Au pays des aveugles, les Borne sont roi.e.s

Élu par des personnes ignorantes ou stupides, un petit banquier d’affaires doté d’un maigre savoir ou de peu d’intelligence passe pour un génie. Avec Macron, quand on dépasse les Borne, y a plus de limites !

Inter caecos regnat strabus. In regione cœcorum rex est luscus : au milieu des aveugles, Macron règne.

Un adversaire d’Élisabeth Borne dans le Calvados la mettra à la retraite dès le mois de juin. (Marion Pignot, 20minutes.fr) Édith Cresson a été Première ministre de François Mitterrand pendant onze mois et a démissionné en 1992. Noé Gauchard : « On continue à défendre un projet en complète opposition à Macron. On souhaite mettre à la retraite sa Première ministre dès le mois de juin, que son mandat soit le plus court possible. Élisabeth Borne incarne le pire des cinq années du macronisme : la privatisation progressive de la RATP, la réforme SNCF, l’inaction climatique et la terrible assurance chômage. C’est aussi le pire des cinq années à venir, avec la retraite à 65 ans ». Philippe Martinez ne mâche pas ses mots : « La nouvelle première ministre, Élisabeth Borne, a un bilan très négatif. Elle a engagé une réforme sur la SNCF qui a changé le statut des cheminots, qui a ouvert à la concurrence le réseau SNCF, suivie d’une grève importante.

C’est elle qui a modifié l’assurance chômage et elle a toujours refusé de donner un coup de pouce au smic. On peut venir de la gauche et avoir des réactions et des positions libérales comme Élisabeth Borne !

Pour Adrien Quatennens, Élisabeth Borne est l’élève zélée de Macron. Sur France Info, Quatennens, député et coordinateur de LFI, a vivement critiqué la fraîchement nommée à Matignon :

« C’est bien que ce soit une femme, mais il faut voir ce qu’elle incarne politiquement. C’est l’autre nom de la maltraitance sociale et de l’irresponsabilité écologique qu’incarne Macron. On lui doit l’ouverture à la concurrence de la SNCF, la fin des tarifs réglementés de gaz, la réforme de l‘assurance-chômage, la mise à pied de l’inspecteur du travail Anthony Smith qui avait protesté contre le fait que les travailleurs n’avaient pas de masques en période Covid. Élisabeth Borne n’est pas de gauche. Il ne suffit pas d’avoir un CV pour se caractériser politiquement, il y a le bilan et les intentions, c’est l’élève zélée de Macron. »

Fabien Roussel, député PCF du Nord et ancien candidat à la présidentielle : »Macron a trouvé sa Mme Thatcher. Privatisation et mise en concurrence de la SNCF et de la RATP, réforme de l’assurance chômage au détriment de plus d’1 million d’allocataires, fossoyeuse de Fessenheim : avec Élisabeth Borne, La technocratie est au service de l’argent roi. »

Élisabeth Borne est parmi les figures les plus dures de la maltraitance sociale dans la macronie, a dénoncé Jean-Luc Mélenchon qui espère être nommé à Matignon si la Nouvelle union de la gauche (Nupes) remporte les législatives de juin. Mme Borne serait une femme de gauche, mais nous ne lui accordons pas ce label, a affirmé Jean-Luc Mélenchon dans une déclaration à la presse.

Macron poursuit sa politique de saccage social. Marine Le Pen a dénoncé la politique de mépris, de déconstruction de l’État, de saccage social suivie par Macron. En nommant Élisabeth Borne Premier Ministre, Macron démontre son incapacité à rassembler et la volonté de poursuivre sa politique de mépris.

Il poursuit sa politique de déconstruction de l’État, de saccage social, de racket fiscal et de laxisme.

Et en même temps, Marion Maréchal quitte la direction de son école à Lyon. Marion Maréchal, ex-députée FN ralliée à Eric Zemmour a renoncé à son poste de directrice générale de l’école de sciences politiques qu’elle a co-fondée à Lyon et où elle va cependant garder des fonctions. Marion Maréchal, qui a rallié en mars le parti d’Éric Zemmour, Reconquête, dont elle est devenue vice-présidente aux côtés de l’ex-LR Guillaume Peltier et de l’ex-RN Nicolas Bay, dirigera le pôle réseau professionnel de l’établissement.

La direction générale de l’Institut de sciences sociales, économiques et politiques (Issep) sera assurée par son ancien adjoint, Thibaut Monnier, également cofondateur de l’école, qui a ouvert une antenne à Madrid en 2021. La petite-fille de Jean-Marie Le Pen avait lancé cette école de sciences politiques en septembre 2018 à Lyon avec pour objectif de former une « nouvelle élite politique » et défendre « enracinement » et « identité culturelle ».

C’est pourquoi avec Zemmour : Nous devons reprendre le contrôle de notre pays

Thierry Michaud-Nérard

image_pdfimage_print

3 Commentaires

  1. élus par des …. avec le soutien des syndicats, des mélanchonnistes, de la gôche caviar, des muzz, et aux législatives avec le concours de la droite la plus bête du monde

  2. Rappelez moi pour qui ont voté et donné consignes de vote tous ces pleureurs et pleureuses.

  3. ET COMME DISAIT POMPIDOU : QUAND LA BORNE EST FRANCHIE IL N’Y A PLUS DE LIMITES!

Les commentaires sont fermés.