Au village, on prend les migrants de Callac et Sandrine Rousseau…

Bonjour tout le monde, c’est Marcel ! Alors aujourd’hui je voudrais dire que nous aussi au Village on accepte les migrants, on va pas faire les bobos comme à CALLAC, nous on est généreux et on attend qu’ils viennent! Bon on n’a pas de champs de coton au Village, ils risquent un peu d’être dépaysés, voyez sur la photo comme ils respirent la joie de vivre! Mais nous on a des terres et du bétail à s’occuper ! Franchement, entre ramasser du coton et des patates, quelle différence ?

Puis laver un cochon c’est très enrichissant moralement, ce noble animal vous remercie souvent d’un magnifique grognement !

C’est vrai, quoi ! Faut les comprendre ces pauvres réfugiés ! Chez eux ils dormaient dans la rue et mangeaient un jour sur 3 ou 4 ! Ici, parole de Marcel, on va les choyer, produits naturels à tous les repas et promis juré, pas un ne dormira dehors. Antoine est prêt à transformer sa grange en dortoir, dans ses 120 m2 il propose d’en installer 40, ça favorise la convivialité et ça évitera de chauffer, avec ces salauds de popovs qui font augmenter les factures!

Alors ce matin, au premier apéro, vers 10 heures, on faisait les plans et d’un coup voilà que le Popol nous sort « Ah mais attention, une députée a dit qu’il y a maintenant le droit à la paresse ». On s’est regardés, peut-être que le Popol était déjà bourré ? Mais lui il tient bon, jusqu’à 18 ou 19 heures en général, il est clair. Je lui ai donc demandé, calmement, d’expliquer !

Et donc on a appris que la fameuse Sandrine Rousseau a sorti ça. Vous savez, la Rousseau c’est celle qui ne se fait sauter que par des « hommes déconstruits », et encore une fois par mois, pas plus ! Faut pas abuser des bonnes choses ! La conversation a enchaîné sur le sujet, on en a entendu de bonnes ! Là, Louis, toujours plein de bonnes idées, a proposé de l’attirer au Village et la mettre au milieu des migrants et d’attendre « pour voir s’ils utilisent leur droit à la paresse » ! Là, je suis pas d’accord, ça va fatiguer les travailleurs, faut pas pousser ! Réfléchis un peu, le Louis ! Pas vrai, ça! Je vous passe le reste, je voudrais pas choquer les ploucs de la ville qui me liront !

Bon, on va rester positifs les amis ! La Rousseau, on la met dans la fosse à purin et on voit si elle utilise aussi son droit à la paresse, moi je force personne à faire des efforts, hein ! Et donc, amis de CALLAC, saisissez votre chance… Ou envoyez-les nous au Village!

Marcel Berrichon
Et n’oubliez pas mon blog… sans censure !
https://marcel.tvs24.ru

image_pdfimage_print
17

14 Commentaires

  1. comme j’aime la paresse, je vote sardine ruisseau. alors, ramasser des pommes de terre!!! vous n’y pensez pas !

  2. Ils peuvent prendre également « Merduchon » ,ça nous ferait des vacances . Et surtout il saurait ce qu’est le travail , lui qui à toujours « vécu » sur l’argent publique .

  3. La roussote a une vision du futur : comme vous le savez tous les africains sont des gros fainéants et donc elle prépare les français à bosser pour cette merde qui nous envahit et qui ne feront jamais rien à part le viol , le vol , et c’est tout mais là où elle se trompe cette race n’aime pas les lgbt+€&##= ni les dégenrés bref dès qu’ils auront pris la France cette grosse conne et les autres vont passer par la fenêtre et là je me marre .

    • … le viol, le vol … et le massacre à la machette : activité pour laquelle ils se réveillent périodiquement sans qu’on ait pu déterminer quand et pourquoi

  4. A quoi sert il de faire venir des personnes quelles qu’elles soient si on n’a pas de travail ( humm le travail est un mot qui peut faire peur à certains)!!! à leur proposer

  5. Corne d’ auroch, quel homme construit pourrait s’ envoyer un tromblon comme Sardine même en lui plaçant une serviette sur la tronche .

  6. Ah ben vouiiiii qu’à la campagne il faut la Sardine du Ruisseau avec les migrants! sinon ces derniers, comment feront-ils pour se dégorger le poireau? Ah ben vouiiiii Sardine, l’intégration, l’assimilation, c’est aussi et principalement de t’en prendre un régulièrement entre les cuisses. Pendant que le migrant tapera dans le pot, ferme les yeux et pense à la France.

  7. Comme ce sont des travailleurs acharnés qui ne craignent pas les efforts, le cagnard, la pluie, le vent, je propose de les disséminer dans les zones où il y a des fruits et des légumes à ramasser, les producteurs de melons et de pêches de la vallée du Rhône, les arboriculteurs de maintes régions qui manquent de bras pour les récoltes pourront ainsi êtres servi et remercieront Macron!

  8. Droit à la paresse ?? comme si les jeunes avaient attendu Rousseau pour y penser ! ils ont lancé la vague  » quitting my job  » sur tiktok (où il se filment, tout fiers d’envoyer leur patron à la gare et de quitte leur job et maintenant ( tout nouveau mais toujours sur tiktok ) le « quite quitting » (ils se filment occupés à ne rien faire parce que ils s’estiment sous-payés … merveilleuse époque ! ( magnifiée par tiktok )

  9. Ah!c’est toi Marcel!justement je suis en train de lire « La terre »de Zola,Ben dit donc,vous êtes des sacrés boute en train les culs terreux
    Pour ce qui est de cul-buterles filles et le cochon!!
    « à table bien sûr » pour le cochon ,en tout bien tout honneur.
    N’importe ,le pinard coule à flot,même l’âne Gédéon qui roule les quatre fers en l’air après avoir sifflé ses vingts litres pour rendre tripes et boyaux .Et pour ce qui est de déloger les incrustés,ces gaillards là auraient tôt fait de chasser les sarrazins à coups de fourches au cul non de dié!!pas comme aujourd’hui…
    Faut dire que Zola n’a pas lésiné sur la terrible condition de la paysannerie et leurs moeurs ad hoc ,on comprends que cela ait indignée la vertueuse » bourgeoisie de l’époque.Quel tableau !c’est farce,haut en couleur et sombre à la fois.Il faut lire ce monument.

  10. Les migrants c’est non et Sardine Rousseau l’islamo Gauchiste dégénérée c’est non!

Les commentaires sont fermés.