Assimiler le coût des Dom-Tom à celui de l’immigration est scandaleux

Publié le 16 décembre 2013 - par - 1 440 vues
Share

Je vous remercie de me laisser corriger ma copie écrite, il est vrai, à la hâte sur le coup de l’indignation. Je vous l’avais envoyée non pas pour être publiée, mais à titre personnel simplement pour pointer du doigt le fait que d’autoriser la publication de ce type d’assimilation sur votre média nuit à votre cause et vous privera à terme du soutien de fervents patriotes ultra-marins, ainsi que de celui de métropolitains que choque ce genre de réflexion. Vous avez beau dire que l’article de Lazare Zylbergleitt n’est qu’un point de vue et je suis d’accord avec le fait que chacun est libre d’exprimer ses points de vue, mais Riposte Laïque est responsable de ce que contient son site. Je suis moi-même métropolitain et bien que je partage votre action en général, cette façon de parler de nos compatriotes d’outre-mer ne me donne vraiment pas envie de rejoindre vos rangs. L’administrateur du site est garant de ce qu’il s’y dit et à mon sens, il faut honnir les gens qui tendent à diviser les Français plutôt qu’à les rassembler dans un combat qui me semble plus impérieux que leur vilaine opinion.

J’ai le courage des miennes et je vous autorise à publier mes remarques si vous le jugez nécessaire. Déjà un article publié sur Résistance Républicaine mettant en cause la légitimité de l’élection de miss France du fait qu’elle est métissée et que sa dauphine soit polynésienne de surcroît m’avait bien fait tiquer :

N’en déplaise à Olivia Blanche, les femmes d’outre-mer sont, pour la plupart, plus ou moins bronzées -c’est leur nature- mais incontestablement françaises et fières de l’être et il n’est pas étrange qu’elles veuillent d’une part, participer à cette élection et d’autre part, qu’elles puissent la remporter. La candidate tahitienne était particulièrement jolie, cordiale, bien faite et quel argument, pour ce qui la concerne, pourrait venir renforcer les soupçons de tricherie qui ressortent de cet article ? Pour ma part, bien que cannois, je soutenais miss Alsace et non miss Côte d’Azur. J’ai donc été déçu d’entrée ; ce type d’exercice est bien subjectif… D’où, un article choquant et voilà que vous en remettez une couche dans l’article ci-dessous. On se demande vraiment où voulez-vous en venir dans votre mouvement ?

Que signifie cette prise de position :

Les DOM-TOM sont ce qui nous reste de l’empire colonial français. Parmi eux, les territoires habités ont choisi de rester français en vertu de notre Droit constitutionnel des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ils représentent effectivement un poids financier au même titre que le Cantal, la Corse ou un autre département économiquement peu rentable en termes de PIB, mais pour ce qui est de ces derniers, Lazare Zylbergleitt ne conteste pas la solidarité financière nationale. La plupart des DOM-TOM ont été français bien avant Nice et la Savoie et bien avant la commune de Tende et il est absolument scandaleux de votre part d’assimiler la charge financière qu’induisent les DOM-TOM à la charge financière qu’induisent le code de l’immigration et la politique de gestion de cette immigration depuis 1974.

Dans un autre de vos articles, vous plébiscitiez ces jeunes Français partis rejoindre De Gaulle à Londres en faisant corrélation avec votre action. Sachez qu’en proportion de sa population par rapport à celle de la France métropolitaine à l’époque, il y eut beaucoup plus de calédoniens engagés dans les forces de la France Libre que de métropolitains. Les DOM-TOM et la Polynésie française en particulier nous valent, de par l’immensité de leurs territoires maritimes, de nous hisser au 2° rang des puissances maritimes mondiales. Ce ne sont que quelques exemples me venant à l’esprit pour étayer le fait que ces entités ne font pas que nous coûter ; elles nous servent selon ce qu’elles peuvent donner à la Patrie et elles le donnent en général de manière parfaitement consciente et généreuse.

Bertrand FALAIZE

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.