Attention, le professeur Raoult est climatosceptique !

         

« Le réchauffement climatique est une invention défendue par les Nations unies pour créer un nouvel ordre mondial autoritaire… » Maurice Newman, homme politique australien (2000).

« La climatologie est un art divinatoire visant à déduire du comportement humain l’avenir climatique de la Terre, dans l’idée de prescrire à chacun des actions de pénitence ».

Benoît Rittaud, « Le Mythe climatique » (2012).

Parmi les nombreuses conséquences – désastreuses – de cette pandémie de Coronavirus : crise économique, krach financier, fracture sociale, conflits du travail, embrasement des zones de non-droit et autre scénario-catastrophe, il en est une que je vois poindre : le retour – massif et douloureux – de l’écologie punitive : de nouveaux impôts, contributions et taxes pour aider à la « transition  énergétique » soi-disant dans le but, ô combien louable, de sauver la planète.

En effet, il ne se passe pas un jour sans que la télé ne nous démontre combien la Terre va mieux depuis que nous sommes CONS… finés.  Les avions ne volent plus, du coup les petits oiseaux reviennent. Les bateaux ne naviguent plus, pour le plus grand bonheur des poissons. Nos villes ne sont plus polluées, puisque nos voitures, nos ateliers et nos usines sont à l’arrêt.

À la télé ou sur Internet, quelques imbéciles voient dans le Covid-19 une bénédiction, un retour aux vraies valeurs, à la terre qui « ne ment pas » comme disait Emmanuel Berl (1).

Je suis, depuis ma plus tendre enfance, un amoureux  des grands espaces et de la nature.

Et je n’ai pas attendu que l’écologie soit devenue un dogme sectaire pour la respecter, mais j’ai envie de dire à ces donneurs de leçons qu’ils devraient avoir le courage de mettre leurs actes en conformité avec leur idéologie de bobos trop riches et trop gâtés. Qu’ils vivent comme  les Amish de Pennsylvanie : sans eau courante, sans électricité, sans textiles synthétiques. Qu’ils se déplacent en calèche, cultivent la terre avec un cheval, s’éclairent à la lampe à huile, en faisant des gosses et en priant le Seigneur. Mais je sais que c’est idiot, l’écolo-bobo ne cultive que son hédonisme narcissique, son petit confort bourgeois, acquis avec de l’argent (mal) gagné dans des métiers dans lesquels on ne transpire pas beaucoup : la « pub », la « com », ou le « show-biz ».

Mais l’écolo-bobo-socialo, qui est pétri de certitudes, sait que TOUS nos malheurs viennent du « réchauffement climatique » et il connaît même le coupable : le CO2.

Figurez-vous, chers lecteurs, qu’en cette période de confinement, les bobos  viennent de trouver une nouvelle  tête de Turc : un grand Gaulois à poil long, anticonformiste et fort en gueule, le professeur Didier Raoult. Ce type, bardé de diplômes et de titres universitaires, ose aller à l’encontre de la doxa socialo-écolo-bienpensante en affirmant, entre autres :

a) Que le vin est bon pour la santé. Or nous savons que l’homme normal ne trouve son équilibre qu’en buvant de l’eau claire et en étant « végan » (végétarien ? végétalien ?), pour lutter contre la souffrance animale. Ne perdons pas de temps à énoncer ici les bienfaits du quinoa et du boulgour. L’histoire fourmille de grands hommes qui étaient végétariens et buveurs d’eau. Le plus connu est cet Allemand d’origine autrichienne, un certain Adolf Hitler, dont on m’assure qu’il aimait vraiment les animaux ;

b) Qu’il est capable de soigner le Coronavirus avec une bonne vieille médication coloniale, efficace contre le paludisme. Or, nous savons, là encore, que RIEN DE BON ne peut émaner de la colonisation. Macron y voit un « crime contre l’humanité », Sibeth Ndiaye une explication au retard – économique et intellectuel – pris par l’Afrique, Taubira un motif légitime de repentance éternelle…

D’ailleurs Greta Thunberg, la Bernadette Soubirous de la religion écolo, a découvert que le réchauffement climatique serait dû à… la colonisation. À propos de Greta, je me demandais ce que devenait cette adorable gamine, si gentille et si souriante. Je craignais qu’elle ne se soit perdue sur quelque route lointaine, en allant rendre visite au dalaï-lama en trottinette électrique. Non, il semble qu’elle soit tout simplement CONNE-finée (2) chez papa-maman. Tant mieux !

c) Qu’il ne croit pas à la responsabilité de l’homme dans le réchauffement climatique. Là, on frise l’anathème. Souvenez-vous de la crise d’hystérie de cette écolo dont j’ai oublié de nom, quand, sur un plateau télé, Élisabeth Lévy avait osé se déclarer climatosceptique. Ou encore Nicolas Hulot quittant – très en colère – une émission pour ne pas débattre avec un contradicteur.

Je pense d’ailleurs que, pour le bon fonctionnement de notre démocratie et au nom de la sacro-sainte « liberté d’expression », le scepticisme climatique devrait être un délit puni comme tel. Le climatosceptique, sorte de « révisionniste » voire de « négationniste » devrait subir les foudres de la justice (3) ce qui lui ôterait  l’envie de recommencer.

À la télé, une journaliste a fort judicieusement fait remarquer que le professeur Raoult n’a « aucune compétence en climatologie » ce qui devrait, je présume, lui interdire d’émettre un avis.

C’est vrai, au fond, les gens qui, chez nous,  pérorent sur l’écologie et/ou la climatologie sont tous très compétents ; la preuve par quelques exemples (la liste n’est pas exhaustive):

Nicolas Hulot, qui a été un éphémère ministre – ministre d’État, tenez-vous bien ! – n’a pas le moindre titre universitaire. Il a commencé sa carrière comme photographe-paparazzi.

La folledingue Ségolène Royal, l’ex-madone des pingouins, est sortie de l’Ena en 1980, à une époque où personne ne parlait d’écologie et encore moins de climatologie.

Le baron de Rugy, ex-ministre et auteur du best-seller « Homard m’a tué », le pédant qui se nourrissait de homard pendant que la pauvre Sibeth Ndiaye se contentait de kebabs (5), a terminé Sciences Po (en 1994) dans la section  « communications et ressources humaines ».

Cécile Duflot, elle aussi ex-ministre, a obtenu un DEA de… géographie en 1997, ce qui l’a autorisée à déclarer, devant un Jean-Jacques Bourdin médusé : « Nous, Français, on a la chance de vivre dans l’hémisphère sud », ce qui en dit long sur ses compétences géographiques !

Barbara Pompili, la « poupée Barbie » de l’écologie, sort de l’IEP de Lille et n’a pas la moindre formation en écologie.   

Terminons par l’inusable « Mémé-téo », l’ex-speakerine Évelyne Dhéliat qui, à 72 ans, se cramponne à son poste comme la moule à son rocher et qui, sous la protection de saint Plagiat, est l’auteur d’un mauvais livre intitulé  « C’est bon pour la planète » (5). Elle a arrêté ses études en première année de licence… d’anglais.

On le voit, tous ces gens-là sont mieux placés que le professeur Raoult pour parler d’écologie et de climatologie. On peut cependant supposer que Didier Raoult  a quelques facultés intellectuelles qui lui permettent de comprendre certaines évidences.

Pour ma part, je n’ai pas la moindre compétence en climatologie mais je lis beaucoup. Je sais que divers carottages dans la croûte terrestre nous démontrent que, depuis 400 000 ans, chaque élévation de la température du globe a été suivie par une augmentation du niveau C02. L’élévation du taux de C02 est donc une conséquence et non une cause.

Ce que l’on nomme, comme si c’était le mal absolu, le « réchauffement climatique », est en réalité un cycle bien connu des paléontologues, mais que les gens qui prétendent nous informer semblent ignorer (volontairement ou par un manque de culture).

Rappelons à ces ignares et/ou ces menteurs que l’air est constitué de :
– 78 % d’azote
– 21 % d’oxygène
– 0,93 % d’argon
– 0,07 % de gaz divers (Xénon, Hydrogène, Hélium, Krypton, Ozone, Néon, C02, Radon, etc.).

Dont 0,03 à 0,04 % de C02.

Il faut aussi leur rappeler que le C02 n’est pas un polluant. Tant s’en faut : il est même indispensable au verdissement de la végétation. Son taux était de 1 % à la préhistoire, quand la végétation était  abondante et luxuriante. La faible variation du taux de C02 (que 0,03 à 0,04 % dans l’air) ne détruit en rien la nature et n’a aucune influence sur le climat.

Or l’écologie punitive – fortement augmentée depuis 2014 à la demande de Ségolène Royal – est basée sur ce paramètre faux : on accuse le CO2 de tous les maux, or la France n’émet que 0,89 % des émissions mondiales.        

Le gouvernement – très imprégné de la culture bobo (ou par pur clientélisme électoral) –
veut-il sacrifier son pays  pour laisser le solde de C02 (soit 99,11 %) vivre sa vie sur tous les autres pays du globe ?

Oui, le climat est changeant et chaotique. Les cyclones ont toujours  existé et existeront encore. Oui le climat évolue, mais il ne s’agit absolument pas d’un « dérèglement climatique », mais d’une évolution climatique : 0,6°C depuis 150 ans…

Depuis  presque 600 millions d’années,  la température moyenne de la Terre a été comprise entre 12 °C et 23 °C. Nous sommes actuellement  à 15 °C.  Le niveau de C02 se situait entre 0,03 % et 1 %. Nous sommes à 0,04 %. Il y a 10 000 ans,  la mer est montée subitement de 110 mètres.

La fonte du  glacier du Mont-Blanc a fait apparaître des habitations du…XIIIe siècle.

Alors, pourquoi se faire peur ? Pourquoi NOUS faire peur ?

On est consterné par la politique calamiteuse et suicidaire de nos dirigeants en matière de stratégie énergétique, et ce, depuis des décennies. Après l’automobile (6), ils réussiront à tuer le nucléaire. Ce parc nucléaire que le monde entier nous envie.

Le médiatisation d’une Greta Thunberg est scandaleuse et démontre, chez les politiciens, la volonté d’entretenir la peur en nous prédisant des lendemains  apocalyptiques.

Pourtant, il ne faut pas confondre pollution et climat, ce sont des choses différentes !

Le climat ne se dérègle pas, tout simplement parce qu’il ne se règle pas. CQFD !

Je demande à tous les « experts » et « spécialistes » autoproclamés d’être indulgents avec le béotien que je suis. Et, si j’ai tort, qu’ils veuillent  bien me le démontrer. En attendant, je reste climatosceptique… enfin… tant que ce n’est pas puni par la loi : brave mais pas téméraire !

Éric de Verdelhan

1)- Belle citation reprise par le maréchal Pétain, ce qui la rend forcément suspecte aux yeux de la bien-pensance.

2)- Bon, c’est juste pour faire plaisir à Lili-Marlène Schiappa et Caroline De Haas.

3)- Depuis les lois Gayssot, Taubira et consorts, nous avons une certaine habitude des textes répressifs. Nous pouvons nous enorgueillir de… 26 cas de discriminations punissables par la loi.

4)- le gabarit des deux protagonistes semble démontrer que les valeurs nutritives du kebab sont très supérieures à celle du homard.

5)- « C’est bon pour la planète »,  Éditions Calmann-Lévy ; 2007.  Avec ce livre, elle s’est fait épingler pour avoir simplement… recopié les recommandations du Giec.

6)- la mort programmée du moteur atmosphérique au profit de l’électrique mériterait un long développement ; ce sera pour une autre fois.

Éric de Verdelhan

 

 

 

 

 

image_pdf
0
0

19 Commentaires

  1. bravo bravo bravissimo
    on ferme les centrales nucléaires
    le coût de l électricité va grimper en flèche
    agravant la situation économique
    merci les écolo ces khmèrs verts nuisibles et lèche babouches

  2. Une fois par an, la secte des trous du cul – écolos – bobos -journaleux parigots nous enjoignent de couper toutes les lumières durant une heure.
    Pour vraiment rendre service à la planète et montrer leur militantisme actif, je les invite à cesser de respirer durant cette même heure, voire une ou deux de plus.
    On pourrait ensuite mesurer précisément l’impact…

  3. Excellent article, que moi en tant que scientifique je valide ! S’il y a eu un écologiste, c’était Wechter, mais il y a longtemps qu’on n’en parle plus !!!!j’étais collègue de son frère prof !!!

  4. Ah mais qui est ce Éric de Verdelhan ? Il faut le juger ( mais vite fait) et le jeter au plus profond d’un cachot. Il faut dire que quand on écoute les propos sur le CO², on aurait presque l’impression qu’il ne reste plus d’oxygène dans l’air, il faudrait d’ailleurs simplement demander à ces savants sans études quelle est d’après eux la composition de l’air. Je doute qu’ils nous répondent que la plus importante partie est de l’azote, gaz neutre, et 21 % est oxygène. Se rendent ils compte qu’ils respirent de l’azote ? Ce qui me fait penser à la voiture à moteur à hydrogène, dans l’esprit c’est bien, mais demandez autour de vous où se trouve l’hydrogène, et comment on l’obtient ? Ils vous diront peut être avec l’électricité de éoliennes, OK, qu’ils calculent, qu’ils stockent, on verra .

    • c’est quelqu’un qui pense et qui pense bien ce n’est pas donné à tout le monde…….

    • et pour le juger il faudrait que vous arriviez à sa hauteur de vue….

  5. qu’il soit conscient de l’escroquerie climatique, hors de sa spécialité, est un bon point pour lui
    par contre comme la plupart des « soignants », bref du personnel de santé pour parler un français qui n’est pas celui des tarlouzes assistées, il est également immigrationniste et ça c’est ce qui lui reste du formatage par l’école marxiste de la république

    • Et bon nombre ici ne comprend pas pourquoi il est autant mis en avant par les mondialistes, pourquoi il est soutenu par eux même s’ils jouent les « frères ennemis » : parce qu’il en est un tout simplement ! C’est un leurre lancé par les mondialistes, comme des Mélenchon, entre autre immigrationiste, dans le mouvement des Gilets jaunes pour le phagocyter, pour amener à faire que les Français finissent par faire exactement ce que veulent les mondialistes qui les détruisent. Raoult, ce qu’il a fait comme d’autre, c’est faire croire que ce virus est très compliqué à soigner, que les gens ne peuvent pas s’en soigner de la même façon que pour la grippe, pour alimenter la psychose, quoi qu’il est dit au-delà de ça de vrai.

  6. la bêtise auto-satisfaite de certains intervenants de Riposte Laïque dépasse mes imaginations les plus folles…
    j’ai donné une fois à RL, je ne recommencerai pas…

  7. La lecture approfondie donne des compétences approfondies. Je ne vois pas en quoi le seul fait de le faire dans un contexte universitaire donne subitement droit au titre d’expert. Un pauvre DEA d’histoire et donner des cours au collège ne vaut pas mieux que 40 ans de lectures soutenues par un amateur.

  8. D’ailleurs Greta Thunberg, la Bernadette Soubirous de la religion écolo, a découvert que le réchauffement climatique serait dû à… la colonisation
    .les écolos bobos d’aujourd’hui n’ont plus rien a voir avec le premier d’entre eux René Dumont , qui déclarait la décolonisation de l’Afrique a été une très grave erreur qui a plongé ce continent dans la misère et la corruption

  9. Éric de Verdelhan, merci pour ce rappel. Je suis moi aussi climato sceptique, bien que n’ayant aucun diplôme concernant la climatologie. Le bon sens suffit pour être climato sceptique.

  10. climatosceptique c’est donc un vieux ringard
    soigner avec un médicamebt vieux de 50 ans, encore une preuve
    cheveux longs , bon ça suffit !

  11. Changement climatique (c’est le nouveau terme déconogiste à utiliser car maintenant les « experts » ont constaté que la température moyenne n’augmente plus depuis 10 ans sur la PLANETTTT), ou non ; Je ne suis guère inquiet, du fait que « le jour du dépassement » étant aux environs du mois de juillet, nous bouffons en ressources 2 fois ce que la planète produit tous les ans..en particulier en ressources halieutiques.
    En conséquence de quoi, nous serons tous morts de faim avant d’être mort de chaud ou de froid.
    Je comptais bien sur le COV pour faire mourir 4 milliards d’humains… ENCORE RATÉ, mais j’espère bien que ce n’est que partie remise, et je garde ma pleine confiance en la loi de Lenz pour régler un jour ou l’autre ce problème de population qui n’a rien à foutre sur la PLANETTTTT

  12. Décidément, les contributeurs semblent avoir le temps de faire des bons articles.
    Climatosceptique, je le suis, quelle prétention de croire que nous avons la maitrise du climat, des virus, de la mort.
    Des gens incapables de gérer le moindre budget. Ils ne savent même pas compter et ont des avis scientifiques!
    Je mets un bémol sur l’absolution de nos péchés. Le premier étant la surpopulation. Et là, les écolos des 70s sont bien loin puisqu’il parait qu’on pollue mais que l’on pourrait etre 20, voir 50 milliards grace au weganisme… Le chromosome de la débilité se répand à grande vitesse. Un peu d’eugénisme, qui est le fonctionnement de la nature, ne ferait pas de mal.
    De fait, les écolos promeuvent l’humanité, même la plus minable, contre la nature. C’est factuel.

Les commentaires sont fermés.