Aubry ose parler de front républicain contre le FN : pas elle !

Aubry qui n’a jamais eu de mots assez durs contre Sarkozy et l’UMP se met à ronronner comme une chatte en chaleur et à leur faire des mamours pour tenter de les pousser à voter pour les candidats de gauche dans le cas de duels PS-FN.

Incroyable ? Non, normal, on connaît le maire de Lille et on sait qu’elle est capable de tout pour arriver à ses fins.

Ce qu’elle déteste ? La France, sa souveraineté, son indépendance, sa culture, ses valeurs et ses principes.

Alors, forcément, celle qui s’emmerde avec les Français et a toujours privilégié les demandes communautaristes contre la laïcité, allant jusqu’à donner des autorisations d’horaires réservés aux femmes dans les piscines municipales, allant jusqu’à interdire la crémation d’un ex-musulman qu’il avait pourtant demandée afin de faire droit aux revendications de son âme damnée, Amar Lasfar, ne peut que craindre comme la peste un parti qui réclame la sortie de l’Europe totalitaire, qui réclame la fin des délocalisations, qui réclame la régulation de l’immigration, qui réclame le respect de la laïcité, qui réclame la sécurité pour tous.

Alors, forcément, celle qui ne jure que par la diversité, la société multiculturlle et la disparition de notre culture ne peut que craindre comme la peste un parti qui réclame le retour aux fondamentaux à l’école, la transmission de notre patrimoine littéraire et historique et la préférence nationale.

Alors, forcément, Aubry est prête à tendre la main à ses ennemis d’hier et à proposer, ô lamentable et cynique Tartuffe, un « front républicain » à l’UMP ! Comme si elle avait le moindre goût pour l’intérêt géénral et pour la France !

Que va faire l’UMP ? On sait Copé assez ambitieux pour préférer  son intérêt, à savoir son élection en 2017, à celui de la France.

Mais sera-t-il écouté de sa base, qui, ici ou là, comme dans la circonscription du Gard où Gilbert Collard est arrivé en tête, est en train de réfléchir et de discuter, ébranlée, semble-t-il,  au point d’envisager de dire « zut » aux instances nationales pour privilégier l’intérêt général et faire barrage à la gauche en permettant, par son retrait, l’élection d’un candidat FN ?

La base est plus intelligente que les élites. On en a de plus en plus la preuve.  Bravo pour le courage de ces candidats de l’UMP ou du FN qui feront la démarche de se désister afin d’éviter que la gauche ait une majorité écrasante.

D’ailleurs, on saluera le bon sens d’un Henri Guaino qui, invité de BFM TV ce matin, a exclu l’idée d’appeler à voter pour ou contre le FN dans les cas de duel FN-PS : « Il n’y a pas de Front républicain contre un parti qui a été validé par la République », a-t-il dit.

Il a tout dit. Il faut que cesse la diabolisation d’un parti qui n’a plus rien à voir avec celui de Jean-Marie le Pen et dont le programme est républicain et patriotique.

Post-Scriptum qui n’a presque rien à voir : on saluera bien bas le candidat socialiste dissident de La Rochelle qui  refuse de parler à une Royal qui l’a méprisé et ignoré pendant des années et voudrait le voir se retirer à son profit. Il a mille fois raison ! Puisse-t-il, quant à lui, récupérer toutes les voix UMP et FN et faire mordre la poussière à la Présidente de la région. On n’a pas besoin, en plus du reste, d’une folle au perchoir de l’Assemblée nationale !

Christine Tasin

Résistance républicaine

 

image_pdf
0
0