Aujourd’hui, même une discussion sartoriale risque d’être censurée !

 

S’il est bien un domaine où l’on à peine à imaginer qu’il faille désormais surveiller son langage, c’est bien celui du sur – mesure. Entendez par là, la conception et la réalisation de ce qui se fait de plus chic en matière de costumes, chemises, cravates, pantalons et de souliers. Et pas que.

Inutile pourtant de démontrer que le vocabulaire employé dans le métier, n’est pas un dialecte entre racailles, comme l’on en subit quotidiennement dans la rue, les média et l’industrie du divertissement.

De là à penser que la politesse, la courtoisie, l’élégance, le savoir-faire et le savoir être, ne plaisent guère dans le landerneau des fabricants et des gestionnaires de crétins consuméristes, il y a un pas que je franchis volontiers. 

Alors quid de la retenue que Hugo Jacomet se sent maintenant obligé d’observer dans l’expression de l’art sartorial?

SARTORIAL : TERMINOLOGIE, SENS ET USAGES

Parisian gentleman: éloge de l’élégance à la française. Livre de Hugo Jacomet

Le fondateur, éditeur de Parisian Gentleman depuis 2009 et dispensateur de conseils sur la mode traditionnelle masculine, est l’auteur (avec son épouse Sonya) de plusieurs ouvrages. Il connaît parfaitement les artisans qui œuvrent dans l’excellence du luxe. Luxe qui ne rime pas forcément toujours avec des prix exorbitants, ce que Hugo Jacomet démontre régulièrement 

https://www.google.fr/search?q=parisian+gentleman&ie=UTF-8&oe=UTF-8&hl=fr-fr&client=safari

« Aujourd’hui, je pense que le mouvement sartorial est une forme de résistance »

Tout a commencé avec cette réflexion à retrouver à partir de la 21eme minute de cette vidéo infra.  « l’ultra marketing a produit aujourd’hui une nouvelle sorte de moutons. On est arrivé à un lavage de cerveaux opéré par les grandes marques de luxe. On voulait sortir du joug communiste et on a créé quelque chose de semblable, avec en plus, les réseaux sociaux qui rajoutent une dimension de délation, voire de lynchage. Même moi, je fais de plus en plus attention à ce que je dis et à ce que j’écris, pourtant mon sujet est inoffensif. Je parle d’élégance masculine, mais aujourd’hui, on est rendu à tel point qu’il faut choisir ses mots. Aujourd’hui, je pense que le mouvement sartorial est une forme de résistance… »

Ma Philosophie Sartoriale

https://youtu.be/SDLOFEqJ_Io

Les commissaires politiques et les censeurs de la république du progressisme ont atteint une telle autorité qu’ils veillent à ce que rien ne puisse offusquer telle ou telle communauté de l’intersectionnalisme. La démocratie du nombre interdit toute opinion libre, de près ou de loin, peu ou prou et même supposément! Des fois que se bien vêtir serait un frein à la décadence organisée de la France. Pour un rien, l’opprobre et la censure tombent, si ce n’est le procès.

Cependant, Hugo Jacomet n’est pas homme à s’en laisser conter et mettre sa langue dans sa poche. Certes, il n’irait pas peut-être pas jusqu’au soufflet ou à la boutonnière pour faire taire les médisants, mais son propos est ferme. D’un revers de manche, le voici qui s’exprime. Il était temps car beaucoup ont encore en mémoire la provocation de la députée LFI, Bénédicte Taurine, en jean élimé, dans une posture affirmant sa vulgarité et son aspect négligé dans sa fonction, sans qu’un huissier de l’hémicycle ou que un de nos de généraux ne s’émeuvent. Seul le site Profession Gendarme avait réagi: «  je vous laisse apprécier la considération de la Punkette, a la chevelure volcanique pour nos corporations. Si une partie d’entre vous trouvait plutôt cool sa tenue décontractée, moi je la trouve à chier et j’ai honte de voir des élus pouilleux si détachés de nos institutions. Je comprend qu’elle ai laissé l’écharpe dans le coffre de sa voiture avec sûrement sa foi et son amour du pays…….

Vous noterez pour mes détracteurs que toutes les autres personnes sont impeccables (costumes, cravates) en dehors de l’arlequin croquinolesque de gauche, bien à gauche d’ailleurs…

https://www.profession-gendarme.com/le-depute-benedicte-taurine-lfi-a-une-ceremonie-militaire/

De la tenue décontractée en certaines occasions, à la tenue débraillée ou dépenaillée, il y a une différence. Hugo Jacomet développe l’idée que « on est dans un délire idéologique d’horizontalité. Non, tout n’égale pas tout! ». Hugo égratigne au passage ceux qui tombent la cravate et revêtent un tee-shirt pour marquer leur rébellion de pacotille. 

Il cite et approuve l’article de Mathieu Bock-Côté paru dans Le Figaro « le refus volontaire de l’élégance et la goujaterie dans lesquels s’abîment plusieurs députés Nupes traduit leur vision du monde ». Au passage, Hugo Jacomet relève avec plaisir que le mot sartorial soit enfin et pour la première fois, employé dans la presse.

« Les nippes de nos députés débraillés viennent de l’industrie la plus polluante »

Le second article cité est celui de Guy Konopnicki: « Ils ont choisi les oripeaux de la mondialisation contre l’élégance française »: 

« S’il y a un point de vue social et écologiste dans le vêtement, il s’appuie sur la critique de la production : les nippes de nos députés débraillés viennent de l’industrie la plus polluante, la fibre synthétique, et elles sont fabriquées dans les bagnes de l’Asie, par des ouvrières payées moins d’un dollar par jour, et, souvent par des enfants.

La France, jadis centre mondial de l’habillement, a abandonné les matières naturelles, biodégradables et renouvelables qu’elle produisait, la laine, le lin, la soie, le cuir et la fourrure.

La mondialisation a détruit les savoir-faire des tisserands de Roubaix et des dentelières de Calais, des tanneurs d’Annonay et des cordonniers de Roman, des pelletiers  et des fourreurs du Faubourg Poissonnière, des chemisiers et des tailleurs du Sentier, des maroquiniers de Belleville et de Ménilmontant.

Ces gens qui se réclament du prolétariat ont oublié que la première révolte ouvrière fut celle des ouvriers de soieries de Lyon, les Canuts, réduits au chômage par la crise du mûrier de la Drôme et la modernisation du métier à tisser.

Pour que les Canuts vivent, il fallait porter de la soie, de la belle soie… Nos grands écolos préfèrent le polyester à la fourrure naturelle, j’en fait la démonstration dans mon Éloge de la fourrure… ».

https://www.tribunejuive.info/2022/07/28/guy-konopnicki-ils-ont-choisi-les-oripeaux-de-la-mondialisation-contre-lelegance-francaise/

L’affaire de la cravate à l’Assemblée Nationale : Tenue Correcte Exigée

« Un costume peut parfois n’être pas plus cher qu’un survêtement Addidas et une paire de Nike », à partir de 6’

https://youtu.be/QsbZhMZ7ETM

Hugo Jacomet à Coeur Ouvert

https://youtu.be/

Un Message Personnel d’Hugo Jacomet

https://youtu.be/UciQL6tNyvI

Les Pantalons à Pinces : Les Chroniques de Julien Scavini

https://youtu.be/os0MB9R63XM

Vers une nouvelle ère sartoriale ? L’élégance est aussi une quête de l’absolu

https://youtu.be/HhSV2L_W9XU

Comment choisir un bon salon de sur-mesure ?

https://youtu.be/5gO4Lzv3qgw

Nouveauté 

https://www.lechatrouge.net/shop/tetes-de-gondole/coups-de-coeur-du-public/du-monocle-et-autres-accessoires-masculins-disparus/

La décadence vestimentaire touche aussi les chrétiens. Saint-Nicolas du Chardonnet vient d’être obligé de rappeler aux fidèles de pénétrer dans l’église de la FSSPX correctement habillés. Pas en short et en claquettes. Ni marcel, ni débardeur,

épaules couvertes pour les hommes, comme pour les femmes. La communion ne sera pas donnée aux personnes dépoitraillées et outrancièrement dénudées. 

(On pourrait d’ailleurs faire la même remarque pour les visites familiales dans les hôpitaux).

Et que dire de ce pitre de prêtre, sans doute vacciné à la secte conciliaire de Vatican II, qui a célébré une messe torse nu, en Méditerranée, avec un matelas-autel flottant, tenu par un servant!

À noter que le pape François ne semble pas avoir manifesté sa désapprobation. À suivre 

Troppo caldo: il prete celebra la messa… in mare

https://youtu.be/OY-7hgEvgCo

Voir aussi l’article 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/alpes-maritimes/menton/video-les-images-de-ce-pretre-celebrant-la-messe-en-mer-sur-un-matelas-gonflable-creent-la-polemique-en-italie-2588268.html

Jacques CHASSAING 

image_pdfimage_print
7
1

12 Commentaires

  1. Jacomet est fort sympathique. Bravo à lui pour la promotion de l’art sartorial et de l’élégance. Pour le sur mesure, il faut avoir les moyens. J’y recours parce que je n’ai pas le choix et uniquement pour le boulot. Sinon je ne m’emmerderais pas chez un tailleur. J’ai déjà horreur de faire les boutiques. Sinon bravo pour l’humour ! Entre Saint Nicolas, la FSSPX et la « décadence » vestimentaire, c’est la totale ! Si je m’intéressais sérieusement à tout ça, je viserais mieux que l’élégance : le style à son sommet. Et Jacomet avec ses vestes croisées n’aura jamais l’allure de Nick Wooster. C’est sûr que le ricain à la loufoquerie British n’a pas l’ambition de rentrer à Saint Nicolas, surtout quand il part en vrille avec quelques uns de ses accoutrements. Mais personne ne s’habille comme lui et malgré ses 60 balais, je parie qu’il inspire les jeunes coquets qui paradent au Pitti Uomo.

  2. Tres bel article, la France a été un fleuron de la confection et a fabriqué les vêtements des plus grandes maisons de couture Françaises et étrangères. Ma mère a travaillé à la lainiere de Roubaix comme un très grand nombre de jeunes filles à l’époque, hélas tout à disparu, pour les derniers survivants dans les années 80, heureusement on trouve encore ici est là quelques pièces amoureusement conservés, et je n’ai pas honte de porter ces vêtements que chacun qualifie de vieilleries ou « vintage » en tweed 100% laine, en loden, ou même poil de chameaux si résistant à la pluie.

  3. Bien fringué dans une république bananière c’est la classe !
    La France 2022 est une poubelle !
    L’habit n’a jamais fait le moine !
    Je suis allergique à l’uniforme quel qu’il soit !
    Habillés ou à poil, l’assemblée « multi nationale » de la république bananière française est un nid de collabos de colporteurs et de branleurs, ils ne représentent qu’à peine la moitié de la population sans tenir compte du nombre de migrants qui eux ne votent pas encore (10% pour l’INSEE et en donc en réalité proche de 20 %)!
    Je trouve décalé et stupide l’obligation vestimentaire à laquelle sont soumis les députés RN qui doivent paraitre plus propre que Mr Propre au regard des médias du système !
    J’ai un mal fou à imaginer le pue la pisse Louis Boyard déguisé en député dans un costume cravate !

    • Certes, l’habit n’a jamais fait le moine, mais il n’empêche qu’il contribue à investir un rôle. Il ne s’agit pas d’être richement vêtu, mais déjà d’être correct (cf la vidéo où l’on voit Garrido – sans « madame » SVP – se remonter les seins, la culotte et la robe) et de ne pas prêter au ridicule quand on incarne certaine fonction.
      L’uniforme renforce la cohésion d’un groupe (même s’il ne la fait pas). Comment les politiques veulent-ils inspirer le respect s’ils n’offrent pas une « image » cohérente avec leur fonction ?
      Le vêtement doit s’adapter aux circonstances. On ne participe pas à un buffet campagnard vêtu comme pour une cérémonie, on ne rend pas visite à sa grand-mère vêtu d’une tenue de plage, on ne met pas des dessous sexy pour une visite médicale…
      Ce sont des codes qui, comme la politesse, facilitent les relations entre les gens.

      • Exact Rosalie, on ne peut dire mieux, la bonne tenue, vestimentaire et physique sont la base d’une société digne de ce nom, elle marque par là un respect de soi-même et par projection un respect des autres, quand cela disparaît, ce sont les premiers signes du déclin.

      • Rosalie, vous êtes le bon sens même, avec la retenue qui va de pair… bravo !

Les commentaires sont fermés.