Au diable l’écologie et les écologistes !

Publié le 26 février 2021 - par - 49 commentaires - 2 204 vues
Traduire la page en :


Cet article est le premier d’une petite série que je qualifierais d’iconoclaste. J’entends par là vouloir démolir certaines « valeurs » que la bien-pensance actuelle considère comme sacrées alors qu’elles ne sont en réalité que des instruments aux mains de ceux qui, par la propagande, cherchent à nous manipuler à leur profit. Ma première cible sera l’écologie.

Que les vrais biologistes se rassurent, ce coup de gueule ne les vise nullement. Je serais d’ailleurs mal venu de m’attaquer à l’écologie scientifique, ayant moi-même reçu, au cours de mes études, une solide formation en ce domaine, et ayant été amené par la suite à m’y intéresser à diverses reprises dans le cadre de mes activités professionnelles. L’écologie (terme inventé par le biologiste allemand Ernst Haeckel en 1866 – du grec oîkos, habitat) est la science des relations que les êtres vivants ont entre eux et avec leur environnement. Soit l’étude de systèmes très complexes (écosystèmes) dont la compréhension fait appel à un large champ de connaissances : physiologie animale et végétale, génétique, géologie et science du sol, biogéographie et climatologie, etc.

Un de mes anciens collègues, écologiste distingué, avait pourtant coutume de dire « l’écologie, ce n’est pas de la science, c’est juste du bon sens ». Une boutade, bien sûr, mais qui signifiait qu’en ce domaine, peut-être plus encore que dans d’autres disciplines, il fallait se garder de tout dogmatisme et ne jamais perdre le sens du concret, une théorie explicative (si séduisante fût-elle) ne pouvant être validée que par des expérimentations et des observations répétées « sur le terrain ». Cela, c’était la vraie écologie, la bioécologie, mais ça n’a jamais intéressé grand monde (en dehors des scientifiques), et surtout pas ceux qui suivent la mode « écologiste » actuelle : ce que ces derniers appellent l’écologie n’est en réalité qu’un salmigondis d’idées dogmatiques (et pas toujours cohérentes) agitées frénétiquement par des groupes politiques racolant les suffrages des benêts tout en étant prêts, pour « sauver la planète », au totalitarisme le plus abject… ce n’est plus de la science, encore moins du bon sens, c’est une religion.

Cette « écologie » politique est née, dans les années 1970, de la conjonction de divers facteurs : l’apparition, dans l’environnement, de certains effets pervers de la forte croissance économique de l’époque ; le désir, dans l’idéologie soixante-huitarde, de réformer le monde ; et la prise de conscience, suite aux premiers chocs pétroliers, de la finitude de nos ressources. Le fait est que les sujets d’indignation étaient alors nombreux : l’industrie chimique, mais aussi l’agriculture intensive, polluaient les eaux sans vergogne ; les déchets solides, également en augmentation, s’accumulaient faute de recyclage ; les grands travaux routiers et ferroviaires se faisaient aux dépens du milieu naturel ; et les essais nucléaires, principalement à buts militaires, présentaient des dangers évidents. Et puis, il y avait déjà eu des catastrophes, telles que la pollution au mercure de la baie de Minamata (Japon) dans les années 1950-1960, ou encore l’énorme marée noire consécutive au naufrage du Torrey Canyon en 1967, qui pouvaient suggérer des visions d’apocalypse…

Depuis ce temps-là, les choses ont bien évolué. Un peu grâce aux mouvements écologistes qui, en sensibilisant l’opinion publique, ont contribué à une amélioration de la législation. Mais beaucoup grâce aux industriels eux-mêmes, qui ont rapidement compris où était leur intérêt. D’abord parce qu’ils étaient les premiers à souffrir des atteintes aux ressources naturelles dont ils étaient utilisateurs : dans la basse vallée de la Seine par exemple, où la pollution avait atteint un niveau insupportable, il était vite devenu évident que la satisfaction des besoins en eau (d’une relative propreté) pour chaque entreprise impliquait l’épuration des effluents des usines situées en amont – c’était une question de survie pour l’ensemble du système ; l’action de l’agence de bassin (avec les subventions de l’État pour aider les industriels méritants) a fait le reste.

Ensuite et surtout, il est rapidement apparu à l’ensemble des acteurs économiques que l’engouement écologique leur offrait de nouveaux et juteux marchés : recyclage des déchets, gestion de l’eau, économies d’énergie, agriculture dite « biologique » ou du moins « raisonnée » et commerce dit « équitable » (avec l’instauration de labels adéquats)… autant de secteurs d’activité qui pèsent aujourd’hui des milliards de dollars ! Au fur et à mesure de la prise de conscience écologique du public, le « marketing vert » est devenu de plus en plus rentable. Et ceux-là mêmes qui avaient été les plus affreux pollueurs se sont changés en parangons de vertu pour donner une dimension « verte » à leurs produits – vendus plus chers de ce fait, mais qu’importe, c’est le consommateur qui paye… Quand on sait que le mouvement écologiste a été fondé, comme le marxisme, sur la critique de la société industrielle (et du capitalisme en général), il est piquant de constater à quel point il a été exploité par cette même société mercantile, opportunément convertie à l’écolo-business !

Il est en revanche une industrie qui n’a jamais pu trouver grâce auprès des écologistes, c’est l’industrie nucléaire. Dès leurs débuts dans les années 1970, ils ont amalgamé leur pacifisme antimilitariste et leur peur d’une technologie encore mal maîtrisée, dans un combat contre l’atome qui n’a jamais cessé depuis. Dans ce combat, la catastrophe de Tchernobyl (1986) fut une divine surprise : non seulement, sur place, les dégâts matériels et surtout humains furent considérables, mais en outre le nuage radioactif issu de l’explosion atteignit la France (en dépit des rodomontades de nos dirigeants de l’époque !), tout cela apportant une nouvelle jeunesse aux mouvements écologistes. Ce qu’on se garda bien de dire, c’est que cette catastrophe était essentiellement la résultante des maux qui gangrenaient l’Union Soviétique : installations obsolètes, mal protégées et mal entretenues, culte de la planification dogmatique et du mensonge sur les résultats, et cætera… mais chut ! Il n’aurait quand même pas fallu déplaire aux inconditionnels du communisme !

C’est donc l’atome, et l’atome seul – pas la façon dont on s’en sert – qui doit être frappé d’anathème, et ce dogme écologiste n’a pas varié d’un iota depuis Tchernobyl. Le dernier méfait des intégristes anti-nucléaires a été d’avoir obtenu l’arrêt de la centrale de Fessenheim, une décision d’une stupidité innommable puisqu’elle prive la France de deux milliards de watts électriques, alors même que d’une part on cherche, à juste titre, à s’affranchir de l’énergie fossile (charbon, pétrole et gaz) dont les réserves sont en diminution, et que d’autre part les autres sources d’énergie sont soit géographiquement limitées (hydroélectricité), soit inconstantes (éolien, solaire), soit pour l’instant mal maîtrisées (géothermie, énergie marine). Et ces écologistes qui pleurnichent sur la pollution (fumées, CO2) liée aux énergies fossiles continuent à combattre bêtement le nucléaire (ni fumées, ni CO2) alors qu’on sait de mieux en mieux exploiter cette technologie (centrales de 4e génération) et que cela constitue donc actuellement – et pour quelques décennies encore – la meilleure échappatoire aux énergies fossiles… Comprenne qui pourra !

L’absence totale de bon sens de ces écologistes militants apparaît particulièrement évidente dans leur combat en faveur des énergies solaire et éolienne, prétendument destinées à remplacer l’énergie nucléaire. Car ces énergies-là, voyez-vous, ne sont produites que s’il y a (pour l’une) du soleil et (pour l’autre) du vent ! Le reste du temps, il faut faire appel, en remplacement, à des centrales thermiques, les seules à être assez souples pour s’arrêter et redémarrer n’importe quand. Ainsi en Allemagne, où la mode de l’éolien fait fureur grâce aux écologistes, il a fallu installer, en parallèle, des centrales au charbon qui, fonctionnant par intermittence, polluent beaucoup plus que ne le feraient des centrales classiques fonctionnant en continu ! Mais l’essentiel est que les lobbies écologistes soient contents et accessoirement que (avec l’aide de nos impôts et factures d’électricité) l’industrie éolienne soit florissante…

J’évoquerai, dans un prochain article, le goût des écologistes pour les prophéties apocalyptiques, le réchauffement climatique étant actuellement pour eux une source intarissable d’inspiration… Mais j’en ai déjà dit assez, je pense, pour montrer à quel point l’écologie, qui ne désignait autrefois qu’une discipline scientifique respectable, est devenue aujourd’hui le nom d’une véritable dictature idéologique que tout honnête homme est en droit de vouer aux gémonies. On m’objectera que, pour ménager la susceptibilité des écologistes scientifiques qui n’y sont pour rien, je pourrais, comme le font certains, distinguer l’écologie (la science) de l’écologisme (la dictature) – un peu comme islam et islamisme, si vous voyez ce que je veux dire… L’ennui est que, l’écologisme se réclamant de la science comme l’islamisme de la religion, ce genre de subtil distinguo est inefficace en pratique. Les scientifiques concernés se sont laissé voler leur label, à eux d’en trouver un autre…

En ce qui me concerne, je persiste et signe : “Au diable l’écologie et les écologistes !”

Jean-Marie BLANC
(février 2021)

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Enrico

Ces Ecolos pourris ne se gene pas pour prendre l’avion rouler au gas oil ETC……. FAIT CE QUE JE DIS MAIS PAS CE QUE JE FAIS ILS SONT TOUS ISLAMO GAUCHISTES DES ORDURES ET IMPECILES DE 1ERE

François BLANC

Cette branche insupportable du progressisme est la plus sectaire chez les islamo- ecolo- marxistes

ven85

ce sont tous des islamos gauchistes,issus de l’extreme gauche marxistes,ils sont plus rouges que verts,l’idee de genie de creer les verts,plus porteurs actuellement, viends du pedophile LE CON BENIT,il y a quelques annees et cela marche avec les moutons,ils ont conquis des grandes villes comme bordeaux,lyon et autres et aussi paris,marseille,qui ont ete elus par les verts,alors les moutons de ces villes vous allez goutez pendant 5ans aux bienfaits des verts

Maximilien

Les écolos font tout sauf de l écologie moderne, ils font du gauchisme basique.

Perplexe

Les mondialistes/globalistes/communistes 2.0/satanistes nous intoxiquent, nous manipulent et nous “dictaturent” via 3 axes majeurs :
1) l’immigration massive
2) l’écologie, réchauffement climatique qu’ils ont perverti(e) au service de leur idéologie,
3) le dernier en date : le covid 19 et sa pseudo-pandémie organisée et tout le cauchemar que nous vivons depuis un an,
Ne pas croire à leurs MENSONGES, ne pas tomber dans leurs PIEGES, informer la population autour de soi, et là, il y a un travail TITANESQUE à faire !!! Merci à ceux qui s’attellent au sujet, il y a “du boulot” car toute la jeune génération, dès la maternelle, a été formatée par une maléducation nationale gauchiste menteuse et perverse…

inconnue

ecolos que pour exister en politique, mais surtout des em…….

Feisstritz

(Suite). Un moyen pour des producteurs peu scrupuleux d’augmenter leurs ressources ?
Des personnes ont cru bon de se réunir pour soutenir cette initiative écologique. Mais, formant un parti politique association Vert et Écologie, est devenu la risée de toute personne sensée. Avec leurs décisions insensées, pour ne citer que l’une d’entre-elles, la décision du maire de Bordeaux d’interdire l’installation d’un arbre de Noël décoré (“Un arbre mort” !) sur la place publique centrale de la ville.
Ce parti politique (EELV, associant dans son appellation écologie et vert) est a écarter de notre champ de vie citoyenne. Il ne convient plus que de retenir un mouvement écologique, digne de ce nom, qui peut encore apporter beaucoup de bien et d’améliorations dans notre environnement.

Dorylée

TOUS les escrologistes ont un point commun : se sont des ignares belliqueux. Celui qui n’adhère pas à leur idéologie de fumistes s’expose à leur violence (L214, végans, animalistes, anti nucléaires, etc.) Ils ne savent qu’interdire tout sans proposer aucune solution qui tienne debout et quand vous leur démontrez leur stupidité insondable, vous êtes un facho.

Feisstritz

Le titre de cet excellent article est cependant excessif : il aurait fallu ajouter “actuelle” à écologie, pour mettre à l’avance au courant le lecteur du sens donné à son contenu.
Ce qui m’interpelle c’est le sens presque devenu péjoratif ou dubitatif face à tout produit qualifié “écologiste” dans les rayons des magasins.
Car au début, ce terme évoquait surtout la qualité du produit présenté, même s’il était déjà un peu plus cher qu’un produit semblable sans qualificatif (compréhensible en raison du coût des techniques employées). Il y a eu une confiance initiale.Une harmonie entre l’humain consommateur et le produit sainement cultivé.
Puis tout est parti en quenouille. Devenus de plus en plus chers, ces produits dits “écolo”, l’étaient-ils vraiment ? Rien ne le prouvait.

L BÉRA

“les vrais biologistes”, ce ont des scientifiques qui travaillent sur le vivant, certains avec tant de génie qu’ils obtiennent le prix Nobel.
TOUT CE QUI VIT est organique, de la bactérie élémentaire au plus énorme des pachydermes.
Les biobiottants à la jadot n’ont rien de scientifique. Leurs fantasmes de “l’organique ”
-ils ont changé le nom en “bio”- est devenu une religion, avec des sectes concurrentes , des rituels absurdes.
La vie évolue vers toujours plus de complexité, jusqu’à aujourd’hui où un certain nombre ne peuvent plus suivre. Ils Imposent leurs croyances plutôt que de chercher à comprendre!
Il a fallu que macron impose les municipales pour que ces illuminés “prennent” des villes en otages pour 6 ans, avec 60% d’abstentionnistes!
Il devra rendre des comptes pour çà aussi.

faguet

Quand l’aigle royal vient à bout d’un parc éolien……..des écolos des champs défenseurs des oiseaux font démonter 7 éoliennes installées par des écolos des villes…. Après quinze ans de bataille juridique, une association a obtenu le démantèlement d’aérogénérateurs dans l’Hérault. . Le tribunal de grande instance de Montpellier vient en effet de demander à la société d’exploitation Énergie renouvelable du Languedoc (ERL), propriété de l’énergéticien Valeco, de détruire 7 éoliennes de 93 mètres de haut situées sur la commune de Lunas, entre pays lodévois

Mantalo

Le problème N° 1 est la démographie.
Si cette démographie était raisonnable l’écologie “politicienne” n’existerait pas.

(Et le con en sandales sur photo serait toujours en train de bouffer des graines en nous foutant la paix)

Hoplite

Il est mignonne le grand dadais avec ses spartiates. J’aurais bien voulu l’avoir aux thermopiles…

VORONINE

Selon les dires de VGE ‘écologie “apparue dans les années 70; aurait en fait vu le jour lors du BILDERBERG de 1974 , comme un moyen développer les prélèvements sur les populations :taxes, impots , installations , nouveaux produits , main mise de la gauche sur ce nouvel avatar du gauchisme etc ….En fait une escroquerie , qui se garde bien de prendre des mesures d’interdiction visant le lobby des pesticides , arc boutée sur le réchauffement climatique d’origine humaine , en dépit des réalités : affaiblissement du courant du GULF STREAM , certitude de l’entrée dans un minimum solaire etc….

Kayok enragé

Les pastèques doivent faire l’objet d’un combat permanent. Il n’est pas question que ces dégénérés arrivent au pouvoir dans notre pays. Ils sont bien plus dangereux que les communistes car ils sont persuadés de détenir la vérité absolue et pensent avoir pour mission de sauver le monde. Ce sont les ingrédients du fanatisme et de la dictature verte. Si nous tenons à notre qualité de vie , sans avoir à supporter les délires d’une G. Thunberg ou d’une autre handicapée mentale du même tonneau, il faudra tous se mobiliser pour mener contre eux cette lutte tellement indispensable. L’écologie est une science bien trop sérieuse et importante, car nous n’avons qu’une seule Terre, pour la confier à ces illuminés fascisants que sont les verts de tout poil. L’écologie politique est le nouveau nazisme.

Jill

L’écologie, c’est de la merde, et les écolos des cons.
Bien sûr qu’il faut se préoccuper de la nature, et pas qu’un peu.
Et que font les écolos ? Ils nous gonflent avec le réchauffement de la planète qui est un phénomène cyclique que la terre gère depuis des millions d’ années… quelle est la part de l’homme dans cette élévation de la temperature? Anecdotique…
Il faut supprimer les centrales nucléaires pour promouvoir les archi polluantes centrales thermiques et les horribles éoliennes dont
le rapport coût / rentabilité est scandaleux.
Et la mer dans tout çà ;c’est là qu’elle est l’urgence… Ben…
Ben oui ce n’est pas spectaculaire, pas rentable pour les élections alors ce n’est pas urgent… salauds.
Je ne peux plus entendre le mot écologie sans sauter au plafond.

Hagdik

Vous n’avez pas vu la dernière des escrologistes au conseil municipal de Strasbourg ?
Il y a des gens dont les appartements sont infestés de rats et de punaises.
D’après les élues escrologistes, il ne faut plus dire “nuisibles” mais “commensaux” pour ne pas discriminer ces animaux.
Des tarés je vous dis !

Prober

Quelle chance ils ont eu ces écolos !!! Après les élections municipales qui leur ont bien réussi, on ne parle plus que de ça à la TV…L’écologie , qui bien étudiée par des spécialistes, est nulle et non positive..

Daniel

Très bon article, bien rédigé et parfaitement clair… Bravo

Mia Vossen

MERCI pour ce texte sain et instructif! A tous je recommande le livre de Jean-Paul Oury, “Greta a tué Einstein”.

saintongeais

Il ne faut pas confondre écologie, qui est une science, et écologisme, qui est une action politique, souvent débile, hélas.

Jean Kulpa

Vous voulez voir le résultat des écolos, prenez l’autoroute A de Compiègne à Arras. Sans autre. commentaire.

jeannot

Quelle est l’énergie des éoliennes ? les subventions
Que rapporte une éolienne ? du vent

Daniel CH.

Je les vois bien coiffés d’une feuille de chou vert sur la tête tous ces branquignols.

barracuda 58

Ou déguisés comme le petit bonhomme Cetelem.

ARthur68

Attention, l’écologie est INDISPENSABLE si nous voulons que l’humanité est un avenir.

Par contre il ne faut pas confondre les vrais écologistes (qui sont sur le terrain en général) et des gauchistes qui ont choisi un verni écolo pour arriver au pouvoir.

René

Là où vous vous trompez, c’est que les industriels n’ont aucun intérêt à proposer des produits respectueux de l’environnement sans recevoir d’aide des états. Tout passe par des législations intelligentes favorisant le produit local. Est-il normal de faire importer des fruits par camion d’Andalousie ? Est-il normal de pouvoir acheter de l’agneau de Nouvelle-Zélande importé par avion ? Mais la population est habituée de trouver tous les produits possibles en toute saison, donc la logistique aussi calamiteuse soit elle n’a qu’à s’adapter.

Patrick Z

Une grande différence: les islamistes ne trahissent pas l’islam, ils l’accomplissent, il suffit de lire le Coran pour le savoir. En revanche nos écologistes sont des imposteurs de l’écologie. Non seulement ils ne dénoncent pas la surpopulation qui est une catastrophe planétaire mais ils soutiennent l’invasion migratoire ! Migrants qui viennent profiter des “délices” de la société occidentale, donc pour consommer davantage que chez eux ce qui accélère l’épuisement des ressources naturelles, surtout ils transforment les lieux qu’ils occupent en dépotoirs et pour les loger on bétonne toujours plus ce qui entraine la destruction des écosystèmes. Bref si les écolos étaient de vrais écologistes ils seraient encore plus anti-migrants que l’extrême droite nationaliste !

chabaillé didier

L’éolien terrestre et le photovoltaïque ont un facteur de charge qui varie de 13 à 28 % pour générer de l’électricité.
A contrario le nucléaire, énergie la plus décarbonée, a un taux de charge supérieur à 85 %
La priorité aujourd’hui est l’abaissement des GES ou au moins les contenir. Seul le nucléaire peut y arriver/
Production mondiale GES (gaz effet serre) : Chine 30% USA 15% Que l’on nous foute la paix pour notre production de GES..Les écolos ex PS ont trouvé la martingale pour se faire élire mais cela nous coûte déjà très cher..
Mr Blanc a entièrement raison.. Centrale 4G = utilisation des déchets nucléaires qui deviennent une immense source de production électrique.. Il existe sur le papier une centrale au Déchets + Thorium. Le plan a été validé récemment par le CEA.

Hoplite

Vous semblez bien maîtriser.Ce serait bien de faire un article pour les béotiens. Merci.

patphil

au diable…etc.
aux urnes les gaulois qui désertent les isoloirs et laissent donc élire ces fous

zéphyrin

sympa les écolos. Un (encore) spécialiste a déclaré que le sable saharien qui s’abat sur une partie de la france est beaucoup moins dangereux que les émanations carbonées…
Pourtant, c’est bien au sahara qu’on a fait péter la première bombe atomique…..
qui sait ? Il en faut si peu en absorption interne pour poser quelques “menus” problèmes…C’est vrai je ne suis pas un spécialiste…mais je sais lire diverses publications oubliées.

D. Lajoie

Il y a une vingtaine d’années , un débat sur France-Culture . Sujet : Transport des marchandises : Par le rail ou par la route ? Le seul avantage du camion : Les horaires libres et le ” porte à porte ” . Sinon , encombrement des routes , accidents , nuisances , pollution etc… Les avantages du train sont l’inverse . De plus, comme il faut beaucoup moins d’énergie pour faire rouler un véhicule avec des roues en acier sur des rails du même métal , le train est plus économe en kW.h. .
C’est alors que la représentante des Verts a dit : « Je suis contre le transport ferroviaire parce que les trains marchent à l’électricité et que l’électricité vient du nucléaire, donc c’est MAL ! »
Après avoir entendu ça, je n’ai plus jamais voté écolo .

D. Lajoie

On peut ajouter que les locomotives électriques récupèrent l’énergie au freinage et la renvoient dans le réseau ; ce qu’un camion ne saura jamais faire .

D. Lajoie

suite. : Les mines de fer de Kiruna en Suède sont à 640 m d’altitude . Le minerai va en train jusqu’au port de Narvik .
J’ai lu quelque part ( à vérifier ) que ce transport est gratuit parce que les locomotives électriques qui récupèrent l’énergie dans la descente en produisent assez pour faire remonter les rames vides .
Envisagez ce que ce serait avec une noria de camions .

patphil

le ferroutage qui fait merveille en suisse depuis des lustres, n’a même pas été retenu par le ministre communiste des transports sous mitterrand

Simon Cussonet

Et en plus, il faut un camion depuis le fournisseur jusqu’à la gare….et de nouveau un camion depuis la gare jusqu’au client !…en camion, une commande est devant ta porte en 24h max…..en train, c’est 3 à 4 jours, voir bien plus !

D. Lajoie

à Simon Cussonet. : On est bien d’accord . Mais l’avantage ” porte à porte ” est le seul avantage du camion . Tout le reste est négatif quand on compare le camion avec le train ou avec la péniche ou avec le petit cargo fluvio-maritime qui peut aussi faire du cabotage en mer .
Le ferroutage permet aussi le ” porte à porte ” .
Quant au délai ” 24 heures ” , ça n’est utile que pour les denrées périssables en camion frigorifique.

D. Lajoie

Un exemple précis. : Les carrières de Marquise ( entre Boulogne sur mer et Calais ) qui ont un embranchement ferroviaire , un accès direct au réseau autoroutier , et qui sont très proches du canal de Calais .
Ces carrières produisent des blocs de pierre , du ballast , du gravier etc… Ils fournissent très régulièrement un grand dépôt de matériaux de la région parisienne . Ce dépôt est également raccordé à la voie ferrée , aux canaux et aux autoroutes . Les entreprises du BTP de la région parisienne viennent y chercher leurs matériaux .
Entre Marquise et la région parisienne , une grande partie de ces matériaux sont transportés par semi-remorques-bennes de 44 tonnes qui font le retour à vide et qui squattent la voie de droite de l’autoroute A1 .
C’est vraiment débile !

Mantalo

@Simon Cussonet,
tu parles de l’époque du “trafic diffus” et du “wagon isolé”.
Il y a bien longtemps que ça n’existe plus.
Le fret ferroviaire, SNCF ou privé (*) ne concerne que des trains complets. Du style automobiles, pulvérents, céréales, pétrole, etc… Et ça la route ne saura jamais le faire.
Chaque wagon (80 tonnes en charge) fait le double d’un camion (40 tonnes). Un “train complet” c’est de 1600 à 2400 tonnes (40 à 60 camions) pour une marchandise non urgente. Donc chacun son rôle.
(*) les transporteurs dits privés sont majoritairement filiales des transporteurs historiques (SNCF, DB, RENFE, etc…..). Il s’agit donc de leurres. Je peux parler des raisons une autre fois.

Mantalo

@D. Lajoie,
je suis content que tu ais mis en évidence la différence entre le roulement acier sur acier (la surface d’un doigt) et le roulement pneu/bitume (surface d’un gant de toilette) entre matières “rebelles”.
La différence c’est l’adhérence. Mais je ne veux pas me lancer dans un cours. Ça emmerderait un peu tout le monde ici.

D. Lajoie

à Mantalo. : Je suis content que tu sois content .

Laure

À Strasbourg, les écolo demandent une attitude bienveillante envers les rats et punaises de lit. Pour ce faire, ne plus les appeler des nuisibles mais des commensaux.

Ilona

Et ces écolos, on doit les appeler comment … des 💩💩💩 pardon pour la grossièreté !

Moi

Mais ecolo = nuisible 😆😆😆

Joël

Ils ont raison, les nuisibles sont ceux qui les apportent.

Eric Pecaud

Ecologiste=dictateur

djeffcrs

Exacte

Lire Aussi