Aujourd’hui, être de gauche, c’est cautionner beaucoup de saloperies, camarades…

Publié le 28 juin 2013 - par - 3 404 vues
Share

Lors de leur dernière manifestation violente pour protester contre la mort d’un de leurs chiens de meute, moins d’une quinzaine de militants d’extrême-gauche de la très fasciste « Antifa » ont été arrêtés et seulement deux gardés à vue. Grâce à la diligence d’une juge, les deux aboyeurs ont été relâchés plus vite que leur ombre.

Pendant ce temps, Nicolas Bernard-Busse est toujours écroué à Fleury.

Selon le ministère public, les deux affaires ne sont pas comparables. C’est exact. Elles ne sont pas comparables dans leur traitement. Le Syndicat de la magistrature continue de frapper.

En réfléchissant un peu –cela m’arrive parfois – je me dis que sous le règne de Normal Ier, le Petit Pépère des Pipoles, il suffit d’être de gauche pour faire n’importe quoi et ne rien risquer. Mais le passage à l’acte est plus facile à théoriser qu’à mettre en pratique.

Valls  & racailles2Parce que passer l’âme à gauche c’est accepter :

– de pleurer sur la mort d’un abruti à belle gueule et vomir Esteban Morillo pour avoir osé se défendre,

– de se réjouir devant la mise à pied de Clément Weill-Raynal pour avoir révélé l’existence du mur des cons édifié par un syndicat de magistrats adepte de la séparation des pouvoirs (les juges d’un côté, les citoyens de souche de l’autre),

– d’ignorer que Thomas Fabius, fils d’un ministre des Affaires Etrangères pas très étranger aux affaires puisse s’acheter un appartement de 7,4 millions d’euros alors qu’il ne paie pas d’impôts,

– de voir en Christine Taubira une icône et pas une pétroleuse indépendantiste guyanaise détestant la nation, les frontières, les couples normaux,

– que des maires soient poursuivis parce qu’ils refusent de célébrer des mariages homosexuels alors que Normal Ier avait d’abord dit que jouerait une clause de conscience,

– de rire de la blague de Stéphane Guillon souhaitant à Nicolas Bernard-Busse de connaître le vrai vit sous les douches carcérales,

– de comprendre le soutien aux islamistes syriens et les livraisons d’armes qui vont avec alors que ceux-ci égorgent des enfants, dépècent des chrétiens, mangent des cœurs impurs de soldats de l’armée régulière,

– de trouver plaisant que la France soit une démocratie dans laquelle un parti ayant des millions d’électeurs aux dernières législatives n’ait que deux députés alors que des partis croupions ont presque autant d’élus que d’électeurs,

– de détester Dominique Venner en jugeant ses positions politiques et son suicide détestables, pathétiques, nauséabonds, alors que celui d’un ancien premier ministre socialiste aurait été un acte héroïque,

– d’analyser comme très positif que la loi sur la transparence du patrimoine de nos très « chers » élus aboutisse à punir durement celui qui se permettrait de révéler ledit patrimoine,

– d’applaudir à l’embauche de 70 000 personnes dans l’enseignement en continuant de prétendre que la baisse du niveau de l’amer humanité scolaire vient du manque de moyens et pas de la folie des pédagogols,

– d’être persuadé que la télévision d’Etat est indépendante, pluraliste, objective quant à coups de chocs des images et de commentaires fielleux, elles tabassent ceux qui défendent la nation,

– qu’il est plus tendance d’agiter un drapeau algérien qu’un drapeau tricolore tout juste utile à servir de P.Q. artistique à un photographe,

– que Bergé ne s’occupe pas seulement de brouter ses jeunes agneaux, mais aussi de la pose de bombe sur le parcours d’une manifestation,

– qu’il soit interdit de dire : « Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s’il s’agit de parler d’occupation, on pourrait en parler pour le coup, parce que les prières de rue, c’est une occupation du territoire », mais permis de traiter les électeurs du FN de « gros cons » et de « fils de pute »,

– que l’immigration provenant d’Afrique noire et du Maghreb est une chance pour la France en crachant sur « La France orange mécanique » de Laurent Obertone qui prouve un peu le contraire,

– qu’une concubine présidentielle vive aux frais du contribuable…

– de se battre pour le vote des étrangers en Métropole alors que 25 000 Français de Nouvelle-Calédonie ont reçu un coup de pieds dans les urnes en étant interdits de vote aux prochains référendums sur l’indépendance de cet archipel français,

Désolé. Je n’ai pas l’estomac assez solide. J’arrête l’énumération avant de gerber sur mon clavier.

Mais cela se soigne sûrement. Je réessaierai un autre jour.

Marcus Graven

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.