Audrey, 27 ans, poignardée à mort dans son appartement…

Publié le 20 septembre 2019 - par - 3 831 vues
Share

Saint-Ouen (93) – Audrey, une jeune femme de 27 ans, a été tuée de plusieurs coups de couteau dans son domicile.

Elle a été retrouvée baignant dans une mare de sang, le buste adossé contre un mur de sa chambre.

Elle poursuivait sa seconde année d’internat en pédiatrie à l’hôpital Jean-Verdier de Bondy.

Le principal suspect est un individu d’origine étrangère qui séjournait régulièrement dans l’appartement de la jeune femme.

Selon des témoignages, il s’agissait d’un individu âgé d’une trentaine d’année, d’origine étrangère et d’allure plutôt marginale : « Il chantait tout seul dans la rue et était dans un sale état ».

Il est très activement recherché mais, d’ores et déjà, on peut se poser la question de savoir pourquoi cette jeune femme accueillait ce « marginal » chez elle ?

L’enquête nous apportera probablement la réponse.

À Cannes (06). Samedi 14 septembre, un policier de la brigade anti-criminalité a été « tabassé » par deux jeunes individus, âgés de 23 et 25 ans, l’un d’origine tunisienne et le second d’origine irakienne, alors qu’il tentait de les appréhender, en compagnie d’autres collègues.

Ils surveillaient un scooter volé la veille, vendredi, et circulant sans plaque d’immatriculation, stationné dans l’avenue Jean de Noailles, lorsque quatre voyous s’approchèrent pour le saisir.

Les policiers interviennent et l’un d’eux est violemment frappé à la tête. Il tombe à terre se brisant une cheville.

Ses collègues appréhendent les deux agresseurs, cependant que les deux autres prennent la fuite.

En détention provisoire, ils seront jugés le 14 octobre pour « violences aggravées et recel de vol ».

À Nanterre (Hauts-de-Seine), un homme d’une quarantaine d’années a été placé en garde à vue pour le meurtre d’un employé de l’enseigne « Métro ».

Le corps de la victime a été découvert lundi, peu avant 7 h du matin, devant la porte du magasin.

Il avait été abattu de deux balles, une dans la tête et l’autre au thorax, et il est totalement inconnu des services de police.

Grâce à la visualisation, par la police Judiciaire, des images de vidéosurveillance placée devant le magasin, un suspect a été interpellé en fin de journée dans les Yvelines et placé en garde à vue.

Son casier judiciaire est bien rempli par plus de huit délits de violence antérieures à 2005.

À Vitré (35) – Un migrant, d’origine rwandaise, âgé de 39 ans, est actuellement jugé par la cour d’assises de Rennes pour le viol d’une femme, en octobre 2016, dans sa boutique, en plein centre-ville.

Né au Rwanda et arrivé en France depuis 2001, il avait obtenu le statut de réfugié.

Alors que la boutique de la Borderie était vide, vers les 18 h, il pénètre… mais laissons la parole à cette mère de 2 enfants, qui vit en couple, et raconte l’horreur qu’elle a vécue : « Il avait l’air tout à fait normal, il a regardé les vêtements, est sorti, puis revenu un peu plus tard. Il m’a attrapée par derrière en m’étranglant et ne m’a plus lâchée. »

Après une première agression sexuelle dans une cabine d’essayage, elle réussit à le faire changer de cabine en espérant qu’un passant puisse les voir de la rue.

En partant, le violeur s’excuse, lui demandant de ne pas prévenir la police car « il a des enfants ».

« J’ai porté plainte immédiatement. Je veux qu’il paye pour son crime ».

Avec neuf délits sur son casier judiciaire, liés à la consommation d’alcool, et deux séjours en prison, avant 2016, date de son viol, c’est grâce à son ADN, prélevé sur sa victime, qu’il a pu être confondu.

À Strasbourg (Bas-Rhin) – Une femme âgée de 56 ans, d’origine kosovare, a été assassinée à l’arme blanche, mardi en fin de matinée.

Elle gisait sur son lit, au 3e étage du foyer Adoma, situé rue de Soultz, dans le quartier de Neudorf.

C’est son mari qui a fait la macabre découverte, en rentrant de son travail.

Pour le moment aucune piste n’est privilégiée et les images des caméras de vidéosurveillance du secteur sont en cours d’analyse par les enquêteurs.

Le foyer accueille des personnes d’origine étrangère et ce couple vivait dans ce foyer depuis juillet 2019.

Selon la direction, il s’agit d’une famille discrète et bien insérée qui avait auparavant vécu quelques années dans un autre foyer Adoma, à Haguenau.

Justement, au sujet des étrangers « installés » en France, soyons rassurés : de nouvelles recherches réalisées conjointement par la direction centrale de la police des frontières et le service administratif national d’immatriculation des personnes nées hors de France nous informent que la fraude sur la Sécurité sociale ne serait pas de 14 milliards, comme annoncé par divers médias, mais de « seulement » 138,6 millions d’euros, moins alarmant, selon eux !

Cette fraude serait attribuée à des usurpations d’identités et des présentations de faux documents.

Déjà cela est inadmissible, à l’heure du numérique et des logiciels. Elle est surtout imputable au laxisme de certains fonctionnaires de toute la chaîne hiérarchique, surtout quand il s’agit  « d’étrangers » !

Comme par hasard, il n’est plus question de ces 3 millions de centenaires « français » immatriculés, alors qu’en réalité ils sont moins de 20 000 ! Ni des 1 800 000 cartes « Vitale » éparpillées dans la nature !

Manuel Gomez

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.