1

Au G20, Gates présente ses « panneaux de la mort »…

Voici que revient, grâce à Bill Gates, la vieille histoire des « panneaux de la mort » (1) née aux États-Unis où la « sécurité sociale » à la française n’existe pas.
Et le voici qui, tout de go, nous explique qu’il faut avoir le courage et la volonté de dire que dépenser un million de dollars pour les 3 derniers mois de vie d’un patient condamné n’a pas de sens. Il faudrait donc des « experts » chargés de définir qui doit ou pas bénéficier de soins, de dépenses, somptuaires ou pas, au motif que la société n’aurait pas à payer des dépenses dépassant l’entendement pour ce qui pourrait être « juste » des soins palliatifs.
(1) En 2009 aux USA il y a eu un débat sur la possibilité pour l’État fédéral de payer les frais de santé des « pauvres », non assurés car l’assurance maladie est hors de prix,  en fin de vie. Et le sénateur Sarah Palin avait alors accusé ceux qui voulaient instaurer cette prise en charge d’avoir derrière la tête l’instauration de « panneaux de la mort », des panneaux où serait la liste des gens pour lesquels l’État fédéral accepterait, ou pas, de payer… Ce qui n’apparaissait pas du tout dans le projet de loi.

 

Traduction Twitter du tweet de Zamid Haid

Et vous pensiez que c’était aussi une folle théorie du complot… BILL GATES – discutant de son idée des panneaux de la mort, où un groupe restreint de tueurs décidera qui devrait mourir et qui devrait vivre dans la société… oui !! Il est au G20 pour vendre son modèle de panneau de la mort aux gouvernements.

Évidemment, j’en entends d’aucuns, qui, par croyance religieuse,  philosophie ou éthique  vouent l’euthanasie aux gémonies et accusent  les mondialistes de vouloir nous tuer. Ce n’est pas mon cas je suis fermement favorable à l’euthanasie demandée par chacun. Chacun doit avoir le droit de refuser une vie qui ne lui convient plus, qui, à cause de  souffrances, de la maladie, de handicaps ou autres,  juge que la vie ne vaut plus le coup et même au contraire qu’elle est devenue un fardeau. Et je suis scandalisée que, en France, on n’y ait pas droit et que, une fois de plus, seuls ceux qui ont le bras long et/ou l’argent pour cela puissent payer pour aller finir une vie qui leur insupporte en Suisse dans les centres dédiés à l’euthanasie. Cela doit relever à mon sens d’un droit individuel inaliénable.

Alors merci aux commentateurs de ne pas relancer le débat pour ou contre le droit individuel de chacun à l’euthanasie, qui est une question d’éthique qui ne devrait regarder personne d’autre, ce n’est pas le sujet.

Le sujet n’est pas le droit à l’euthanasie mais le droit que voudraient se donner des Alpha du nouveau Meilleur des Mondes que nous avons la « chance » de vivre. Gates et ses amis ne voient que l’argent et le pouvoir. Ils rêvent donc du pouvoir de juger qui « mérite » d’être soigné, d’être sauvé, et cela au nom de l’argent. 

Il y a là deux énormités auxquelles le Covid nous a préparés. Dont on a fait l’expérience, notamment en France.

Macron est un autre Gates qui a donné l’ordre d’achever au Rivotril nos vieux dans les Ehpad. Il n’en avait pourtant pas le droit, aucune loi permettant l’euthanasie imposée n’existe en France (on n’a déjà pas le droit de décider individuellement de pouvoir être aidé à mourir ! ) Macron a pris le gauche. Il n’a pas attendu Gates pour décider arbitrairement qui on pouvait/devait  essayer de soigner ou pas.

La seconde énormité est le rapport à l’argent. Gates reprend cette idée que prolonger la vie de gens condamnés, soignés pour alléger leurs souffrances et leur permettre de profiter, malgré tout, de la vie, de leur famille, de leurs passions, musique, livre, télé… que sais-je, ne se justifierait pas parce que ça coûterait…

Certes, dans des pays surendettés où il n’y a plus de services publics, où il n’y a pas de Sécurité sociale, cela peut être une grande tentation. Sauf que… c’est un Américain richissime qui vit dans une Amérique qui dépense des milliards pour aider le nazi Zelenski à faire disparaître les Russes du Donbass et compagnie. Sauf que, au G20 vous avez un Macron qui dépense des milliards pour soigner les Africains qui viennent dans nos hôpitaux et pour accueillir les clandestins… et on devrait juger qu’un malade lambda coûte trop cher à la collectivité ???

De façon évidente,  il s’agit d’établir entre les citoyens une discrimination abominable absolument contraire à notre Déclaration de 1789. La belle mort, la mort… selon son porte-monnaie.  On achève bien les chevaux

Il est évident que les participants au G20 et Gates le premier ne voient pas le problème. Ils ont tous des fortunes supérieures à celles même de nombreux États qui leur permettront toujours, à eux, de rester branchés et d’être soignés avec toutes les molécules qui coûtent la peau des fesses. Pendant ce temps, le pékin moyen, vous, moi… qui n’avons évidemment pas les moyens de se payer les soins pour maladies graves, mille, dix mille, cent mille euros mensuels et je ne parle pas du coût de l’hospitalisation qui est actuellement, en France, pris en charge par la Sécurité sociale. Actuellement… Mais bien évidemment les mondialistes avides de nous remplacer totalement sont prêts à passer à l’étape supérieure.

Après nous avoir appauvris, ruinés, habitués aux pénuries diverses, il s’agit bien entendu de nous renvoyer au XIXe siècle, de nous contraindre à ne plus rien posséder, même le droit de choisir comment et quand mourir, et de finir nos vies sur un carton derrière une porte cochère en regardant les nouveaux élus auto-proclamés se vautrer dans un luxe indécent.

Non seulement nous devons nous battre contre l’islam, contre l’immigration, contre la mondialisation et l’UE, mais nous devons, en sus, nous habituer à l’idée que nous laisserons à nos enfants un avenir rayonnant, le Soleil Vert !

Christine Tasin

https://resistancerepublicaine.com/2022/11/19/au-g20-gates-presente-ses-panneaux-de-la-mort-ou-des-gardiens-decideraient-qui-doit-mourir/