Attention à la politique du pire : la peste est davantage mortelle que le choléra

Publié le 25 avril 2012 - par - 2 033 vues
Share

Il est très difficile pour les électeurs du Front National d’avoir l’impression de choisir entre la peste et le choléra au deuxième tour, et la tentation est grande de choisir le vote blanc ou l’abstention.

Mais attention à la politique du pire.

Il ne faudrait pas oublier que F. Hollande (avec ses amis) est le Monsieur Plus de l’équation :

Plus encore d’immigration musulmane, on peut en être sûr, vu l’amour immodéré de toute la gauche actuelle pour la religion islamique, et son analyse des immigrés comme son nouveau terreau (voir Terra Nova)

Plus encore de préférence pour l’islam. Il n’est que de se souvenir des délires mélanchonnesques sur l’islam nous ayant apporté la civilisation et son regret de Charles Martel arrêtant les Arabes à Poitiers. Un politique regrettant que son pays ne soit pas devenu une colonie livrée à la dhimmitude, il faut le faire ! Il aurait voulu pour nous le sort des chrétiens d’Orient.

Plus encore d’anti-laïcité, c’est-à-dire d’une application de la laïcité réservée au seul christianisme

Plus encore de préférence pour le hallal pour tous, de façon indifférenciée

Plus encore de procès en « racisme », « discours de haine », « islamophobie » ou « délit de blasphème » (sous un autre nom pour l’instant mais plus pour longtemps), et autres non conformités de pensée

Plus d’interdiction de parole, la gauche étant actuellement la championne de la censure et cherchant à museler tout ce qui n’est pas d’accord avec elle, nous en avons de multiples exemples ces temps-ci.

Plus de subventions aux associations type MRAP et compagnies, chargées de porter plainte contre tout ce qui bouge encore

Plus de repentance contre la colonisation, tout en refusant de mentionner que la civilisation musulmane, sous ses formes arabe et turque, a colonisé de très grandes parties de l’Europe pendant des siècles, beaucoup plus longtemps que nous ne les avons colonisés, par un retour des choses dont on se demande pourquoi diable il est beaucoup plus impardonnable que leur propre colonisation de l’Europe. Pourquoi diable l’occupation et la colonisation de l’Andalousie, d’une partie de la France et de l’Italie, et j’en passe, était « hallal » (Bien, bonne, autorisée, aux dires même de nos « élites ») alors que les Croisades étaient une faute impardonnable servant de prétexte au terrorisme 1000 ans après ! Pourquoi diable l’occupation et la colonisation turque de tout l’Est de l’Europe jusqu’au 19ème siècle compris était-elle admirable (alors que la population d’origine vivait sous le régime de la dhimmitude, dont la nécessité de 2 témoins chrétiens ou juifs contre un témoin musulman en cas de procès). Interdiction de construire des églises, sauf autorisation spéciale du Sultan, et dans ce cas toujours plus basses que les minarets des mosquées (voir la cathédrale de Sofia, édifiée dans un énorme trou pour avoir tout de même un clocher). Quelle égalité !  C’était le régime de l’apartheid, pour lequel nous avons tant dénoncé l’Afrique du Sud, et le fait qu’il y ait eu des artistes ou intellectuels chrétiens ou juifs « de cour » ne change rien à l’affaire.

Et le milieu du 19ème siècle, ce n’est pas loin – Souvenez-vous du poème de Victor Hugo, « L’Enfant Grec », qu’on apprenait encore à l’école il n’y a pas si longtemps.  Eh oui, c’est du temps de Victor Hugo que l’Est de l’Europe s’est libérée du joug turc, M. Mélenchon, et que la France, à quelques années près, a colonisé dans la foulée un territoire turc, devenu ensuite l’Algérie, et à l’initiative de la gauche, à l’époque !

Le sud et l’est de l’Europe n’étaient pas des terres arabes ou turques, que je sache. C’était donc bien des conquêtes, des occupations, des colonisations, et qui ont duré du 7ème au 19ème siècle inclus, soit 12 siècles, avec une tentative de conquête de Vienne et de l’Autriche en plein 17ème siècle ! C’est-à-dire il y a 3 siècles, 3 vies d’homme vivant 100 ans mises bout à bout ! C’était hier !

La civilisation musulmane n’est pas malade de la colonisation européenne, elle est malade du regret de l’époque où elle dominait les deux tiers de « l’ancien monde ». Elle se refuse à faire le travail d’introspection que l’Europe a fait jusqu’à plus soif, et qui tourne maintenant au masochisme. Mais ce n’est jamais assez, n’est-ce pas ?

Il y en a plus que ras le bol de cette pensée pervertie !

Plus de monopole sur l’ensemble des pouvoirs et des institutions, la gauche ayant à sa botte la totalité des médias et des journalistes (à deux ou trois journaux écrits près, et encore ; et à trois ou quatre personnes près, toujours sous menace de procès), ayant les Régions, une grande partie des mairies (dont les grandes villes comme Paris ou Lyon), une grande partie de Ministères comme la Justice ou  l’Éducation nationale, l’Université, le CNRS et autres centres de recherche où règne une véritable terreur (où ceux qui pensent un peu différemment n’osent plus s’exprimer de peur de voir leur carrière brisée et leur nom livré à la vindicte publique dans toute la presse – voir quelques exemples très récents). La gauche a aussi le Sénat maintenant. Si elle a en plus la Présidence et l’Assemblée nationale, elle aura absolument tous les pouvoirs, dont le pouvoir médiatique, à un point jamais vu.

Plus… Plus… Plus

Plus le franchissement de la ligne rouge : le droit de vote aux étrangers extra-européens… qui influenceront largement ainsi le vote aux élections locales, et donc au Sénat, c’est-à-dire au niveau national.

Avec cela, il n’aura plus qu’à ouvrir encore plus grandes les vannes de l’immigration musulmane pour que notre pays ne soit définitivement plus ce qu’il est, un pays où les femmes ont lutté pour leurs droits, et devienne, lui aussi, une prison des femmes.

Plus de crise encore au plan économique car il va nous refaire le coup de 1981 – 1983, au vu de son programme. Souvenez vous : d’abord les dépenses à tout va, et puis brutalement le retournement de la rigueur quand on allait dans le mur. Mais cette fois-ci dans un contexte de crise économique gravissime, et nous ne nous en relèverons pas.

Alors la politique du pire et le choix du vote blanc ou de l’abstention pour sanctionner les trahisons de Sarkozy……et se préparer pour 2017 en espérant faire éclater la droite, c’est l’ensemble des Français qui en paieront le prix, beaucoup plus que Sarkozy lui-même, car nous nous retrouverons dans la situation de l’Espagne et peut-être pire. Et il sera alors trop tard en 2017, sous tutelle du FMI et de Bruxelles réunis (voir la Grèce – Trop tard).

La vraie bataille pour le FN doit être celle des élections législatives.

En attendant, le choix est certes entre deux systèmes dont aucun n’emporte l’adhésion, c’est le moins que l’on puisse dire, mais…  la peste étant plus mortelle que le choléra….

Clothilde Delarive

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.