1

Au Bénin, j’ai retrouvé l’amour de la culture française et tout ce qui fout le camp chez nous…

Je reviens du Bénin. J’y ai participé, avec une association amie, à l’organisation d’une foire du livre* à tout petit prix adapté au pouvoir d’achat africain. Cette association recycle des ouvrages universitaires récents voués autrement au pilon et des livres récupérés auprès d’établissements scolaires et de particuliers. 15000 livres étaient proposés pour la plus grande joie des habitants de Cotonou qui n’ont pas manqué de faire une razzia dans tous les domaines. J’ai remarqué l’intérêt porté aux sciences humaines, particulièrement à la philosophie et à la psychologie. Les tables de droit, de gestion et de médecine ont été  prises d’assaut ainsi que la religion chrétienne et la jeunesse.

Mais ce qui m’a le plus touchée, c’est de découvrir un amour profond pour la littérature française, du moyen-âge à nos jours. Qui aurait pu penser que Chrétien de Troyes, Aucassin et Nicolette, Tristan et Yseult, Ronsard et Rabelais, Malebranche ou Bossuet puissent trouver acquéreur à Cotonou ? Ouvrages de rhétorique, de grammaire ou de linguistique, Grévisse ou Lagarde et Michard, dictionnaires et encyclopédies s’arrachèrent en peu de temps.

Certains professeurs revenaient tous les jours à mesure que d’autres cartons étaient ouverts, fouillant sans relâche pour trouver de nouveaux trésors. Que des gens bien élevés, polis, respectueux et reconnaissants, comprenant fort bien le travail accompli par les bénévoles pour organiser une telle manifestation ! Pas de wesh wesh-casquette à l’envers et une seule voilée étudiante en médecine, preuve que la culture, là-bas comme ici n’intéresse guère les adeptes du coran… Un commissaire de police fort cultivé a emporté Rousseau, Musset,  Verlaine et Platon pour ses enfants et m’a dit son intérêt pour des ouvrages de criminologie que nous n’avions pas, mais j’en ai profité pour lui parler de Xavier Raufer et évoquer l’état catastrophique de notre pays. Lui, comme d’autres Béninois avec qui j’ai pu converser sont effondrés par ce que nos dirigeants font subir à la France ; l’un d’eux m’a dit, pointant l’islamisation et l’invasion migratoire musulmane : « Vous allez être remplacés ! » Et je vous assure qu’il ignorait l’existence de Renaud Camus !

Une balade en ville m’a aussi permis d’apprécier l’attachement des Béninois à leur identité, à travers les nombreuses publicités. En voici un échantillonnage et, loin du métissage forcené et de la diversité imposée par nos entreprises et leurs annonceurs, ici seules des personnes noires sont à l’affiche :

       

       

      

Les logos et blasons officiels des ministères et de la mairie donneraient probablement de l’urticaire à nos promoteurs du vivre ensemble et de l’ouverture des frontières :

                                                                                                               (fraternité justice travail)

J’ai particulièrement apprécié cette affiche de la semaine de la sécurisation des frontières, à faire tomber en pâmoison Esther Benbassa :

J’ai donc passé quinze  jours merveilleux, comme un retour à nos valeurs passées, au milieu de gens curieux, passionnés par le goût de l’étude, l’érudition, la langue et la culture française et européenne, des gens bien sûr empreints  de leur culture traditionnelle mais aussi très attachés aux fêtes chrétiennes et ne manquant pas de sortir la crèche et le déguisement de père Noël pour la nativité : là-bas pas de Libre Pensée pour les attaquer en justice !

Et là-bas les sœurs franciscaines, qui gèrent l’établissement où nous nous trouvions, revêtent une aube rose lors des grandes fêtes catholiques, comme pour la Toussaint :

Et là-bas j’ai ressenti, en creux, tout ce qui manquait, tout ce qui disparaissait, tout ce qui s’écroulait inexorablement dans ma pauvre patrie…

Danielle Moulins

* Action entièrement privée sans subvention ni soutien de « nos » ministères, les bénéfices dégagés servant à payer la logistique et le transport des livres.

Quelques liens concernant l’obligation de métissage et l’imposition de la « diversité » (novlangue) que nous subissons en France :

https://www.youtube.com/watch?v=ZgtTVI-efAk

http://resistancerepublicaine.eu/2017/09/03/le-metissage-obligatoire-avenir-de-lhumanite-voila-a-quoi-vont-ressembler-nos-petits-enfants/

https://www.polemia.com/la-publicite-de-la-telerealite-commando-de-choc-de-lidealogie-du-metissage/