1

Asselineau, le blaireau islamo-collabo !

Consternant ce type. La récente interview sur LCI du candidat à la présidentielle Asselineau confirme ce que l’on savait déjà.

Voilà un type qui, d’entrée de jeu sur le plateau télé, dit que le voile et le burkini sont des sujets clivants, agités pour faire peur, et que c’est mieux de ne pas en parler.

Bref sur le sujet, circulez, il n’y a rien à voir. Ce qui discrédite totalement ses postures souverainistes.

Il prétend parler d’indépendance de la France, mais l’islamisation rampante de la France, ce n’est pas un sujet, il ne faut pas en parler.

Comment ce type peut-il afficher un souverainisme aussi absolu contre l’Europe, l’euro et l’Otan et dire que le totalitarisme islamique qui gangrène la France n’est pas un sujet ?

Il faut écouter cette interview du 14 mars dernier sur LCI pour comprendre l’imposture de ce blaireau. Les deux premières minutes suffisent. Elles disent tout de la contradiction existentielle de ce candidat dont la prétention souverainiste n’est qu’un leurre.
Et si le vrai sujet pour Asselineau est l’indépendance de la France, alors il veut nous bercer d’illusion. Il veut nous enfumer :
https://www.youtube.com/watch?v=Mzq6Q931_wQ

C’est l’évidence. Cet Asselineau a tout du blaireau. Tout d’un bleu tombé de la dernière pluie. Tout d’un naïf en politique. Encore un qui n’a pas lu le coran ou qui n’a pas compris son idéologie totalitaire.

Ou alors c’est le dernier des hypocrites à la candidature, mode taqiya, pire que Macron.

On est toujours le blaireau de quelqu’un, mais là il n’y a plus de limites. Surtout quand ces deux blaireaux, bas sur pattes au sujet de l’islam, sont à la chasse de l’électorat mahométan.
Car Macron a dit qu’il n’était pas choqué que les français musulmans préférent la charia à nos valeurs démocratiques.

Et Asselineau dans une interview à Oumma.tv a affirmé son islamophilie en citant la sourate 2 verset 256 selon laquelle n’y a point en islam de contrainte en religion.

Les blaireaux osent tout céder à l’islam de paix, d’amour et de tolérance et c’est à ça qu’on les reconnait.

Asselineau, comme Macron, est un énarque inspecteur général des finances.
On attend donc avec impatience les débats de la présidentielle entre ces deux formatés à la dialectique « Ã©narchique ».

Entre le prétendu souverainiste Asselineau et le véritable mondialiste Macron, le seul point de convergence entre ces deux blaireaux est la soumission à la belle religion d’amour, de paix et de tolérance. Avec toujours plus d’accommodements déraisonnables pour plus d’islamisation rampante. Et ils voudraient nous faire les poches pour imposer leur vision du vivre ensemble toujours plus multiculturellement métissé.

Asselineau affirme être caricaturé : « Qu’on arrête de me faire passer pour un hurluberlu ».
Et Asselineau assène à qui veut l’entendre : « Quand je serai élu, personne ne m’aura vu venir ! »

Mais non, Asselineau, tu n’es pas un hurluberlu, tu n’es qu’un blaireau de chez blaireau.
Mais si, Asselineau, on te voit bien venir, comme Macron, tel un blaireau islamo-collabo.

Alain Lussay