquoi cette morgue inutile et malvenue ? Point final pour moi.

Le Faste Fou

Entièrement d’accord avec vous, Rosalie.

J’ai eu plusieurs fois l’occasion de constater cette attitude hautaine et pleine de morgue.

Atikva

“… vous prenez la responsabilité … d’engendrer, d’ici dix ou quinze ans, des cohortes puis des générations d’illettrés, d’analphabètes, aliénés à leur propre culture, à leur propre histoire …”

D’ici 15 ans ? C’est déjà fait, et vous le pouvez le constater chaque jour dans la presse (lisez: la propagande islamo-gauchiste), les commentaires sur le web, les vidéos et les films. Sans parler de la vulgarité devenue la norme. C’est une vraie bérésina de la culture française. Et les Français trouvent cela très ‘cool’ et s’offusquent s’ils vous voient tiquer.

Lorsque l’école affiche à sa porte : “Rentré (sic) scolaire des professeurs des écoles stagiaires, année scolaire 2014-15”, il n’y a plus qu’à tirer l’échelle. L’éducation nationale a délibérément abruti la population.

Hellène

Je l’ai constaté moi- même durant les années où j’étais auxiliaire de vie scolaire :
une “professeur des écoles” comme on dit maintenant, avec bac ( à sable) + 5, silvôplé, qui dit à ses élèves ( de petite maternelle, heureusement, mais tout de même) :
” C’est comme si QUE…”
Une prof de français de lycée qui écrit, citant Corneille dans une leçon illustrant les figures de style : “VaS, je ne te hais point”, ou “omnibuler”. J’ai vu ça de mes yeux et me suis mordu le poing pour ne pas hurler…

Lire Aussi