Assez de mensonges, Édouard Philippe, la France est le pays industrialisé qui pollue le moins !

Je reviens sur le débat essence-diesel et sur la propagande du gouvernement en faveur de l’essence, véritable attrape-couillon orchestré par les ayatollahs de l’écologie et les grands-prêtres de la COP.

Une fois de plus, le magazine Auto-Plus démontre que celui qui troque son vieux diesel contre un modèle essence récent, alléché par la prime de l’État, y laisse des plumes 22 fois sur les 24 comparaisons envisagées par le magazine !

Mieux vaut jouer à la roulette et tout miser sur le « rouge ». Vous aurez 18 chances de gagner sur 37, ce qui est quand même mieux que 22 chances de perdre sur 24 !

Le discours d’Édouard Philippe, c’est le baratin de Super-Pinocchio.

Et de citer le cas du possesseur d’une vieille Peugeot 206 diesel, consommant 6 l/100 km.

« Avec la surprime, il va pouvoir acheter un véhicule plus récent, y compris d’occasion, qui lui permettra de passer à une consommation de 5 l/100 km.

Une Citroën C3 essence d’occasion, vous pouvez l’acheter à 5 000-5 500 euros. Le reste à charge, ce sera 1 000 à 1 500 euros. Pour un véhicule qui consommera nettement moins, c’est une économie de 200 euros par an.”

Mais comme le dit Auto-Plus, la prime de 4 000 euros ne concerne que les ménages non imposables habitant à 30 km de leur travail.

De plus, les deux véhicules cités par Édouard Philippe ne sont pas dans les clous pour bénéficier de la prime conversion, puisqu’ils rejettent plus de 131 g/km de CO2. Pour taper sous les 130 g/km et avoir droit à la prime, il faut acheter des modèles plus récents et donc plus chers que l’exemple cité.

Mais le pire est dans les consommations bidon avancées par Philippe.

Au lieu d’une économie d’1 l/100 km, c’est une surconsommation de 0,8 l/km au détriment de l’essence qu’il faut prévoir.

On n’est plus dans un gain de 200 euros par an, mais dans une perte de 120 à 200 euros, après un investissement très supérieur aux 1 500 euros cités par Philippe.

Et si les trajets se font en ville, la surconsommation devient encore plus défavorable à l’essence. 1 litre de plus pour le diesel contre 3 pour l’essence !

Et qui dit surconsommation dit plus forte émission de CO2.

On reste donc dans l’éternel discours à sens unique des écologistes, qui ont décidé de liquider le diesel de nos rues alors que nos constructeurs  travaillent sur des systèmes dépolluants de plus en plus performants.

En conclusion, il est impossible d’acquérir un modèle essence récent pour un « reste à charge » de 1 000 ou 1 500 euros.

À  puissance égale, aucune voiture essence ne permet de faire de réelles économies de carburant, c’est même tout le contraire.

Enfin, cet encouragement à changer de voiture sert nos constructeurs, certes, mais ne diminue en rien les émissions de CO2.

Ce sont la recherche et les innovations de nos ingénieurs qui diminueront la pollution, pas les primes lancées à tort et à travers sans la moindre étude préalable.

La dictature des écologistes qui s’abat en permanence sur les automobilistes vient de provoquer la révolte des Gilets jaunes écrasés de taxes.

Le 8 décembre, la France en colère a frôlé l’insurrection généralisée. Et tout ça parce que le pouvoir cède au discours mensonger du GIEC et veut conserver le vote écolo.

Vitesse limitée à 80 km/h, taxe carbone, péages dans les villes, contrôle technique plus onéreux, etc. Il est temps que cette tyrannie prenne fin.

L’ensemble des taxes sur l’automobile rapporte près de 70 milliards à l’État.

Et nos écolos en plein délire voudraient qu’on paie mais qu’on ne roule pas.

Assez de mensonges. La France est le pays industrialisé qui pollue le moins. Les Français ont déjà fait plus que leur part d’efforts.

Aucune taxe n’a jamais modifié le climat. Et merci aux Gilets jaunes d’avoir mis un frein à l’hystérie des écolos.

Jacques Guillemain

image_pdf
0
0

41 Commentaires

  1. Évidemment que tout ça est une mega arnaque et qu’on nous prend totalement pour des cons. Tiens par exemple qui se pose la question de la limite de vitesse en cas de pic de pollution hein ? C’est pas la vitesse des chariotes qu’y faut limiter mais le regime moteur pass’qu’un moulin qui tourne à 2800 t/mn en 3 ème pour se traîner polluera toujours plus que le même moulbif qui tournera sur le couple à 2000 t/mn en 4 ème. Mais les gens conduisent pour la plupart comme des cons, écoutent leur radios de merde au lieu d’écouter la mécanique et finalement conduisent comme les clampins des auto-écoles leur ont appris, suffit de voir les stops allumés 95 % du temps en montagne pour en être sûrs. P’tain, y z’auraient 40 tonnes qui pousseraient au cul qu’y comprendraient vite !
    Combat inutile…

  2. Continuons comme cela, avec la formidable intelligence française et la science économique infuse que l’on retrouve magnifiquement incarnées dans les Gilets Jaunes, qui réclament plus de sous tout en faisant perdre des dizaines de milliards à l’économie.

  3. Malheureusement, une des raisons pour lesquelles la France est le pays qui « pollue le moins », est qu’elle n’est presque plus industrialisée, grâce à l’intelligence et la clairvoyance de nos dirigeants.

    Une des causes majeures: l’ISF, qui a fait fuir les investisseurs… Sans parler du reste de la pression fiscale.

    L’ISF, encore une magnifique réussite « à la française », comme le naufrage d’Alstom et d’Alcatel pour avoir renvoyé idéologiquement son excellent PDG Pierre Suard, coupable d’avoir un salaire « trop élevé » (quelques centaines de milliers de… francs), et l’avoir remplacé par un guignolo (payé plus), Air France, EDF, la SNCF (endettées jusqu’au cou)

  4. Le problème que les écolos et le gouvernement « oublient », c’est qu’un baril de pétrole donne toujours, après raffinage, à très peu de choses près, la même quantité de gazole et d’essence (et de fioul lourd, et de propane, et de butane…) : voir par ex. https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/raffinage-petrolier
    Le reste, c’est de l’enfumage – c’est le cas de le dire – et en enfumage, les écolos comme les politiciens s’y connaissent ! Surtout quand il y a des taxes à prélever !

  5. Pour terminer, je rajouterai que le GIEC est le seul organisme officiel censé être compétent pour parler du climat dans les grands médias. Toutes les voix discordantes n’ont pas le droit de parler sur toutes les télés européennes. Le GIEC a été créé au début des années 80 pour non pas étudier le climat, mais pour prouver que l’homme était le seul responsable du réchauffement climatique. Il n’y a pas de scientifiques au GIEC, mais des idéologues, des militants d’ONG, des anciens de Greenpeace, etc.
    Pour ceux qui veulent en savoir plus, je conseille l’excellent livre de Christian GERONDEAU : Climat : la grande manipulation. Édition l’Artilleur.
    Joyeuses fêtes à tous.

  6. Saintongeais (plus bas dans la discussion), a parfaitement raison. Le CO² n’est pas un danger et il n’a absolument rien à voir avec le réchauffement climatique. C’est une immense « fake news » entretenue par le GIEC depuis 35 ans. De plus les changements climatiques ont toujours existé. Le climat se réchauffe et se refroidit par cycles depuis le début de la naissance de la terre. Cela est du pour la plus grande partie à l’activité solaire, et n’a absolument rien à voir avec l’activité humaine. Le but de tout cela est de faire peur aux gens pour qu’il achètent ce qu’on leur dit (éoliennes, panneaux solaires). Rappelez vous qu’il y a 20 ans on devait tous crever à cause du trou dans la couche d’ozone, pour ceux qui ont de la mémoire. Qui en parle aujourd’hui ?

    • On sent l’expert éminent en vous lisant!

      « Les changements climatiques ont toujours existé » : certes, à l’échelle de centaines de milliers d’années… pas en quelques dizaines. C’est aussi puissant que de dire que le temps passe…

      « Le climat se réchauffe et se refroidit par cycles »: ben oui, vous voulez qu’il fasse comment? évidemment qu’il oscille entre réchauffement et refroidissement, c’est un truisme comme l’eau qui mouille. En fait ce ne sont pas de véritables « cycles », mais des alternances, il n’y a aucune régularité.

      Autant dire qu’on reste dans le simple constat d’évidence et la banalité la plus complète.

    • Le pompon, l’argument « massue » des négationnistes: c’est l’activité solaire la cause principale. Là c’est vraiment de l’ordre de l’affirmation gratuite, vu qu’on ne sait rien de l’évolution de l’activité solaire depuis son origine. Il se trouve qu’actuellement elle est anormale. Anormalement et exceptionnellement basse…

      En réalité il y a énormément d’autres causes possibles. Les changements de l’orbite terrestre (excentricité variable), les évolutions du champ magnétique (ça devait être sympa les périodes où il a disparu – ce qui est avéré – et ne protégeait plus la vie des rayons cosmiques (ceux qui causent les aurores boréales)), la traversée de nuages stellaires, les éruptions volcaniques massives, les bascules de l’axe de rotation, l’effet boule de neige, les astéroïdes,

    • ou les comètes qui la percutent, les évolutions de la composition atmosphérique, évidemment la dérive des continents, le refroidissement interne de la Terre, le ralentissement de sa rotation, l’explosion de super-novae dans le voisinage (avec flash de rayons gammas)…

      En réalité, les changements éventuels (imprévisibles et inconnus à ce jour, sauf sur les trois derniers siècles) de l’activité solaire sont peut-être la cause la moins importante de variation du climat…

      En tout cas c’est un argument qui n’a actuellement aucun étayage scientifique, il est inchiffrable.

      Quant au trou dans la couche d’ozone, bien sûr que si qu’on en parle. Mais c’est comme la radio, faut se mettre à l’écoute sur la bonne longueur d’onde pour l’entendre.

      • Eh bien, on peut vous retourner l’argument : on sent en vous l’éminent spécialiste ! La vérité, c’est qu’il y a querelle de scientifiques sur le sujet (allez voir rien qu’aux USA, pays un peu plus avancé scientifiquement et un peu plus démocratique que la France), mais aussi que le GIEC est un organisme POLITIQUE avant tout – et que font les politiques sinon inventer tjrs + de taxes ? ; ou encore le scandale du climategate, ou de Gore condamné par la justice britannique pour son film bidon, ou encore Verdier évincé de FrTV (mais de quoi ont-ils peur ?), etc. Pas le temps de vous détailler les arguments très nombreux en défaveur de la thèse officielle, allez donc faire un tour sur le site des climato-réalistes : ils sont nombreux, et solides.

      • Ah, je vois que Môôssieur étale sa science : mais qui croyez-vous convaincre ?… vous êtes un climato-alarmiste parmi des dizaines de milliers d’autres. Comme par hasard, la thèse officielle va dans le sens de l’immigration de masse (pour des motifs soit-disant climatiques, et bien sûr nous Occidentaux sommes encore les responsables donc devons nous y plier sans rechigner) et d’une gouvernance mondiale anti-Nations par excellence (bah oui, il faut bien ça pour lutter contre un phénomène transnational – qu’y disent). Toujours dans le même sens : celui de la culpabilisation et de l’effacement de l’Occident au profit… de qui au fait ? Ben de la nomenklatura mondialiste et d’un certain nombre d’Africains et de musulmans revanchards, au moins dans l’immédiat.

        • Z’êtes marrant quand-même les gars (Marcus, Ulysse 67 et Jacques B. vous avez tous des arguments tout-à fait recevables et vous dîtes à peu près la même chose sans être du même avis en étant d’accord que vous êtes d’accord sans être sur la même longueur d’onde puisque vous dîtes pareil.

          C’t’hallucinant ma parole !!!

  7. L’imposture écolo éclate, enfin, au grand jour !
    La valider, d’un côté, en donnant des primes, en profiter de l’autre, en augmentant les taxes ! « Bénéfice net » évident !
    Les « bons élèves » se révoltent ! CAR :
    La France, 0,3 % de la Planète, 0,9 % de la population, 0,9 % du CO2 émis,a tout compris dans ce piège fiscal !

  8. Mais en France, il est urgent de lutter contre ce qui n’est pas urgent… si ce n’est de remplir les
    poches de certains. Ainsi, un petit cercle y retrouve son compte, directement ou indirectement. Les éoliennes évoquées précédemment vont dans ce sens.

  9. Tous les physiciens spécialistes en thermodynamique confirmeront que la théorie (comme la pratique) démontre que les moteurs diesels ont un meilleur rendement et produisent moins de CO2 que les autres moteurs thermiques ( à cylindrée identique et pour un même travail) . L’inconvénient des diesels est la production de particules fines dangereuses pour la santé (risque cancérigène connu depuis la fin des années 1970). Pour éliminer ces risques les constructeurs ont proposé des filtres à particules et la seule question qui mériterait d’être posée n’est-elle pas celle de leur efficacité ?
    En attendant, bien sûr, qu’on apprenne à stocker l’hydrogène

    • Tout à fait, le discours anti-diesel est débile, il y a dix ans on conseillait le diesel pour limiter le réchauffement, à cause du CO², aujourd’hui on veut l’interdire car il serait mauvais pour la santé. Autrement dit on poursuit deux objectifs contradictoires.

      Le pire est que nombre d’intervenants nous expliquent sottement qu’il faut éradiquer le diesel à cause du réchauffement… ce qui montre le degré d’ignorance de ceux qui tiennent ces discours et mélangent tout.

  10. Ce « RIC » (Référendum d’initiative citoyenne) dont tout le monde parle, me fait penser à une liste de cadeaux qu’on envoie au Père-Noel. « S’il te plaît, Père Noel, donne-moi un gros jouet ! ». « S’il te plaît, Emmanuel, donne-nous une société plus tolérante, une planète plus juste et un univers plus démocratique ! »… Ce dispositif pue à plein nez la « boîte à voeux » des bisounours, et dont le gouvernement se moquera évidemment !

    • Et il aura bien raison, parce que c’est n’importe quoi.

      Cependant, en prenant le recul nécessaire, il faut interpréter et comprendre ce que cache cette revendication du RIC,en soi maladroite et inadaptée: le sentiment de déconnexion entre des décideurs qui font n’importe quoi et une population qui subit les effets négatifs et pervers de choix discutables de plus en plus incompréhensibles. Et surtout entre ces décideurs et la réalité. Des décideurs qui vivent dans une bulle, un monde abstrait, factice et imaginaire.

      C’est cela le vrai problème. Mais le RIC n’est pas la solution.

      • En fait on se demande quel est le pire : ne pas être écoutés, ou feindre de nous écouter…

  11. Il faut arrêter avec le CO². Ce gaz n’est pas une pollution et d’éminents scientifiques ont démontré qu’il n’a absolument aucun effet sur le climat. Le CO² c’est le modèle de la fake news. On en expire à chaque respiration. C’est le gaz de la vie.

    • C’est d’autant plus le gaz de la vie que sans CO2, pas de photosynthèse, donc pas de plantes, donc pas d’aliments. Des études ont même montré que l’augmentation du taux de CO2 atmosphérique entraînait une augmentation de productivité des cultures agricoles. Mais comme ça ne va pas dans le sens de la propagande écolo-gouvernementale…

    • La vie a aussi besoin de l’azote, de l’hydrogène, de l’oxygène, du protoxyde d’azote, etc.. A ce compte-là, il y a beaucoup de « gaz de la vie ».

      C’est aussi le gaz de la mort, au-delà d’une certaine concentration… argument idiot. D’ailleurs, si on le rejette, c’est bien parce qu’il est mauvais pour nous, non?

      J’adore l’argument (d’autorité) « d’éminents scientifiques ont montré que ». Ça me rappelle immédiatement « la dent d’or » de Fontenelle. Le CO², un gaz en partie naturel, en partie miraculeux, comme cette fameuse dent d’or?

      Et ce qui est aussi habituel, c’est que l’auteur de l’argument est généralement incapable de citer ces « éminents scientifiques », ou ceux qu’il cite sont la plupart du temps des rigolos pas du tout éminents et crédibles dans le domaine concerné.

  12. Tout ça c’est uniquement pour justifier l’énorme ponction qu’ils pratiquent sur les carburants via la TIPP sur laquelle est également appliquée la TVA (une taxe sur une taxe) , elle est pas belle la vie des escrocs qui nous gouvernent (petit rappel chez AVANZA OIL le gas oil est en ce moment à 1.035€) ça vous cause ça messieurs les voleurs.
    Autre chose la BORNE (je sais pas si elle est km ou hm) accessoirement ministre de la transition écologique a déclaré que nationaliser les autoroutes était trop onéreux (50 milliards) ,savez-vous que le connard à la particule les a vendues 14,8 milliards et que c’était une bonne affaire (https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20141218trib637d7d9d0/autoroutes-l-etat-paie-l-erreur-de-dominique-de-villepin.html), c’est qui les baisés, le peuple.

    • La privatisation des autoroutes était un scandale. Probablement un retour d’ascenseur, ou une affaire de copinage… dans tous les cas il y a une forte odeur de corruption dessous.

      Un manque à gagner pour l’Etat qu’il faut compenser par d’autres taxes, qui s’ajoutent au péage qu’il faut toujours payer… mais au profit de quelques sociétés privées et de leurs dirigeants

      Faut bien financer la « petite » retraite chapeau d’Antoine Zacharias… qui paie le peu d’impôts qu’il paie en Suisse!

      Tiens et si dans les revendications, plutôt que l’inepte ISF, si nos GJ s’emparait du sujet des retraites chapeaux? Ça c’est un scandale absolu: continuer à payer d’anciens employés qui ne contribuent plus en rien aujourd’hui à l’entreprise: la négation de la logique capitaliste!

  13. Tout à fait. C’est de l’hystérie écolo bobo qui rapporte le pactole à Bercy. Un Diesel nouvelle génération avec réservoir Ad blue pollue bien moins qu’un moteur essence avec des particules moins nocives. De plus, la longévité d’un moteur Diesel n’est plus à prouver puisqu’un Diesel tourne bien plus lentement qu’un moteur essence. Le Diesel à froid en ville est très polluant, donc à réserver aux longs trajets en campagne. Préférez l’essence pour de courts trajets citadins. Mais ça fait 50 ans qu’on le sait ça. Rien de nouveau, même si les moteurs ont beaucoup évolués et les consommations sont en baisse constante. Moins de 4L/100 avec une C1 Diesel sur route. Niveau confort, pas la panacée, mais utile à savoir pour de gros rouleurs avec petits budgets.

  14. Suite
    Fable de « l’électricité verte »!, Macron a prévu un plan de 120 milliards pour installer des éoliennes -fabriquées et gérées par l’étranger- afin d’alimenter les voitures électriques exigées par Hulot et sa clique avec du coutant « vert ». 70 milliards de plus pour équiper la France en « prises » de recharges, TOUTES branchées sur le réseau ERDF. Les électrons verts choisiront leurs voitures! Et TOUT le CO² émis par une voiture électrique l’est lors de sa fabrication, de la batterie surtout, qui représente 42% de CO² du total. Il faudra que la voiture écolo parcoure de 50 000 à 100 000 km en voiture électrique … pour commencer à moins produire de CO² qu’une voiture thermique.

    Les écolos sont de grands malades!

  15. La France est en effet l’un des pays les moins « polluants » en CO² au monde, en grande partie grâce à nos centrales nucéaires.
    Selon une statistique 2018 de British Petroleum, sur 96.488 milliers de barils de pétrole consommés par JOUR dans le monde,
    La France en consomme 1.600, soit 1,54% du total, les US 21,1% et la Chine 13% !
    Transport, chauffage, industrie…la part du fuel en France est de 0,74% de la consommation mondiale. Macron, Hulot et Jancovici n’ont qu’un objectif : augmenter la fiscalité pesant sur les énergies. L’action des G.J les a fait reculer, mais pour combien de mois ?

  16. L’AFFAIRE DU SIÈCLE
    Quatre associations, Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France ont décidé, au nom de l’intérêt général, d’attaquer l’Etat français en justice pour qu’il respecte ses engagements climatiques et protège nos vies, nos territoires et nos droits. C’est l’Affaire du Siècle.

    Les changements climatiques sont là : ils affectent déjà nos vies et n’épargnent personne. Nous assistons à la montée des eaux, à la fonte des glaces, à la multiplication des évènements météorologiques extrêmes, tandis que les espèces animales et végétales disparaissent inexorablement. […]
    https://laffairedusiecle.ne/

    • le problème là dedans est moins l’effort individuel que le système productiviste allié au financier, et c’est tout un changement à opérer. Un exemple tout simple: pourquoi y a t-il x opérateurs de téléphonie avec à chaque fois un nombre de structures, dont les antennes, multiplié par x? Et je pourrai multiplier à quasi l’infini. Le problème se résoudra de lui-m^me par la pénurie, le chaos et les guerres. Le mouvement des GJ est un symptôme, une entrée possible du problème gigantesque qui se pose désormais à nous. Il nous faudra aborder TOUTES les composantes, dont la surpopulation et l’identité culturelle des gens. Et comment faire sans tomber dans des dictatures iniques d’un genre nouveau dont nous avons déjà un avant-goût?

  17. Autre arnaque j’ai une voiture récente essence donnée à 5,1 L /100 kms et 117 de Co2 en concession mais sur 2 fois 10000 kms j’ai fait 6,4 L et 6,5 L (compteur) et si je fais le calcul avec tous mes tickets j’obtiens 7,1 L alors quel est le Co2 réel ? D’autre part si je pouvais mettre le régulateur à 90 km/h en 6ème vitesse, ce n’est plus possible à 80 Km/h, obligé de rétrograder donc consommation plus importante.

    • Ce qui entraîne de rouler en sous-régime, donc de rejeter du carburant non complètement brûlé, donc une surpollution.

      • Rouler en sous-régime ne rejette pas de carburant imbrûlé mais ne fait pas tourner le moteur à son meilleur rendement, faut pas dire n’importe quoi !

  18. La France est le pays industrialisé qui pollue le moins mais en plus, les soi-disant « écolo » et le gouvernement ne feront jamais croire qu’en augmentant des taxes sur le carburant des voitures, c’est écologique. Non seulement une voiture pollue 50 millions de fois moins qu’un cargo et un million de fois moins qu’un bateau de croisière, dont leur carburant n’est pas taxé, mais en plus, dans les endroits en campagne, il n’y a pas cet atmosphère irrespirable comme sur Paris, de plus, en campagne, il n’y a pas ou quasiment aucun bus donc l’utilisation de la voiture est obligatoire.

    • c’est sur que l’on peux polluer un peu moins , nous n’avons plus d’industrie, et 0 en industrie lourde

      • Oui, la France s’est malheureusement désindustrialisée au fil du temps donc elle ne risque pas de polluer pour cette raison… pour notre plus grand malheur (chômage)…

  19. On verra combien de gogos se laisseront prendre à ses mensonges… En attendant, je lui trouve de plus en plus une bonne tête de fusible !

Les commentaires sont fermés.