Attentat mortel à l’Opéra : alors Bourdin, toujours contre l’armement des Français ?

Publié le 13 mai 2018 - par - 103 commentaires - 5 374 vues
Share

Opéra, samedi 12 mai, au soir. Cinq personnes ont eu le malheur de passer au mauvais moment, et de croiser la mauvaise personne. Un islamiste a poignardé 5 victimes en criant « Allah akbar ». Même le procureur Molins, qui a souvent le don de nous parler de « déséquilibrés » a dû se rendre à l’évidence : c’est un attentat terroriste, même s’il n’ajoute pas « musulman ».

Par ailleurs, les journaleux préfèrent insister sur le fait que l’assassin serait né en Russie, et oublient de préciser que c’est en Tchetchénie…

Je suis en ce moment en Israël, à l’invitation du président de Riposte Laïque, Guy Sebag. Je vois la réalité d’un peuple qui ne veut pas mourir, et qui sait se défendre contre les mêmes agresseurs que ceux auxquels nous sommes confrontés. Je vois des jeunes filles et des jeunes hommes en armes, dans la rue et dans les trains. Je vois la réalité d’un gouvernement qui veut réellement protéger son peuple, même en établissant un mur pour limiter les attentats sanglants dont les Israéliens étaient victimes.

Je vois aussi l’amour du drapeau, dans ce pays, où on peut afficher ses couleurs sans se faire traiter de « fasciste » et de « racisme » par la bien-pensance.

Je me souviens de plusieurs anecdotes qui me rendent insupportables cette nouvelle victime, qui aurait pu être ma fille ou bien plusieurs de mes amis de Riposte Laïque…

Je pense d’abord à ce passage inoubliable de Tatjana Festerling, qui,, à l’occasion des 10 ans de RL, nous avait délivré ce superbe message, sur la caste élitiste des « protégés » qui envoient à la mort les « non-protégés » que nous sommes. Elle ajoutait que « les personnes sans protection font la queue au super-marché, et se font poignarder. Les filles des sans-protections sont harcelées, tripotées et violées. Les fils des non-protégés sont rackettés, battus et violés. Les non-protégés se baladent sur des zones piétonnes d’Europe avec leur famille, et sont fauchés par des terroristes au volant de leur véhicule ou de leur camion ».

C’est exactement ce qui s’est passé hier à l’Opéra, comme dans de nombreux autres endroits de France ou d’Europe occidentale. Même si les forces de l’ordre ont fait leur travail, si elles étaient renforcées par des civils armés, des victimes innocentes n’auraient pas été blessées. Je ne peux m’empêcher, à des milliers de kilomètres de Paris, quand je vois comme un petit peuple sait se doter de dirigeants qui refusent justement d’envoyer à l’abattoir leurs ressortissants, de penser à deux événements récents.

Réécoutons cet échange surréaliste entre Jean-Jacques Bourdin et un militaire, Pierre. Cela faisait suite à des propos de Donald Trump, qui avaient mis en émoi toutes les chochottes, comme l’animateur vedette de RMC et l’ensemble de ses collègues journalistes. Qu’avait encore dit le président américain ? Il s’était contenté de proférer une évidence : si des Français, au Bataclan, avaient été armés, il n’y aurait pas eu le massacre auquel nous avons été confrontés. Ces propos, pourtant incontestables, ont valu à Trump (qui s’en fout royalement) une campagne de presse hostile de 48 heures. Mais parfois, les journalistes tombent sur un os, comme ce jour là Bourdin face à ce militaire qui a, lui aussi, énoncé des évidences.

Faut-il rappeler qu’à Nice, il fallu près de 5 minutes pour abattre l’agresseur ! En Israël ou aux Etats-Unis, cela aurait duré quelques secondes, pas plus. Seulement, pour Bourdin et sa caste, il n’est pas possible d’envisager que les Français puissent se défendre, s’en donner les moyens, et arrêter de se faire assassiner. Les armes, ce n’est pas bien, c’est méchant. Donc, dans leur logique, les racailles sont surarmées, les islamistes ont tous des couteaux sur eux, mais les Français doivent servir de chair à kalach ou à poignard ! Par contre, si un musulman (ce qui n’arrive jamais) se faisait poignarder dans de telles circonstances, aux cris de « Vive la France », on imagine les cris d’orfraie que cela occasionnerait, les amalgames avec le « racisme » des Français, avec la « fachosphère », avec les Identitaires, avec le Front national, et les demandes d’interdire les sites et les associations qui « incitent à la haine ». Mais toucher au Coran, dans lequel les assassins islamistes puisent les textes qui leur demandent de passer à l’acte, pas question !

Dans un autre registre, je pense à Manuel Valls, quand il était ministre de l’Intérieur et Premier ministre. C’était avant qu’il n’essaie d’occuper le créneau qui est le sien, ce jour, où il paraît découvrir la réalité de l’islamisation de la France, qu’il a permise et encouragée. Il faut bien continuer à exister, même en disant le contraire de ce qu’on a fait pendant 5 ans a gouvernement ! Valls expliquait aux Français qu’ils allaient se faire tuer pendant vingt ans, mais que c’était un mauvais moment à passer, et que cela finirait un jour… Tout en continuant à faire venir massivement des musulmans, appelés « migrants qui fuient la guerre », sur notre territoire, renforçant la cinquième colonne islamiste qui opère en toute impunité sur notre sol, comme l’ont montré les deux premiers reportages du journaliste israélien Zvi Yehezkeli, sur « le djihad silencieux » qui se déroule en France, avec la complicité de nos dirigeants.

https://ripostelaique.com/le-djihad-silencieux-un-documentaire-israelien-qui-devrait-discrediter-a-jamais-le-ccif.html

Je disais que les Israéliens se donnaient les moyens d’avoir des dirigeants qui défendaient leur peuple. Les Français, eux, ont élu pour cinq années un président pour qui les attentats islamistes sont « des impondérables », qui a nié la culture française et qualifié nos militaires de « criminels contre l’humanité ». Difficile de mieux résumer le mépris de classe des « protégés » à l’encontre des « non-protégés » agressés quotidiennement aux cris d’Allah akbar.

https://ripostelaique.com/comment-voter-pour-un-macron-qui-qualifie-les-attentats-d-imponderables.html

Quand un Robert Ménard proposait, il y a un an, une « garde biterroise », où, sous l’autorité des forces de police et de gendarmerie, d’anciens militaires, gendarmes, pompiers et des tireurs sportifs pourraient renforcer le dispositif de sécurité de sa ville, tout le monde lui est tombé dessus ! Mais les Français continuent de se faire tuer, et cela n’occasionne aucune remise en question de la part des lyncheurs d’hier. Quand on regarde cette scène, en Israël, et qu’on pense à l’agression musulmane d’hier soir, à l’Opéra, on ne peut s’empêcher de faire des comparaisons…

Bien sûr, à deux jours du ramadan, on va encore avoir droit à tous les imams, tous les Bourdin, tous les Plenel, tous les Askolovitch, tous les Valls, tous les Mélenchon, tous les Macron, qui vont verser des larmes de crocodile à la mémoire de la malheureuse disparue et des autres blessés (s’ils survivent). On va entendre Collomb nous dire qu’il condamne l’agression, et qu’il félicite le sang-froid des forces de police. Et ils vont tous nous vanter la religion d’amour, de tolérance et de paix. Jusqu’au prochain attentat, jusqu’aux prochains morts…

Jusqu’à quand les « non-protégés » français vont-ils accepter d’avoir des dirigeants qui les envoient à la mort et continuent à faire rentrer en France massivement des coreligionnaires de leurs futurs assassins ? Quand oseront-ils leur dire, après chaque assassinat, qu’ils ont sur les mains le sang des victimes, ce que j’ai dit, à Bordeaux (7e minute) ?

Quand arrêteront-ils d’accepter avec résignation l’inacceptable ?

Pierre Cassen

Print Friendly, PDF & Email
Share
   
Notifiez de
Aux Armes Citoyens

Décidément, il a une sale g… de collabo dégénéré…
Pauvre de lui !!!!!
J’aurais honte à sa place….