1

Ukraine : Une autre Ghouta pour les Casques blancs

 

L’histoire du monde était toujours cyclique. La crise actuelle en Ukraine en est un bon exemple.

Récemment, un enquêteur de la tristement célèbre agence Bellingcat Christo Grozev a parlé de l’intention des forces armées russes d’obtenir une victoire symbolique en Ukraine avant le 9 mai (jour de la victoire en Russie) pour répondre aux souhaits du président russe Vladimir Poutine. Il a ajouté que l’armée russe est prête à faire de grands efforts pour y parvenir, même à utiliser des tactiques terroristes et des munitions interdites, y compris des armes chimiques.

Venant de Grozev, une personne qui a directement participé à l’enquête sur la controverse entourant l’attaque chimique de 2018 dans la Ghouta, en Syrie, c’est un signe explicite de l’escalade du conflit ukrainien. Dans la Ghouta, Bellingcat et les Casques blancs ont fourni de fausses preuves de l’utilisation d’armes chimiques contre des
membres de l’opposition et des civils par le gouvernement syrien dirigé par Bachar Asad. Sur la base des éléments de preuve présentés, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques a ouvert une enquête. Le faux a été perfectionné à la perfection et les Casques blancs ont atteint leur objectif désiré. En conséquence, la communauté
internationale a reconnu Bachar Asad coupable d’avoir utilisé des armes chimiques.

Une telle stratégie ne sera probablement pas exclue de la boîte à outils de la partie qui est intéressée par l’escalade de la crise ukrainienne. Compte tenu des lourdes pertes de la partie ukrainienne et de l’assaut russe continu, un plan éprouvé pour obtenir un soutien international serait utile.

D’autant plus que les forces armées ukrainiennes sont dans une situation difficile, car les armes et les munitions importées ne leur ont pas permis de tenir efficacement l’ennemi à distance pendant longtemps. Dans la situation actuelle, seule l’indignation internationale pourrait sauver les autorités ukrainiennes. Si la Russie est reconnue
coupable d’avoir utilisé des armes illégales, on obligerait l’OTAN à intervenir. Les représentants des pays membres de l’OTAN ont auparavant déclaré à maintes reprises que le fait de briser l’interdiction des armes chimiques est la «ligne rouge» que la Russie ne peut franchir. Cependant, une telle violation jouerait en faveur de Kiev et ferait pencher la balance en sa faveur.

En outre, le 25 avril, le représentant permanent adjoint de la Russie auprès de l’ONU, Dmitriy Polyanski, a déclaré que les membres des Casques blancs se sont déjà rendus en Ukraine. Un autre facteur inquiétant qui peut servir de preuve des intentions de Kiev.

Le fait est que des accusations ont déjà été portées contre la Russie, mais elles n’ont pas réussi, c’est le moins qu’on puisse dire. Les médias ukrainiens ont tenté de diffuser des informations sur l’utilisation présumée d’armes chimiques par les forces armées russes contre le bataillon Azov à Marioupol. Les allégations ont été reprises par un certain nombre de médias occidentaux avant l’échec de la campagne en raison de la faiblesse de la base de preuves ou peut-être parce qu’il était trop précipité.

Néanmoins, les Casques blancs peuvent devenir l’instrument dont l’Ukraine a besoin pour atteindre son objectif. L’Ukraine ne peut pas gagner la guerre sur le terrain, mais elle peut noyer la Russie dans des vagues de sanctions internationales. C’est la moindre des choses. L’Ukraine utilisera n’importe quelle méthode accessible pour gagner.

Ahmad Saleh




L’Ukraine, une terre d’asile pour les mercenaires musulmans?


La montée en puissance de l’opération militaire russe en Ukraine a placé le président Zelensky dans une situation délicate. En raison du manque d’armes et de munitions, de pertes humaines abondantes, de la destruction d’infrastructures militaires vitales, le dirigeant ukrainien a commencé à rechercher activement toute forme d’aide de l’extérieur. Cela est confirmé par ses nombreux appels à l’UE, à l’OTAN et à la communauté internationale pour l’approvisionnement en munitions, en plus de sa décision de créer un régime sans visa pour quiconque est prêt à se battre aux côtés des forces armées ukrainiennes et des bataillons d’extrême droit.

Ukraine – nouvelle Libye

La détermination de Zelensky à ouvrir de larges frontières aux mercenaires internationales peut faire de l’Ukraine un nouveau refuge pour les militants de toute sorte: des nationalistes européens et des « soldats de fortune » latino-américains aux radicaux du Moyen-Orient. Tout récemment, nous avons été témoins d’une situation similaire en Libye, où chaque partie au conflit a utilisé des combattants étrangers dans une confrontation interne. Plus de 30 000 mercenaires de Syrie, du Tchad et d’autres ont participé à des actions de combat et ils sont toujours présents dans Libye jusqu’à ce jour malgré les accords conclus sur leur retrait.

Les dernières actions de Kiev ont jeté les bases solides pour répéter le sort de la Libye. Zelensky a déjà formé une soi-disant « légion internationale » et elle sert d’épicentre pour les combattants du monde entier. Selon la déclaration du général de brigade de la Direction principale du renseignement du ministère ukrainien de la Défense, Kirill Budanov, depuis le 1er mars, plus de 20 000 mercenaires ont indiqué leur volonté de participer à la guerre aux côtés de Kiev. En outre, le Service national des gardes-frontières fait tout son possible pour assurer un traitement fluide et facile des documents d’entrée dans le pays. Notamment le 4 mars, au moins 50 citoyens de Géorgie, de Biélorussie, du Canada, de Grande-Bretagne, des Pays-Bas, de Croatie, d’Espagne, de Colombie, du Brésil, du Danemark, de Pologne et des États-Unis ont manifesté leur intérêt à rejoindre la bataille contre les forces armées russes et ont traversé la frontière ukrainienne depuis Pologne par les points de contrôle « Shehyni » et « Krakovets ».

Facteur américain

Malgré le refus officiel des États-Unis de s’immiscer dans le conflit ukrainien, qui, selon eux, provoquerait une confrontation entre l’OTAN et la Russie, Washington continue d’apporter une aide militaire et matérielle à Kiev. En plus de fournir au gouvernement ukrainien des armes et des renseignements recueillis, il y a une forte probabilité que la Maison Blanche s’abaisse ou du moins ne résiste pas au transport vers l’Ukraine de groupes armés illégaux du Moyen-Orient vers l’Ukraine. L’option conforme a été exploitée par les États-Unis pendant de nombreuses années en Syrie.Il est bien connu que la formation « Maghaweir at-Thawra » agit dans le meilleur intérêt de l’Amérique et garde la zone de 55 kilomètres et à l’intérieur de la base aérienne américaine « At-Tanf ». De plus, les États-Unis disposent d’un approvisionnement inépuisable en ressources humaines provenant des prisons contrôlées par les forces kurdes.

Il convient de noter que le recrutement de combattants, y compris d’anciens membres de l’Etat Isamique, a eu lieu dans le passé et est confirmé par un certain nombre de sources dans les médias sociaux : des témoins oculaires aux terroristes capturés eux-mêmes. Sur la base des informations des « yeux et oreilles » locaux, plus de 900 combattants de l’EI ont été récemment sélectionnés dans le camp de réfugiés de « Khan al-Jabal » pour mener à bien des opérations à l’extérieur de la Syrie. La source a confirmé que la plupart des terroristes sont de nationalité tchétchène, ouzbèke ou turque. Le 3 mars, des photos d’un grand convoi américain (environ 200 véhicules porteurs) ont été publiées. Il se dirigeait vers le poste de contrôle « al-Walid » et l’informateur à la frontière irakienne a déclaré qu’après le poste de contrôle, le convoi s’est dirigé vers la base aérienne d’Erbil. Il est tout à fait possible que très bientôt des ex-prisonniers arrivent en Ukraine sous le déguisement de simples mercenaires et rejoignent « la légion internationale » dans un bras de fer avec la Russie.

Notamment, le président Zelensky lui-même a ordonné la libération des prisonniers, afin qu’ils puissent payer leur dette envers le pays par le biais d’opérations militaires.

Aspect géopolitique

Il est évident pour le monde arabe ce qui se passe en réalité dans le conflit ukrainien et qui est l’homme derrière tout cela. Nous pourrions voir le même schéma sur la base de la destruction de l’unité dans la région du Moyen-Orient par les États-Unis à travers un soutien étendu aux formations radicales, que est suivi toujours par un leadership américain montrant la voie démocratique. Cependant, nous en avons vu les résultats en Irak, en Libye, en Syrie et au Yémen. Il n’y a absolument aucun pouvoir gouvernemental dans ces anciens pays prospères qui se noient à ce jour dans la crise humanitaire. Affaiblis par la guerre et les troubles économiques, l’Irak et la Syrie sont devenus un refuge pour les terroristes du monde entier. Ces pays ont été témoins des tenants et aboutissants de l’animosité des extrémistes. Une décennie après la début du conflit, les blessures du pays ont commencé à cicatriser, mais il reste encore un long chemin à parcourir avant le rétablissement complet.

Les États-Unis appliquent résolument leur ancienne stratégie « diviser pour régner » dans la confrontation contre le successeur de l’URSS – Russie. Washington s’est fait des ennemis des pays frères que sont la Russie et l’Ukraine, tout en sachant quelles conséquences pourraient en découler. Une guerre qui laisse derrière elle des destructions et des pertes humaines est inconditionnellement une tragédie. Cependant, le conflit en Ukraine est une conséquence logique de la politique de longue date de l’Occident visant à contenir la Russie.

Ahmad Salah




Entre pauvreté et mort : pourquoi des mercenaires syriens se rendent en Azerbaïdjan ?

Ce n’est pas un secret que des centaines de mercenaires de Syrie et de Libye ont été récemment déployés dans les territoires contestés du Haut-Karabakh. Ainsi, la Turquie tente d’aider son État frère, l’Azerbaïdjan, à affronter l’Arménie.

Ankara a apparemment décidé de ne pas cacher ses actions illégales. De nombreux dirigeants étrangers se sont déjà déclarés préoccupés par la politique agressive de la Turquie. Le 2 octobre, le Président français Emmanuel Macron a annoncé que son pays avait des informations sur le transfert de jihadistes en Azerbaïdjan. « C’est un fait nouveau très sérieux, qui change la situation », a-t-il déclaré.

Les journalistes de la chaîne d’information américaine CNN ont également réussi à obtenir des détails sur le recrutement des combattants de « l’armée nationale syrienne » par les forces armées turques. Selon CNN, la Turquie a promis aux Syriens environ 1 500 dollars par mois pour se rendre en Azerbaïdjan. Des sources syriennes confirment également cette information.

Certains de ces mercenaires révèlent eux-mêmes la manière dont les Turcs ont effectué le recrutement et l’envoi de combattants dans l’État du Caucase. Les recrues y ont d’abord été amenées pour assurer la protection des gazoducs et des oléoducs. Selon l’un des combattants du groupe syrien, après leur arrivée en Azerbaïdjan, ils font face aux combats comme ils l’ont été en Syrie et en Libye. « Nous avons appris que c’était la guerre et non pas travailler pour une entreprise de sécurité », a déclaré le combattant syrien à CNN. Il a ajouté qu’environ 1 000 combattants ont déjà été envoyés en Azerbaïdjan.

Elizabeth Tsurkov, membre du Foreign Policy Research Institute, basé aux États-Unis, a écrit que la principale raison pour laquelle les mercenaires syriens se battent pour les intérêts géopolitiques de la Turquie dans différentes régions du monde est l’extrême pauvreté et la situation catastrophique des jeunes hommes et de leurs familles dans leur pays d’origine.

Cependant, les combattants syriens ne doivent pas oublier l’expérience de leurs camarades du groupe Sultan Murad, qui ont d’abord été recrutés pour rejoindre les combats aux côtés du GNA en Libye mais puis ont été envoyés en Azerbaïdjan. En fait, la Turquie les considère comme de la chair à canon, les poussant au milieu des combats entre Arméniens et Azerbaïdjanais. Beaucoup d’entre eux n’ont pas reçu le salaire promis, du moins parce qu’ils sont morts en combattant pour les intérêts de la Turquie.

Selon des informations récentes, depuis le 1er octobre, plus de 12 combattants de l’armée nationale syrienne ont déjà été tués lors des affrontements au Haut-Karabakh. Le producteur de la BBC, Riam Dalati, a affirmé que huit mercenaires avaient été tués lors d’une attaque contre les défenses arméniennes tandis que de multiples tentatives pour sauver les blessés avaient échoué car ils étaient tombés sous les tirs d’artillerie et de mortier.

Le conflit armé au Haut-Karabakh est un autre exemple de guerre par procuration qu’Ankara mène sans relâche en Afrique du Nord, en Méditerranée orientale et dans le Grand Moyen-Orient. Il ne fait aucun doute qu’à la poursuite de ses objectifs le Président turc Recep Erdogan ne se soucie pas des mercenaires syriens et libyens qui se battent pour obtenir une récompense financière. La lutte pour les intérêts géopolitiques de la Turquie ne leur promet que des blessures et la mort.

Ahmad Salah




Erdogan transforme-t-il l’Azerbaïdjan en un État paria ?

Il y a un peu moins d’une semaine, un autre conflit local a éclaté à cause des revendications territoriales de l’Azerbaïdjan au Haut-Karabakh. Bakou s’est dit determiné à reprendre le contrôle des territoires « occupés » une fois pour toutes et a lancé une opération militaire contre l’Arménie.

Malgré les tensions historiques entre Bakou et Erevan, la reprise des combats a été une surprise pour la communauté internationale. Dans le même temps, la Turquie a immédiatement exprimé son approbation à l’égard des actions de l’Azerbaïdjan, ce qui a apparemment donné confiance aux dirigeants azerbaïdjanais qui croyaient assurer une victoire facile sur les troupes arméniennes.

Une attaque soudaine de forces supérieures soutenues par un puissant État régional, membre de l’Otan, la Turquie, n’a pas permis aux Azerbaïdjanais d’établir un contrôle total sur le Haut-Karabakh. Qu’est-ce qui ne va pas pour la campagne militaire turco-azerbaïdjanaise ?

Tout d’abord, des médias bien connus ont affirmé à plusieurs reprises que la Turquie déploie des mercenaires de Syrie et de Libye pour combattre aux côtés des troupes azerbaïdjanaises. Mais la pratique a montré que ces groupes n’ont rien à voir avec un moral élevé et un entraînement au combat professionnel. Les mercenaires syriens n’avaient objectivement guère envie de réussir sur le champ de bataille au Haut-Karabakh. La plupart des combattants sont intéressés seulement par l’argent qu’ils reçoivent de la Turquie pour avoir participé à la bataille du côté de l’Azerbaïdjan.

De plus, l’utilisation de forces mercenaires a porté un coup irréparable à l’image de Bakou. Comme on peut le voir, le Président azerbaïdjanais Ilham Aliyev utilise les mêmes moyens de lutte sales et illégaux qu’Erdogan utilise en Syrie, en Libye et en Méditerranée orientale.

Deuxièmement, reposant entièrement sur le soutien de la Turquie, l’Azerbaïdjan risque de faire face à une réponse adéquate des alliés de l’Arménie, à laquelle les forces armées de Bakou ne pourront probablement pas résister. L’entrée des « amis » arméniens dans la zone de guerre conduira à l’augmentation de l’intervention turque en Azerbaïdjan et l’escalade vers un conflit violent à grande échelle. Il est évident que les dirigeants azerbaïdjanais ne voudraient pas que leur pays devienne l’épicentre d’une bataille acharnée entre des adversaires régionaux.

L’escalade, les sacrifices inutiles, l’isolement international – ce n’est pas une liste complète de ce à quoi l’agression de Bakou contre Erevan peut conduire. Cela sera bientôt compris par l’armée azerbaïdjanaise, qui subit déjà des pertes et exprime de plus en plus de doutes sur le succès de sa guerre rapide au Haut-Karabakh. Ils ont juste besoin de regarder leur « principal allié », la Turquie, qui est déjà devenue un État paria dans une grande partie du monde.

Ahmad Salah