1

Au secours ! La peste communiste a plus de variants que le covid !

staline-humanite.jpg

Le Conseil de défense non élu qui nous gouverne de fait et en détails depuis deux ans devrait être agrandi. En plus de membres du ministère de la Santé, il y faudrait d’éminents représentants de la Défense, de la Justice, de l’Intérieur, de la Culture et de l’Éducation nationale.

En effet, une maladie mentale ayant déjà provoqué la mort de dizaines et de dizaines de millions de personnes de par le monde, notamment en Russie, en Chine, au Vietnam, à Cuba, en Europe centrale et dans quelques pays africains, que l’on croyait quasiment disparue depuis la chute de l’URSS et la capitalisation du système social chinois, revient en force. Son ampleur semble exponentielle et touche même des individus réputés intelligents, instruits, cultivés et toutes ces sortes de choses. La voici qui mine nos institutions après avoir inspiré plusieurs partis politiques et contaminé presque tous les autres. Elle a depuis longtemps investi nos médias, nos milieux artistiques, nos écoles et universités. Elle semble gagner toutes les couches sociales et s’immiscer dans l’esprit de la plupart des gens. Profitant de la crise du covid, la voici qui transforme un grand nombre d’individus en flics les uns des autres, comme au temps du KGB, au prétexte de défense du bien commun dont ils sont pourtant fort peu soucieux par ailleurs, l’individualisme étant depuis longtemps devenu une institution, qui plus est apatride.

Cette maladie mentale se présente avec de très nombreux variants dont la liste exhaustive paraît aussi impossible qu’impressionnante. En voici un essai :

Communistes (souche) – Woke – Inclusifs – Covidistes – Libres Penseurs – Laïcards – Christianophobes – Black Live Matter – Indigénistes – Cancel Culture – Décolonialistes – Racisés – Déconstructivistes – Antiracistes – Anfitfas – Gauchistes – Socialistes – Black Blocs – Anarchistes -Écologistes – Végans – Antispécistes – Néo-féministes – LGBT – Genrés – MeToo – Transactivistes – Francs-Maçons – Satanistes – Européistes – Mondialistes – Progressistes – Multiculturalistes…

Si quelques variants paraissent plutôt éloignés de la souche, il faut bien se rappeler que certains kidnappent littéralement les individus pour les endoctriner de force et les maintenir dans un état d’asservissement, tandis que d’autres sont des mutations croisées avec des souches plus anciennes leur donnant faussement un aspect folklorique, alors que d’autres encore paraissent des réactions immunitaires spontanées dont on se demanderait pourquoi elles ne sont pas apparues bien plus tôt. Tous se présentent comme des éléments indispensables de la vie socio-politique moderne et ceux qui ne les adoptent pas seraient voués à disparaître. Soit quand même beaucoup de gens !

Devant une telle contamination multi-variants et une aussi grande possibilité d’hécatombe, on se demande pourquoi le gouvernement, si prompt et efficace à se préoccuper de notre santé, n’engage pas immédiatement une action d’envergure afin de stopper cette invasion mentale dont tous les variants, tous sans exception, s’attaquent directement aux fondements, aux valeurs et aux engagements de notre civilisation occidentale gréco-romaine, chrétienne, humaniste, sociale, inventive, exploratrice et technologique. La voici qui remet en cause non seulement ce qui fonde une société civilisée, mais aussi les attributions de la nature – pourtant si généreuse et prévoyante – et aussi tout ce qui a forgé notre Histoire et notre vie d’aujourd’hui dans ses moindres détails. L’ego démesuré et sans limite devient la nouvelle référence éclipsant toutes les autres. Un vrai suicide collectif ! Curieusement, ceux qui s’improvisent inquisiteurs des autres à propos du vaccin covid ne se préoccupent pas de savoir s’ils sont vaccinés contre le néo-communisme et ses si nombreux variants. Mais peut-être s’agit-il justement d’une contamination binaire contradictoire et particulièrement sélective, où une infection mortelle et sans vaccin actuel favorise la prédisposition à se faire vacciner contre une maladie essentiellement médiatique dont la gravité très relative n’a pas encore fait autant de morts que le communisme. Ni même, et de loin, que la peste et le choléra. Ainsi va la vie d’aujourd’hui, pour beaucoup d’individus il n’y a plus de bon sens, plus de réflexion personnelle, plus de jugement intelligent, juste les idéologies destructrices, les manipulations et l’ego. L’humanité ayant déjà traversé plusieurs graves crises, souhaitons qu’elle survive encore à celle qui est là.

Daniel Pollett