1

Plus Manolo parle, plus la gauche accélère son suicide

Vallsinsecurite« Où il est, le menteur qui va parler », comme disait Raimu.
Le suicide de la gauche aux départementales a commencé avec Manolo ! La gauche est divisée comme jamais. L’élimination du PS dès le premier tour est envisagée dans 500 à 700 cantons, selon même la Rue de Solférino…
Mais contre le raz de marée du FN annoncé, la stratégie du PS pour limiter la casse, est d’appeler au peuple de gauche à l’union. Bien évidement, puisque le peuple de France depuis longtemps abandonné, n’intéresse plus le PS !
Mardi 24/02 au soir, François Hollande avait réuni neuf présidents de conseils généraux lors de ses traditionnels apéros… Le président était inquiet de l’énorme division de la gauche à l’approche des départementales 2015. Sur les 2 074 cantons, l’alliance du PS/PC n’a été possible que dans moins de 50 circonscriptions (donc entre 200 et 300 cantons si l’on tient compte de l’effet de réciprocité). Avec les écologistes, l’union n’a été possible qu’à 20%.
Or, le mode de scrutin place la barre de la qualification à 12,5 % des inscrits.
Il suffit que la participation soit faible, que la mobilisation de l’électorat de gauche ne soit pas au rendez-vous, pour que les candidats du PS soient massivement éliminés dès le premier tour, laissant place à un duel FN-UMP à l’avantage théorique de ce dernier.
« Nous estimons que le PS peut être éliminé dans 500, voire 700 cantons », analyse le député PS Christophe Borgel, responsable des fédérations au sein du PS. Si bien que, pour ne pas en rajouter, le PS a, de son propre chef, renoncé à présenter des candidats « dans 7 à 8 % des cantons, tant la gauche est faible », indique Borgel.
Pour le FN, cette élection se jouera essentiellement au premier tour. Marine Le Pen espère bien réaffirmer la place du Front comme premier parti de France, consolidant le score des européennes. C’est la raison pour laquelle elle présente des candidats dans 92 % des cantons. Elle peut entrevoir 1 000 duels au second tour, le plus souvent face à l’UMP. Ses adversaires estiment qu’elle peut en remporter entre 100 et 150. (NDL j’en prédis 250)
François Hollande en a conscience et c’est la raison pour laquelle il a opté pour une stratégie inverse à celle des municipales. « Tout le monde nous avait dit qu’il valait mieux localiser le scrutin aux municipales, on a vu ce que ça a donné, » a-t-il glissé.
Esprit est tu là ?
Cette fois, il s’agit donc de dramatiser à outrance ce vote et d’envoyer les ministres battre la campagne contre le Front national, Manolo castagnette en tête. François Hollande espère remobiliser cette gauche qui avait défilé sous la banderole « Je suis Charlie » le 11 janvier dernier. « C’est ce que j’essaie de dire dans les réunions publiques : on ne peut pas manifester le 11 janvier et s’abstenir aux départementales », plaide Jérôme Guedj, le président PS du conseil général de l’Essonne, qui remet son titre en jeu dans un département relativement épargné par les divisions de la gauche… Mais mis à part quelques fiefs, comme le Val-de-Marne, l’Allier ou les Côtes-d’Armor, le PC a préféré faire cavalier seul.
Pourquoi ?
D’abord, en raison de la stratégie personnelle des dirigeants. Pierre Laurent, le patron du PCF, ambitionne de se présenter à la présidentielle de 2017 et, de ce fait, entre en rivalité avec Jean-Luc Mélenchon. Par conséquent, le PC ne peut apparaître comme un élément supplétif du PS. Il doit se démarquer dès aujourd’hui, sans cela, il n’y aurait pas de logique à ce que les communistes présentent un candidat au premier tour de l’élection présidentielle.
Deuxième raison : pour les départementales, ce sont les fédérations départementales qui avaient la main pour constituer les candidatures en binômes et fixer la stratégie.
Or, la base militante du PC s’est « mélenchonisée » et voue les socialistes aux gémonies.
Pour eux, un bon socialiste est un socialiste mort, « même s’ils doivent disparaître avec », confie-t-on, inquiet, Rue de Solférino.
Donc, quand bien même Pierre Laurent aurait voulu créer une large union PS/PC, il se serait heurté à sa base. Les Verts sont quant à eux partagés entre trois attitudes vis-à-vis du PS.
Les premiers 30% joue l’alliance, d’où des tickets communs dans certains départements.
Le deuxième tiers, lui, rêve de battre le PS et s’allie avec tous ses concurrents de gauche.
Ici avec le PC, ici avec le Front de gauche, etc. Enfin, le dernier tiers se veut « chimiquement pur » et se présente seul face aux électeurs.
Le sénateur « grande dents » EELV Jean-Vincent Placé, l’arrangeur en chef des alliances, candidat pour un ministère, fan absolu de Ségolène Royal et premier soutien de Hollande en 2017, n’a rien pu faire pour contrôler la machine à candidater. Mais là aussi, chez les écologistes, la stratégie électorale relève des fédérations départementales. Donc les trois attitudes sus-décrites, réparties différemment selon les départements, ont fortement limité les alliances avec le PS.
Rue de Solférino, comme à l’Élysée ou Matignon, tous les warnings sont allumés.
« Le premier thème de campagne, ce sera la République », détaille Christophe Borgel. D’abord sa défense face au Front national, mais également à travers la présence des services publics dans les territoires ruraux qui sont les terres d’expansion du FN. Les départements ne doivent pas laisser tomber les territoires ruraux. Le deuxième thème sera celui de l’unité. « Il faut que les électeurs de gauche se réveillent avant qu’on vive une redite du 21 avril 2002 », souligne Borgel.
Enfin, le PS tentera de porter le thème du « mouvement » : ce sont les réformes du gouvernement Valls pour projeter le pays dans l’avenir. Les candidats socialistes vont se voir remettre un « kit national » (kit FN tellement décrié par les merdias !) déclinant ces trois thèmes.
Actuellement, la gauche dirige 61 départements. Sur ces 61 départements, le PS en pilote directement 49. Dans environ 30%, la majorité de la gauche tient à quelques sièges seulement. Pour ceux-là, la Rue de Solférino en a déjà fait son deuil. Dans le deuxième tiers, où la majorité est plus large, la division de la gauche va ruiner l’avantage acquis en 2008 et 2011. Enfin, le dernier tiers, ce sont les bastions que le PS entend bien garder dans son giron. En somme, François Hollande, Manuel Valls et Jean-Christophe Cambadélis ont un mois pour mobiliser leur électorat.
Tous les sondages le disent.
Ce sera la Bérézina du siècle pour les socialistes qui, après avoir détruit trente ans de socialisme municipal, ne pourront que contempler les ruines du socialisme départemental. Pourtant la campagne pour les élections départementales est bel et bien lancée et elle fait déjà polémique. Le Front national a riposté ce vendredi 27 février en accusant le premier ministre Manuel Valls de faire campagne aux frais de l’Etat. Une attaque qui n’est pas anodine puisqu’elle renvoie directement aux meetings du président-candidat Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle de 2012. Meetings dont certains avaient été financés (à tort) par l’UMP ou l’Elysée et qui ont précipité l’invalidation des comptes de l’ancien chef de l’Etat.
S’appuyant sur cette « jurisprudence Sarkozy », plusieurs cadres du Front national, à commencer par les vice-présidents Louis Aliot et Florian Philippot, exigent à juste titre, que les déplacements du premier ministre soient réintégrés dans les comptes de campagne des candidats soutenus aux départementales.
Invité ce vendredi sur BFMTV et RMC, Florian Philippot en a rajouté une couche en se demandant si « Manuel Valls n’avait rien d’autre à faire » que de faire campagne contre le FN. « C’est un mélange des genres assez grave. […] Et puis c’est payé par qui? » S’interroge le bras droit de Marine Le Pen. « La campagne du Parti socialiste ne sera-t-elle pas payée en partie par l’Etat, en tout cas dans les cantons où se déplace M. Valls? », renchérit-il.
Les patriotes doivent se mobiliser pour que la défaite des traitres de l’UMPS soit la plus large possible.
André GALILEO




Au lieu de vouloir envahir nos campagnes, qu'ils fassent leur hijra

racaillesRéactualisé par certains prédicateurs salafistes, le phénomène de la hijra gagne du terrain depuis plusieurs années en France. La France jugée par certains musulmans rigoristes comme un territoire hostile à l’islam. «C’est pour cela que ce magazine se nomme Dâr-al-Islâm, pour se rappeler cet immense bienfait qu’est celui de vivre sous la loi d’Allâh, au milieu des croyants et des Kufars. Pour rappeler aussi à ceux qui n’ont pas accompli l’obligation d’émigrer de la terre des mécréants vers celle de l’islâm et qu’ils sont en immense danger dans ce monde et dans l’autre.» : on pouvait lire ces lignes dans le premier numéro du magazine de l’État islamique en français.
Le message de ces 15 pages de propagande distribuées en pdf sur le net est simple : appeler les Français musulmans à faire leur hijra, c’est-à-dire à émigrer en terre d’Islam. (Ndl : alléluia !) La dernière chanson de Daesh en Français propage le même message : « tends ta main pour l’allégeance, et émigre vers la terre », peut-on entendre dans cet hymne à l’hijra.
De son côté Omar Omsen, propagandiste du cyberdjihad et principal recruteur de djihadistes français pour al-Qaida, appelle à longueur de vidéos les jeunes musulmans de France à faire leur hijra car, selon lui, « il n’est pas bon de vivre parmi les infidèles (les kufars) ». Dans l’islam, le monde est divisé en deux catégories: la terre de guerre ou de mécréance «Dar-al-Harb» et la terre de paix dâr-al-islam: la hijra consiste à quitter la première pour gagner la seconde.
L’Hégire (hijra en arabe) désigne à l’origine l’exil des compagnons de Mahomet de La Mecque vers Médine. Mais aujourd’hui le mot a pris une autre acception: « faire sa hijra », c’est un peu comme faire son alya pour les Juifs, c’est déménager en terres musulmanes pour pratiquer un « islam sain ».
Devenu le principal outil de propagande des djihadistes, la hijra peut être aussi pratiquée sur un mode plus pacifique.
De nombreux sites djihadiste internet proposent d’organiser la «hijra» pour les «mouhajir» français désireux d’émigrer. Parmi les destinations proposées, on ne trouve pas l’État-islamique, mais plutôt l’Algérie, le Maroc, l’Arabie saoudite, le Koweit et la Malaisie.
Le site la-hijra.com donne des conseils aux musulmans désireux de partir. On y trouve en pdf un guide détaillé expliquant le budget à prévoir. Des conseillers spécialisés par Skype (un pour les hommes, un autre pour les femmes) sont disponibles et se chargent de recueillir la «zakat» (aumône, troisième pilier de l’islam) auprès de l’oumma (communauté musulmane) pour financer le voyage des candidats à la hijra.
Est-ce obligatoire dans l’islam?
Pour le sociologue de l’islam Samir Amghar, la réactualisation de la hijra doit s’inscrire dans un débat plus large: celui de savoir si un musulman peut vivre ou non en terre non musulmane (terre où s’applique la loi islamique – charia). Au Moyen-âge, la question ne se pose même pas: il est impossible à un musulman de vivre en terre non musulmane. Mais les théologiens contemporains de l’islam ont été confrontés à un nouveau problème: celui de l’immigration, qui était d’abord temporaire (ainsi, les immigrés de confession musulmane venus en France ne pratiquaient pas le Ramadan, facultatif lorsqu’on est en voyage), mais qui s’est ensuite sédentarisée.
Ils ont dû donc déterminer si la France faisait partie ou non du Dâr-al-islam, et si un «bon» musulman pouvait y vivre.
Le blogueur salafiste Fateh Kimouche, plus connu sous le nom d’Al kanz, suivi par des dizaines de milliers de personnes sur twitter, a appelé publiquement les musulmans français à faire leur hijra sur son compte twitter, pour fuir le «climat d’islamophobie» en France.
Contacté par Le Figaro.fr, il explique: «La jurisprudence en matière de hijra est diverse: certains savants considèrent qu’il est obligatoire pour un musulman de ne pas vivre en terres non musulmanes et que par conséquent la hijra s’impose à chacun ; d’autres pensent que l’on peut vivre en terres non musulmanes dès lors que l’on peut pratiquer librement (on peut prier, on peut jeûner, etc.)». «Aujourd’hui la dichotomie terres musulmanes et terres non musulmanes est moins tranchée.» assure le blogueur. D’après Samir Amghar, «Des théologiens salafistes, d’Arabie saoudite, ont réactualisé le phénomène d’une hijra religieuse, en invitant les musulmans occidentaux à quitter les terres occidentales pour venir s’installer dans des pays à majorité musulmane.». «Ces Fatwas se nourrissent de la crainte d’une assimilation progressive des musulmans qui se trouvent en situation diasporique, partant du principe que l’identité musulmane risque de se diluer, surtout en France, où il est très difficile selon eux de vivre pleinement son islam.» explique l’universitaire au Figaro.
La hijra vient se substituer au mythe du retour des primo-migrants. Ainsi qu’a la remigration prônée par les patriotes.
Combien de personnes concernées?
Difficile de le dire, car il n’existe aucun décompte officiel, contrairement à l’Agence juive qui organise les alyas des juifs désireux de retourner en Israël. Pour Samir Amghar l’ «hijra est plus vécue comme un mythe que comme une réalité» et ne concerne que «quelques centaines d’individus chaque année».
Pour le blogueur Al Kanz en revanche le phénomène «explose» et ce, d’après lui, à cause de «l’explosion de l’islamophobie» en France. «La nouveauté, c’est que si la volonté de faire hijra était la marque des plus religieux des plus pratiquants, cette caractéristique n’est plus vraie aujourd’hui», ajoute-t-il. Les pays privilégiés sont le Qatar, les pays du Maghreb (en particulier l’Algérie), mais aussi l’Arabie saoudite et la Malaisie.
Avant le printemps arabe, l’Egypte était aussi une destination privilégiée: on y trouvait alors près de 10% de salafistes parmi les Français expatriés (soit 500 sur les 5000 Français installés là-bas).
Une «hijra» dans les campagnes françaises?
Ceux qui n’ont pas les moyens d’émigrer dans ces pays étrangers se tournent parfois vers les campagnes françaises. Une sorte de «hijra de l’intérieur du territoire français».
Les villages sont jugés moins impurs que les villes, car on peut y vivre un islam rigoriste sans se voir flanquer un PV à chaque coin de rue pour port de la burqa.
«Nous savons bien que le mieux c’est une hijra en terre musulmane, nous avons essayé et nous avons du rentrer pour différentes raisons, en premier lieu le visa… Bref et donc en attendant, quitte à devoir rester en France, au lieu de rester à bosser pour des koufars [NDLR: mécréants] en ville, faire des aller retour canapé, lidl, mosquée, manger de la viande dont tu n’es même pas certain à 100%, autant s’organiser…» explique une internaute sur un forum musulman.
«Ce n’est rien de moins que ce qu’on déjà fait certains écolo-marginaux avec les écovillages, mais version musulman !» ajoute-t-elle.
 
Un phénomène suffisamment important pour que les services renseignements, s’inquiètent, dans une note, d’une «hijra dans les campagnes» concernant plusieurs villages français.
Chers patriotes, militez pour une « hijra » massive vers les pays musulmans de nos « chers » CPF !
André GALILEO




L'Etat islamique va envoyer ses soldats en Europe, déguisés en migrants

immigresitalieL’organisation Etat islamique utilise la Libye, pays situé dans le nord du continent africain, comme une « passerelle » pour propager la guerre dans le sud de l’Europe, révèle le quotidien britannique The Daily Telegraph dans un silence total des médias Français et Européens une fois de plus !
D’après un document sur lequel le think tank antidjihadiste Quilliam a mis la main, le groupe terroriste Etat islamique commence à « inonder le nord de la Libye de ses soldats pour ensuite traverser la Méditerranée en se faisant passer pour des migrants », révèle le 17 février The Daily Telegraph. Une fois qu’ils auront traversé, les soldats d’Allah comptent « attaquer le transport maritime des villes du sud de l’Europe », ajoute le quotidien.  L’auteur du document, qui utilise le pseudonyme d’Abu Arhim Al-Libim, est un membre important de l’Etat islamique (EI) et agit comme propagandiste et recruteur sur le web.  Une opportunité à exploiter… « La Libye a un immense potentiel pour nous », écrit Al-Libim, cité par le journal britannique. Et il ajoute : « Le pays est inondé d’armes pour la plupart récupérées pendant la guerre civile libyenne et livrées entre autres par la France », indiquant du même coup que « les nombreux voyages d’immigrants illégaux en provenance de la Libye offrent une opportunité à exploiter ». Selon The Daily Telegraph, l’organisation Etat islamique « possède déjà plusieurs cellules établies en Libye ». C’est ce groupe qui a mis en ligne, le 15 février, une vidéo montrant la décapitation de 21 chrétiens coptes égyptiens.
« Ces commentaires du propagandiste arrivent au moment où l’Occident se montre de plus en plus inquiet face à la dégradation de la sécurité en Libye », conclut le quotidien britannique.
Pendant ce temps là, l’ami de Sarkozy et Hollande, le Qatar, rappelle son ambassadeur en Egypte, après des raids aériens éyptien sur les camps de E.I en Lybie…
En effet le Qatar a rappelé jeudi son ambassadeur en Egypte à la suite d’un différend survenu lors d’une réunion de la Ligue arabe sur les raids aériens égyptiens contre des positions du groupe Etat islamique (EI) en Libye, a annoncé l’agence de presse officielle QNA. Cela veux tout dire !
Selon un responsable du ministère des Affaires étrangères du Qatar, Doha a décidé de rappeler pour consultations son ambassadeur au Caire en raison d’une déclaration du délégué égyptien à la Ligue arabe, a indiqué QNA. L’agence qatarienne n’a pas donné de précisions sur la teneur de la déclaration du délégué égyptien. Mais la chaîne de télévision qatarienne Al-Jazeera a affirmé que les Egyptiens avaient accusé le Qatar de soutenir le terrorisme. Des médias égyptiens ont eux aussi rapporté que le délégué égyptien à la Ligue arabe, Tariq Adel, avait accusé le Qatar de soutenir le terrorisme, au motif que le délégué qatarien avait exprimé des réserves sur une clause approuvant les raids aériens égyptiens contre les jihadistes.
Le ministère qatarien des Affaires étrangères a confirmé dans un communiqué que le Qatar avait émis dans le cadre de la Ligue arabe, des réserves sur une approbation des raids égyptiens en Libye
Des centaines, parfois même des milliers de migrants en provenance de Lybie arrivent chaque jour sur les côtes de Lampédusa, et parfois même en dépit du bon sens, car les navires Italiens s’empressent d’aller recueillir les bateaux à peine ont-ils franchi la zone maritime internationale, laissant penser que tout cela est voulu ou pire encore, organisé par Union Européenne…
André GALILEO




Islamisation : c’est notre faute !

bonnetdaneRappelez vous de Marie-Louise et Gilbert le 15 septembre 2011…
L’affaire du meurtre horrible de Marie-Louise Michenaud, 77 ans, et son mari Gilbert, 72 ans, qui ont été retrouvés chez eux par les pompiers le 2 septembre 2011, baignant dans leur sang, dans le salon. Gilbert était ligoté à un meuble avec du fil de fer et son épouse gisait à côté de lui. Ils ont été minutieusement torturés, puis égorgés comme des moutons…
« Ces deux personnes ont vécu un véritable calvaire et leur meurtrier a agi avec un sang-froid méthodique », selon une source proche de l’enquête. Le meurtrier voulait le code de la carte bleue du couple, qu’il a ensuite utilisée. Il les connaissait bien et a pu pénétrer dans la maison facilement, car les deux Français avaient accepté de le domicilier chez eux pour lui rendre service, et il passait régulièrement relever son courrier.
Cet « homme » Algérien de 32 ans, immigré clandestin, a pris la fuite en Algérie, son pays natal. L’individu avait été interpellé à l’aéroport d’Orly, le 16 septembre 2011 au soir, alors qu’il rentrait d’Algérie.
QUI EST DESCENDU DANS LA RUE ?
Souvenez vous de l’enseignante poignardée à mort à Albi le 4 juillet 2014…
C’est terrible. Une enseignante poignardée à mort dans l’exercice de ses fonctions. « On avait peur que ça arrive, un jour ou l’autre, et ce n’est pas faute d’avoir lancé des cris d’alarmes. »
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/albi-une-institutrice-poignardee-a-mort-par-la-mere-d-une-eleve-7773046043
« Comment une société qui ferme les yeux devant le développement de la violence pourrait-elle éviter cela ? » « Comment une société qui ouvre l’école pour en faire un territoire qui ressemble à la rue pourrait-elle éviter cela ? » « Taubira, et les ministres de la justice précédents qui, à coups de réformes, ont permis que de véritables dangers humains demeurent en liberté ? » A-t-on entendu dire… La FCPE qui impose ses diktats de bobos dégénérés afin que baisse chaque année davantage le niveau pour permettre non pas la réussite de tous, mais que chacun, feignasse ou illettré, se croie un petit génie ? Les syndicats de l’Education nationale qui ont oublié depuis longtemps que pour défendre les leurs, les enseignants, il fallait défendre des contenus et des méthodes capables de faire émerger des élites en favorisant l’ascenseur républicain pour défendre l’indéfendable et utiliser leurs décharges, leurs subventions et leur possibilité de nuisance pour les sans-papiers ou les terroristes du Hamas ?
QUI EST DESCENDU DANS LA RUE ?
Le 21 mars 2013, l’affaire Babyloup…
La Cour de cassation a annulé, mardi 19 mars 2013, le licenciement en 2008 de l’employée de la crèche Baby Loup qui avait refusé d’ôter son voile islamique dans le cadre de son travail. “S’agissant d’une crèche privée”, et “en dépit de sa mission d’intérêt général”, la haute juridiction a considéré que le licenciement de cette salariée constituait “une discrimination en raison des convictions religieuses” et devait être “déclaré nul”. Quelles peuvent-être les dérives possibles entraînées par cette décision de justice ? N’est-on pas en train d’ouvrir une boîte de Pandore ?
QUI EST DESCENDU DANS LA RUE ?
Affaire Mehra, Nemouche, etc.
QUI EST DESCENDU DANS LA RUE ?
André Galiléo




Politiquement correct ou marxisme culturel ?

melenchon-staline2Depuis de nombreuses années la même question me hante. Pourquoi les gens de gauche soutiennent-il avec autant d’assurance et d’arrogance l’islam et les minorités trop visibles en Europe et dans notre pays ? Est-ce par pure bêtise ou par simple calcul électoral ? Est-ce par flemme intellectuelle ou par idéologie ? Est-ce par lâcheté ou par le développement d’une pathologie encore inconnue ? Est-ce que les patriotes ont une vision exacerbée de la nation ou les gens de gauche sont des jean-foutres ?
Et puis je suis tombé par hasard, au fil de mes lectures sur une phrase qui m’a paru dans un premier temps exagérée.
La voici :
« Le politiquement correct n’est pas une mode mais une idéologie, également connue sous le nom de « Marxisme Culturel », mise au point par des Marxistes, en vue de détruire la civilisation occidentale en se servant des frustrations des minorités. »
Il s’agirait donc d’une idéologie de gauche se cherchant une sorte de prolétariat de substitution autre que la traditionnelle classe ouvrière. Le marxisme culturel se focalisant ainsi sur des « opprimés » réels ou supposés, des « victimes » plus ou moins factices, des « exploités » pas forcément exploités.
Alors j’ai creusé le sujet
Après le rejet des révolutions hongroises et allemandes de 1918, Lénine a constaté que son régime ne survivait que par la terreur. Il fallait donc trouver autre chose! En 1922 il convoqua à l’Institut Marx-Engels de Moscou une réunion du Komintern afin que Lukács et Münzenberg puissent exposer officiellement leur stratégie de conquête de l’Occident.
Au contraire du marxisme économique par le soulèvement du prolétariat ils proposaient d’y substituer le « marxisme culturel » par la subversion des intellectuels.
Le chemin serait plus long mais la victoire certaine.
Willi Münzenberg, grand architecte de la Désinformation sous Lénine puis Staline, convaincu que le Communisme ne pourrait jamais s’implanter si la nature même des peuples de la Chrétienté n’était au préalable radicalement transformée, a défini l’objectif et donné le mode d’emploi du Marxisme Culturel :
« Organiser les intellectuels et se servir d’eux pour pourrir la Civilisation Occidentale jusqu’à ce qu’elle pue. Alors seulement, après que toutes ses valeurs eussent été corrompues et la vie rendue impossible, pourrions-nous imposer notre Dictature du Prolétariat. »
Des intellectuels marxistes internationaux fondèrent en 1923, l’École de Francfort afin d’étudier les causes de ces échecs. Elle rassemblait des socio-philosophes universitaires tels que Horkheimer, Wiesengrund, Adorno, Marcuse, Benjamin, Fromm, Pollock, Neumann, Wiggersrhaus, suivis par Haberm, Lukacs… et assistés par Sigmund Freud.
Constat : Les Peuples rejetaient le marxisme.
Question : Y aurait-il une erreur dans la doctrine?
Réponse : Impossible. L’erreur est dans l’immaturité des peuples.
Conclusion : il faut changer les peuples avant de prendre le pouvoir.
Commencer-vous à entrevoir la notion de grand remplacement ?
Herbert Marcuse écrit :
« C’est le peuple qui n’a pas rempli le rôle que lui avait réservé la théorie révolutionnaire » … « mis devant la possibilité de la révolution, le peuple aura préféré s’en détourner en adhérant profondément aux institutions définissant la civilisation occidentale. » « Qu’une conscience non révolutionnaire – ou plutôt antirévolutionnaire – prévaut dans la majorité de la classe ouvrière, cela saute aux yeux. »
Et il continue:
« Il faut préférer la dictature des intellectuels au pouvoir d’un peuple encore imparfait. […] Il est nécessaire, pour une société civilisée, que des gens éduqués aient des prérogatives politiques pour combattre les sentiments, les attitudes et les concepts des masses non éduquées. »
Cette doctrine ils l’ont appelé « Marxisme Culturel », ou Déconstructivisme.
En Europe, au Canada comme aux États-Unis les méthodes employées pour détruire le pouvoir occidental sont les mêmes :

  • fragmentation de la société,
  • immigration de masse,
  • christianophobie,
  • islamophilie,
  • communautarisme,
  • métissage,
  • affirmative action,
  • mariage homosexuel,
  • destruction de la famille,
  • de la nation etc.Il était impératif pour les tenants de cette idéologie d’infiltrer et de prendre le contrôle des lieux dans lesquels sont dispensées les valeurs occidentales, c’est-à-dire :
  • l’école,
  • l’église,
  • la justice,
  • les médias,
  • les partis politiques,
  • les milieux artistiques, … afin d’y détruire les valeurs anciennes et de les utiliser pour dispenser de nouvelles « valeurs ». 

Nous en sommes témoins tous les jours, aux travers de la politique socialiste menée depuis l’élection de Hollande !
Dans tous les cas, l’objectif est de se poser en « défenseur des opprimés », pour se donner une image sympathique et en profiter pour détruire les valeurs occidentales, et en priorité la famille et la nation, les deux piliers de la civilisation occidentale, et les remplacer par d’autres. Les marxistes culturels sont donc des manipulateurs qui exploitent le ressentiment d’autrui pour atteindre leurs objectifs. Derrière chacune de leurs actions, il y a un objectif visant à leur permettre d’instaurer leur socialisme. La lutte pour les droits des homosexuels ou des femmes leur permet de détruire l’institution familiale, cercle important de la transmission des valeurs. La lutte pour l’antiracisme et le métissage et la promotion du multiculturalisme leur permet de détruire l’identité nationale donc la nation, lieu majeur de transmission des valeurs. La façon d’attirer les moutons c’est de victimiser les minorités et placer tout ce qui représente les valeurs morales traditionnelles comme étant oppressives et démonisé en racisme, antisémitisme, sexisme, homophobie, islamophobie, etc… Le mouvement vert est utilisé par les marxistes pour attaquer le capitalisme et promouvoir le collectivisme. On les appelle les melons d’eau, puisqu’ils sont vert écolo à l’extérieur, mais rouge socialiste à l’intérieur. Patrick Moore, fondateur de Greenpeace, a quitté son mouvement quand il a été usurpé par des extrémistes gauchistes. Tous ces mouvements qui défendent les « minorités » ont comme but la destruction de nos valeurs traditionnelles occidentales, moralité, liberté, parce que ces valeurs sont incompatibles avec le communisme, qui requiert un contrôle total sur l’individu, au nom du « bien commun ». De plus quand ils perdent le débat des idées, ils n’ont qu’à traiter leurs opposants de racistes, sexistes, pollueurs à la solde des pétrolières, ou n’importe quel autre insulte du genre et clore le débat. Il est impossible de critiquer Obama et sa politique sans se faire traiter de raciste. Il est impossible de critiquer l’islam sans se faire traiter de raciste xénophobe.
Le but étant donc de façonner la pensée des peuples, promouvoir la fragmentation de la société en minorités, religieuses, raciales, sexuelles, et dresser ces minorités contre la majorité traditionnelle culpabilisée, qui n’avait plus d’autre choix que de se taire. Au moindre écart de langage, on vous traîne devant les tribunaux, en brandissant jusqu’à plus soif les clichés éculés de l’antisémitisme, de la xénophobie, du racisme, de l’islamophobie, du fascisme, de l’homophobie, du nazisme, etc.   Voter pour quelqu’un « parce qu’il est noir » c’est correct, mais qui oserait dire qu’il a voté pour quelqu’un « parce qu’il est blanc »? Impensable!
Dans toutes les sociétés, il y a toujours des motifs de mécontentement. Les marxistes exploitent ces mécontentements par la propagande en les amplifiant de façon à attirer de nouveaux fidèles. Le marxisme économique s’était spécialisé dans l’exploitation de la misère ouvrière. Le marxisme culturel a aussi utilisé la démagogie pour se trouver de nouveaux adeptes. Ils ont exploité aux USA le ressentiment des noirs américains (en France celui des musulmans), l’ostracisme qui frappait les homosexuels, le statut de la femme, les problèmes d’environnement…
Cela se fait toujours au nom de causes nobles, charitables, compassionnelles, antiracistes, droit-de-l’hommistes.
Une minorité ne doit pas être opprimée, ni ostracisée, on se doit de respecter les minorités. Mais une minorité reste une minorité, et ne doit pas être élevée au rang supérieur, ou passer devant tout le monde parce qu’elle est une minorité !
Les minorités se doivent de respecter la majorité et de s’intégrer et de s’accommoder des valeurs de la majorité, mais surtout cesser de jouer à la victime, alors qu’elles sont dans le pays le plus libre du monde.
Surtout quand on comprend le but réel derrière cette idéologie…
André GALILEO




Français, vous ne voyez pas que vous dérangez ?

drapeau-français-brulé-121-12-2014 allumage des bougies de Hanuka au Champ de Mars en présence de la Maire de Paris et du préfet de Région.

Le Président du CRIF, Roger Cukierman, a participé, dimanche 21 décembre 2014 au Champ de Mars, à un allumage des bougies de Hanuka organisé par le mouvement Loubavitch, en présence de la Maire de Paris, Anne Hidalgo, de Jean Daubigny, Préfet de Région, du Grand Rabbin de France Haim Korsia, du Président du Consistoire Joel Mergui et du président du FSJU Ariel Goldmann.

Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans la tête des z’élites socialauds et dans l’Hexagone. La Justice vient d’interdire une crèche dans un conseil général au nom du principe de laïcité, ce qui n’empêche pas la Mairie de Paris d’organiser un Ramadan chaque année sans que cela gêne la même Justice…

D’un coté on interdit les crèches, de l’autre l’Elysée se fait livrer des sapins de Noël (pardon, des « arbres des festivités »)!

Vous êtes tous tombés sur la tête en France !

Le tribunal administratif vient de rappeler que les Crèches de Noël contreviennent à la loi de 1905 sur la laïcité… La France était en infraction depuis plus de 100 ans. Il aura fallu l’arrivée des Musulmans pour rappeler à la France le respect de ses lois ?

Mais quelle loi ?

Lorsque la Mairie de Paris dépense l’argent des contribuables pour célébrer le Ramadan, c’est au nom de la laïcité, de la diversité, ou des poils de fesse de ma grande tante ?

Vous ne pensiez pas avoir à vous battre contre la France pour sauver la France…

Renaud Camus parle de grand remplacement, il est en dessous de la réalité. C’est plutôt le Kärcher qui se retourne contre vous.

Il n’y a que deux périodes où on a interdit les crèches, sous la Terreur, et en 2014

Gilbert Collard: « Il n’y a qu’une période en France où on a interdit les crèches, c’était sous la Terreur. » (La Terreur est la période de la Révolution française ou régnait l’arbitraire et les exécutions de masse)

Maître Collard se trompe, il y a deux périodes en France où on interdit les crèches : sous la première Terreur, et sous la seconde Terreur, socialiste, en 2014.

Les crèches de Noël viennent d’être interdites en France dans les bâtiments publics par deux tribunaux administratifs: Nantes et Béziers. La première mise en scène d’une crèche vivante avec des personnages et animaux fut créée en 1223 par saint François d’Assise, indique Planète Monde lors d’une messe de minuit à Gréccio dans la forêt des Abruzzes en Italie. Dès la fin du XIIIe siècle, les moines franciscains introduisent la crèche en Provence.

Au XVIIIe siècle, la révolution interdit la Messe de Minuit et les crèches d’église. En 1798 à Marseille, Louis Lagnel conçoit les premiers moules en plâtre pour fabriquer ses santons. Ces « santons d’un sou » permettaient à chacun de posséder sa propre crèche.

Les croix de mission que l’on trouve aux croisements des chemins doivent être dressées sur un terrain privé et non communal.

Demain, elles seront interdites parce qu’elles sont visibles depuis le domaine public. Les églises vont suivre avec une modification de la loi de 1905.

Sonner les cloches sera interdit si le son est audible de l’extérieur.

Puis les croix sur les clochers disparaitront.

Concernant les croix des pharmacies, elles permettent une localisation de loin, mais un croissant stylisé, de couleur rouge, pourrait à terme entourer, englober, la croix verte.

Mardi 2 décembre vers 14h, à Bruxelles, deux Femen ont pénétré dans la crèche de la Grand-Place et ont accroché une pancarte « Nique les pauvres ». Puis elles ont frappé avec des bâtons les personnages de Joseph et Marie et déplacé les statuettes du petit Jésus en dehors de la crèche de Noël.

Quand quelqu’un va-t-il se décider à leur mettre un pain dans la gueule à ces pétasses !

Les deux Femen ont été interpellées, placées en garde à vue, puis relâchées en fin d’après-midi.

En Italie, à Bergame (Bergamo), le directeur d’une école a interdit à un enseignant de placer dans sa classe une crèche, pour ne pas discriminer les élèves musulmans.

A Béziers, Robert Ménard a installé une crèche dans sa mairie, et elle y est toujours, n’en déplaise à Mélenchon, la LDH et la Libre Pensée…

JOYEUX NOËL A TOUS

André GALILEO




Le Havre : Abdoulaye Camara, encore un déséquilibré à couteau…

derLes médias nationaux se sont empressés de ne pas en parler, bien entendu !

Un « homme » Abdoulaye Camara tué par la police du Havre, mardi 16 décembre suite à l’agression au couteau d’un passant.

Au Havre, deux policiers de la brigade canine ont été contraints de faire usage de leur arme de service pour maîtriser « un homme » qui venait de planter une vingtaine de coups de couteau à un passant.

L’homme, Abdoulaye Camara, âgé de 31 ans est décédé sur place.

Selon les premiers éléments de l’enquête, vers 1 heure du matin, un équipage de la brigade canine est appelé à se rendre dans le quartier du Mont-Gaillard au Havre après l’appel téléphonique de deux jeunes sœurs qui disent avoir été victimes de violences de la part d’un homme qui se balade en ville avec un couteau. Arrivés avenue du bois au Coq, une artère située en zone de sécurité prioritaire (ZSP), les policiers croisent un individu qui correspond au signalement des jeunes filles. « Il erre en plein milieu des voies de circulation, complètement hagard, armé d’un couteau », confie une source judiciaire. Celui-ci arrive à hauteur de la voiture de police, se jette sur le véhicule et met un coup de couteau dans une fenêtre.

Les fonctionnaires décident alors de se mettre en sécurité pour appréhender l’homme. Abdoulaye Camara détourne alors son regard et se rue alors sur un passant, âgé de 32 ans.

« Il était complètement excité, comme fou », précise la même source.

« Il l’a planté d’une vingtaine de coups de couteau ».

Devant la situation, les fonctionnaires l’ont sommé de s’arrêter. C’est alors qu’il s’est rué sur eux avec son arme. Les policiers de la brigade canine ont alors décidé de riposter en faisant usage de leur arme de service. Plus d’une dizaine de balles ont été tirées selon nos informations. L’homme, décrit comme un « véritable forcené, petit mais très costaud », est mort sur place. D’après une source policière, « les fonctionnaires ont sauvé une vie, celle du passant agressé qui a reçu 22 coups de couteau, et protégé la leur ».

Le passant a été transféré au centre hospitalier du Havre. Son pronostic vital n’est pas engagé, mais il est « salement amoché notamment au visage ».

Le parquet du Havre a saisi le Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Rouen pour mener les investigations. Le procureur de la République du Havre Francis Nachbar a ouvert une enquête pour « tentative de meurtre » sur la personne du Havrais agressé dont nous ne connaissons pas l’identité.

Choqués, les deux policiers auteurs des coups de feu, après avoir été auditionnés, ont été ramenés chez eux. Selon Frédéric Desguerre, secrétaire régional du syndicat Unité-SGP-Police, « il apparaît, selon les premiers éléments de l’enquête, que la légitime défense est caractérisée et avérée. L’action de la police a permis de sauver la vie du jeune homme ».

D’après les informations, la scène a été filmée par les caméras de vidéosurveillance installées sur la voie publique. Les images corroboreraient la thèse de la légitime défense.

Abdoulaye Camara était connu défavorablement de la justice et de la police pour «vol à main armée», «vol avec violences», «violences sur agent de la force publique» et «trafic de stupéfiants». Il a été condamné en 2005 par la Cour d’assises de l’Eure pour un hold-up.

Et bien sûr il était en liberté !

L’on peut s’étonner que cet acte typique de violence islamique (attaque au couteau), se soit déroulé à quelques heures de l’attentat islamiste de Sidney… Que pas un seul média nationaux n’ait rapporté les faits d’une extrême gravité…

Source : Info Paris-Normandie.fr

André GALILEO




Propagation des manifestations anti-islamisation en Europe

Ri718decembrejpegEncore une information concernant l’islamisation de l’Europe complètement occultée par les médias français collabos.

Depuis plusieurs semaines, chaque lundi à la nuit tombée, le mouvement enfle. De 500 participants, on est passé à 10 000 en quelques semaines. Jeunes, vieux, hommes, femmes et même des familles ; la société civile semble se mobiliser. Et si quelques centaines de néonazis et une poignée de fonctionnaires du parti d’extrême droite NPD se mêlent aux drapeaux noir, rouge et or ou aux croix hissées au-dessus de la foule, ils semblent noyés dans le mouvement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=lTuzBH3AeVI

En Italie aussi :

[youtube]ZDD7LgFoovM[/youtube]

En Angleterre encore :

« J’observe le développement de Pegida depuis quelques semaines, explique le politologue Werner Patzelt. Et je constate la même chose que ce que disent les rapports de police : l’extrême droite est minoritaire dans le mouvement. Les gens qui se mobilisent sont des citoyens ordinaires, pas de gauche bien sûr, mais pas non plus néonazis. Ce sont des gens que la CDU pourrait atteindre si elle cessait de faire l’autruche avec le thème de l’immigration.»

Débordés, la CDU de Merckel et le SPD se contentent pour l’instant de dénoncer le mouvement et rivalisent de déclarations pour soutenir la communauté musulmane. Quant au petit parti anti-européen AfD, qui se développe sur la droite de la CDU depuis des mois, il demande juste à ses membres de quitter les manifestations de Pegida si y apparaissaient des insignes nazis.

Récemment, près de 10 000 personnes ont défilé dans les rues de plusieurs villes d’Allemagne pour dénoncer la montée de l’islamisation de la société et l’effritement des fondements judéo-chrétiens. Un malaise exacerbé par les partis nationalistes européens mais qui reflète également une perte de repères de plus en plus tangible.

Alors que le modèle d’intégration allemand semblait mieux fonctionner que les autres, l’Allemagne s’empare aujourd’hui du sujet. En effet, chaque lundi, en Allemagne, depuis prés de deux mois, les Pegida appellent à des manifestations contre l’islamisation de leur pays, et à Dresde 10.000 personnes ont défilé début décembre. Les Pediga sont un mouvement d’européens qui, se considérant comme « patriotes », s’insurgent contre l’islamisation de l’Europe.

Cette contestation de l’islamisation prend pied en Europe. Un peu partout un éveil se produit : les Européens prennent conscience soudain des conséquences pour leur identité que vont avoir ces arrivées massives d’immigrants en provenance des pays islamiques : on voit se développer un peu partout des mouvements nationalistes de caractère populaire qui ont pour nom le Front National en France dont on s’étonne soudain du succès, le Parti « Vrais Finlandais » en Finlande, le parti du Peuple au Danemark, le parti PPV en Hollande, etc…

Pour bien comprendre les enjeux de cette confrontation civilisationnelle, il faut s’en référer aux anthropologues. Ces derniers nous enseignent sur ce qu’est une civilisation, et ils nous disent qu’il est impossible que deux civilisations différentes coexistent dans un même espace géographique.

Citons tout d’abord cette excellente définition d’une civilisation qu’a donnée l’anthropologue mexicain Rodolphe Stavenhagen dans un travail qu’il fit pour l’UNESCO : « C’est l’ensemble des traits distinctifs spirituels et matériels qui caractérisent une société. Cela englobe en outre les arts, les modes de vie, les façons de vivre ensemble, les systèmes de valeur, les traditions et les croyances ».

Cette définition est sans doute l’une des meilleures qui puisse être donnée du concept de civilisation, un concept en fait très difficile à bien saisir, les personnes s’en tenant généralement lorsqu’on leur parle de civilisation à de simples manifestations extérieures, comme l’architecture, la mode vestimentaire, la musique, la gastronomie…. omettant totalement de comprendre qu’il s’agit de caractéristiques beaucoup plus profondes, des caractéristiques qui touchent à l’essentiel des individus : leur personnalité profonde, leur mode de pensée et leur façon de voir le monde.

Il existe aujourd’hui à travers le monde, 5 ou 6 civilisations différentes, selon les auteurs, et chacune possède sa propre identité. Aussi l’arrivée et le développement rapide de nombreuses communautés islamiques en Europe pose-t-elle le problème inévitable de la confrontation sur notre territoire européen de notre civilisation, la civilisation occidentale dans sa version européenne, avec la civilisation musulmane qui est celle de tous ces nouveaux arrivants.

Cette confrontation avait été bien perçue déjà en 2003 par le grand anthropologue Claude Levi Strauss, qui, interrogé par Dominique Antoine Grison du Magazine Littéraire, avait déclaré :

« Notre culture est sur la défensive vis à vis de menaces extérieures parmi lesquelles figure l’explosion islamique. Du coup je me sens fermement et ethnologiquement défenseur de ma culture ».

Dans un de ses ouvrages, Claude Levi-Strauss explique très clairement, ce qu’il advient lorsque deux civilisations différentes se trouvent en confrontation sur un même territoire.

Il nous dit :

« On aperçoit mal comment une civilisation pourrait profiter du style de vie d’une autre, à moins de renoncer à être elle même. Deux possibilités existent :

– Soit une désorganisation et un effondrement du pattern d’un des groupes ;

– Soit une synthèse originale qui, alors, consiste en l’émergence d’un troisième pattern lequel devient irréductible par rapport aux deux autres. »

On a donc avec Levi-Strauss la réponse à notre problème : ou bien les nouveaux arrivants qui relèvent d’une autre civilisation que la notre abandonnent leur civilisation et s’intègrent dans la notre (cela n’en prend absolument pas le chemin) , ou bien ils la conservent, et alors émergera une autre civilisation sur notre continent, une civilisation que Levi-Strauss qualifie de « troisième pattern », un nouveau modèle donc, « irréductible par rapport aux deux autres ». Cela signifiant que nous allons voir s’éteindre notre civilisation occidentale européenne, et que va inéluctablement émerger une nouvelle civilisation.

Récemment, la Cour de justice européenne, dans une décision hautement symbolique, avait fait passer le principe de libre-circulation dans l’espace Shengen au second plan, en interdisant le principe du tourisme social.

On peut don ce se poser la question suivante : Quels sont les enjeux de l’émergence de cette question identitaire européenne ?

Les musulmans arrivent en Europe et s’y implantent avec leur civilisation, aidés par la Charte européenne des Droits de l’homme que le Conseil de l’Europe a pour mission de défendre bec et ongles. Cette charte interdit formellement aux pays signataires que nous sommes, nous les pays du vieux continent, de développer de quelconques mesures qui pourraient être de nature à faire obstacle a ce que ces nouveaux arrivants conservent leur culture. Il ne s’agit pas tant pour tous ces immigrants musulmans qui viennent s’installer en Europe de problèmes de religion que de problèmes d’identité : tous ces nouveaux arrivants revendiquent leur appartenance à la civilisation islamique, bien au delà de leurs croyances religieuses. Bon nombre, bien sûr, sont attachés à leur religion, mais ceux qui le sont moins revendiquent néanmoins leur appartenance à la civilisation islamique, une civilisation qui fut une grande civilisation dans le passé et que les musulmans voudraient voir retrouver ses titres de noblesse dans le monde d’aujourd’hui.

Si les citoyens de notre continent se désintéressent du sort de notre civilisation, alors il se produira une très profonde mutation de celle ci, mutation vers ce que Levi- Strauss a nommé un autre « pattern ». C’est d’ailleurs ainsi que meure toute civilisation.

Un autre très grand esprit du siècle dernier nous avait avertis en se fondant sur l’étude des quelques 22 ou 23 civilisations qu’il avait eu à étudier tout au cours de son existence de chercheur, en nous laissant l’enseignement suivant:

« Les civilisations ne sont pas assassinées, elles se suicident ».

André GALILEO




Mions (69) : Agression d’une jeune fille juive de 8 ans et lâcheté du Crif

israelssIl y a quelques jours dans les colonnes de RL, je dénonçais les propos inqualifiables du président du CRIF après l’abominable agression d’un couple de jeunes juif à Créteil.

J’étais loin de la vérité… en ce qui concerne l’attitude de certaines officines dites « antiracistes » qui laissent entrevoir une complicité nauséabonde entre eux et une certaine frange des élites (politiques, médiatiques etc.) qui n’ont de cesse de protéger par tous les moyens les plus détestables, l’islam conquérant en France.

Je reprends ici un article paru sur le site d’information JSSNews (qui ne peut être qualifié de partial) et qui m’a laissé pantois !

L’agression d’une petite fille juive de 8 ans à l’école communale de Moins (69) n’avait pas révélé toute son horreur…

Le site JSSNews rapporte en exclusivité un témoignage indispensable à la compréhension du climat délétère qui règne en France et au delà, met en cause la complicité impardonnable de l’organisation juives « le CRIF » (encore une fois), qui a tenté d’étouffer l’affaire et de placer la famille juive victime dans la position de soumission passive et silencieuse face à leur malheur.

Le récit de l’affaire

Une petite fille de 8 ans mange à la cantine. Compte tenu du climat de haine latent, ses parents lui ont appris à ne pas ébruiter son judaïsme. Pour sa sécurité, comme pendant l’occupation… Mais deux garçons musulmans de 9 ans la soupçonnent, viennent la voir et lui demandent « t’es de quelle religion ? » La petite fille a peur. Elle ne répond pas.

Alors les deux garçons commencent à l’insulter. Prise de panique, la petite fille va aller demander de l’aide aux adultes de l’école. Six adultes, qui vont tous la repousser ! Elle s’adresse d’abord aux cuisines qui la repoussent, alors elle demande la protection des instituteurs qui la rejettent aussi… Impuissante, paniquée, se sentant abandonnée et en grand danger, repoussée par des adultes indifférents, elle vomit.

Dans la cour de récréation, les petits Arabes se mettent à sa recherche en criant. « A… est juive ! A… est juive ! » en rameutant des amis pour la frapper. A ce moment, des petites filles catholiques s’interposent et cachent la petite fille juive, pendant que d’autres élèves, catholiques aussi, trouvent la petite sœur de A qui a 6 ans, et la cachent.

Comme une funeste répétition à l’identique de l’occupation, la semaine dernière des catholiques ont caché des enfants juifs pour les protéger. Ils s’appelaient SS et Nazis, en 1942, il n’est pas bien vu de dire leurs noms en 2014… mais le reste est identique.

Les agresseurs ont déclaré devant les élèves et les professeurs qu’ils assument totalement leur position: « nos parents nous ont dit que l’Islam est en guerre contre les Juifs » ont-ils expliqué sans la moindre malice.

L’affaire est jugée très grave. C’est la République qui est secouée dans ses entrailles. Le directeur de cabinet du Ministère de l’éducation nationale appelle le père de la jeune victime et lui explique « votre dossier est prioritaire ». Dans la foulée, une réunion est organisée entre des officiels de la Préfecture qui proposent, comme solution, une visite de la maison d’Izieu…. Vous ne comprenez pas, « il faut les envoyer en Israel ! » leur explique le père, ajoutant que le problème n’est pas la Shoah mais le conflit israélo-arabe. Bien sûr, personne ne relèvera et la réunion ne débouchera sur rien.

Le dossier prioritaire a été prioritairement classé à la poubelle !

Bien entendu, les parents musulmans ont refusé de s’excuser dans l’indifférence générale d’une administration qui n’assume pas et veut se débarrasser du problème aussi vite que possible.

Troublé par l’affaire, le maire de Mions où s’est produit l’incident, juif lui-même, a écrit un article où il demande que les parents se rencontrent et échangent. Les enfants ont moins de 13 ans. Aucune sanction n’est possible. L’exclusion de l’école est « inenvisageable » selon le père de la victime.

Maintenant, les deux petites filles sont traumatisées. Elles ont peur de retourner à l’école.

Voilà pour le récit du drame et passons au second volet de l’affaire… le plus ignoble peut être !

Le CRIF Rhône Alpes a pris contact avec le père de la victime, et a fait pression sur lui pour qu’il se taise, qu’il subisse en silence, qu’il se terre… vieux réflexe de juif qui baisse la tête et rase les murs en priant d’être épargné.

« N’ébruitez pas cette affaire. Et ne portez pas atteinte à l’Education nationale, aux professeurs, au directeur… » lui a ignoblement expliqué le CRIF, pour lui faire comprendre qu’il faut se soumettre, ne pas faire de vague, ne pas se faire remarquer, car la communauté juive est déjà très affectée par la situation générale…

Le père de la victime est, inutile de le préciser, furieux contre l’attitude inqualifiable de ceux qui sont censés protéger la communauté juive, et non la bonne réputation de l’administration, des professeurs ou du directeur. L’hypocrisie et la lâcheté n’ont jamais sauvé un seul juif. La dignité n’est pas monnayable contre la réputation d’une école.

Israël ne leur sert donc pas d’exemple ?

Messieurs-dames les dirigeants du Crif, après avoir affirmé ne pas vouloir défendre indéfectiblement Israël, après avoir très mal géré l’affaire Dieudonné, après avoir soutenu une organisation étudiante qui a refusé de rencontrer le Ministre israélien du culte, de Jérusalem et de l’économie lors d’une visite officielle en France, après avoir dénoncé les manifestations républicaines organisées par les juifs de France, vous voilà en train de vouloir cacher l’horreur aux juifs de France et aux français !

Quel est votre but ?

Pour quelles raisons souhaitez-vous cacher cet acte antisémite contre une petite fille juive de 8 ans dans une école primaire ?

Pourquoi vouloir protéger l’école dont personne n’a rien fait pour protéger cette petite fille ?

Il faudra des réponses claires à ces questions. Les juifs de France n’ont pas besoin de judenrats. Ils ont besoin de leaders fiers et forts…

Peut-on imaginer que ce sera le cas à l’avenir ?

Joint par JSSNews, la Présidente du Crif Rhone-Alpes ne dément pas les informations de JSSNews, mais affirme soutenir « la police dans son enquête après la plainte et les solutions proposées par l’école. » Qu’elle publiera dans les meilleurs délais un communiqué.

De son côté, le SPCJ affirme n’avoir aucun lien avec cette affaire.

A JSSNews, un responsable du SPCJ explique que « notre rôle est justement d’accompagner et d’inciter les victimes à porter plainte. »

Cette affaire démontre une fois de plus que notre nation est devant un changement de population, une attaque massive des musulmans et dès le plus jeune âge, et que même les « autorités juives » n’arrivent plus à cacher !

André GALILEO




Antisémitisme : le rabbin Gabriel Farhi préfère stigmatiser le FN plutôt que des racistes musulmans

MIEGEIslam1Le 7 décembre 2014, le Rabbin Gabriel Farhi déclarait : « jamais les Juifs n’ont été aussi détestés ». 

« Assez ! Assez de cet antisémitisme qui semble ne plus connaître de limites en France ».

« Jusqu’où ? Nul ne le sait ! »

« La parole est libérée, on peut crier « Mort aux Juifs », comme cela fut le cas cet été dans les rues de Paris, en quasi toute impunité ».

« On peut sur les réseaux sociaux déverser toute sa haine sans être inquiété non plus ».

Mais le Rabbin Farhi, ne met pas les mots où il faut… car il dénonce comme un mauvais scénario : « Le mal est profond et est loin d’être conjoncturel comme un écho à la situation au Proche-Orient. »

Déjà l’on sent venir la perfidie du regard porté dans un seul sens, vers le FN bien sûr !

« La réalité c’est que Créteil n’est hélas qu’une agression de plus qui vient gonfler des statistiques qui ont explosé cette année ».

« Jusque là les éléments de langage dans la communauté juive étaient connus. Oui il y a des antisémites en France mais la France, elle, ne l’est pas ».

« Oui le Gouvernement lutte efficacement contre l’antisémitisme et en prend la pleine mesure ».

Ah bon ! Ceux-là même qui n’ont de cesse d’encourager le multiculturalisme, qui déversent des milliards dans les banlieues islamisées, qui inaugurent à tour de bras des mosquées, qui fêtent ramadan à la mairie de Paris, eux ! Ont pris la pleine mesure de l’antisémitisme ? Laissez-moi rigoler ! Monsieur Farhi !

Vous déclarez encore : « Mais assez. Assez de cet angélisme. La réalité est tout autre. La communauté juive est seule face à elle-même et le point de rupture entre ses membres et les discours convenus est proche ». « A quoi bon se complaire dans les ors de la République en espérant une énième condamnation » ?

Monsieur Farhi veut sans doute parler du président de la Licra qui accuse Zemmour d’armer le bras des barbares de Créteil ! Et par la même occasion sous-entend que le FN n’est pas innocent non plus !

Il continue : « A chaque fois, après Le martyre d’Ilan Halimi (des musulmans responsables), après la tuerie de Toulouse (un musulman responsable)  nous avons pensé ou espéré que cela ne pourrait aller plus loin. Pourquoi cette haine cesserait-elle mais surtout comment la stopper » ?

« Cet antisémitisme est porté par la jeune génération (oui, laquelle ?) Et certains en viennent même à applaudir un député d’extrême droite lorsqu’il prend position contre la reconnaissance de l’Etat palestinien (en l’occurrence Gilbert Collard, cela vous défrise ?), on en oublie au passage que tous les députés du Front National (2 députés) se sont abstenus malgré des envolées lyriques. Oui mais vos amis de gauche, eux, ont voté POUR comme un seul homme !

Mais nous y voila ! Tout ça pour en arriver à reporter les actions barbares des responsables des atrocités sur d’Ilan Halimi, de Montauban, de Toulouse, du musée juif et de Créteil, pourtant tous perpétrés par des musulmans, sur le FN !

Quelle honte, monsieur Farhi, devrait vous étreindre pour porter de telles accusations contre le FN de Marine Le Pen ! Vous essayez de vous convaincre que le nouvel antisémitisme (je dirai moi le nouveau barbarisme) n’a pas chassé le traditionnel… Mais cela est un mensonge ! Le nouvel antisémitisme, le nouveau barbarisme vous le trouvez dans les banlieues islamisées que vos amis socialistes, communistes, EELV, front de gauche et d’extrême gauche  affectionnent tant !

Je ne conteste pas qu’il peut subsister parmi les électeurs du FN des primates antisémites, mais vous n’en trouverez pas parmi les responsables du FN et surtout pas chez Marine Le Pen !

Honte à vous encore une fois monsieur Farhi, qui tentez de détourner du vote FN nos compatriotes de confession juive, et il y en a de plus en plus, qui fort heureusement ne croient plus dans les diatribes du CRIF et autres officines antiracistes.

André GALILEO