Au Trocadéro, la Brigade des mères lance le mur du déni

Publié le 29 septembre 2019 - par - 16 commentaires - 2 266 vues
Share


Sous le soleil de l’automne, parmi les touristes et les photos de mariage de toutes nationalités, les supporters de La Brigade des mères s’étaient donné rendez-vous sur l’esplanade du Trocadéro. Dès 14 h, sa présidente, Nadia Remadna, prend la parole pour expliquer les ennuis rencontrés, lorsqu’elle a tenté de se battre pour lutter contre la radicalisation des jeunes dans les banlieues et plus particulièrement à Sevran. Il s’en est ensuivi la perte de son emploi et des menaces de mort. Le pire, dit-elle, c‘est le déni à tous les niveaux. Et elle en veut aux autorités, dont certains représentants ont fait preuve d’une réelle complicité avec des groupuscules de musulmans radicaux.

https://fondationdesfemmes.org/brigade-des-meres/

Puis c’est au tour de Fadila, venue spécialement de Belgique, de prendre la parole. Après une pensée pour toutes les victimes des attentats commis au nom de l’islam, elle nous décrit avec tristesse la situation à Bruxelles : l’acceptation du voile à l’école et dans les lieux publics, ce qui constitue à ses yeux une forme de djihad. Elle dénonce aussi les complaisances des autorités face à l’islam politique, et l’entrisme des islamistes dans les rouages de la vie politique locale mais aussi nationale.

Gabrielle, originaire du Cameroun et qui vit en France depuis 10 ans, constate qu’en France, la liberté d’expression recule cruellement.


Bernard explique que les islamistes tentent d’imposer leur loi. Il souhaite que les politiques prennent leurs responsabilités et rétablissent l’autorité partout, car il n’y a aucune raison que certains quartiers soient tranquilles et d’autres non. Il s’insurge que des pompiers puissent être victimes des racailles sans que personne ne bouge.

Youssef nous raconte son vécu personnel en Algérie, et plus particulièrement « les années de braise ». Alors qu’il était étudiant d’une école d’architecture en Algérie, il a assisté, dans les années 80, aux manœuvres des islamistes dans les universités, qui se sont terminées par des massacres de professeurs devant leurs étudiants. Il s’étonne que la France n’ouvre pas davantage les yeux alors que les islamistes recourent aux mêmes méthodes sur son territoire. Comme si la triste expérience algérienne des années 90 n’avait servi à rien !


Djordje Kuzmanovic, président de la République souveraine, un ancien militant de la France Insoumise, prend la parole pour nous expliquer que la laïcité se fissure en France. Il évoque la trahison de la FCPE, puis, en scoop, il nous informe que le Planning familial a décidé de mettre au vote le retrait de la laïcité de sa charte. Un recul idéologique inquiétant. Il ne comprend pas que nous nous laissions imposer en France des modèles de pays anglo-saxons, comme le communautarisme dont le bilan est plutôt désastreux.


Le moment est alors venu de s’exprimer sur le « mur du déni » : un grand écran sur lequel les participants étaient invités à dire STOP, chacun avec ses mots.

Puis après avoir descendu les marches du Trocadéro et longé la Seine, les sympathisants sont allés déposer le panneau au pied de la statue de la liberté du pont de Grenelle, face à la maison de la Radio. Quelques photos de famille avant de se quitter dans l’espoir et la bonne humeur.


Hector Poupon

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
POLYEUCTE

Moulins à paroles ? Moulins à vent ?
Une réponse !
Jean Moulin La Résistance !

zéphyrin

Riss a raison: il est bien placé, hors illusions perdues, pour sentir le voile de peur et de soumission masquée par le bien vivre ensemble consécutif aux attentats.
Nous le savions tous, sans violence on nous rit au nez.
Ira-t-il jusqu’à reconnaitre que ceux dont il se moquait librement avait un temps d’avance sur sa vision du pays ? pas certain, faut pas trop en demander.

Arthur68

Je peux témoigner que France Info, la radio collabo, n’a donné AUCUN écho à cette manifestation.

Kinns

Spipou

Ben c’est qui ?
Les nazis ; ceux qui veulent détruire la France

Kinns, « ceux qui s’en servent comme une arme », c’est qui ?

kinns

Si Marion et Eric arrivent à se sortir des étiquètes ; alors peut être ………….
s’ils savent fédérer un parti identitaire ( avec un chef militaire pour faire le ménage) alors peut être………..
S’ils savent désigner l’ennemi de la France, qui n’est pas l’islam mais ceux qui s’en servent comme une arme alors peut être ……………..
avec bien entendu la cohorte non intoxiquée(voire désintoxiquée) par la bienpensance .
En tout cas moi je ne crois pas qu’il y ait un résultat probant de cette manifestation si ce n’est un regard dédaigneux de notre méprisant président et de sa clique

Hervé

Le seul problème,c’est que nous avons un président qui veut détruire son peuple;il ne faut pas chercher plus loin..! C’est un homo qui aime les africains,et comme les africains sont musulmans… Mais,lui,il s’en contrefout,des Français,ce qu’il veut voir,c’est une France qui ne soit plus blanche.

.Dupond1

Puis c’est au tour de Fadila
Ce que beaucoup ignorent c’est que lorsque la France livrera l’Algérie au FLN elle ne fera pas de misérables que les PN car des milliers de muzz persécutés par les terros FLN n’eurent d’autres choix sous la menace que d’adherer au délire de ces déchets malfaisants .La guerre civile trente ans apres le prouve
https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensibles-16-octobre-2017

.Dupond1

Nico dit
Oui le probleme est ailleurs !!! il est au quatar et en AS qui avec des moyens énormes permettent a des populations improductives , tres fécondes et violentes de vivre confortablement dans les cités en vue du grand chambardement

.Dupond1

Et meme charlie hebdo si prompt a montrer le pape avec une croix plantée dans le cul commence a s’inquiéter (c’est pour dire !!!!)
https://www.franceinter.fr/emissions/histoires-politiques/histoires-politiques-26-septembre-2019

Français de Coeur,Français de désir

Bonjour,
Tout d’abord je salue le courage et l’engagement de cette brigade des mères. J’y étais présent et malheureusement ne nous étions pas nombreux.
Il y’a même des patriotes qui sont venu de province. Nous n’avons pas le droit de laisser la laïcité se faire dévorer par l’islam politique qui veut nous imposer l’islam comme religion de l’état, qui veut nous imposer la culture musulmane que j’ai fouie et je ne ‘ai pas envie de la retrouver en France. Nous ne voulions pas de modèle anglo-saxons, non au communautarisme, il ny’a qu’une seule communauté nationale à laquelle il faut adhérer, respecter son mode vie, ses mœurs et ses lois.

bah

La première des choses, c’est déjà que les français apprennent à élire un être non inféodé à certaine idéologie néfaste…

bah

La première des choses à faire, c’est de ne jamais élire un sioniste à la tête de l’état !

Alors ne rien faire serait le mieux? C’est tout ce vous proposez? Critiquer et surtout ne rien faire sauf à dire que cela ne sert à rien sur les réseaux sociaux! Bravo Monsieur Nico !

Patrick VERRO

Je salue le courage de tous ces orateurs et regrette de ne pas avoir été averti à temps afin de laisser mon empreinte sur leur « mur du déni »; j’y aurai écrit ceci : poursuivre les français pour des délits d’opinion, voir les principes de laïcité reculer dans leurs applications, ne pas soutenir les jeunes femmes musulmanes qui veulent s’émanciper et s’obstiner à considérer que l’islam est une « religion » de tolérance, de paix et d’amour c’est volontairement se voiler la face pour ne pas voir ce qui s’est passé et se passe dans le monde… La France a tourné le dos « aux Lumières » pour rentrer dans les « Ténèbres ».

petitjean

respect pour ses personnes mais, sérieusement , nous sommes dans le dérisoire » compte tenu de l’état de notre pays !
c’est d’un choc, d’un choc immense dont nous avons besoin pour réveiller les français et abattre la tyrannie