1

Attentat Opéra : journalistes, cessez vos précautions oratoires

Samedi 12 mai,  peu après 21 h, un appel téléphonique, inhabituel à cette heure. J’apprends qu’une fois de plus a eu lieu, ce qui pour moi et pour l’amie qui m’a prévenue ne fait aucun doute, un énième attentat terroriste islamique, en plein Paris.

Dans le quartier de l’Opéra, peu avant 21 heure, un homme armé d’un couteau s’en est pris aux passants, au hasard, blessant quatre personnes dont deux grièvement, et en tuant une autre. Je voudrais pouvoir hurler ma rage, ma colère, mon dégoût pour tous ces pisse-copies, soi-disant journalistes qui continuent à nous prendre pour des demeurés. Nous ne faisons pas partie des dégénérés consanguins et abrutis qui nous envahissent, nous pourrissent la vie et détruisent notre pays, et tous les pays occidentaux. Nous sommes capables d’analyser et nous en avons marre d’entendre débiter les mêmes inepties des heures durant, histoire de « meubler ».

Branchée sur BFMTV, dès réception de l’appel téléphonique, pour en savoir un peu plus, je subis pendant 3 heures le bavardage pénible et insipide de l’idiote de service qui répète inlassablement  les mêmes inepties du genre : « 2 morts, dont l’agresseur » phrase qu’elle répétera à maintes reprises et qui sera affichée en bandeau, avant sans doute que quelqu’un s’aperçoive de l’incongruité de la présentation des faits et ne fasse la rectification qui s’impose.

Toujours les mêmes précautions de langage, auxquelles plus personne ne croit : comme si l’on ne comprenait pas qu’il s’agit d’un énième attentat islamiste. À vrai dire il n’y a que les journaleux et les « experts » pour ne pas comprendre ce qui se voit comme le nez au milieu de la figure. Enfin… ne pas comprendre, ou peut-être s’appliquer à ne pas risquer d’être traité de raciste ? Peur de déplaire et de faire les frais des censeurs du politiquement correct, peut-être ?

Armé d’un couteau, s’attaquer sans aucune raison apparente à tous les gens qui se trouvent sur son chemin, qui d’autre qu’un adorateur d’Allah emploie cette méthode ? Vouloir ensuite s’en prendre aux forces de police, dès qu’il les aperçoit, qui d’autre qu’un musulman a ce comportement ? Qu’on nous le dise !!

Et ce « spécialiste » qui qualifie l’assaillant de « présumé » alors que ledit assaillant est étendu, mort, sur le sol, que les faits sont donc plus qu’avérés ! C’est à la fois du domaine du ridicule, une insulte à notre intelligence et un mauvais emploi de la langue française.

Une petite lueur d’intelligence et d’espoir (?) est apparue au cours de ces 3 heures de bavardages lorsqu’un intervenant, je ne sais qui – n’étant pas devant mon écran TV mais seulement reliée au son par mon casque – a osé rappeler ce que personnellement j’ai cité à plusieurs reprises et dont tout un chacun devrait avoir connaissance : la motivation de tous ces attentats, claire, précise que nous, les patriotes, ne connaissons que trop bien depuis des années, les menaces de l’État islamique en septembre 2014 :

Dans un message publié le 22 septembre 2014, Abou Mohammed al-Adnani, porte-parole de l’État islamique appelle au meurtre des citoyens des pays de la Coalition : « Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen — en particulier les méchants et sales Français — ou un Australien ou un Canadien, ou tout (…) citoyen des pays qui sont entrés dans une coalition contre l’État islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n’importe quelle manière. Si vous ne pouvez pas trouver d’engin explosif ou de munitions, alors isolez l’Américain infidèle, le Français infidèle, ou n’importe lequel de ses alliés. Écrasez-lui la tête à coups de pierres, tuez-le avec un couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le dans le vide, étouffez-le ou empoisonnez-le209,210.

Alors de grâce, les pisse-copies et soi-disant journalistes de TV, cessez de nous prendre pour des imbéciles, et apprenez le B.A BA de votre métier : appelez un chat, un chat ! Un attentat islamiste, un attentat islamiste. Au diable vos précautions oratoires.

Votre soumission à la bien-pensance est pitoyable. Vous avez perdu toute crédibilité et tout sens de l’éthique. Vous n’êtes que des minables.

Cessez donc de tourner autour du pot et de vous comporter comme des carpettes !!

Oriana Garibaldi