1

Aucun pays européen n’a de leçon de liberté à recevoir de la Russie

Toujours convoitée, jamais vaincue

Cher Boris,

J’ai parcouru avec intérêt votre article « Coronavirus : ce qu’a fait Vladimir Poutine pour protéger son peuple » du 20 mars 2020. Bravo pour votre français de bonne tenue et les 320 commentaires générés.

https://ripostelaique.com/coronavirus-ce-qua-fait-vladimir-poutine-pour-proteger-son-peuple.html

J’ai toutefois le sentiment de lire un ambassadeur de Russie plutôt qu’un observateur investigateur, tant le contenu est flatteur. Je ne conteste pas votre patriotisme boosté au carré, c’est humain. Je suis moi-même patriote quoique d’un genre un peu particulier : je suis fondu dans le patriotisme allant de Lisbonne à l’Oural et de Narvik à Chypre. Mes escales culturelles préférées sont Paris, Berlin et Varsovie.

Le propos anodin du 6e paragraphe « Il y a beaucoup de choses qui ne vont pas (en Russie) » mérite sans nul doute des éclaircissements de la part du champion d’échecs (politiques français) Karpov.

Dans le registre géopolitique, on pourrait citer pêle-mêle la volte-face patriotique des Pays baltes d’il y a près de trois décennies avec une Estonie maintenant littéralement soudée à la Scandinavie, les tentatives avortées de triangulation nationale Saint-Pétersbourg-Moscou-Kiev (la récupération de la capitale ukrainienne orthodoxe étant une réelle fixation du Président) ou les rapports polono-russes au plus bas depuis des lustres, la lune de miel entre Moscou et Varsovie n’étant qu’une vue de l’esprit.

Covid-19

Il se trouve que j’ai plusieurs relations belges et polonaises très au fait de l’actualité russe.

L’une d’elles, belge, m’a écrit : « Le 17 mars, le Président a appelé au calme et à ne pas se ruer sur le papier toilette et la nourriture. Les habitants ont fait la même chose que les Européens : ils ont acheté en masse ces articles d’hygiène ainsi que les graines de sarrasin, essentielles à la nourriture russe. Au niveau du comportement de la police, il y a eu une plainte officielle de l’ambassade de Chine à Moscou au regard du comportement des policiers qui arrêtaient dans la rue d’une manière aléatoire toute personne ressemblant à un Chinois. Sauf que la Russie c’est grand et qu’il y a beaucoup d’ethnies russes ressemblant à des Chinois mais qui sont bel et bien russes à 100 %, imagine la cacophonie. Ludovic ».

Une doctoresse de Saint-Pétersbourg à Reuters : « La falsification reste ce qu’elle était : on rédige un rapport, on paraphe « V » et tout va bien alors que de nombreux hôpitaux n’ont même pas les moyens d’établir un bon diagnostic ! », 14 mars 2020. La presse polonaise fait également état de respirateurs rachetés à prix fort par des oligarques à des fins privées.

Votre pléiade de consumérisme Auchan et ses rayons hyper-achalandés me surprend quelque peu puisque la presse polonaise fait étalage de rayons vides.

Puste półki w sklepie w Podolsku na przedmieściach Moskwy
Rayons vides à Podolsk, banlieue de Moscou, 17 mars 2020

Le vent de la liberté

Vous écrivez : « Un ami français venu à Moscou il y a quelques années m’a dit avoir été étonné de « sentir l’ivresse de la liberté » (je le cite) »

En matière de liberté, aucun État européen n’a de leçon à recevoir de la part de la Russie. Selon mes propres sources relationnelles, les Russes installés à Varsovie et à Bruxelles y apprécient justement ce « sentiment de liberté » inconnu chez eux, surtout quand on a le malheur d’être d’obédience divergente. À demi-mots, l’expatriation pour raisons politiques et non économiques.

Si je devais résumer la Russie en cinq secondes et une phrase : « C’est un quadrilatère aux côtés d’importance dégressive, successivement : services spéciaux-Poutine-oligarques-société civile ».

UE 27 ? Notre point faible est la lamentable dérive islamisante de la société civile. Notez ici que Vladimir Poutine se garde bien de tirer à boulets rouges sur la religion musulmane. D’abord parce qu’il cherche à maintenir la paix civile à Moscou (1,5 million de musulmans voire plus) et ensuite parce qu’il soigne ses relations auprès des anciens satellites CCCP. Comme de coutume, la géopolitique prend le dessus sur toute considération morale et l’islam poursuit ainsi inexorablement sa progression par capillarité.

En mars 2019, le président du Conseil des Muftis de Russie Raoui Aïn Eddine a déclaré que le pourcentage de musulmans parmi la population russe avoisinerait les 30 %… dans une quinzaine d’années ! Poutine a bel et bien injecté du religieux orthodoxe au sein de la société civile, c’est même un coup de génie stabilisateur. Mais suffira-t-il ?

Ma question à Boris

Vous écrivez : « Sans même parler du dirigeant actuel de la France dont le taux de mécontentement égale le taux de satisfaction envers Vladimir Poutine ». Tout cela est évidemment bien plus aisé du côté du Kremlin puisque les services spéciaux russes « ont fait le vide » autour de Russie Unie selon un mode opératoire inconnu en France.

Une modification de la Constitution russe est dans l’air. Elle permettrait à Poutine de rester aux commandes jusqu’en 2036, enchaînant ainsi à la volée de nouveaux sextennats. Vladimir : « Un pouvoir présidentiel fort est absolument nécessaire à la Russie ». Tout semble déjà pipé, les amendements constitutionnels approuvés par un parti Russie Unie disposant à la Douma de 341 sièges sur 450, soit 76 % de la zone…

Ceci soulève la question suivante : si le parti Russie Unie est à ce point confiant en sa légitimité hégémonique, pourquoi donc une telle ingénierie constitutionnelle ? Modifie-t-on ainsi la Constitution en fonction du caractère d’un seul homme, aussi habile et digne de respect soit-il ? Le parti ne dispose-t-il pas d’autres gros bras présidentiables formatés à la démocratie musclée ?

Ceci étant, Poutine a le mérite d’avoir positionné la Russie sur le ring international multipolaire alors que son économie est tout sauf efficiente. Et comme vous le soulignez, « il ne faut pas nous chercher de noises » : aujourd’hui le Kremlin est en mesure de mobiliser son potentiel à des fins de guerres hybrides, électromagnétiques et autres joyeusetés du XXIe siècle.

Un scénario envisagé par Marcel H. Van Herpen prévoit la simulation d’un « grave accident » de sous-marin russe en Mer Baltique avec pour effet de paralyser entièrement les télécoms scandinaves. Marcel H. Van Herpen est expert en sécurité (Russie et Europe de l’Est). Son ouvrage «  Les Guerres de Poutine » a cartonné en Pologne. Il n’existe malheureusement pas de traduction française. http://marcelhvanherpen.com/

« Les Guerres de Poutine », 2014

Chroniques de Russie

Une excellente initiative. J’encourage fortement la croissance de cette rubrique et suggère au Maître doseur de Riposte Laïque la proportionnelle géographique suivante : 60 % France, 30 % Europe géographique (en ce compris Yvan), 10 % reste du Monde. Ces chroniques russes ne peuvent évidemment se muer en tube propagandiste sous peine de ne constituer que de simples encarts à Spoutnik.

Richard Mil+a

Internaute polonais anonyme : « Pauvre Russie »