1

M. Copé, si un candidat UMP arrive derrière le FN, retirez-le, et appelez à battre la gauche !

Cher Monsieur Copé,

En ces temps décisifs où la gauche socialiste, communiste, immigrationniste, est très proche de s’emparer du dernier pouvoir qu’elle n’a pas, l’Assemblée Nationale, vous avez déclaré que «voter Le Pen, c’est avoir la gauche et Taubira».

Cette formule est bien intéressante. Qu’il me soit permis d’en discuter car ce slogan n’a pas été analysé pour ce qu’il signifie mais a seulement été étrillé par la presse «bien pensante» à cause de la couleur de peau de Mme Taubira.

En fait, la question que vous posez à travers ce slogan relève du choix que doit faire un électeur du Front National lorsqu’il est en passe d’arbitrer un duel UMP contre PS au second tour d’une élection. Toutefois, vous tentez d’imaginer que ce choix ne serait pas lié à celui d’un électeur de l’UMP du premier tour qui aurait, au second, le choix entre un candidat PS et un candidat Front national. En réalité, ces choix sont symétriques.

Illustrons. Pour les 6,4 millions d’électeurs qui ont voté pour Marine Le Pen le 22 avril, la question de savoir s’il fallait voter pour Nicolas Sarkozy, ou le laisser se faire battre par Hollande, s’est posée le 6 mai. Une moitié d’entre eux (51%), ont choisi de voter pour celui qui a très bien parlé de la Nation française dans les dernières semaines de son quinquennat mais qui n’a pas appliqué son programme de 2007 concernant l’immigration et l’islamisation de la France.

Un tiers s’est abstenu ou a voté blanc, estimant que certains lieutenants de Nicolas Sarkozy les avaient insultés, ou retenant surtout que ces derniers avaient déclaré voter socialiste en cas de duel FN / PS (Nathalie Kosiusko Morizet ou François Fillon).

Or comment serait-il possible que ces électeurs votent pour l’UMP quand elle est en duel contre le PS si à l’inverse, lorsqu’il y a un duel PS / FN, les dirigeants de l’UMP n’appellent pas à voter pour le candidat de la droite nationale ? 

Ce problème se pose depuis 1988. Jusqu’à maintenant, la droite a plusieurs fois laissé la gauche s’emparer du pouvoir de ruiner la France, notamment en remplaçant sa population par une autre population, plutôt que de faire une alliance électorale avec le Front National. 

En 2012, c’est peut-être la dernière occasion où le bloc de droite dispose d’une majorité. En effet, dans 5 ans, il y aura 1 à 2 millions de nouveaux électeurs musulmans. Or, 

  • d’une part, ceux-ci votent à plus de 90% pour les partis de gauche immigrationnistes  
  • d’autre part, 1,4 million était déjà l’écart de voix constaté entre le candidat de gauche et le candidat de droite le 6 mai dernier donc avec 1 à 2 millions d’électeurs de plus, la gauche sera imbattable même si elle a ruiné le pays.

Monsieur Copé, votre slogan «voter Le Pen c’est avoir la gauche et Taubira» marche aussi dans l’autre sens : « lors d’un duel PS / FN, ne pas voter FN, c’est avoir la gauche et Taubira » !

Par ailleurs, vous qui vous prétendez démocrate, pourquoi ne pas laisser élire quelques députés bleu marines représentant ces 6,4 millions de Français ? 

Pourquoi, au soir du 1er tour, avez-vous additionné les voix des électeurs de Marine Le Pen à celles qui se sont portées sur Nicolas Sarkozy si vous pensiez ne rien avoir en commun ? Parce qu’ils font partie du camp national. Vous ne pouvez donc pas les additionner lorsque c’est votre candidat qui est devant le candidat FN mais ne pas le faire lorsque c’est l’inverse et que l’UMP arrive derrière le Front National au 1er tour.

Monsieur Copé, ne pensez pas à 2017. Dans cinq ans, ce sera trop tard. Si la gauche obtient l’Assemblée Nationale, elle aura la capacité de faire augmenter encore considérablement l’immigration ce qui empêchera pour toujours le retour de la droite au pouvoir. 

Monsieur Copé, je vous en conjure, faites le bon choix, ce sera la dernière fois que vous en aurez l’occasion : quand votre candidat est arrivé derrière le candidat du Front National, retirez le. Mieux, appelez à battre la gauche, notamment sur la question du droit de vote aux étrangers.

Si vous appliquez cette discipline nationale, vous savez très bien que le Front National fera la même chose. Il l’a déjà fait plusieurs fois, par exemple en 1988 lorsque Jean Marie Le Pen avait appelé à faire barrage à la gauche au 2ème tour des législatives, empêchant le PS d’obtenir la majorité à lui tout seul. 

Alexis Simeoni




L’arrivée du camp islamo-gauchiste au pouvoir est légale, mais anti-démocratique (1re partie)

Cette contribution a tout d’abord pour objet de montrer en quoi l’élection de Hollande constitue une sorte de prise de pouvoir par effraction (1ère partie). Par effraction car contre la majorité populaire.

Elle a ensuite pour but de discuter les différentes causes du résultat du 6 mai dernier et de les hiérarchiser (2ème partie). Et enfin de montrer qu’en réalité, un facteur, à lui seul, a été déterminant dans la mesure où il a fait pencher la balance à lui tout seul.

Ce facteur est très rarement mis en avant car il est méconnu et surtout occulté par les médias, politologues, analystes, et tout l’establishment. La mise en évidence de ce facteur doit nous amener par la suite à réfléchir à ce qu’il est encore possible de faire pour notre pays, notre avenir et celui de nos enfants.

1ère partie : La gauche a de nouveau gagné une élection par effraction puisqu’avec une minorité de voix par rapport à la droite

Rappel des résultats du 22 avril 2012

Il convient tout d’abord de rappeler très précisément les résultats du 1er tour puisque c’est là que s’exprime le mieux les vœux de l’électorat, et d’en tirer des enseignements.

Même avec l’extrême gauche, au 1er tour, la gauche n’a rassemblé que 44% des suffrages (contre 50% en 1981).

  • Hollande : 28,6%
  • Mélanchon : 11,1%
  • Joly : 2,3%
  • Poutou : 1,1%
  • Arthaud : 0,6%.

=> Soit un total de 43,7%. Total minoritaire, normalement insuffisant pour l’emporter[1][1]. Deux exemples d’élections présidentielles montrent qu’il s’agit d’une anomalie : en 1974, François Mitterrand avait obtenu 43,3% au 1er tour (!) et avait échoué au second tour avec 49,2%. A l’époque, le total gauche + extrême gauche était du reste de 46% (Laguiller avait reçu 2,3% des voix et Krivine 0,4%) et on pouvait y ajouter une partie significative des électeurs de l’écologiste René Dumont (1,3%) et des divers gauche ou fédéralistes européens (1% à eux trois).

1ère conclusion : Avec plus de 48% au 1er tour en 1974, la gauche échoua alors que le 6 mai dernier, la gauche a remporté l’élection présidentielle avec seulement 44% des voix au 1er tour. Nous expliquerons par la suite cette anomalie qui aura une importance cruciale pour notre avenir.

Un deuxième exemple historique corrobore le premier : en 1981, la gauche rassembla 46,8% au 1er tour, sans compter les 3,9% recueillis par le candidat écologiste. Elle l’emporta avec 51,7% (Mitterrand contre Giscard).

2ème conclusion : pour l’emporter, avec pratiquement le même score qu’en 2012 au 2ème tour, la gauche avait en 1981 obtenu au 1er tour bien plus que le 22 avril dernier (et même près de 51% si on y ajoutait le score du candidat écologiste).

Il y a donc eu une anomalie le 6 mai, une sorte de prise du pouvoir par effraction puisque c’est le camp minoritaire qui l’emporte sur le camp majoritaire. A divers titres comme nous le verrons.

On nous rétorquera que nous n’avons pas compté les électeurs de gauche ayant voté pour Français Bayrou[2][2]. Alors comptons-les.

Afin d’estimer l’exact potentiel de la gauche, on ajoutera donc aux 43,7% de la gauche (Hollande + son extrême gauche) les 30% d’électeurs de Bayrou qui se sont finalement reportés sur Hollande, soit 2,7% (30% de 9,1%)[3][3].

Avec 46,7% (43,7% + 2,7% + 0,3% de Cheminade), la gauche était donc trop basse pour l’emporter. En tout état de cause, contrairement à ce qui a été dénié par la caste dirigeante (médias télés et radios, syndicats,…), le scrutin montrait qu’une majorité de Français avait voté pour des idées plus nationales (Sarkozy ou Marine Le Pen). Le total de ces deux candidats, auxquels il convenait d’ajouter Nicolas Dupont Aignan, avait ainsi atteint 46,9%, auquel il fallait ajouter les électeurs de Bayrou qui se sont reportés sur Sarkozy (41% de 9,1%, soit 3,7%). Soit un total de 50,6% pour le camp national.

Le point crucial était que le peuple avait voté contre le droit de vote aux étrangers. Sur un axe pour / contre cette sorte de révolution contre la France – ou de résultat d’une conquête étrangère –, l’électorat penchait en moyenne quelque part entre la position de Marine Le Pen et celle de Nicolas Sarkozy.

Le score logique de Sarkozy devait donc être de 50,6%.

Pour être tout à fait exact (on ne compte pas les votes blancs ou nuls), il faut supprimer l’effet des votes blancs et nuls de Bayrou (29% de ses électeurs) qui se sont abstenus. On obtient :

  • Sarkozy : 50,6% + 1,3% (la moitié de 29% de 9,1%) soit 52%.
  • Hollande : 46,7% + 1,3% soit 48%.

Conclusion n°3 : on s’aperçoit encore que la gauche est de nouveau en train de prendre le pouvoir par effraction. Si on avait un mode d’élection à la proportionnelle en France, comme partout ailleurs en Europe[4][4], la gauche ne serait pas au pouvoir ; exit donc les islamo-gauchiste, c’est le camp national qui serait au pouvoir (avec une UMP qui serait obligée de former une coalition avec le FN).

Ainsi, avec un mode de scrutin proportionnel comme partout ailleurs en Europe, on se retrouverait avec une Assemblée Nationale comptant environ :

  • 190/200 députés de l’UMP et divers droite,
  • 110 députés du Front National,

soit un bloc de droite de 300/310 députés. Donc ayant la majorité (en supposant que ce bloc refuse de se plier aux oukazes de la gauche et des médias).

En gagnant la présidentielle alors qu’il était minoritaire par rapport au bloc de droite, le bloc de gauche a pris le pouvoir par effraction.

Avant de faire une projection sur l’avenir proche (campagne des législatives), il faut absolument déterminer les causes de la victoire de la gauche à la présidentielle (cf. 2ème partie).

Alexis Simeoni

 (à suivre)

 

1 Il est donc étrange que les médias et la plupart des «voix autorisées» aient considéré que Sarkozy était cuit le 22 avril.

2 Qui défendait du reste un programme économique quasiment aux antipodes de celui du candidat socialiste, ce dernier ne parlant aucunement des dépenses, alors que le centriste ex giscardien ne parlait pratiquement que de la nécessité de les diminuer pour réduire la dette.

3 Ainsi que les 0,25% de Cheminade.

4 Sauf en Grande Bretagne où les députés sont élus par circonscription comme en France, mais comme c’est le candidat qui arrive en tête qui est élu, cela permet une représentation de tous les partis qui comptent localement. Avec un tel système, le Front National compterait plusieurs dizaines de députés (une cinquantaine!).


 

 

 

 




L’arrivée du camp islamo-gauchiste au pouvoir est légale, mais anti-démocratique (suite)

2ème partie : les quatre facteurs expliquant la victoire du camp islamo gauchiste

On peut exposer les 4 facteurs expliquant les résultats du 2ème tour. Nous montrerons que les trois premiers ne sont pas explicatifs à eux seuls alors que le quatrième, lui, l’est.

2.a. Est-ce le bilan de Sarkozy ?

Non. Ce sujet évidemment important fera l’objet d’un prochain article mais il est possible d’affirmer en résumé que :

– le bilan en termes de performance économique est bon, voire très bon : bon en termes de résultats économique (PIB, chômage, pouvoir d’achat), puisque nous avons eu parmi les meilleurs résultats des pays de la zone euro. Ainsi, le chômage a augmenté en France de 18% en 5 ans, soit 2 fois moins que la moyenne de la zone. Or une performance économique se mesure à l’aune de celle des pays avec lesquels nous avons la majorité de nos échanges, c’est-à-dire l’Europe. En matière de croissance, la France a connu la meilleure performance parmi les grands pays. Même l’Allemagne n’a pas vraiment fait mieux car on oublie souvent que la récession y a été de 5% en 2009 contre 2,5% en France, avec en plus un dernier trimestre 2011 négatif contrairement à notre pays où l’activité est restée en hausse.

– Le bilan est également bon en termes de réformes économiques : au cours du quinquennat, de nombreuses réformes que la gauche n’a jamais faites en 15 ans de pouvoir (sur les 30 dernières années), ont été réalisées : service minimum dans les transports en cas de grève, création du statut de l’auto entrepreneur, crédit d’impôt recherche, suppression de la taxe professionnelle, réforme, au demeurant pas très drastique[1][1], des retraites[2][2], allègement du mille feuilles administratif, grand emprunt de 35 milliards d’euros consacrés à des projets dans la recherche – donc d’une importance capitale – pouvant amener à une réindustrialisation de la France…

– En matière de politique migratoire, le bilan est quant à lui aussi mauvais qu’il l’a été depuis que la droite a repris le pouvoir en 2002, mais moins catastrophique que durant les années Jospin (1997-2002) ou Mitterrand (1981-1986 et 1988-1993), puisqu’il n’y a jamais eu de régularisations massives (créant de nouvelles vagues d’invasions de notre pays par ce genre d’appels d’air). D’autre part, à partir de 2008, le nombre d’immigrants légaux a quand même été réduit (d’environ 200.000 à environ 180.000).

En tout état de cause, il est intéressant de noter que le facteur bilan n’est pas du tout explicatif dans la mesure où une majorité de gens (pas économistes), pensent que le bilan de Sarkozy est mauvais. Pourtant, ce dernier a recueilli 48,4% des voix, donc très au delà de sa cote de popularité (située entre 30 et 37%). De plus, 45% seulement des Français payent l’impôt sur le revenu en France et ont tendance à penser qu’une augmentation des dépenses publiques ne pèsera que sur le voisin, considéré comme « riche ». Le fait que Sarkozy ait obtenu 48,5% des voix montre donc que le vote en sa faveur n’est pas corrélé à son bilan, jugé mauvais. Le résultat obtenu par NS est en fait lié à un réflexe de survie de Français non musulmans qui auraient voté à gauche s’ils n’avaient pas senti que leur pays était menacé dans son existence même par l’islamisation[3][3].

2.b. Est-ce l’énorme parti pris médiatique anti-Sarkozy depuis 5 ans ?

Cela a joué bien évidemment (cf. l’article sur RL de Clothilde Delarive qui l’explique très bien http://ripostelaique.com/hollande-a-ete-elu-president-grace-au-lynchage-mediatique-subi-par-sarkozy-pendant-cinq-ans.html). Cependant, ce n’est pas un facteur essentiel car ce parti pris des médias existe toujours contre le camp de la droite : rappelons-nous que lorsque Chirac est devenu 1er Ministre en 1986, son programme était encore plus à droite que celui du Front National aujourd’hui (!) avec notamment une réforme du code de la nationalité qui a même été faite et lui a valu d’être traité de fasciste par la quasi totalité des médias… Jusqu’à ce qu’il vire sa cuti et devienne pro immigration, européiste et pro islam. Dans le même genre, même de Gaulle était traité de fasciste par la gauche. Et en 1947, comme le rappelle très bien Eric Zemmour, le Ministre de l’Intérieur Moch, socialiste, était traité de fasciste par la presse communiste !

2.c. Est-ce le jeu électoral : les choix de Bayrou et de Marine le Pen ?

Il est évident que Sarkozy pouvait battre le candidat soutenu par les islamo-gauchistes (cf. 1ère partie). Toutefois, il devait rassembler suffisamment d’électeurs patriotes et ne pas avoir contre lui un vote massif de la part des électeurs de Bayrou. Cette 2ème condition fut à peu près remplie, malgré Bayrou, qui avait déclaré dans plusieurs interviews à la presse que le programme de Hollande constituerait une catastrophe pour la France, et a finalement décidé de voter …pour la catastrophe (!). Malgré cette décision délirante, qui relève de la psychiatrie, celle-ci n’a pas été décisive puisque ses électeurs ne se sont reportés qu’à 29% sur Hollande, contre 41% sur Sarkozy.

C’est donc le choix de Marine Le Pen qui a été décisif. Et c’est hélas elle, notre candidate, qui a fait battre Sarkozy et donc élire Hollande et son camp islamo-gauchiste.

Imaginons le 1er mai dernier, Marine le Pen déclarant : «Hollande et ses soutiens veulent donner le droit de vote aux étrangers pour fabriquer de nouveaux électeurs socialistes à défaut d’être capable pour la gauche de recueillir le vote populaire français. Les socialistes-mondialistes nient même le problème de l’immigration, ils nous dénient le droit d’en parler, il faut donc leur faire barrage.

Sarkozy de son côté s’est fait élire sur nos idées il y a 5 ans et tente de recommencer la même opération maintenant. Toutefois, il parle comme nous, il légitime donc notre combat, nos idées. En lui apportant nos suffrages, il sera notre obligé et de toute façons, nous le combattrons constamment à chaque fois qu’il déviera de la ligne qu’il a fixée durant cette campagne».

En faisant ce genre de déclaration sans concession à Sarkozy, Marine Le Pen avait l’occasion de le faire réélire de justesse (avec 70% de ses électeurs et un rebus de 10% de ses électeurs votant Hollande[4][4], Sarkozy était réélu à 50,5%). Ce pouvoir d’influence sur au moins 25% de ses électeurs était évident pour Marine Le Pen et présentait les avantages suivants :

– A court terme, Sarkozy et l’UMP auraient été considérés (par les médias qui auraient hurlé, mais aussi par les électeurs UMP), comme devant leur conservation du pouvoir aux électeurs marinistes. Ils auraient dû nous faire des concessions ; autrement, ils savaient qu’ils s’exposaient à être balayés aux prochaines législatives. Or, Sarkozy réélu, si la gauche gagnait les législatives, il n’aurait eu aucun pouvoir, comme Chirac entre 1997 et 2002.

– En sauvant les Français de l’accession au pouvoir des islamo-gauchistes, MLP aurait gagné une immense considération chez les électeurs UMP dont une partie se serait sentie libre de voter pour elle, aux législatives, tant elle représente en fait plus leurs idées que l’UMP. Le Front National pouvait même progresser aux législatives.

– Surtout, elle démontrait que si Sarkozy était réélu, ce n’était que parce qu’il avait repris à son compte la thématique et les positions du Front National ! Quoi de mieux pour l’avenir de ces idées que cette légitimation à travers la réélection comme Président d’un porte parole des idées du Front ?

– En sauvant la France de l’accession au pouvoir des islamo-gauchistes, MLP pouvait également bénéficier d’une possibilité d’exister – et de temps pour mieux s’implanter – alors qu’avec la clique PS/EELV/FDG au pouvoir, le Front National sera peut-être interdit et les patriotes subiront de véritables attaques staliniennes sans pouvoir se défendre (la «justice» couvrira les délits commis à l’encontre des patriotes, la police sera muselée par cette caste de juges qui a appelé à voter Hollande).

– En permettant aux islamo-gauchistes d’accéder au pouvoir, MLP permet la réédition de l’accession de la « gauche plurielle » qui a été particulièrement catastrophique : de 1997 à 2002, des vagues de clandestins ont été régularisés, la France a été envahie.

– L’histoire (les 25 dernières années), donne-t-elle raison à la position du Front National ?

Ce qui vient de se produire n’est en fait qu’un énième recommencement depuis l’apparition d’un courant patriote dans les années 1983-1985 s’alarmant de l’islamisation de la France. A chaque élection majeure depuis 1988, s’est posé pour le Front National le problème de devoir choisir de laisser, ou non, passer les socialistes mondialistes pro-immigrationnistes.

Si l’on analyse la façon dont les choses se sont déroulées dans le passé, le Front National a surtout progressé lorsque la droite molle a été au pouvoir (de 2007 à 2012), mais n’a au contraire pas progressé lorsque les socialo-communistes ont été au pouvoir car le FN a été persécuté par les différents pouvoirs (médiatique, judiciaire, associatif,…). Il en fut ainsi entre 1988 et 1993 (en 1995, Jean Marie Le Pen ne réalisa que 15%, soit pareil que 7 ans avant !). Cela s’explique aussi par le fait que quand la gauche est au pouvoir, les représentants de la droite molle apparaissent comme une vraie opposition, ce qui sape les possibilités pour le Front National de progresser. Comment dès lors certains peuvent-ils soutenir qu’avec la gauche au pouvoir, le Front National aurait des chances d’arriver au pouvoir dans 5 ans ?! Avec la gauche détenant tous les pouvoirs, notre pays connaîtra de grands malheurs, semblables à ceux d’une occupation étrangère.

Pour ma part, j’ai voté pour Marine Le Pen et j’ai passé beaucoup de temps à soutenir ses thèses sur un média comme Lemonde.fr (où il y a 1 million de visites par jour). J’ai beaucoup espéré en elle. J’ai espéré qu’elle serait au 2ème tour, même si c’était contre Hollande, ce qui aurait amené la constitution d’un «Front républicain» contre elle et à la victoire de la gauche (je précise que je ne suis pas de ceux qui ont voté pour Sarkozy au 1er tour croyant que même s’il avait plus de chances contre Hollande, il fallait pour cela sacrifier mes idées).

Mais depuis le résultat du 2nd tour, Marine Le Pen et le Front National me désespèrent. Ne se rendent-ils pas compte qu’ils adoptent une stratégie totalement contraire à l’intérêt de leurs électeurs et des autres patriotes ?

Dans une analyse particulièrement intelligente et très étayée, Jacques Philarcheïn décrit bien l’erreur stratégique majeure de Marine Le Pen. http://ripostelaique.com/halte-a-la-seconde-derive-gauchiste-au-sein-du-front-national-suite.html.

Désormais, il reste peu de temps au Front National pour adopter une stratégie qui sera un moindre mal pour les patriotes mais aussi pour les dirigeants de ce parti. Comme je l’avais écrit entre les deux tours, Marine Le Pen avait intérêt à faire réélire Sarkozy (http://ripostelaique.com/author/alexis-simeoni). Cela se confirme. Avec la victoire de Hollande, il y a nettement moins de chances d’éviter une vague rose aux législatives et donc un gouvernement islamo-gauchiste. Chaque jour, on s’approche un peu plus d’un tel désastre. Certes, les dirigeants de l’UMP ne font rien pour éviter à leur pays d’être livré aux islamo-gauchistes, mais ce n’est pas une raison pour que ceux du Front National fassent pareil !

Mais indépendamment des calculs politiciens, aussi hasardeux qu’erronés (faire gagner la gauche pour que ce soit pire et imaginer que le FN ramassera la mise en 2017), il existe un facteur structurel négatif dont on parle extrêmement peu, même si on commence à l’évoquer depuis quelques jours.

2.d. Le facteur dont on n’a quasiment jamais parlé : le vote musulman

En réalité, il est totalement vain d’analyser les résultats du 6 mai par catégorie d’âge ou catégorie socio-professionnelle car ce n’est pas déterminant. Ce n’est en rien décisif. Un facteur n’est décisif que s’il explique à lui seul le résultat. Or il n’y en a qu’un, c’est le facteur musulman.

En effet, à l’issue du scrutin, il est apparu que la victoire de Hollande est entièrement due au vote quasi unanime des musulmans (chez qui Hollande a connu un score soviétique puisque proche de 100% !). Hollande a gagné avec 1,2 million de voix d’avance, alors que les musulmans qui se sont portés sur lui représentent de 1,4 à 2,8 millions de bulletins (selon les estimations). Cela a représenté un choc important, même parmi une partie de la gauche, surtout à la vue de la prise de la Bastille le 6 mai par des arabo-musulmans.

Le sondage Opinion Way établissant que les musulmans ont voté à 93% pour Hollande a ainsi édifié de nombreux patriotes, qui ont commencé à s’exprimer sur RL mais aussi certains journalistes patriotes comme Ivan Rioufol ou Eric Zemmour. Toutefois, Opinion Way a estimé qu’il y avait 2 millions d’électeurs musulmans en France, ce qui représente environ 1,5 million de voix pour Hollande (en supposant que 80% d’entre eux aient participé au scrutin).

Pourtant, une contributrice de RL estime qu’il y a 7 à 8 millions de musulmans français en s’appuyant sur des travaux de la démographe Michèle Tribalat, mais sans citer de références, et sans préciser du reste s’il y a 7 ou 8 millions de musulmans en France ayant aussi la nationalité française. Dans son article, elle cite aussi un certain Azouz Begag revendiquant 10 millions de musulmans en France ! Bref, pour pouvoir évaluer la situation (la France est-elle foutue ou non ?), il conviendrait tout de même de connaître le nombre de musulmans français.

En tout état de cause, force est de constater un détail : Opinion Way a préféré masquer le poids du vote musulman en estimant le nombre de ces électeurs à 2 millions, soit au moins moitié moins que la réalité estimée par les spécialistes les plus reconnus comme Michèle Tribalat. Cela montre vers quel type de désinformation notre pays sera soumis avec le prochain régime pro-islam du camp hollandiste. Pour ne pas « stigmatiser », ce genre de sondage sera même interdit de publication !

Fermons la parenthèse. Le facteur électoral musulman est de toutes façons un phénomène totalement unique dans l’histoire de l’Europe. Enfin presque, puisqu’au Kosovo, c’est précisément le remplacement d’une population par une autre au cours du 20ème siècle qui a rendu possible que les musulmans albanais s’emparent d’une partie de la Serbie ; puis qu’ils puissent même procéder au dernier nettoyage ethnique des Serbes résiduels après la guerre menée par les Etats Unis de Clinton, guerre soutenue par Chirac.

Toutefois, ce facteur du vote musulman est unique en Europe occidental puisqu’il n’avait pas jusqu’à maintenant décidé du résultat d’une élection majeure.

Ce qu’il y a du reste d’extraordinaire dans ce phénomène en France, c’est qu’il n’est même pas mesuré : en effet, il n’y a pas de statistiques, alors qu’aux Etats Unis ou en Russie, il y a des statistiques religieuses ou ethniques.

De plus, il est ignoré par « la droite », qui n’a strictement rien fait pour diminuer le vote musulman en limitant l’immigration mais aussi les naturalisations. Sauf précisément de 1986 à 1988, où elle a – pour la dernière fois en tant que « droite » – été au pouvoir, réformant même le code de la nationalité ; certains avaient apparemment compris le danger existentiel qui allait peser sur elle (et sur la France).

Mais ce qui est étonnant, c’est que même le Front National ne tient pas compte de ce phénomène : en effet, en imaginant mettre la gauche au pouvoir pour que ce soit encore pire pendant 5 ans, ce parti ne se rend pas compte qu’il creuse sa tombe (et celle de la France), puisque, à quoi bon progresser dans la population française d’origine européenne si cette population non musulmane tombe de 85-90% du corps électoral à 75-80% dans 5 ans ?

En effet, si l’on suppose que le nombre d’électeurs musulmans est de 4,5 millions, cela signifie 10% du corps électoral. Or chaque année, on peut estimer que de 150.000 à 200.000 jeunes musulmans atteignent l’âge de 18 ans sur une classe d’âge de 800.000/820.000 jeunes, soit de 20% à 25%. Cela signifie qu’en 2017, 600.000 à 1 million de nouveaux électeurs musulmans auront été naturalisés français de manière automatique, sans compter les autres musulmans naturalisés chaque année (au moins 100.000 / an). Soit au moins 1,5 million de plus dans 5 ans (et encore, seulement si Hollande et son camp islamo-gauchiste ne procèdent pas à de nouvelles régularisations entrainant une nouvelle vague par un nouvel appel d’air).

Ainsi, s’il fallait en 2012 au candidat de la droite recueillir 55% des voix parmi les Français non musulmans pour être élu (avec 50,5% des voix), il en faudra plutôt autour de 58% en 2017 !! Et c’est valable pour Marine Le Pen : ce qui a été impossible pour Sarkozy sera plus difficile encore pour la représentante d’un parti qui est tout de même marqué à l’extrême droite pour les médias, et très à droite pour la population. Quant aux électeurs français non musulmans se sentant de gauche, ceux-ci représentent 40 à 50% de la population. Il est donc difficile d’imaginer que dans un duel FN / PS, la candidate FN puisse recueillir 60% des voix de la population non musulmane (pour représenter 51% du corps électoral et être élue).

C’est néanmoins l’équation très difficile qu’il faudra résoudre.

En effet, qu’ils soient jeunes (18/24 ans), moins jeunes (35-44 ans), ou âgés (retraités), qu’ils appartiennent à telle ou telle catégorie socio professionnelle (CSP++ ou ouvrier), qu’ils soient de la 1ère génération, de la 2ème ou même de la 3ème, les musulmans naturalisés français votent à près de 100% pour la gauche. Qu’un tel facteur – la religion – détermine tout, est sidérant (même pour des Français qui ne seraient pas particulièrement attachés à la laïcité). En effet, tous les autres français d’origine immigrée (portugais, italiens, polonais, russes, mais aussi asiatiques comme les Français d’origine vietnamienne, cambodgienne,…), votent comme les Français de souche, c’est-à-dire à 52%-55% pour le camp national (UMP ou FN). Le vote musulman, par sa particularité et son ampleur, constitue donc un phénomène particulièrement singulier, mais surtout destructeur pour la nation française, qui elle est laïque. Il ne tient qu’à la religion puisque tout autre critère (comme la position sociale) ne compte plus. Le vote musulman est donc exactement contraire à l’idéal laïc et républicain. Il sape les fondements de la République puisqu’il revendique précisément une plus forte ingérence de l’islam dans l’espace public. Il revendique aussi une sorte de colonialisme à rebours où il s’agit en fait de conquérir la France (cf. la prise de la Bastille du 6 mai 2012 avec les drapeaux de pays musulmans).

Dans ces conditions, que peuvent faire les patriotes ? Ce sera l’objet d’une prochaine synthèse.

Je vous souhaite à tous, chers patriotes, du courage et de la force pour faire face dans votre vie de tous les jours et faire barrage à la gauche les 10 et 17 juin prochain. Et cela en toute indépendance par rapport à ce que les politiciens et journalistes auront pu raconter d’absurde d’ici là.

Alexis Simeoni

 

 

1 Puisqu’elle n’a pas fait participer les retraités qui gagnent désormais – fait unique dans l’histoire – plus que les actifs qui ont des enfants à élever et que l’âge légal a été porté à 62 ans alors qu’il se situe plutôt entre 63 et 67 ans dans les autres pays développés où l’espérance de vie est élevée.

2 Partout ailleurs, l’âge de la retraite est plutôt de 65 ans, voire 67 ans, voire plus en Suède par exemple.

3 D’autres développements seraient nécessaires et devraient faire l’objet d’un autre article.

4 Au lieu de seulement 51% des électeurs de MLP pour Sarkozy et 14% pour Hollande.



[1][1] Puisqu’elle n’a pas fait participer les retraités qui gagnent désormais – fait unique dans l’histoire – plus que les actifs qui ont des enfants à élever et que l’âge légal a été porté à 62 ans alors qu’il se situe plutôt entre 63 et 67 ans dans les autres pays développés où l’espérance de vie est élevée.

[2][2] Partout ailleurs, l’âge de la retraite est plutôt de 65 ans, voire 67 ans, voire plus en Suède par exemple.

[3][3] D’autres développements seraient nécessaires et devraient faire l’objet d’un autre article.

 

[4][4] Au lieu de seulement 51% des électeurs de MLP pour Sarkozy et 14% pour Hollande.




Vous voulez que les Français finissent comme les Serbes du Kosovo ? Alors votez Hollande !

1. C’est la question que j’ai envie de poser aux électeurs du camp national qui comme moi ont voté pour Marine Le Pen le 22 avril. Nous sommes en effet 6,4 millions de Français à savoir que la France est en danger de mort. Aussi, avons-nous espéré que Marine Le Pen arriverait au second tour. Dans ce cas, nous lui aurions apporté nos suffrages et notre soutien pour qu’elle soit élue. Ce n’était pas un vote protestataire mais un vote d’adhésion.

2. Malheureusement, même si MLP a fait un bon score, force est de constater que si nous ne voulons pas déjà nous exclure (nous-mêmes) de notre pays, il faut voter dimanche prochain et apporter nos suffrages au moins pire des 2 candidats restants, à savoir Sarkozy, le candidat de la droite molle.

3. Or, si j’ai lu Sur RL plusieurs contributions appelant à voter pour Nicolas Sarkozy, j’en ai lu aussi plusieurs appelant à l’abstention (!) ou même au vote pour le candidat socialiste (!!). Ces deux dernières propositions sont absolument suicidaires. En effet, si vous vous trouvez au bord du gouffre, décidez-vous de continuer ou préférez-vous un sursis de 5 ans afin de trouver des solutions pour vous en sortir ?

4. Notre civilisation, notre patrie, notre bien collectif le plus précieux, reposent notamment sur les principes de la laïcité et de la liberté. Tous ceux qui ont voté pour Marine Le Pen le 22 avril savent parfaitement que ces principes sont gravement menacés, et donc que notre pays est menacé dans son existence par l’islamisation qui est amenée par l’immigration de peuplement africaine et musulmane.

5. Or Hollande et ses soutiens proposent de maintenir l’immigration et même de régulariser un certain nombre d’immigrés actuellement clandestins!! Ils proposent même de leur donner le droit de vote !! Cela amènera à accélérer le REMPLACEMENT de la population française par des populations musulmanes. C’est déjà ce qui s’est passé en Seine Saint Denis. Dans la ville même de Saint Denis, si vous voulez visiter la Basilique où sont enterrés tous les rois de France, vous aurez besoin de la protection de CRS qui stationnent en permanence, isolant cette petite esplanade du reste de cette commune où la majorité, menaçante, est désormais musulmane !!

6. Même s’il n’a pas réduit l’immigration, Sarkozy n’a jamais organisé de régularisations de clandestins, contrairement à Mitterrand entre 1981 et 1993 et à Jospin entre 1997 et 2002. C’est quand même une différence très importante avec les années où la droite molle a été au pouvoir ! (1993-1997 et 2002-2007).

7. Aujourd’hui, vous avez un candidat (Hollande), qui promet de ne pas changer d’avis sur sa volonté de donner le droit de vote aux étrangers extra Européens ! Face à lui, Sarkozy s’oppose fermement à cette idée et a même compris qu’il fallait drastiquement réduire l’immigration légale puisqu’il promet de passer à 90.000 / an (dont possiblement une moitié d’Européens, d’Ukrainiens, de Russes,… ce qui minorerait beaucoup la catastrophe), au lieu de 180.000 ! Certes, c’est loin d’être ce que nous souhaitons, mais cela nous laisserait quand même quelques années pour convaincre nos compatriotes qu’il nous faut complètement arrêter l’immigration extra européenne et même renvoyer les chômeurs et criminels dont regorgent nos prisons dans leur pays d’origine. Cela nous laisserait le temps de structurer le Front National et de développer son ancrage, qui reste fragile.

8. Je lis ici et là que certains imaginent que si Sarkozy est battu, la situation deviendra tellement horrible que Marine Le Pen arrivera au pouvoir en 2017 (!!!). Mais d’où savez-vous cela ? Vous l’avez-vu dans vos rêves ? Dieu vous l’a-t-il révélé ? Au contraire, avec les mesures socialistes de Hollande / Aubry / Harlem Désir / Le Guen et consorts (Mélanchon), le corps électoral français sera transfiguré : dans de nombreux départements, il y aura tellement de vote ethnique réservé à la gauche, que même en 2014, aux municipales et aux régionales, cela rendra tout simplement impossible une progression de Marine Le Pen, et encore moins une victoire. Voyez déjà comme en Seine Saint Denis, le Front national a reculé par rapport à 1988 !

9. Si au contraire Sarkozy est réélu de justesse, le camp national pourra peser aux législatives car vous savez bien que dans la 5ème République, un président qui n’a pas la majorité au parlement n’existe pratiquement pas.

10. Quand je lis les encouragements de certains électeurs de MLP à voter blanc ou même Hollande, je me demande s’il s’agit bien de vraies personnes ou s’il ne s’agit pas plutôt de militants socialistes se faisant passer pour des électeurs du Front National. Du reste, je constate que c’est sous un gouvernement de droite molle que le front National a le plus progressé puisqu’il a pratiquement monté de 80%.

11. Non, désolé, mais quand on propose à ses compatriotes de se faire tabasser immédiatement pour (mieux) se relever dans 5 ans, ce n’est ni crédible ni raisonnable. Ce genre de stratégie suicidaire a toujours échoué et rendu la délivrance de plus en plus inaccessible. C’est du reste pendant la dernière période de droite molle que le Front National a le plus progressé (+80%), alors qu’il avait stagné en 1995 par rapport à 1988 sous des gouvernements généralement socialistes. Nous avons déjà perdu 24 ans depuis 1988 et les 15% de Jean Marie Le Pen. Vingt quatre ans pour passer de 15% à 18%!!

12. Évidemment que Sarkozy nous a déçus, mais lorsqu’on se trouve devant un choix aussi important, on ne joue pas au billard en imaginant des coups à 3 ou 5 bandes. La prévision de la recomposition (ou de l’éclatement), d’un parti qui perd la présidentielle est du reste une tarte à la crème du commentaire politique.

=> Évidemment que si Sarkozy est battu, l’UMP éclatera en 2 composantes. Mais et alors ? Pensez-vous que tous ces ex-UMP de la tendance « dure » iront adhérer au Front National et que ce parti fera 28% aux législatives au lieu de 18% ? Et même s’il faisait 25%, la composante molle (Juppé, Fillon, NKM,…) ne s’alliera pas au FN mais préfèrera une cure d’opposition pour « se reconstruire ».

Hollande élu, cette nouvelle « UDF-RPR molle » votera avec les socialistes, les Bayroutistes et le FDG contre cette nouvelle droite. Le résultat sera alors un nombre de députés Front National dérisoire. Et même si le FN parvenait à faire élire 25 députés, qu’est-ce que cela changerait aux 5 prochaines années où le PS et FDG au pouvoir, avec tous les pouvoirs, mèneraient une politique de destruction de la Nation française ?

Si Hollande est élu, la droite molle sera tellement sonnée et découragée qu’elle ne passera pas d’alliance, même de simples retraits, avec le Front National.  Elle préfèrera maintenir ses candidats arrivés troisièmes et perdre même les trois quarts de ces positions, comme en 1981.

13. De toutes façons, un parti ne peut pas prendre seul le pouvoir en France, il a besoin d’alliés. A droite, il y aura toujours une droite molle et une droite dure (c’est valable depuis le 19ème siècle et même depuis la Révolution). Même si on peut espérer que la droite dure soit un jour au pouvoir, il lui faudra arriver à faire une alliance électorale avec la droite molle. La gauche non plus n’a jamais pris le pouvoir avec le seul parti socialiste, sans alliance ; tout comme (a contrario) le PC, même avec 30% des voix dans les années d’après guerre, n’a, lui, jamais pu prendre le pouvoir car il était seul!

14. Je vois aussi des personnes certes intelligentes, mais qui prévoient que dans 2 ans, Hollande sautera (!!). Ah bon, mais vous avez eu une révélation divine ? Moi cela fait 20 ans que j’entends des phrases du genre « si on ne trouve pas des remèdes à la crise, le FN passera aux prochaines élections ». Or la crise ne fait que s’aggraver, on a atteint des omets ces 4 dernières années, mais avez-vous vu le FN proche d’accéder au pouvoir ?

15. Même Mitterrand a gardé sa majorité tout au long de sa législature (jusqu’en 1986), alors qu’il a eu 1 million de personnes dans la rue contre lui en 1984 lorsqu’il a voulu démanteler l’école libre. Et cela s’est reproduit de 1988 à 1993. Sous la gauche, le Front National n’a pas progressé depuis 1988! Donc ceux qui affirment que le Front National a intérêt à ce que Sarkozy soit battu se trompent dramatiquement. Le passé récent le montre.

Conclusion : pour nous donner le temps d’avoir encore quelque chose à sauver dans 5 ans, il faut éviter à tout prix l’élection de Hollande et donc voter Sarkozy. C’est à la France qu’il faut penser avant tout. Il ne s’agit pas de donner le pouvoir à un homme mais d’écarter un camp, celui qui de plus en plus transformera les Français en Serbes du Kosovo.

Alexis Simeoni




Le Front National a intérêt à une victoire de Sarkozy

Je suis attentif à votre combat et je souhaite m’y associer (j’ai 41 ans et suis Ingénieur des Mines dans le secteur public). Dans un 1er temps, je vous envoie ce courriel pour évaluer les pour et contre du vote Sarkozy au 2ème tour si on a voté pour Marine Le Pen au 1er et qu’on souhaitait comme moi qu’elle accède au 2ème et soit élue (c’est-à-dire qu’on n’est pas malade mais qu’on adhère sur l’essentiel à son programme 🙂

Pour ma part, je suis donc un électeur de MLP, j’ai vraiment souhaité qu’elle soit au 2nd tour. Maintenant, je souhaite, pour notre combat pour la sauvegarde de la France, la victoire de Sarkozy, car avec Hollande, on aura aussi Aubry (qui gère déjà sa ville comme si c’était un Liban alors qu’est-ce que ce sera avec la France!) ; on aura aussi toute la gauche caviar, qui régularisera MASSIVEMENT des centaines de milliers d’étrangers illégaux et qui ouvrira les vannes de l’immigration africaine (et il y a des millions de candidats). Comme Hollande leur donnera le droit de vote, aux prochaines municipales, c’est simple, la gauche fera 5 ou 10 points de plus et gagnera partout de nouvelles villes avec cette stratégie d’importation d’électeurs. ON NE POURRA PAS ALORS REVENIR EN ARRIÈRE.

Si maintenant 85% des électeurs marinistes mettent un bulletin Sarkozy le 6 mai, que 60% des électeurs de Bayrou font de même, Sarkozy gagne par 50,1 à 50,5%.

Ensuite, RIEN N’EST FAIT, Sarkozy a très peu de chances de gagner les législatives vu l’état de l’UMP. Or sans la majorité à l’Assemblée, je vous rappelle que le Président de la République n’a pratiquement aucun pouvoir! (Rappelez vous les 5 années Jospin 1997-2002 comme ils ont fait passer TOUTES les lois qu’ils ont voulues, même les plus folles que l’on paye encore).

Donc si Sarkozy est réélu de justesse, à ce moment là, en juin prochain, le rapport de force en faveur du FN est extrêmement bon car il aura absolument besoin des voix du FN pour avoir une majorité (de justesse, et ce d’autant que la gauche sera très mobilisée et aura vraiment la haine car elle aura vu une victoire qui lui paraissait acquise lui échapper UNIQUEMENT à cause du renforcement du camp national).

Il se passera alors que pour pouvoir conserver le pouvoir et leur siège, de nombreux de députés UMP, au niveau régional (Sud Est, Nord Est, Nord Pas de Calais), devront passer des accords locaux et on arrivera au but (20, 30 ou même 40 députés bleu marines élus).

Si maintenant le FN fait battre Sarkozy, alors aux législatives « la droite » sera très démobilisée et n’y croira plus, donc ils s’en ficheront de sauver leur siège et ne nous rejoindront pas. C’est ce qui s’est passé en 1988. Ils se diront qu’il vaut mieux remettre une digue entre eux et les patriotes pour « se reconstruire » et que 5 ans d’opposition ne leur fera pas tant de mal, des choses de ce genre.

Conclusion : réfléchissez bien car je crois que ce que le scénario positif (élection de députés FN) ne peut se produire que dans le cas où Sarkozy est réélu de justesse grâce à notre concours. Surtout que si en juin ils refusent de se retirer là où nos candidats bleu marines arriveront en tête, on les ferait alors battre dans 100 circonscriptions… ce qui serait bien « dommage » pour eux puisqu’ils auraient gagné la présidentielle. Tout ça pour ça!!

De plus, comme Sarkozy est fédéraliste, on s’opposera à lui à l’Assemblée et il ne nous siphonnera pas (entre 86 et 88, quand il y a eu 25 députés FN, le score de JMLP n’a pas diminué puisque c’est aux présidentielles de 1988 qu’il a réalisé sa 1ère percée !).

Enfin voilà, je ne vois que des avantages à faire réélire Sarkozy de justesse, c’est sous son quinquennat qu’on aura le plus progressé !!

Alexis Simeoni