1

"Le Point" n'en finit pas de faire fuir ses lecteurs !

Ce 14 mars, c’est au tour d’un autre lecteur de Riposte Laïque de faire part de son désabonnement pour des raisons similaires aux miennes. Dans mon entourage, plusieurs personnes – sans pour autant se manifester auprès de cette publication – ont fait le même constat et pris la même décision de résilier leur abonnement par lassitude de constater l’éternel déni des réalités, de journalistes et soi-disant spécialistes tellement déconnectés de la réalité que l’on se demande dans quel monde vivent ces « imbéciles heureux » !!
Mais ce n’est pas tout. Je suis abonnée depuis plusieurs années à un petit bulletin trimestriel « Le Nénuphar » (Pour la sauvegarde des nénuphars et des oignons) dont l’unique objectif est la défense de la langue française. En première de couverture de chaque numéro figure le mot du président qui, ce mois-ci, a particulièrement retenu mon attention, au point de ne pas résister au plaisir de vous le faire partager, en espérant que vous y prendrez autant de plaisir que j’en ai pris moi-même, et que je vous livre in extenso.
Le Mot du Président
Nous l’avons déjà regretté à plusieurs reprises (selon certains il s’agit de combats rétrogrades !) notamment en notre numéro 43, le français, cette langue dont « chacun des mots est naturellement nimbé d’un halo de sève et de sang » (Senghor), cette langue qui a rayonné sur le monde pendant des siècles, cette langue de la culture, n’est plus la bienvenue dans les échanges entre les hommes. Pas seulement entre les hommes du monde, mais entre les hommes de France, entre les français eux-mêmes. Il paraît même que, pour exister, les Français doivent, coûte que coûte, parler anglais et se détacher « de cette France scrogneugneuse et rance de cette France riquiqui […] de cet esprit étroit de la petite France […] une France crispée et rétrécie […] (à la) langue fossilisée » (Frédéric Martel, attaché culturel, dans Le Point, qui considère, en outre, que parler français est « consternant »).
On a connu des philosophes du néant, mais rarement des hommes qui rejettent avec tant de hargne la culture de leur pays. Un pas de plus a d’ailleurs été franchi en fin d’année dernière. Déjà, des maires s’étaient opposés à ce que la réfection des églises de leur ville fût effectuée sur des fonds publics. Ils ne voyaient en elles que la religion et ignoraient qu’elles pussent être des biens culturels. Ce sont les crèches qui, depuis le dernier Noël, sont maintenant dans le collimateur de ceux qui nient la culture et réclament que table rase soit faite des traditions et de tout ce qui peut rappeler une France « ringarde ». Bientôt, à n’en pas douter, il faudra abattre ces édifices trop empreints de symboles (parce que l’on n’aura pas compris le sens de l’esprit laïc), raser tous les châteaux de la Loire et d’ailleurs, et le château de Versailles, tous ces vestiges d’un ancien régime aboli. Puis viendront les monuments, les statues…Quand la bêtise est en marche on ne peut l’arrêter.
« La vérité, écrit encore le rédacteur de cet article du Point, c’est que nous manquons de mots. » Si, si, je vous assure qu’il l’a écrit ! Au reste, il a raison : on manque de mots pour qualifier ce travail de démolition.
« Les mots français rayonnent de mille feux comme des fusées qui éclairent notre nuit » (Senghor).
C’est avec ces mots-là, et d’autres que le français peut accueillir sans se désavouer, que je vous souhaite une bonne lecture.
Georges BODEREAU (Mars 2011)
La biographie de ce triste sire, qui a pour nom Frédéric Martel, nous apprend qu’il est écrivain, journaliste, docteur en sociologie (Ah ! les sociologues !) et qu’il a été attaché culturel aux Etats Unis de 2001 à 2005. Rétrospectivement, je frémis en pensant à la culture française qu’il a bien pu véhiculer durant tout ce temps…Son nom ne mérite d’être retenu que pour l’envoyer rejoindre les Melenchon et Hubert Sage et autres adeptes de l’autodestruction.
Josette Clery




Coup de gueule : Pétition 2011 contre l’islamisation de nos pays, réveillez-vous !

L’appel lancé par un administrateur, ce 14 février rejoint ma pensée, puisque je m’apprêtais justement à faire de même…mais pas avec les mêmes mots.

Et tout d’abord,  je voudrais faire 2 remarques concernant cet appel :

– primo : la lâcheté de nos élites, je conteste  le terme d’élites très (trop) souvent utilisé pour désigner nos politiques. Pour autant que je sache, élu n’est pas synonyme d’élite (loin s’en faut même dans certains cas), aussi le terme d’élu me semble-t-il plus approprié;

-secundo : la lâcheté des élus. Mon objectif n’est pas de les défendre, loin de moi cette pensée, mais seulement de mettre en lumière une triste réalité. Je  vais me répéter, et sans doute faire grincer quelques dents, mais il n’y a pas que les politiques qui sont lâches et responsables de la situation actuelle.

Combien de femmes pourraient témoigner avoir subi des provocations, des agressions verbales, ou pis encore, des agressions physiques, notamment dans les transports en commun? Et combien de jeunes hommes dans la force de l’âge ou d’âge mûr pour leur porter secours?? C’est l’armée des « trois singes » !!  Tous ces  » courageux citoyens » qui ne voient  rien, n’entendent rien, ne disent rien, et ne souhaitent surtout pas s’engager si peu que ce soit, et pour quelque raison que ce soit. Adeptes du principe « Armons-nous et partez » ou encore « surtout pas de vagues » ! Alors mettre son nom et son adresse mail sur une pétition, vous n’y pensez pas !!

Voilà pourquoi, au bout d’un mois et demi de mise en ligne, cette pétition piétine, avec à peine plus de 6000 signatures, navrant ! Cela ne peut être mis sur le compte d’un manque d’information, puisque, si mes souvenirs sont bons, Riposte Laïque adresse 30 OOO newsletters par semaine, et les vidéos des « Assises » ont été visionnées 4 ou 500 000 fois…Alors, où sont donc passés tous ces internautes ? Juste bons à se cacher derrière leur ordinateur ??  Sommes-nous vraiment si peu nombreux à vouloir « entrer en résistance » ??

N’oublions jamais que l’islam tire sa force de notre propre faiblesse. Faisons de la résistance et l’islam reculera….Mais faisons vite !!!

Le temps est compté…Réveillez-vous !!!

Josette Cléry




Valeurs actuelles : Je me suis régalé à lire "L'indignation à 3 balles", contre Stéphane Hessel

Les semaines se suivent, mais ne se ressemblent pas…heureusement ! Après la frustration engendrée par l’émission « Les nouveaux fachos » du 14 janvier, je découvre ce jour, dans Valeurs Actuelles, un article qui mérite, me semble-t-il, d’être connu du plus grand nombre, et que je vous livre « in extenso » :

« L’indignation à 3 euros » par FRANCOIS D’ORCIVAL

Stéphane Hessel a tous les titres de la sagesse, son grand âge, son passé de combattant de la Résistance, de déporté, d’ambassadeur de France. Mais il vient d’y ajouter un titre supplémentaire, celui de membre d’une tribu de Sioux. Son éditeur, Indigène, qui se consacre à la défense des aborigènes d’Australie, des Inuits et des Indiens d’Amérique, vient en effet de lui offrir une tribune dédiée aux Omahas, Sioux d’Amérique du Nord, pour qu’il puisse « s’indigner »-car leur nom signifie « ceux qui marchent contre le vent ». Treize pages d’indignation dans une brochure vendue 3 euros.
La ruse de notre vieux Sioux consiste à concentrer le tir de ses flèches sur trois populations : les gens de droite, les banquiers et les Israéliens. Tous confondus dans le même opprobre : égoïstes, cyniques, sans cœur. Il le fait naturellement au nom de la Résistance : « Nous, vétérans des mouvements de résistance, nous appelons les jeunes générations à prendre le relais, indignez-vous ! » Mais à propos de quoi ? Aucun des sujets à la mode sur les plateaux de télévision ne manque : la promotion des Roms et des sans-papiers, la dictature des marchés financiers, le réchauffement climatique, mais d’abord, les « crimes de guerre » commis par les Israéliens en Palestine et à Gaza.
Car le conflit palestinien est la source de tout : « la source de mon indignation » dit-il. L’attaque principale porte sur l’opération israélienne « Plomb durci » qui a durement frappé la bande de Gaza. « Que des juifs puissent perpétrer eux-mêmes des crimes de guerre, c’est insupportable », accuse-t-il. Mais pourquoi l’armée israélienne a-t-elle dû se lancer dans cette opération ? Je sais, dit l’auteur, le Hamas qui avait gagné les élections n’avait pas su éviter que des rockets soient envoyées sur les villes israéliennes.. » Cher Hamas qui ne contrôle pas ses troupes ! Voici la suite : « Je pense bien évidemment que le terrorisme est inacceptable mais il faut reconnaître que lorsqu’on est occupé avec des moyens militaires infiniment supérieurs aux vôtres la réaction populaire ne peut pas être que non-violente. » Ainsi, « le terrorisme est une forme d’exaspération ».
Admirons la ruse de langage devenue ruse de guerre : le terrorisme est légitime dès lors que l’on s’attaque à plus fort que soi, même si celui-ci est dans son droit et en état de légitime défense. Exemple : « Le 11 septembre et les désastreuses conséquences qu’en ont tirées les Etats-Unis… » Ils n’auraient donc pas dû répliquer…Mais au nom de quelle « exaspération » le régime totalitaire islamiste d’Iran proclame-t-il sa volonté de détruire l’Etat hébreu, au point de se doter d’une arme nucléaire capable de ravager la région ? Pas un mot d’indignation. Au nom de quelle « exaspération « le régime des talibans, cousin du précédent, voulait-il effacer les plus élémentaires des libertés individuelles, liquider les droits de l’homme, lapider les femmes condamnées, et répandre la « guerre sainte » dans le monde au point de provoquer l’intervention armée des alliés de l’Otan en Afghanistan ? Pas un mot d’indignation. Pas plus d’ailleurs au sujet de la persécution des minorités chrétiennes par des mouvements fondamentalistes, en Irak, en Egypte, en Syrie et désormais au Liban où les communautés religieuses cohabitaient pacifiquement Le terroriste qui pose des bombes à Bagdad ou à Alexandrie à la sortie d’une église agit-t-il par « exaspération » à l’égard d’une petite communauté chrétienne sans pouvoir ? Personne ne dit que, malgré tant de conflits et de frictions, le seul pays du Proche-Orient où augmente la communauté chrétienne soit précisément l’Etat d’Israël parce qu’il fait respecter le droit et la paix chez lui. Quelle « exaspération » a-t-elle poussé des barbares à trancher la gorge d’un journaliste américain qui enquêtait sur les sources du terrorisme, quelle autre vient justifier l’enlèvement d’otages français et occidentaux dans cet arc du crime qui s’étend du désert du Sahel aux rives de l’Indus ?
Indignez-vous ! dit notre Sioux. Que pèse cette indignation à 3 euros vis-à-vis de la vraie, celle qui monte, au cœur de l’opinion, à l’égard des provocations quotidiennes en tout genre contre nos lois, notre pays, notre langue, notre histoire ? Cette indignation-là est sans limites. Alors oui, ceux qui le disent « marchent contre le vent ». Mais cette indignation est absente des pages de celui qui, au contraire de ce qu’il prétend être, marche avec le vent des actuelles idées reçues, des idées les plus convenues et les plus rabâchées. Méfions-nous de ces indignations qui finissent en intolérance.
*********************
Aux lecteurs de Riposte Laïque et de Résistance Républicaine : Continuons à « marcher contre le vent »…..
Josette Cléry




Valeurs actuelles : Je me suis régalé à lire « L’indignation à 3 balles », contre Stéphane Hessel

Les semaines se suivent, mais ne se ressemblent pas…heureusement ! Après la frustration engendrée par l’émission « Les nouveaux fachos » du 14 janvier, je découvre ce jour, dans Valeurs Actuelles, un article qui mérite, me semble-t-il, d’être connu du plus grand nombre, et que je vous livre « in extenso » :

« L’indignation à 3 euros » par FRANCOIS D’ORCIVAL

Stéphane Hessel a tous les titres de la sagesse, son grand âge, son passé de combattant de la Résistance, de déporté, d’ambassadeur de France. Mais il vient d’y ajouter un titre supplémentaire, celui de membre d’une tribu de Sioux. Son éditeur, Indigène, qui se consacre à la défense des aborigènes d’Australie, des Inuits et des Indiens d’Amérique, vient en effet de lui offrir une tribune dédiée aux Omahas, Sioux d’Amérique du Nord, pour qu’il puisse « s’indigner »-car leur nom signifie « ceux qui marchent contre le vent ». Treize pages d’indignation dans une brochure vendue 3 euros.

La ruse de notre vieux Sioux consiste à concentrer le tir de ses flèches sur trois populations : les gens de droite, les banquiers et les Israéliens. Tous confondus dans le même opprobre : égoïstes, cyniques, sans cœur. Il le fait naturellement au nom de la Résistance : « Nous, vétérans des mouvements de résistance, nous appelons les jeunes générations à prendre le relais, indignez-vous ! » Mais à propos de quoi ? Aucun des sujets à la mode sur les plateaux de télévision ne manque : la promotion des Roms et des sans-papiers, la dictature des marchés financiers, le réchauffement climatique, mais d’abord, les « crimes de guerre » commis par les Israéliens en Palestine et à Gaza.

Car le conflit palestinien est la source de tout : « la source de mon indignation » dit-il. L’attaque principale porte sur l’opération israélienne « Plomb durci » qui a durement frappé la bande de Gaza. « Que des juifs puissent perpétrer eux-mêmes des crimes de guerre, c’est insupportable », accuse-t-il. Mais pourquoi l’armée israélienne a-t-elle dû se lancer dans cette opération ? Je sais, dit l’auteur, le Hamas qui avait gagné les élections n’avait pas su éviter que des rockets soient envoyées sur les villes israéliennes.. » Cher Hamas qui ne contrôle pas ses troupes ! Voici la suite : « Je pense bien évidemment que le terrorisme est inacceptable mais il faut reconnaître que lorsqu’on est occupé avec des moyens militaires infiniment supérieurs aux vôtres la réaction populaire ne peut pas être que non-violente. » Ainsi, « le terrorisme est une forme d’exaspération ».

Admirons la ruse de langage devenue ruse de guerre : le terrorisme est légitime dès lors que l’on s’attaque à plus fort que soi, même si celui-ci est dans son droit et en état de légitime défense. Exemple : « Le 11 septembre et les désastreuses conséquences qu’en ont tirées les Etats-Unis… » Ils n’auraient donc pas dû répliquer…Mais au nom de quelle « exaspération » le régime totalitaire islamiste d’Iran proclame-t-il sa volonté de détruire l’Etat hébreu, au point de se doter d’une arme nucléaire capable de ravager la région ? Pas un mot d’indignation. Au nom de quelle « exaspération « le régime des talibans, cousin du précédent, voulait-il effacer les plus élémentaires des libertés individuelles, liquider les droits de l’homme, lapider les femmes condamnées, et répandre la « guerre sainte » dans le monde au point de provoquer l’intervention armée des alliés de l’Otan en Afghanistan ? Pas un mot d’indignation. Pas plus d’ailleurs au sujet de la persécution des minorités chrétiennes par des mouvements fondamentalistes, en Irak, en Egypte, en Syrie et désormais au Liban où les communautés religieuses cohabitaient pacifiquement Le terroriste qui pose des bombes à Bagdad ou à Alexandrie à la sortie d’une église agit-t-il par « exaspération » à l’égard d’une petite communauté chrétienne sans pouvoir ? Personne ne dit que, malgré tant de conflits et de frictions, le seul pays du Proche-Orient où augmente la communauté chrétienne soit précisément l’Etat d’Israël parce qu’il fait respecter le droit et la paix chez lui. Quelle « exaspération » a-t-elle poussé des barbares à trancher la gorge d’un journaliste américain qui enquêtait sur les sources du terrorisme, quelle autre vient justifier l’enlèvement d’otages français et occidentaux dans cet arc du crime qui s’étend du désert du Sahel aux rives de l’Indus ?

Indignez-vous ! dit notre Sioux. Que pèse cette indignation à 3 euros vis-à-vis de la vraie, celle qui monte, au cœur de l’opinion, à l’égard des provocations quotidiennes en tout genre contre nos lois, notre pays, notre langue, notre histoire ? Cette indignation-là est sans limites. Alors oui, ceux qui le disent « marchent contre le vent ». Mais cette indignation est absente des pages de celui qui, au contraire de ce qu’il prétend être, marche avec le vent des actuelles idées reçues, des idées les plus convenues et les plus rabâchées. Méfions-nous de ces indignations qui finissent en intolérance.

*********************

Aux lecteurs de Riposte Laïque et de Résistance Républicaine : Continuons à « marcher contre le vent »…..

Josette Cléry




Les raisons pour lesquelles je me suis désabonnée du "Point"

Si nos élus, depuis 35 ans, sont responsables de l’islamisation dévastatrice de notre pays, ils ne sont pas les seuls. Au risque de déplaire à certains, il faut bien dire que chaque français qui, depuis plusieurs décennies, a accepté de se faire insulter sans réagir, a sa part de responsabilité. Un proverbe arabe dit : « La main qui recule enhardit le chien couard »…..
Et bien sûr, les MEDIAS, nos « chers médias » y contribuent chaque jour un peu plus en formatant les esprits de ceux qui sont incapables de penser par eux-mêmes.
Les MEDIAS, dont il me semble, on ne souligne pas assez l’énorme (Ir) responsabilité, l’inculture, la mauvaise foi…UN POUVOIR SANS CONTRE POUVOIR.
Raison pour laquelle je voudrais conter une expérience personnelle récente, qui concerne « Le Point ». Abonnée à cet hebdomadaire depuis 1998, j’en appréciais la liberté de ton, les analyses pertinentes de journalistes de talent (tel Claude IMBERT, son fondateur) l’absence de langue de bois, en un mot : la différence. Ceci jusqu’aux élections présidentielle et législatives de 2007.
Très vite après ces élections, le ton a changé, jusqu’à atteindre son apogée avec le n° du 17 janvier 2008, titrant en couverture, en énormes caractères « La Cour », titre racoleur et provocateur recouvrant un ensemble d’articles anti-Sarkozy, transpirant la hargne et la haine….Quelques jours auparavant, le Président, dans une intervention télévisée, avait « osé » – à juste titre – épingler « La profession »….Crime de lèse-journaliste !!!
Peu après ces élections, la rédactrice en chef Catherine Pégard, à ce poste depuis de nombreuses années, avait été appelée à l’Elysée en qualité de conseiller politique de Nicolas Sarkozy.
Changement de style, changement de ton, changement de journalistes, usage immodéré de la mode exécrable des mots « tronqués » (perso, catho, Sarko etc. etc.), fautes de syntaxe ou encore « un paparazzi » au lieu de paparazzo …chroniques gauchistes insipides et nombrilistes de Patrick Besson. Bref de multiples raisons qui m’ont amenée à adresser en janvier 2008, un courrier à F.O. Giesbert lui faisant part de mon mécontentement, notamment :
« Mais prenez garde, beaucoup de français sont exaspérés par le comportement de médias aussi prétentieux qu’incultes qui prétendent nous dicter leurs opinions personnelle. Peut-être êtes-vous en train de scier la branche sur laquelle vous êtes assis. »
A ma grande surprise, une réponse personnelle de M. Giesbert :…se terminant ainsi : « En espérant que vous reviendrez à de meilleurs sentiments et en vous remerciant de votre vigilance, Amitiés. F.O. Giesbert »
Avec un petit espoir et après beaucoup d’hésitation, j’avais reconduit mon abonnement (décision vite regrettée) auquel j’ai finalement mis fin en octobre 2009.
Le hasard qui quelquefois fait bien les choses, a voulu que dans le n° 1942 du 3 décembre 2009 (dernier numéro reçu) l’éditorial de F.O.G. s’intitulait : « La guerre des minarets ».
La lecture de cet article m’a fait bondir :
« Les suisses ont construit un grand et beau pays autour de leurs banques et de leurs chocolateries. En guise de frontières, ils ont trouvé les Alpes. C’est peut-être le pays le plus cosmopolite du monde, mais il ne supporte pas les étrangers surtout quand ils ont les poches et les comptes vides. Ils l’ont encore prouvé en votant massivement pour l’interdiction de nouveaux minarets. Tels sont les effets du populisme, c’est décidément la maladie sénile de nos démocraties. Que la douce Suisse, mère patrie de l’équilibre, en soit frappée à ce point, c’est un choc. Particulièrement quand on sait ce que ses banques doivent aux pays pétroliers du monde musulman.
En ces temps de débat « préfectoral » sur l’identité nationale, la polémique sur les minarets suisses s’est évidemment invitée en France où plusieurs personnalités de l’UMP se sont interrogées sur la nécessité d’en construire davantage dans notre pays. Evitons les réflexes conditionnés, ne leur jetons pas la pierre. Il n’y a en effet pas de question taboue, notamment en matière d' »architecture » puisque cela serait, paraît-il, le problème.
Sauf qu’il est pareillement permis, en ce cas, de s’interroger sur l’esthétique de certaines églises ou cathédrales prétendument modernes. Sauf que, depuis des décennies, nous avons laissé des élus prévaricateurs et des architectes débiles défigurer quelques-unes des plus belles villes de France avec des logements collectifs ou des immeubles tape-à-l’œil qui font honte à notre histoire et à notre patrimoine. Chose étrange, ces bétonnages compulsifs ne troublent pas le sommeil ni la digestion des nouveaux contempteurs de l’islam. Pour ces gens-là, la laideur serait-elle acceptable dès lors qu’elle n’est pas musulmane ? »

L’anecdote se serait arrêtée là, si le mois dernier, à deux reprises, je n’avais reçu du Point un mail me proposant un abonnement à des conditions réellement avantageuses, à savoir :
5 € par mois seulement SANS ENGAGEMENT DE DUREE !!
Vous pourrez apprécier la rigueur, la pertinence et l’indépendance d’esprit des articles du Point. 1 mois, 2 mois, 6 mois ou plus. Vous restez libre de mettre fin à votre abonnement à tout moment.
Assez sidérée par cette relance, j’ai adressé en retour, un courrier à Mr Giesbert, dont quelques extraits :
« Je tiens à vous préciser que la lecture de votre éditorial intitulé « La guerre des minarets » m’a ôté tout doute quant au bien-fondé de ma décision. Ramener la Votation Suisse à une simple question d’architecture !!
J’ai peine à imaginer, Monsieur Giesbert, que vous ayez pu vous tromper à ce point ! N’aviez-vous donc pas compris que ce vote était une façon comme une autre de rejeter tout -ce qui de près ou de loin- concerne l’islam? »

Près d’un an s’est écoulé depuis, et beaucoup d' »eau est passée sous les ponts »…et même si malheureusement il reste encore beaucoup d’autruches, les yeux ont commencé à se dessiller, les langues à se délier et les tabous à tomber……Non seulement en Suisse, en France, en Belgique, aux Pays Bas, partout en Europe, et au-delà de l’Europe.
Depuis, il y a eu l’émergence d’un GEERT WILDERS aux Pays Bas, d’un THILO SARRAZIN en Allemagne. En France, quelques voix telles que Eric ZEMMOUR, Xavier LEMOINE, Malika SOREL ont osé briser des tabous. Ce n’est, à mon sens, que le début d’un lent et tardif réveil du monde occidental face à la volonté d’islamisation, même plus dissimulée (cf. les déclarations d’un Kadhafi ou d’un Recep Tayip Erdogan).
Ceux que vous avez nommés « nouveaux contempteurs de l’islam » sont de plus en plus nombreux -fort heureusement- car l’islam n’est pas qu’une religion : c’est une forme de pensée, un mode de vie basés sur la soumission totale à la seule loi existant pour les musulmans : la charia… la négation même de la liberté de pensée.
Vous devriez savoir que nombreux sont les français qui en ont MARRE de nos médias gauchistes, qui « crachent » sur la France et ses valeurs en permanence, de ces « journaleux » sans éthique, sans limites, dégoulinant de fausse compassion et de vraie sottise qui occultent toute information dérangeante au regard du politiquement correct.
Mais dorénavant il y a Internet, avec ses mauvais, mais aussi ses bons côtés, qui nous dévoile les informations « oubliées »…
Cette proposition -si avantageuse- est, me semble-t-il, la preuve que le Point a perdu beaucoup de son intérêt…et de ses lecteurs. Et vous l’avez compris, je n’ai aucune envie de répondre favorablement à votre offre.
Josette Cléry