Attentats en Norvège : Lettre ouverte à Monsieur José-Louis Rodrigez Zapatero

Publié le 1 août 2011 - par - 1 180 vues
Share

 

Monsieur le Président du Gouvernement,

Comme s’il vous prenait l’envie de tracer un pont unitaire entre l’extrême sud et l’extrême nord de l’Europe, voilà que vous jouez les chefs de file de la lutte contre l’extrémisme de droite et contre la xénophobie, en répandant vos déclarations pontifiantes et vos appels à une « réponse européenne » face aux attentats de Norvège.

L’attentat est une chose, Monsieur le Président. Il est de votre devoir naturel de citoyen autant que de socialiste de le condamner, tant parce qu’il touche des vies humaines que parce qu’il touche votre formation politique. En revanche, les solutions que vous proposez pour éviter la réitération de ce type d’attentats ne feront qu’aggraver les choses. Ce n’est pas en stigmatisant la nécessaire et légitime résistance au totalitarisme islamique et à la faillite identitaire et sociale des peuples européens que vous limiterez les risques d’un contre-fanatisme. Tout ce à quoi vous incitez, c’est à la chasse au sorcières, et à l’extinction de cette nécessaire et légitime résistance que vous et les gens de votre espèce assimilez à une « extrême-droite » qui, d’ailleurs, n’existe pratiquement plus en Europe. Nous, nous sommes des militants restitutionnaires, des militants qui veulent la restitution des nations européennes à leurs identités propres, nous n’avons strictement rien à voir avec la traditionnelle extrême-droite, nébuleuse politique appartenant au passé, qui se définissait par l’antisémitisme, la violence anti-syndicale et le soutien sans réserve à la bourgeoisie capitaliste. Il n’y a aucun trace de ces concepts dans nos écrits. Il n’y a d’ailleurs aucune trace de ces concepts dans les écrits d’Anders Breivik dont l’idéologie, quoi qu’on en pense, n’a rien à voir avec la définition traditionnelle de l’extrême-droite. Son idéologie est une idéologie restitutionnaire, qui l’a amené à un attentat sanglant, comme elle nous a mené, nous, à choisir les voies d’un militantisme pacifique. Vous pouvez parler, à propos d’Anders Breivik, d’un restitutionnisme extrême, vous pouvez dire que nous, nous pratiquons un restitutionnisme pacifique, mais vous n’avez en aucun cas le droit de qualifier la philosophie restitutionnaire comme une philosophie d’extrême droite, et d’autant moins d’ailleurs qu’un nombre colossal de restitutionnaires sont issus de la gauche.

Monsieur le Président, nous ne sommes pas dupes. Les Français comme les Espagnols savent que vous adoptez cette posture moralisatrice en criant votre amour du multiculturalisme afin de déplacer l’attention, afin de faire oublier la situation sociale et économique désastreuse de l’Espagne, situation qui vous a sans doute bousculé au point de convoquer des élections anticipées… où vous ne serez pas candidat (1) !

Monsieur le Président, vous raisonnez comme les staliniens d’autrefois. Ceux-là disait à chaque famine, à chaque déportation, à chaque malheur : «  Cela vient de ce qu’il n’y a pas encore assez de stalinisme. » Après l’attentat de Norvège, vous criez devant les caméras : « Cela vient de ce qu’il n’y a pas assez de multiculturalisme, c’est-à-dire (en clair) pas assez de répression contre les patriotes qui défendent leur pays. » Vous semblez d’ailleurs accorder, dans vos déclarations récentes, presque plus d’importance à l’attentat de Norvège qu’à celui de la gare d’Atocha, autrement plus meurtrier, et se réclamant d’une idéologie bien différente, et dont vous n’évoquez pas le souvenir. Monsieur le président, vous venez de trahir l’Espagne et de trahir l’Europe. Vous avez, comme tous les gauchistes, instrumentalisé l’attentat de Norvège pour jeter le discrédit sur les patriotes, sur ceux qui résistent à l’avancée d’un islam conquérant et au viol de leur peuple par une immigration qui n’a plus de sens légitime. N’oubliez jamais, Excellence, que votre peuple fut celui de la Reconquête et que vos déclarations lâches et futiles pourront facilement engendrer des Breivik espagnols.

 

Respectueusement.

 

(1)

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/07/29/04016-20110729ARTFIG00266-moody-s-menace-de-degrader-l-espagne.php

http://actu.orange.fr/une/espagne-zapatero-bouscule-par-l-economie-annonce-des-elections-anticipees-afp_173100.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.