Au nom de la terre : la tragédie des paysans français

Publié le 27 septembre 2019 - par - 19 commentaires - 1 333 vues
Share
Résultat de recherche d'images pour "PHOTOS AU NOM DE LA TERRE"
.
Nous sommes tous des descendants de paysans puisqu’au XVIIIe siècle la France n’était qu’une « immense paysannerie », avec 90 % d’agriculteurs.
.
Aujourd’hui, ils ne représentent que 1,3 % de la population, mais chacun d’entre eux nourrit 50 personnes, tant l’agriculture s’est mécanisée et modernisée.
.
C’est pourquoi le drame des agriculteurs devrait tous nous interpeller.
.
Tirer la sonnette d’alarme, c’est ce que font Édouard Bergeon et Guillaume Canet avec le film aussi poignant que révoltant « Au nom de la terre ». 
.
On y voit la lente descente aux enfers d’une jeune famille pleine d’espoir, après qu’elle a repris l’exploitation familiale.
.
Un travail dur, sans repos, sans vacances ni week-end quand il faut s’occuper des bêtes.
.
Pour résister à la concurrence, il faut se moderniser et s’agrandir. On emprunte et peu à peu les dettes s’accumulent et tout s’enchaîne. Les banquiers ne suivent plus.
.
Le découragement, le désespoir, la fatigue jusqu’à l’épuisement, l’agressivité qui mine l’entente familiale, la dépression, l’alcool, la honte de soi, puis la lente déchéance qui finit par mener à l’hôpital. Un répit de courte durée qui s’achèvera par un suicide.
.
Cette tragédie, des milliers de nos paysans la vivent. 1/3 d’entre eux tentent de survivre avec 350 euros par mois. 25 000 exploitants sont au bord de la faillite.
.
Un paysan se suicide chaque jour. On était à un suicide tous les trois jours il y a quelques années.
.
La mondialisation a tout aggravé. Les normes environnementales et sanitaires de plus en plus coûteuses, imposées par Bruxelles, éliminent les plus fragiles.
.
Ce film est une autobiographie datant des années 1970-2000, mais il reste totalement d’actualité, à l’image de la terrible condition de nos paysans de 2019.
.
Un drame émouvant, poignant, mais également révoltant quand on mesure le peu de cas que font nos politiques de la souffrance de ce monde paysan.
.
Un monde qui nous nourrit et travaille sans relâche, comme aucune autre corporation.
.
Révoltant quand on sait que la France a dépensé 2 milliards pour accueillir 40 000 mineurs isolés en 2018, dont la plupart étaient des fraudeurs majeurs selon le Sénat !
.
Et l’ardoise sera encore plus salée en 2019.
.
Cette somme suffirait à sauver les 25 000 exploitants étranglés par les dettes.
.
Mais en France, la priorité va aux migrants assistés, pas aux paysans qui nous nourrissent.
.
Jacques Guillemain
Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
La_Soupape

À Jacques B.

Comme c’est beau et comme c’est traumatisant ! C’est quand-même marrant de voir que quoi qu’on constate, et ce que je dis c’est pas du pipeau puisque c’est tout-à fait prouvable, y’a toujours un lascar qui est la pour chialer pour ces pauvres pécores !
2000 € par mois même avec 70 h par semaine, ben y’a des MILLIONS de gens qui les gagnent pas et en ce qui concerne les charges et la paperasse, y sont très loin d’être les seuls !
Au fait, le môme à côté de chez moi, qui était mon pote avant que le pognon lui monte au cerveau, ben y’a 2 ans, c’était 72 000 € qu’il a ramassé, ça a baissé mais y vient quand-même d’acheter une 4 ème baraque pour la louer…

Jacques B.

Pour finir, je ne suis pas sûr qu’un film, surtout avec le bobo-écolo Guillaume Canet (qui se revendique comme tel) soit l’idéal pour comprendre la situation complexe de l’agriculture française. Canet avoue sa sympathie pour l’organisme Solidarité Paysanne, marquée très à gauche (comme par hasard) et qui remet en cause frontalement un modèle agricole qui a pourtant permis à la France, avant qu’il ne soit battu en brèche par les technocrates bruxellois, de devenir une grande puissance agricole et accessoirement, de fournir à sa population une alimentation abondante, bon marché et de bien meilleure qualité que dans beaucoup d’autres pays du monde.

Jacques B.

(suite) @ la Soupape :
À lire, ce rapport du Sénat https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/selon-le-senat-la-france-s-oriente-vers-un-deficit-commercial-agricole-des-2023-202-148987.html qui montre que l’agriculture française est plombée par des charges nettement supérieures à ses voisins (merci la bureaucratie) mais aussi la sur-réglementation : à ce sujet, la plupart des agriculteurs préféreraient ne pas dépendre de la PAC, et avoir moins de charges : ça s’équilibrerait, et la paperasse serait infiniment allégée.
C’est au point que la France est en passe de devoir importer certaines denrée agricoles, du jamais vu depuis l’après-Guerre.

Jacques B.

@ La Soupape : vos propos sont caricaturaux.
Je précise que je connais très bien ce secteur professionnellement (en plus, j’en suis originaire).
Vous prenez quelques cas particuliers, dans votre région particulière, et vous généralisez ; alors que les revenus des agriculteurs sont très variables selon le type de production (donc selon la région), selon les années, et selon les agriculteurs à l’intérieur d’une même production – par ex; en production porcine le revenu peut aller facilement de 1 à 10 certaines années.
Un exemple avec la production laitière https://www.reussir.fr/lait/des-revenus-2018-penalises-par-la-hausse-des-charges où le revenu moyen par personne avoisine 25000 €/an, soit 2000€/mois, sur la base de… 60 à 70 h/semaine. Ça fait combien par heure travaillée, dites-moi ?

La_Soupape

À Raymond : mais bien sûr, seuls les gros touchent, on connaît la chanson. J’ai à côté de chez moi un môme qui s’est installé y’a 3 ou 4 ans. Il a commencé par toucher 20 000 € d’aide aux jeunes agriculteurs. Il pouvait en faire ce qu’il en voulait. Il s’est démerdé à avoir près de 120 Ha (en fermage et propriétaire) et une centaine de vaches. C’est donc un « petit » hein !
Eh ben l’année dernière, il a touché sans avoir rien à faire dautre que son taf la petite somme rondelette de 52 000 €, tout le monde peut voir ce que les pauv’ pecnauds touchent ici https://www1.telepac.agriculture.gouv.fr/telepac/tbp/feader/afficher.action.
Inutile de préciser que ça leur plaît moyennement !
Pour ceux qui veulent savoir comment ca marche http://www.fondation-droit-animal.org/99-les-subventions-de-la-pac-aux-eleveurs-comment-ca-marche/

Oh les pauvres !

POLYEUCTE

La Terre cultivable se réduit de la surface d’un département tous les 10 ans. Le reste est bétonné.
Les Chinois achètent en masse ce qui reste.
Les normes de toutes sortes les tuent.
7 M en 1945 ? 350.000 maintenant… 20 fois moins ! Poids électoral quasi nul !
Mondialisation et Traités de toutes sortes les achèvent !
Paysans ! Mes Frères de sang par ma lignée, je vous aime, mais, Hélas, ne peux pas faire plus !

Job

Haro sur la FNSEA , responsable ( RESPONSABLE au 1 er chef ! ) de la désertification de nos campagnes et du naufrage de l’agriculture productiviste en cours .
Agro-chimie , agro-business , élevages concentrationnaires , monocultures … avec objectifs prioritairement orientés exportations ont tué le petit paysan seul à même de faire vivre ce patrimoine séculaire d’une agriculture durable .
Plein le dos de la malbouffe , du taux de cancers qui double tous les 20 ans imputables à  » l’agroalimentaire  » . Retour à la raison et au raisonnable : les français d’abord pour une alimentation saine .
FNSEA à dissoudre : il faut tuer ce lobby qui court derrière le veau d’or en permanence pour le bénéfice de quelques aigrefins .

Rastacrockett

G. Cannet un fonctionnaire bobo de la gauche caviar dans le rôle d’un paysan, pas crédible, ça fait mal aux yeux !
Je ne supporte pas le ciné subventionné par l’impôt, la réalisation française politisée !
Le Cinéma doit être commercial, le septième art est ricain (Spielberg – Cameron – Ford – Eastwood – Stallone – Forman – Landis – Copolla – Carpenter – Craven – Lucas – … ) !
Comme je suis un véritable gaulois, et que j’aime le Cinéma, je zappe depuis longtemps toute la production Merde in France !

Jill

Dans quelques années, la terre crèvera de faim ;ceux qui produisent la nourriture :les paysans et les pêcheurs devraient être choyés, encouragés ;notre pays se situerait alors à la pointe de l’agro-alimentaire de qualité. Ben… nous on fait l’inverse, on envoie les paysans se faire pendre dans leur grange.

Fenris wolf

Merci ( c’est ironique ) à cette fichue Union Européenne, Bruxelle tête de pont en Europe de la Mondialisation.
Nous avons en France une géographie multi terrain; nous avons la mer, des plaines, des montagnes, des fleuves, donc la possibilité d’avoir une exploitation agricole très riche et diversifiée ( pêche, culture des bouchots ( les moules ) élevage bovins, caprins, culture maraichère, céréalière, production local de cidre, vin, etc, etc ) ceux que d’autres pays en Europe n’ont pas forcément; Et cette UE, cette mondialisation figurée par Bruxelle à réeussi à détruire, à rendre à néant cette richesse agricole Française.
Vraiment merci Bruxelle et votre satanée UE!!!

Lucie

Nos paysans, c’est notre identité. Ils sont attachés à un terroir depuis des générations, contrairement à beaucoup d’entre nous qui avons bougé, voilà pourquoi on veut les laminer. Jacques Guillemain a bien raison de les défendre! Et il nous faudrait un peu plus de solidarité et de soutien entre Français au lieu de critiquer chaque catégorie qui nous est jetée en pâture pour une raison ou une autre: un jour on critique la SNCF, un autre c’est les enseignants, ou la police, les jeunes, les vieux, etc. On jalouse les soi-disant (petits) « privilèges » des uns ou des autres quand les projecteurs gouvernementaux s’arrêtent opportunément dessus pour mieux les écraser: « ouais, ces salauds de la SNCF ont le train gratuit, pas nous », « les profs bossent pas, eux, tout le temps en vacances » etc.
On pourra toujours râler quand tous nos services publics auront été démantelés.

fleury

paysan, je ne vends pas à la Gde distribution ou à l’UE. je vends à l’industrie agroalimentaire et achète mes appros (engrais, phyto, aliments bovins…) à cette même industrie. Or, la moitié des ces multinationales industries agroalimentaire sont des coopératives gérées, administrées par des paysans, tous pontifs à la FNSEA, ou frère, fils, fils adultérin de pontif FNSEA. Le plus grand conflit d’intérêt, c’est comme si Carlos Gohsn avait été patron de la CGT en même temps que patron de Renault!
les coopératives, système pervers qui asservit le paysan. Michel

André LÉO

L’europe du fric libre et non entravé pratique déjà le « quantitative easing » à tour de bras, rachetant par centaines de milliards les « dettes » des banques privées pour leur permettre de placer cet manne à l’étranger et de faire plus de profits.
Les commissionnaires européens de la finance ne peuvent pas, en plus, aider les paysans à rembourser leurs dettes. Un peu de logique capitaliste, SVP.
De toute façon, les paysans sont tous condamnés, puisque l’agriculture intensive doit devenir industrielle et hyper concentrée. Toujours plus, pour de moins en moins d’acteurs. La mondialisation financière s’en occupe.

raymond

c’est idiot votre raisonnement,seuls les Gros eleveurs,gros céréaliers,touchent de grosses subventions eux sont aides par la fnsea mais les petits ,eux que dalle,si tous ,comme vous dites ont de grosses bagnoles,de grosses baraques,alors ne vous privez pas reprenez une petite ferme,ne soyez pas envieux ,agissez et vous connaitrez le bonheur la richesse,pauvre ami,si tous les petits agriculteurs gagnaient tant de fric pourquoi leurs enfants ne veulent surtout pas reprendre

Anne Lauwaert

Ils ne peuvent pas continuer l’agriculture industrielle, toxique d’abord pour eux-mêmes . Une solution : devenir « fermier de famille » comme Jean Martin de la ferme « La Grelinette » – le jardinier maraicher –

GERARD R.

Il est incontestable que les agriculteurs sont des victimes du système mondialiste. Mais quand avez-vous entendu leurs syndicats, pester contre l’ U E, qui est en est la courroie de transmission ? Quand avez-vous vu les agriculteurs, cracher à la gueule des bouffons de politicards, qui vont se remplir la panse, aux foires agricoles ? À part l’accrochage de Sarkozy, avec UN éleveur, chaque fois qu’un président se rend , dans une foire, ils lui lèchent le cul… Alors !

patphil

les zotorités préfèrent les autres aux notres!
les veaux les réélisent ! allez comprendre ! descartes réveilles toi

La_Soupape

…/…

Leur « bio » n’est pas franchement honnête, et par exemple, l’un d’eux me disait la semaine dernière :

– oh tu sais nous pour passer en bio, y suffirait juste qu’on trouve un fournisseur de tourteaux (c’est des grosses galettes de céréales qu’y filent à bouffer aux vaches pour les faire grossir, au même titre que l’ensilage) sans facture et le tour serait joué hein !

Par contre, beaucoup sont dans des situations familiales un peu difficiles surtout sur le plan affectif et les suicides en sont, j’en suis certain, la cause pour une bonne partie.

La_Soupape

Y sont pas tous dans un roman de Zola cher Jacques, et je parle bien des « pauvres » éleveurs. Je le sais, je les côtoie, je suis pote avec quelques-uns et ils sont tous un peu filous et surtout très forts pour le calcul des DPU. Ils se conduisent tous comme des hyènes avec le pognon et vous arracheraient facilement une larme si on les écoute chialer. Y z’ont TOUS sans exception des belles baraques, des belles bagnoles qui sont payées avant leurs 40 ans, bref quand on les connaît bien c’est pas tout-à fait la même chanson !