1

Les « terroristes d’ultra-droite » n’avaient que de la poudre noire

Georges Clémenceau et la presse nationaliste avaient alerté l’opinion depuis des années de la présence de traîtres et de défaitistes au sein même du gouvernement. Louis-Jean Malvy, ministre de l’intérieur de tous les gouvernements formés entre mars 1914 et fin août 1917, mis en cause au Sénat en juillet 1917 par Clemenceau pour sa connivence avec les groupes d’extrême gauche pacifistes financés par l’Allemagne démissionna de ses fonctions. Il sera jugé par la Haute Cour de Justice, et reconnu par l’arrêt du 6 août 1918 : « coupable d’avoir, dans ses fonctions de ministre de l’intérieur, de 1914 à 1917, méconnu, violé et trahi les devoirs de sa charge dans des conditions le constituant en état de forfaiture, en encouru les responsabilités criminelles prévues par l’article 12 de la loi du 16 juillet 1875 », Il sera condamné à cinq ans de bannissement. Entre sa démission et l’ouverture de son procès devant la Haute Cour, la presse patriote multiplie ses attaques contre les traîtres du gouvernement. Léon Daudet, directeur du journal l’Action Française, écrit au Président Poincaré pour exposer toutes les preuves des trahisons. Le Président du Conseil, Painlevé, ayant reçu de Poincaré une copie de la lettre convoque Léon Daudet le 1er octobre. Alors que Daudet était plutôt satisfait de cet entretien, le gouvernement vient en fin de compte à la rescousse de Malvy et fait désigner un juge d’instruction pour enquêter sur les prétendus complots fomentés par les accusateurs de Malvy. Des perquisitions eurent lieu les 27 et 28 octobre dans les locaux de l’Action Française. Selon Jean-Baptiste Duroselle, « on ne trouva que de vieux fleurets et de vieux pistolets, et nullement les indices d’une tentative de subversion contre la République (d’où le nom de ‘complot des panoplies’ que la presse de droite donna à cet incident). » [La Grande Guerre des Français, Perrin, p.305].En raison de l’inconsistance des éléments probants, un non lieu fut rendu le 6 novembre. Painlevé démissionna le 16 novembre et fut remplacé le même jour par Clémenceau.[voir compte rendu par François Léger du livre , Maurras en justice de Georges-Paul Wagner]

Dans l’affaire Logan, les preuves de l’existence d’une «  association de malfaiteurs terroriste criminelle  » paraissent très minces. On a entendu « en boucle » des journalistes nous annoncer la découverte d’un dangereux réseau terroriste de « l’ultra droite », incluant stocks d’armes, entraînements militaires, identification d’objectifs, extorsion de fonds.

Il apparaît désormais [Express, 23 octobre 2017, article de Jérémie Pham-Lê, http://www.lexpress.fr/actualite/societe/ultra-droite-les-8-complices-de-logan-n-des-branques-au-projet-imprecis_1954899.html]  que le réseau était constitué d’une dizaine de personnes âgées de 17 à 29 ans. Il s’agit de jeunes gens et même de très jeunes gens que les journalistes avaient désignés comme des « hommes » alors qu’ils affublent l’épithète de jeune chaque fois qu’un jihadiste musulman criminel est impliqué, même s’il a près de 40 ans.

Les stocks d’armes consistent en un fusil à pompe Baikhal et deux pistolets de collection à poudre noire. Pour information le fusil en question est une arme de catégorie C non soumise à autorisation de détention, et les armes à poudre noire sont en vente libre. Ce n’est pas avec ces armes que l’on va mener des actions terroristes, rien à voir avec les fusils d’assaut utilisés par les djihadistes musulmans de Charlie Hebdo et du Bataclan, rien à voir avec les armes de guerre détenues dans les quartiers interdits à la police de nos belles banlieues diversifiées.

Les entraînements militaires consistaient en des tirs dans des clubs de tir sportif auxquels appartenaient les mis en cause.

L’identification des objectifs parmi lesquels Mélenchon qui prétendait affronter le danger sans faiblir avaient selon les enquêteurs « un contour imprécis ». Aucune date de passage à l’acte ni aucune cible n’avait été arrêtée. Comme le notait le contributeur de RL, Joël Locin, [http://ripostelaique.com/lattentat-de-lultra-droite-contre-melenchon-etait-bidon-meme-edouard-philippe-le-dit.html] l’insoumis en chef n’avait pas grand-chose à craindre.

Quant à l’extorsion de fonds elle serait prouvée par « l’emprunt » à une connaissance d’un véhicule dans le but de racketter les chefs d’entreprise, ce qui semble une étape extrêmement préliminaire du projet qui n’a pas eu de suite.

Finalement, selon le commentaire d’un enquêteur rapporté par le journaliste de l’Express, l’affaire n’est pas à mettre sur le même plan qu’une structure djihadiste. On comprend mal d’ailleurs pourquoi après l’arrestation de Logan fin juin 2017, le reste de ses compagnons a été arrêté, mis en garde à vue et en examen plus de trois mois plus tard alors qu’aucun élément supplémentaire à charge n’avait été apporté.

En attendant le jeune Logan reste en détention provisoire à sa maison d’arrêt où selon l’Express il aurait été placé en isolement à la suite d’actes de violence de la part d’autres détenus.

Comme pour le « complot des panoplies » d’octobre 1917 où le gouvernement cherchait à faire croire à un danger anti républicain improbable, alors qu’il était empêtré dans une affaire de trahison tout à fait réelle, le gouvernement actuel souhaite faire croire qu’il y a un danger de l’ultra droite comparable au danger djihadiste. Alors que sa politique d’accueil de l’immigration et de laxisme à l’égard de l’islamisation de la France et envers les criminels djihadistes soulève la question de sa loyauté à défendre les intérêts de la nation. L’histoire gardera la trace de cette fourberie. Les patriotes veilleront à ne pas prendre des postures qu’ils n’ont pas les moyens d’assumer. Le combat se situe dans la diffusion de nos idées et la persuasion de nos concitoyens. C’est cela que craignent le plus les tenants de la politique d’abandon des intérêts du peuple français.

Armand Catonien




CNCDH : propagande étatique contre le racisme et l’islamophobie

CNCDH

Si vous lisez la presse officielle de propagande, vous avez pu tomber récemment sur les déclarations du président de la commission nationale consultative des droits de l’homme (Cncdh), à l’occasion de la publication de son rapport 2015 sur la lutte contre le racisme. Cette commission est aussi indépendante que la presse officielle. Son budget d’environ 1,1 million d’euros est financé par le gouvernement et ses membres sont nommés pour trois ans par le premier ministre. Son président, Christine Lazerges est membre du parti socialiste.

Sa mission est d’émettre des avis sur tous les projets de loi qui ont un lien avec les droits de l’homme, elle intervient dans la formation des élèves de l’Ena, de l’Ecole de la magistrature et elle publie des rapports. Le rapport sur le racisme est sa principale publication annuelle. A croire que les droits de l’homme consistent en la seule lutte contre le racisme. Si on lit la déclaration de 1948, on remarque  pourtant que le racisme n’est concerné que par un seul (article 7) de ses 30 articles. Ceux-ci comportent  entre autres, le droit à la sûreté (article 3), le droit à un procès impartial (article 10), la protection de sa vie privée (article 12), la protection de la famille (article 16), le droit de propriété (article 17), la liberté d’opinion et d’expression (article 19), le droit à un ordre garantissant les droits et libertés (article 28). Une commission véritablement indépendante se serait penchée par priorité sur ces points, loin d’être respectés dans la France de 2015.

La mesure prétendument scientifique du taux de tolérance des Français

Les rapports annuels sur la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie publient les résultats d’une enquête d’opinion sur la tolérance. L’enquête et ses commentaires sont confiés à une équipe de « chercheurs » exerçant à l’institut des sciences politiques de Paris. Ces scientifiques de la politique ont élaboré un « indice longitudinal de la tolérance » dont ils suivent l’évolution. L’indice en question a une évolution erratique. Mais l’appréciation des chercheurs et du président de la Cncdh est encore plus variable. Ce sur quoi ils portent leur attention n’est pas le taux « longitudinal » global lui-même qui varie entre 50 % et 65 %, ce qui paraît beaucoup, compte tenu de l’immigration de masse en cours, mais l’évolution du taux. Quand il  baisse un petit peu comme en 2013, ils sont en émoi. Quand le taux augmente un peu, comme en 2015, ils se félicitent de la victoire de la vision « apaisée » des Français   qui auraient admis la réalité multiculturelle. Le calcul de l’indice est basé sur les réponses données par l’échantillon du sondage à une série de questions qui sont classées en intolérantes ou tolérantes. Le pourcentage de réponses tolérantes indique le taux de tolérance. Ce sont les « chercheurs » qui préparent les questions, pas toujours identiques d’une année à l’autre et attribuent aux réponses le caractère tolérant ou intolérant. Si on a le temps de lire les « fiches techniques » des questions et de la répartition des réponses on remarque qu’il y a des questions sans  rapport avec la tolérance (comme celle sur la bonne intégration des immigrés), et que les chercheurs ne donnent pas la clé de répartition des réponses entre tolérance et intolérance variable d’une question à l’autre. C’est dire le niveau de rigueur du rapport et la fiabilité de l’« indice longitudinal de tolérance ».

La notion de laïcité prétendument dévoyée si elle met en cause l’islam

Dans le rapport 2013, et c’est une constante dans les rapports postérieurs, la Cncdh tente de démontrer que la notion de laïcité est dévoyée pour être instrumentalisée contre l’islam. Comme preuve on examine quels sont les plus fervents et nombreux tenants prétendus de la laïcité. La notion historiquement appartenant à la gauche a été reprise par la droite, il y aurait donc une suspicion sur l’engagement laïque des personnes de droite, qui iraient à la messe (preuve qu’elles ne seraient pas d’authentiques laïques) et qui auraient une aversion pour l’islam.

L’antisémitisme foncièrement de droite

L’analyse de l’antisémitisme procède du même déni de la réalité. Le rapport de 2013 pense pouvoir récuser la thèse de Pierre André Terguief sur l’existence d’un antisémitisme anti sioniste émanant des islamiques et de l’extrême gauche. Comme il n’est pas possible de démontrer que la droite est plus anti israélienne que la gauche le rapport nous sort un tableau appelé matrice des corrélations entre les opinions à l’égard des juifs et d’Israël qui fait apparaître un groupe de 5 questions « structurantes », parmi les 10 posées, ce sont celles dont les réponses défavorables aux Juifs reflètent les opinions traditionnelles antisémites de droite. Voilà la preuve que c’est de la droite que vient le danger pour les Juifs, et pas des islamiques dont le tableau ne tient pas compte. Le tableau de « matrice des corrélations » paraît bien savant, mais il n’est qu’un artifice pour essayer de démontrer que l’antisémitisme en France n’a rien à voir avec l’islam.

Le délit d’islamophobie

La Cncdh accrédite l’emploi du terme islamophobie. Pour justifier sa position le rapport 2013 se réfugie derrière l’ « autorité » des entités traitant des droits de l’homme aux nations unies, dont la légitimité est très contestable[1]. Après une discussion de pure forme  du risque sur la liberté d’expression, la Cncdh admet le bien fondé de l’utilisation du terme. Le rapport regrette juste que l’emploi du terme ferait croire que l’islamophobe est un malade irresponsable alors qu’il est condamnable pour provoquer les actes anti musulmans. C’est donc bien l’acception du Ccif que la Cncdh retient : l’islamophobie doit être combattue comme une manifestation conduisant à des actes anti musulmans.

Propagande anti raciste dès le cours préparatoire

La Cncdh attache une importance particulière à l’éducation anti raciste à l’école. Son président préconise d’organiser des débats sur le sujet à l’école et d’armer les enseignants pour cela. Comme munitions, elle propose des dessins animés.

http://www.dailymotion.com/grainesdecitoyens

Ils mettent en scène des graines, praline,  petit pois, pois chiche, pignon, café, pistache et un jardinier qui fait germer un graine d’idée de tolérance dans la tête des personnages pendant leur sommeil.

Ces films niais prônent la tolérance et le respect des différences. Deux sont particulièrement malsains :

Le premier, intitulé « le racket plus jamais ça », met en scène Praline qui se fait prendre ce qu’elle a par le méchant Pistache qui veut soi disant la protéger. Elle en parle à Café qui va la défendre rétablissant des rapports harmonieux entre graines. Ce happy end ne correspond pas à la morale affichée du film qui est de rapporter ces choses à un adulte. Là c’est un camarade, le bronzé Café, qui est le confident et le défenseur, le vrai protecteur.  Au lieu d’apprendre aux enfants à se défendre contre leurs agresseurs, le film les incite à s’en remettre à plus fort qu’eux, les maintenant dans un état de dépendance.

Le second, appelé  « respect des différence 3, les yeux dans les yeux », présente Noisette. Elle a les yeux en amandes car elle vient du Népal. Elle a du mal à parler français et à s’acclimater. Quant à Pignon, il vient de Perpignan. Il est certain d’avoir plus tard une bonne situation. Il y attache beaucoup d’importance. Il n’aime pas du tout ce qu’il ne connaît pas et donc n’apprécie pas Noisette. La graine d’idée que le jardinier sème dans son esprit lui fait découvrir les yeux de Noisette. Après cela Noisette et Pignon sont inséparables et tout va bien. Pignon est déconsidéré, c’est le symbole de l’autochtone nanti, égoïste et fermé face à la pauvre Noisette discrète héritière d’un monde merveilleux et émouvante par sa fragilité. C’est lui qui doit faire l’effort de comprendre noisette, pas l’inverse.  Le dessin animé ne brille ni par son graphisme ni par son imagination. Par contre il contient tous les lieux communs de la litanie antiraciste : le raciste est un gars de la province, il est matérialiste, fermé aux richesses spirituelles des étrangers. Mais en même temps c’est lui qui détient les clés du bonheur de l’autre. Dans cette construction  paternaliste, rien ne peut se faire sans l’intervention de l’Europe, détentrice de tous les moyens, infiniment riche et dont la seule malveillance est responsable des malheurs du reste du monde.  Affligeant !

Au service des organismes internationaux

Dans l’entretien évoqué au début, C. Lazerges se félicite de la réalité multiculturelle désormais constatée en France où les mariages mixtes interreligieux se multiplieraient. Est-ce une réalité ? En tout cas, c’est à cet état de choses qu’elle aspire, suivant en cela les recommandations de l’entité du Conseil de l’Europe, la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance, elle-même se calquant sur les positions du Conseil des droits de l’homme des nations unies. Ce conseil où les pays islamiques ont un rôle majeur, œuvre contre l’islamophobie et pour l’accueil des migrants islamiques en Europe. Satisfaire leurs préconisations et non les désirs des Français  semble être le souci principal du gouvernement français.

Armand Catonien

[1] Voir Commentaires sur le concept « d’islamophobie » par European Centre for Law & Justice, juin 2010




Ce que j'attends de Valérie Pécresse, pour qui j'ai voté au deuxième tour

PecresseChère Valérie,
Bravo pour ta victoire aux régionales ! Ca n’a pas été facile. Tu t’es démenée comme une tigresse, mais il faut dire aussi que tu dois une fière chandelle à des gars comme moi qui ont voté pour le Front National au premier tour et pour toi au second tour. Sans nous, tu pleurerais ta défaite comme Bartolone le fait maintenant.
Défaite socialiste = victoire patriote
Je dois t’avouer que notre vote était surtout un vote de barrage contre ton détestable adversaire. Ce politicien papelard du parti socialiste s’était allié avec l’extrême gauche islamophile. Il s’est présenté comme un champion anti blancs. Sa défaite est celle des ennemis de la France traditionnelle, de ceux qui veulent nous soumettre à l’islam et faire entrer notre pays dans la zone du tiers monde en voie de sous développement. Dès que leur défaite fut consommée, les alliés se sont rejetés l’un sur l’autre la responsabilité de leur échec. Bartolone accusant l’extrême gauchiste Clémentine Autain et vice versa. Ayant joué un rôle dans leur déconfiture, je les place ex aequo.
« Le patriote a pour amis toutes les bonnes gens du pays »
Vois-tu, nous pensons que le problème principal de notre pays est la submersion migratoire et l’islamisation. Comme seul le FN accorde son importance à cette question existentielle nous votons pour lui. Les meneurs du parti socialiste, de l’extrême gauche et des verts laudateurs de l’islam comme ceux de la droite extrêmement molle à laquelle tu appartiens ignorent au mieux le problème et, le plus souvent, au pire, en sont des facteurs aggravants.
Les combinards socialistes espéraient que le vote FN leur garantirait la première place en Ile de France. Le vote FN les arrangeait bien pour siphonner les voix de droite, ils l’adoraient et comptaient sur lui au second tour. Eh bien je suis ravi d’avoir démenti leurs spéculations. Le vote FN n’appartient pas au FN mais surtout pas, au parti socialiste. L’électeur FN est un patriote qui vote pour ceux qui veulent défendre la patrie.
Conseils
Maintenant que tu vas être notre présidente de région, nous te demandons d’agir sur ces points dont certains faisaient parti de ton programme.
Une enquête approfondie à publier sur la gestion de la précédente majorité. Alors que l’on cherche des poux dans la tête de Marine Le Pen et de Nicolas Sarkozy, il m’étonnerait beaucoup qu’il n’y ait pas un grand nombre de casseroles à attacher à la queue de Jean Paul Huchon, de son parti, de ses alliés et de son équipe.
L’annulation des subventions aux associations communautaristes islamiques, à celles prétendant défendre des droits de l’homme et lutter contre le racisme, à celles encourageant l’immigration clandestine et l’occupation illégale de logements.
Un examen approfondi du STIF, de son personnel, du contrôle exercé sur la RATP et notamment de la sécurité des voyageurs quand on sait que l’entreprise publique a parmi son personnel roulant de nombreux employés islamiques fichés S. Les comportements communautaristes des employés islamiques de la RATP affectent non seulement leurs collègues mais aussi les passagers qui n’ont pas à subir prosélytisme et menaces islamiques. Le STIF devant s’assurer de la qualité des services offerts par la RATP doit s’occuper de ce problème que la direction de la RATP esquive. Par ailleurs en cas de grève, il faut prévoir le remboursement des transports prépayés et des dommages subis aux usagers particuliers et aux entreprises qui participent au financement du STIF. Ces remboursements devraient être couverts par la RATP.
Les classes moyennes ne doivent plus être exclues des centres urbains de Paris et de la proche banlieue.
Union patriotique pour 2017
Estrosi et Bertrand ont été élus avec les voix des électeurs du parti socialiste et d’extrême gauche. Ils veulent leur manifester de la reconnaissance. Il n’y a aucun avenir dans cette association contre nature. S’ils apprécient tellement la gauche, qu’ils s’allient carrément avec elle. Cela sera plus clair. Toi qui as été élue avec des voix des sympathisants du Front National, c’est vers eux que tu dois te tourner pour construire une alliance qui vaincra aisément en 2017 la « majorité » représentant à peine un peu plus de 30% des électeurs. Les militants du Front National sont déçus. Mais il était illusoire de penser gagner seuls contre tous. Des alliances sont nécessaires. Le développement exceptionnel du FN constaté dans ces élections marque une étape importante. Une coalition patriote capable de gagner en 2017 est possible.
Elle est surtout nécessaire pour que vive la France. Alors que nous préparons la fête de Noël des islamiques complotent pour préparer des attentats meurtriers. Ils réfléchissent sur la façon de tuer encore plus de monde de manière encore plus atroce. Des bandes accumulent armes et munitions pour les prochaines émeutes. Des « solitaires » pensent au prochain crime au couteau, à la voiture bélier ou à l’arme à feu qu’ils vont commettre.
Réfléchis à ce que tu feras pour forcer la « majorité » actuelle à défendre effectivement la vie et l’honneur de notre peuple ou à démissionner.
Armand Catonien




Israël face à la terreur islamique, enseignements pour la France

Daech-Tsahal
En Israël, depuis plus d’un mois, se produit une vague de terreur par tirs, coups de couteau, écrasement par voitures et autres manifestations de la religion d’amour.
Quelques éléments, tirés d’une longue liste, pour illustrer la réalité à laquelle sont confrontés les israéliens.
Le 1er octobre, une cellule de 5 meurtriers islamiques assassine des parents de la famille Hanekin. Les deux jeunes parents ont été éliminés devant leurs quatre enfants. Ce qui a sauvé la vie des enfants fut qu’un des hardis gredins a été blessé par le tir d’un de ses complices, hâtant leur fuite. C’est la conclusion de l’enquête des services de sécurité israéliens qui ont mis la main sur les 5 barbares quelques jours après. (Maariv 15/10/2015) Le 13 octobre à Jérusalem un tueur mahométan, passe en voiture dans une rue, s’arrête devant la station d’autobus, où des gens attendent, monte sur le trottoir et en écrase une partie. Il descend de son véhicule pour achever les blessés avec un couteau de boucher. Le forcené est neutralisé par le tir d’un agent civil de sécurité. (IHY -Israel Hayom-, 13/10/2015). Voilà pour l’humanité et la douceur islamique.
Via Dolorosa à Jérusalem, le 7 octobre, un promeneur est poignardé dans le dos par une tueuse islamique. La victime, officier parachutiste, malgré ses blessures, sort son arme et neutralise l’enragée. Arrivent les forces de sécurité et de secours. Les passants de ce quartier musulman prétendent que la tueuse ne portait pas de couteau et que l’homme lui a tiré après une dispute. Une marchande confirme en ajoutant que le colon [un fils d’Israël qui vit en terre d’Israël] a tiré sans raison sur la femme en hijab. (IHY, 07/10/2015)
Le 11 octobre près de Haïfa, la jeune Lyat, le jour de ses 15 ans, est poursuivie par un poignardeur islamique qui a déjà écrasé des passants avec une voiture. Elle doit sa vie à l’aide d’un soldat qui était déjà intervenu pour stopper la voiture du poignardeur. Une soldate avait été touchée gravement. Le criminel arrêté, prétend qu’il s’agit d’un accident de circulation et qu’il est innocent de toute faute. (IHY, 13/10/2015)
Le 12 octobre après-midi, au nord de Jérusalem, deux mahomidolatres de 13,5 et 15 ans, après avoir poignardé un jeune homme de 25 ans, s’attaquent à un garçon de 13 ans en bicyclette. Les blessures de la première victime sont graves et celles de la seconde  engagent un pronostic vital. Les deux bouchers sont neutralisés. L’un, ahmed menahasrah, est blessé. Il est soigné dans le même hôpital que ses victimes. Le 14 octobre, Abou Mazen, le président de la prétendue autorité palestinienne dans un discours déchaîné affirme que ce gentil garçon aurait été abattu de sang froid par Israël. La famille du chérubin refuse que l’on publie sa photo dans son lit d’hôpital. Le gouvernement israélien passe outre pour démonter le mensonge éhonté de la propagande islamique. L’affaire ne finit pas là puisque le cher ahmed prétend qu’il ne s’est pas servi du couteau qu’il avait. Il se plaint d’autre part des coups et  humiliations subies. Une pauvre victime ! (IHY, 12 et 15/10/2015, Maariv, 25/10/2015)
C’était le chapitre de la droiture et de la franchise en islam.
Un djihadiste de 19 ans, a décidé de se lever contre l’humiliation d’el aqsa [le fait que depuis 2000 les juifs aient le droit de se rendre de temps en temps sur le mont du Temple de Jérusalem, où el aqsa est une des mosquées qui y ont été construites]. Le 3 octobre au soir, armé de son couteau il parcourt les rues de la vieille ville de Jérusalem à la recherche de Juifs. Il poignarde ceux qu’il trouve sur son passage dont la famille Benita. Il tue le père de 22 ans et blesse gravement la mère qui appelle à l’aide les commerçants de ce quartier musulman. De leur part elle reçoit insultes, crachats et gifles. Quand elle croit tomber quelqu’un de mieux et le supplie de l’aider à l’amener auprès des secouristes le brave homme lui répond : « meurs ! ». (IHY, 03 et 06/10/2015). Voilà pour la compassion et la charité.
Face à ces actes abjects il est réconfortant de voir le courage des civils et des soldats israéliens. Le 25 octobre, en Samarie, un jeune homme de 25 ans est attaqué par derrière par un poignardeur islamique. Malgré sa blessure il se bat de toute sa force. « Je n’ai pas seulement pensé à sauver ma vie, il y avait des gens dans la station et parmi eux deux jeunes filles, c’est à eux que j’ai pensé » déclare-t-il après l’arrestation du criminel. (IHY, 26/10/2015)
Le 30 octobre matin, à un barrage tenu par une unité de gardes frontières, deux tueurs au couteau s’avancent, sortent leur arme et poignardent  un des gardes. Une soldate de l’unité ajuste son tir et neutralise les deux égorgeurs.
De tels actes sont courants. Les citoyens, militaires ou civils, sont souvent armés. Le gouvernement donne la priorité à la sécurité des citoyens. Les réactions de défense de la population combinées avec l’implication énergique des forces de sécurité déjouent une bonne partie des tentatives de crimes qui se terminent par la mort des coupables.
Israël paraît comme un objectif intermédiaire des tentatives hégémoniques de l’islam dont l’occident est l’objet. Ce pays est comme Olynthe que Démosthène appelait à défendre pour protéger les Grecs des visées tyranniques de Philippe. Mais c’est un point dur et fort, capable d’assurer sa propre défense. Par contre les citoyens israéliens aimeraient être perçus avec bienveillance en occident.
En plus de la sympathie pour nos frères juifs et israéliens qu’ils devraient éveiller chez les patriotes, les évènements d’Israël nous enseignent aussi quelque chose sur l’avenir de la France et comment rester des hommes libres dans notre pays.
Les croyances islamiques sont les mobiles des crimes islamiques. En terre d’Israël le prétendu risque d’une profanation de la mosquée el aqsa a été le détonateur de la vague de terreur. Un document intéressant nous montre la mère d’ahmed menahasrah, le charmant bambin auteur des poignardements dont on a parlé plus haut, déclarer : « je suis seulement en colère qu’il ne m’ait pas emmenée avec lui pour commettre son crime,[…], sa prière :« permettez à youssouf et à motasim [ses deux fils restants] de devenir eux aussi des « martyrs » pour leur amour d’el aqsa… » (IHY, 28/10/2015). De quelle profanation s’agit-il ? On a parlé aussi du changement de statut quo de l’accès au mont du Temple. C’est depuis 2000 que l’accès au mont du Temple de Jérusalem, selon des conditions restrictives, a été aménagé pour les Juifs. C’est l’accès des Juifs au mont du Temple, qui, aux yeux des islamiques, constitue une profanation. Pourtant l’accès aux lieux juifs et chrétiens de la ville est ouvert à tous. Cela rappelle les caricatures de mahomet. Elles déclenchent des manifestations hystériques de tout le monde islamique. La quasi-totalité de la rédaction de Charlie Hebdo a été éliminée par des assassins islamiques pour avoir caricaturé le prétendu prophète. Les caricatures des symboles religieux des autres croyances ne déclenchent pas de tumulte. Les textes de l’islam blasphèment les livres des Juifs et des Chrétiens en affirmant qu’ils ont été travestis. Est-ce que les musulmans s’en soucient ? Est-ce que l’opinion publique s’en émeut ? Pas du tout, par contre elle donne du crédit aux émeutiers islamiques en essayant de réfréner les caricatures et les critiques de l’islam. Ce traitement particulier est insupportable. Il y a de multiples raisons d’exécrer les croyances islamiques et leur modèle. Mais il s’agit d’autre chose. Donner un quelconque crédit aux crimes islamiques sous le prétexte qu’ils sont commis au nom de dogmes qui ne sont pas les nôtres, c’est souscrire en partie à ces croyances. La civilisation occidentale est bâtie sur un socle où la liberté d’expression et de pensée est primordiale. Le maintien de l’ordre public et l’organisation de la nation dans un état de droit font partie de ce socle. Toute atteinte à ce fondement est comme une attaque de la patrie que les patriotes doivent défendre.
Les menaces contre Israël ne sont pas seulement un problème régional. Ce n’est pas parce que les Juifs construisent des maisons pour leurs citoyens dans la Judée et la Samarie que les islamiques se soulèvent. Que se passe-t-il en France ? N’a-t-on pas des jets de pierre dans les quartiers occupés par les islamiques sur tout ce qui représente l’autorité française ? Et pourtant si on construit des logements ils sont pour eux ! Quelles raisons de ces intifadas françaises ? C’est que l’intifada est partout où s’établissent les islamiques et où ils ne sont pas encore la majorité. Quand ils sont la majorité c’est la tyrannie.
Une organisation regroupant selon ses dires, habitants des « quartiers », Noirs, Arabes, Musulmans, Roms ( mais pas des Français blancs chrétiens, athées, juifs ou bouddhistes) ose prendre le nom « d’indigènes », et se présenter comme un parti de post-colonisés.(discours à la manifestation de la Bastille du 30/10 du parti des indigènes de la république). Ce qui veut dire que bientôt elle appellera les Français de souche des colonisateurs puis des colons. Et pourquoi n’engagera-t-elle pas une lutte armée pour libérer le territoire français ?
L’impudence des meurtriers islamiques qui nient leurs crimes mais se plaignent de leur conditions de détention est la même des deux côtés de la méditerranée. L’un des plus populaires de nos contributeurs, Géronimo, ne me contredira pas.
Leurs mensonges flagrants sont monnaie courante en France. Le pacifisme de bon nombre les pousse à croire aux mensonges et même à les propager. Méfiance systématique contre toute déclaration d’islamiques ! Les mensonges prospèrent par la croyance de ceux qui les écoutent.
Les émeutes de 2005 dans les quartiers peuplés d’immigrés islamiques vont se reproduire, d’autres attentats terroristes islamiques auront lieu. La participation des citoyens à leur propre défense doit être un objectif des patriotes français.
Armand Catonien




Vivre libres débarrassés de la tyrannie islamique

VAinvasionmosquiesComment expliquer notre attitude à l’égard de l’islam ? Nous jugeons ce dogme imbécile et barbare, mais ce n’est pas la raison suffisante pour nous impliquer dans un combat contre lui. Il y a bien d’autres choses que nous n’apprécions pas mais que nous tolérons à contre cœur sans les combattre activement. Nous savons que nous ne pouvons être entourés que par ce qui nous plaît. Ce qui détermine notre position c’est le caractère conquérant, totalitaire et définitif de l’islam. Le « Reich de 1000 ans » voulu par les nazis n’a pas duré beaucoup plus de 20 ans. Après ses crimes horribles il a succombé et son idéologie haïssable a été extirpée de l’Allemagne.

En revanche, pour l’islam, là où il s’est implanté, il subsiste après 1400 ans. Sans parler de ses crimes abominables, assassinats, esclavage, persécutions, il a placé des zones immenses sous sa domination implacable, annihilant les civilisations brillantes qui l’avaient précédé, pour les remplacer par une société pétrifiée imprégnée de ses préceptes immuables et cruels. Peu de revers dans sa marche conquérante : citons parmi eux, l’arrêt par l’armée franque de Charles Martel, la « reconquista » en Espagne et au Portugal, la libération des pays balkaniques du joug ottoman et la fondation de l’Etat d’Israël. Par contre sa marche continue actuellement dans tous les continents et particulièrement en Europe.

Notre amour de la France et de son peuple nous pousse au combat contre l’islam

Notre amour de la France, notre pays, s’explique par notre désir de vivre et de persévérer. Nous n’aimons pas la France uniquement parce qu’elle est la France mais parce qu’elle est ce que nous sommes, l’organisme vivant dont nous sommes des éléments. Notre pays a des caractères géographiques et matériels qui nous ravissent, mais son souffle de vie, son âme c’est son peuple, c’est lui le principal objet de nos pensées affectueuses. Changer le peuple de la France et de L’Europe comme le fait l’immigration invasive actuelle, principalement d’Afrique, d’Asie mineure et de culte islamique, c’est changer l’âme de notre pays. Permettre à l’islam de se développer en France et en Europe c’est préparer l’asservissement du peuple de France et des peuples européens aux préceptes totalitaires de l’islam. C’est corrompre l’âme de notre pays.

Nos hommes des médias ou nos intellectuels snob, sont fiers des richesses du patrimoine accumulées dans les musées et des monuments restaurés qui foisonnent à travers la France. Tant cela a de valeur à leurs yeux qu’aucune des charges financières qui en sont la conséquence ne les gêne. Cela est peut-être fort bon de conserver notre patrimoine, mais que nous importe de pouvoir admirer les chefs d’œuvre du passé quand le principal trésor de notre pays, son peuple, est altéré. Permettre aux familles françaises de vivre, encourager notre jeunesse et l’aider à bâtir son avenir me paraît plus nécessaire. Aussi merveilleuse qu’elle soit, une œuvre de notre patrimoine ne m’émouvra pas autant que de voir une famille française se fonder et des jeunes français trouver leur voie.

Les problèmes qui touchent la France et l’Europe sont multiples, économiques, financiers, d’organisation politique. Mais aucune des conséquences de l’absence de solution correcte qui serait apportée à ces problèmes n’est irrémédiable. Un pays peut se relever d’une période de décroissance. Il peut retrouver le plein emploi après le chômage endémique. L’engouement des prêteurs et investisseurs peut suivre un état de cessation de paiement. Un mauvais traité international peut être renégocié ou carrément abrogé si l’organisation politique auquel il a donné naissance ne convient plus aux parties. L’altération de la population et l’implantation de l’islam sont des maux aux conséquences irréversibles. C’est la raison pour laquelle le combat contre ces deux maux est le point essentiel de toute stratégie politique en France et dans les autres pays européens.

La classe politique refuse d’exercer ses responsabilités

Nous, simples citoyens, connaissons la gravité de la situation. Qu’attendent les hommes politiques dont la fonction devrait être d’identifier les problèmes et de proposer et de faire adopter les mesures adéquates ? Que les dirigeants de gauche et d’extrême gauche qui exercent le pouvoir évitent de parler du problème est compréhensible, puisque l’immigration islamique a été un des facteurs déterminants de leur victoire électorale. Mais comment expliquer la passivité de l’opposition de droite ? Mises à part quelques phrases prononcées lors des campagnes électorales propres à plaire à son électorat, la droite n’a jamais abordé le problème sérieusement, en produisant des rapports et des propositions intéressantes et en exécutant, lorsqu’elle détenait le pouvoir, une politique efficace.

Nos responsables politiques sont-ils devenus assez misérables pour sacrifier les intérêts fondamentaux du pays à leur carrière électorale ? C’est bien ce que nous voyons se passer. Ils ne se contentent pas de manifester laxisme et indulgence envers la « religion » de « paix », ils font tout pour favoriser son développement comme le montrent les interventions de la gauche ou de la droite pour l’érection de mosquées à travers tout le pays. Leur passion à pourchasser les persécutions imaginaires dont l’islam serait l’objet, comparée à leur indifférence en face des exactions des tenants des partisans de mahomet est une autre preuve de leur préférence. Ils ont pris leur parti du développement de l’islam et de l’immigration invasive. Avec le concours de la plupart des médias ils ont tenté de rassurer l’opinion inquiète en leur disant d’abord qu’il n’y avait pas d’augmentation de l’immigration ou de l’islam, puis en leur disant que l’immigration et la présence de l’islam étaient une chance pour la France. Puis une fois leur présence bien établie, ils nous disent que c’est un fait accompli qu’on ne peut plus changer.

Cette attitude se constate chez tous les partis politiques. Elle est plus marquée à l’extrême gauche où on a présenté une candidate voilée et à l’extrême droite où l’on côtoie des islamistes et où l’Iran est présenté comme un modèle. Mais même au Front National ou au Rassemblement Bleu Marine on en voit des signes.

Les périls qu’annonçait l’instauration du nazisme en Allemagne ne furent pas non plus pris au sérieux en France et en Grande Bretagne. Le réarmement allemand, en infraction avec le traité de Versailles, la militarisation de la Rhénanie, l’annexion de l’Autriche, l’occupation et la destruction de la Tchécoslovaquie, ne modifièrent pas la bienveillance des occidentaux envers Hitler. Mais au moins il y avait des hommes politiques, comme Winston Churchill, qui certes était alors écarté du pouvoir, mais qui était prêt à y revenir, qui était conscient du danger et avait des idées claires sur la façon de le surmonter. Nous ne voyons aujourd’hui aucun Winston Churchill en France.

Cherchons la bonne voie mais trouvons la vite

Nous cantonnerons-nous dans l’attitude de Cassandre qui annonçait des malheurs véritables mais que personne ne croyait ? Nos ennemis se réjouiraient de notre désespoir. Qu’ils ne comptent pas sur notre abandon. Les signes encourageants existent, il faut les exploiter. L’opinion populaire est majoritairement consciente du risque que font peser l’immigration de masse et le développement de l’islam. Les dernières élections municipales, les sondages sur les prochaines élections européennes montrent que le Rassemblement Bleu Marine et le Front National sont récompensés pour être les seuls à faire des propositions claires sur ces questions de base. Les formidables manifestations contre le mariage homosexuel ont révélé l’existence des convictions patriotes d’une partie de la population française distincte des partisans de Marine Le Pen. L’alliance de ces deux courants, l’un, celui de Marine, plus populaire, l’autre plus répandu dans les milieux aisés, donnerait à la France une bonne alternative au pouvoir moribond des socialistes et de l’extrême gauche. Les patriotes sincères, de quelque parti qu’ils soient, devraient avoir conscience de l’enjeu essentiel de l’immigration de masse et du développement de l’islam. Notre rôle n’est pas d’attendre benoîtement l’évolution favorable de la situation politique. Il doit être de rappeler inlassablement aux forces politiques patriotiques leur responsabilité dans le traitement de cette question fondamentale pour l’avenir de la France.

Comme Caton l’ancien avait identifié Carthage comme l’ennemi fondamental de Rome il terminait, dit-on, ses discours par les mots « Carthage doit être détruite » (Carthago delenda est), nous devrions terminer les nôtres par « la tyrannie islamique doit être détruite » puisque nous pensons qu’elle est l’ennemi principal du peuple français.

Armand Catonien




Les opinions exprimées sur notre site sont majoritaires en France

La fondation Jean Jaurès, créée par Pierre Mauroy, proche du Parti Socialiste, financée par l’Etat, a successivement commandé deux sondages d’opinions en 2013. Le premier commandé conjointement avec le Monde et le Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po – anciennement Centre d’études de la vie politique française- concerne uniquement la France. Il a été commandé à l’IPSOS, et publié en janvier 2013 sous le titre »France 2013 : les nouvelles fractures », http://fr.scribd.com/doc/121946927/Barometre-du-Populisme-def-1. L’autre a été commandé à l’IFOP, « Enquête sur la droitisation des opinions publiques européennes, juin 2013 », http://www.ifop.com/media/poll/2255-1-study_file.pdf.

Résultats des sondages

Les deux enquêtes démontrent que les opinions politiques des Français et des citoyens de 6 autres pays européens, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, les Pays Bas et la Suisse correspondent majoritairement aux opinions qui sont défendues sur notre site :

1. jugement négatif sur la mondialisation et le pouvoir de la C.E

La mondialisation est perçue comme une menace, la marge de manœuvre de la politique nationale est trop faible par rapport aux autorités européennes et il faut renforcer le pouvoir du pays même si cela conduit à limiter celui de la Communauté Européenne

2. Refus de l’immigration extra européenne

L’immigration est trop importante, il y a trop d’étrangers, on pourrait trouver la main d’œuvre dans le pays sans avoir recours à l’immigration, on ne se sent plus chez soi comme avant, on ne se sent plus en sécurité nulle part, le racisme anti-blanc est un phénomène répandu.

3. Rejet de l’islam

L’islam est une religion intolérante alors que le catholicisme et le judaïsme sont perçus majoritairement comme tolérants ; l’islam est incompatible avec les valeurs de la société et il cherche à imposer aux autres ses modes cultuels ; il est anormal que les cantines scolaires servent des plats différents selon la religion des élèves.

4. Fonctionnement anti-démocratique du pouvoir politique

Les hommes politiques sont corrompus, le système démocratique fonctionne plutôt mal, les hommes politiques agissent plus par intérêt personnel que pour défendre les citoyens qu’ils sont censés représenter.

5. Perversion des médias

Les médias font mal leur travail, ils sont coupés des réalités et ne parlent pas des vrais problèmes, ils ne sont pas indépendants.

Une « droitisation » ?

Les commanditaires et commentateurs de ces enquêtes considèrent ces opinions comme de droite. C’est un point de vue. Pourtant il est intéressant d’observer que les sondés se disant de gauche ont répondu globalement à l’unisson de l’ensemble. Ces opinions, certes plus prononcées à droite sont donc majoritaires aussi à gauche. Ne serait-ce pas une raison suffisante pour refuser ce terme de droitisation ? Vouloir s’assurer une vie d’êtres libres sur son sol semble plutôt un désir élémentaire constitutif de toute nation. Ces sondages démontrent plutôt que la majorité des Français n’ont pas perdu leur bon sens, malgré les propagandes et les actions néfastes qui ont suivi la « révolution » de mai 1968.

Il semble d’ailleurs que le terme « droitisation », que les commentateurs des sondages assimilent à « crispation », « populisme », « frilosité », « repli sur soi » fait partie d’une stratégie visant à culpabiliser toute personne qui émettrait ce genre d’opinions. C’est la stratégie du « front républicain » que le parti socialiste voudrait imposer aux partis de droite hors F.N.

Les « réflexions » des socialistes

Le parti socialiste a organisé au Sénat le 5 juin 2013 un débat sur ces questions. Les analyses et les propositions des intervenants pour répondre à un état de l’opinion qui leur est à priori très défavorable ne sont pas très convaincantes.

Il y a d’abord ceux qui minimisent le phénomène en disant par exemple qu’il faut nuancer les conclusions. Les réponses favorables apportées par les sondés sur la justice fiscale et le mariage homosexuel prouveraient que les opinions de droite ne sont pas généralisées. Comme si la justice fiscale qui comporte aussi le refus des taxes confiscatoires était forcément « de gauche ». Quant au mariage homosexuel, les manifestions monstres de ses opposants ont provoqué un grand malaise dans la société. Il y en a aussi qui prétextent que la « droitisation » française remet la droite française à la même place que les droites européennes. Donc si ce n’est pas plus fort qu’ailleurs ce n’est pas grave.

Une autre partie des « penseurs » socialistes proposent de réoccuper le débat public en proposant une vision du monde alternative notamment sur le plan économique. Une vision du monde philosophique socialiste ? Cela va être long ! Sur le plan économique ? Dans cette matière ce sont les résultats qui comptent et avec les orientations actuelles ce n’est pas gagné ! On propose aussi un modèle de sécurité économique et sociale. Pour refuser de traiter la sécurité des biens et des personnes ? La sécurité économique c’est d’assurer l’emploi, avec les marchés ouverts à tout vent, on peut rêver ! La sécurité sociale, financée par la dette, jusqu’à quand ? Une autre formule : une politique juste dans une période croissance faible. Croissance faible ou même récession ! Politique juste : accentuer la politique fiscale confiscatoire et siphonner encore les revenus des classes moyennes ?

Il y a encore ceux qui vont traiter les questions qui inquiètent les Français. Ils vont proposer un langage clair sur la laïcité : Laïcité : en participant sans relâche aux ruptures de jeûne du ramadan ? D’autres veulent répondre « la République » et lui redonner ordre et autorité. Ordre et autorité : en acceptant l’attaque de commissariats et en appelant les casseurs au calme et au dialogue comme l’a fait Valls le 20 juillet dernier ?

Le meilleur pour la fin, je vais citer son nom, car nous affectionnons le personnage. C’est Fourest : « il ne faut pas laisser prospérer les groupuscules d’extrême droite dans la société. » Après les recettes des uns et des autres qui ressemblent plus à de la propagande mensongère qu’à une stratégie politique, la proposition de l’abolition de la liberté d’expression !

L’incapacité du parti au pouvoir l’empêchera-t-elle de le conserver ?

A vrai dire l’opinion majoritaire qui se retrouve dans des valeurs de bon sens et de défense de la survie du pays ne date pas de l’exercice déplorable du pouvoir par les socialistes et leurs alliés d’extrême gauche. Cela a accentué la tendance mais déjà en mai 2012, l’opinion publique française était acquise à ces valeurs. Comment, alors que les Français sont « à droite », les socialistes ont-ils pu accaparer tous les pouvoirs ? Deux facteurs ont joué : la division de la « droite » et ses complexes idéologiques.

Sur le premier facteur les responsabilités des dirigeants de l’UMP et du Front National sont énormes. Aucun des deux partis ne peut espérer accéder au pouvoir sans l’union avec l’autre. Si ceux-là ne sont pas capables de se mettre d’accord il appartient aux hommes politiques conscients de leur responsabilité sur l’avenir de la patrie de créer un mouvement politique capable de représenter la majorité des citoyens français.

Sur le second facteur, les sites de ré information comme le notre jouent un rôle particulièrement utile, mais il faudrait que cette vague s’étende et s’amplifie.

Pour fustiger tous les hommes de pouvoir qui nous ont trompés depuis tant d’années, qu’il me soit permis dans notre site laïc de citer le prophète Jérémie, 6, 12-15

«Leurs maisons s’en retourneront à d’autres, les champs et les femmes ensemble,
car j’étendrai ma main sur les habitants de la terre, discours de l’Eternel !
Car du plus petit au plus grand d’entre eux, tous convoitent le gain, et du prophète jusqu’au prêtre tous pratiquent le mensonge.
Ils ont soigné la plaie de mon peuple avec des paroles futiles en disant, paix, paix, et il n’y a pas de paix !
Ont-ils eu honte parce qu’ils ont accompli une abomination ? Ils n’auront pas honte de leur turpitude, ils ne connaîtront pas la pudeur, c’est pourquoi ils tomberont avec ceux qui tombent, au temps de leur châtiment, ils trébucheront, dit l’Eternel »

Armand Catonien




Les extrémistes sont au gouvernement et au sein de l’Union européenne

Tu es un extrémiste !

Tu penses que l’islam est une idéologie dangereuse. Extrémiste !

Pour toi l’union européenne est un échec qu’il ne faut pas développer. Extrémiste !

Tu es contre le mariage pour homosexuels. Extrémiste !

Tu veux développer ta famille, ton peuple, plutôt que de faire venir des immigrants d’Afrique pour te remplacer. Extrémiste !

Tu es pour la liberté d’opinion et d’expression. Extrémiste !

Pourtant ces idées sont partagées dans la plupart des cas par la majorité des Français. La France serait-elle extrémiste ?

Et si nous retournions le compliment ?

Islam : idéologie extrémiste

N’est-ce pas l’islam qui est extrémiste ? Ne demande-t-il pas à ses adeptes de se soumettre sans aucun esprit critique à son dogme ? Ne souhaite-t-il pas convertir toute l’humanité ? Ne préconise-t-il pas la violence pour y parvenir ? N’emploie-t-il pas ces moyens continuellement ? N’a-t-il pas déjà près de 1,5 milliard de fidèles et 57 états appartenant à l’organisation de coopération islamique ? Les expériences des républiques islamiques ne prouvent-elles pas que son instauration est une calamité ?

L’Iran aurait pu être une puissance régionale prospère sans l’avènement du régime islamique. Après la révolution islamique elle est un enfer.

Un extrait de la constitution de la république islamique d’Iran :

Premier Principe

Le gouvernement de l’Iran est une République Islamique que le peuple iranien, sur la base de sa foi séculaire dans le règne du droit et de la justice du Coran, a adopté à la suite de sa révolution victorieuse sous la direction de la Haute Autorité Spirituelle du Grand Ayatollah Imam Khomeiny

Deuxième Principe

La République Islamique est un système basé sur la foi en :

1 – Un Dieu unique (« Il n’y a de dieu que Dieu »), l’exclusivité de sa souveraineté, son pouvoir exclusif de légiférer et la nécessité de se soumettre à ses commandements.

2 – La Révélation divine et son rôle fondamental dans l’énonciation des Lois.

3 – La Résurrection et son rôle constructif dans la marche évolutive de l’être humain vers Dieu.

4 – La Justice de Dieu dans la Création et dans ses commandements.

5 – l’Imamat, sa direction permanente et son rôle fondamental dans la poursuite de la Révolution de l’Islam.[…]

Les résultats de ces bons principes islamiques: guerres, oppression, terrorisme, pauvreté. Pour maintenir le moral belliqueux du pays les autorités organisent régulièrement des manifestations de rue avec discours guerriers, slogans sympathiques de « mort à l’Amérique », « mort à Israël », « mort à la Grande Bretagne ». Grâce aux caricatures de Charlie Hebdo on a eu aussi droit à « mort à la France ». D’ailleurs notre pays a mérité plus que des cris de mort. On se souvient de l’explosion à Beyrouth de l’immeuble de cantonnement « Drakkar » de nos parachutistes en octobre 1983 : 58 morts. On se souvient de la vague d’attentats entre le 7 décembre 1985 et le 17 septembre 1986 qui ont provoqué la mort de 13 personnes et plus de 300 blessés. La république islamique et son bras libanais hezbollah étaient impliqués. Alors là, oui, on peut parler d’extrémisme. Rien ne manque pour satisfaire la définition. Et moi, nous tous, nous sommes contre ! Ceux qui soutiennent dans notre pays le développement de cette doctrine nauséabonde sont aussi des extrémistes, et en plus ils sont des traîtres. Par contre, ceux dont nos ennemis réclament la mort sont nos amis.

Européisme minoritaire mais forcené

Par referendum le peuple français a refusé en mai 2005 le traité établissant une constitution pour l’Europe. Passer outre la décision du peuple en faisant ratifier en février 2008 par le parlement le traité de Lisbonne, n’est-ce pas de l’extrémisme ? Vouloir intensifier l’ intégration européenne en demandant comme l’a fait Hollande une augmentation du budget de l’union européenne, alors qu’on voit les failles de ce système, poursuivre cette voie néfaste malgré la décision du peuple n’est-ce pas de l’extrémisme?

Loi du mariage pour tous : refus d’entendre le peuple

Sous le prétexte que le programme de Hollande contenait l’ouverture du « droit au mariage et à l’adoption aux couples homosexuels », le gouvernement ne tient aucun compte de l’expression de millions de Français qui ont défilé dans les rues en demandant un véritable débat sur ce sujet de société fondamental et au minimum un referendum. Parmi les 60 « engagements » du candidat Hollande, tous seront-ils respectés ? Où en sont : la réduction du déficit public à 3% du PIB (engagement n°1) alors qu’on prévoit 3,8% ?
La construction de 2.500.000 logements neufs sur 5 ans – 500.000/an, engagement n°22 -, alors qu’en 2012 il y en a eu moins que 350.000 et que 2013 s’annonce encore plus mauvais, et alors que Duflot fait tout pour décourager l’investissement immobilier[1] ?
L’introduction d’une part de proportionnelle à l’assemblée nationale (engagement n°48) ?
La conduite d’une «  lutte implacable contre l’immigration illégale » (engagement n°50) ?
La promesse que « les peines prononcées seront toutes effectivement exécutées » (proposition n°53)  alors que Taubira abandonne le programme de construction de prisons de l’ancienne majorité ? L’obstination du gouvernement, sa précipitation, son refus (ainsi que celui des médias subventionnés), de tout débat, c’est de l’extrémisme !

Immigration massive sans consultation du peuple

Quels arguments n’a-t-on pas entendus pour justifier l’immigration massive que connaît le pays depuis 30 ans. Enrichissement culturel : comme si on avait besoin de la présence par exemple de plusieurs millions d’Algériens pour connaître la culture algérienne ! Pour connaître la culture japonaise, est-il nécessaire que des millions de Japonais s’installent en France ? Devrait-on accueillir en France des millions de personnes issues de chacune des cultures du monde pour s’enrichir ? Si oui pourquoi privilégier une culture par rapport à une autre, un continent par rapport à un autre? A l’époque des voyages aériens, du tourisme généralisé, de la circulation électronique des informations par Internet, on peut connaître toutes les cultures du Monde sans que leurs représentants viennent s’installer en masse chez nous.

L’immigration serait nécessaire pour compenser le vieillissement de la population française et assurer le revenu des retraités : comme si les immigrés étaient tous des actifs compétents, alors que l’immigration est constituée en partie principale pour des motifs de regroupement familial, intégrant des enfants et des personnes âgées ! Et comme si les immigrés ne vieilliront pas !

Et puis même si les immigrés étaient tous des actifs compétents, comment pourraient-ils être employés quand le taux de chômage ne cesse d’augmenter ? Si la production française n’a pas de débouchés suffisants pour employer la population active actuelle, à quoi servirait la présence de millions d’actifs de plus? Amoindrirait-elle les déficits sociaux ou les amplifierait-elle ?

Or la politique du gouvernement, c’est celle de la commission européenne, elle est catégoriquement pro immigration. La directive du conseil européen du 3 octobre 2003, impose les règles de regroupement familial à chaque état membre. C’est le motif principal de l’immigration.

L’immigration familiale dépend des habitudes matrimoniales des résidents étrangers et des français d’origine étrangère présents, pas des besoins de main d’œuvre[2].
Comment illustrer mieux les choix politiques pris en matière d’immigration que les positions dévoilées par le commissaire européen aux affaires intérieures, Cecilia Malmström, lors d’une conférence de presse à Bruxelles, le 19 juin 2012.[3] Voilà en résumé ce que propose le commissaire : augmenter fortement et durablement l’immigration, agir avec plus de vigueur dans les politiques d’aide à l’intégration. Le côté amusant c’est quand le commissaire regrette que l’union européenne ait perdu une occasion d’augmenter de façon décisive l’immigration d’Afrique du nord au moment de la guerre civile en Libye, ou quand elle craint que d’autres pays risquent d’attirer désormais les flux migratoires tant convoités.
Les textes de portée générale de l’union européenne paraissent tenir compte des problèmes de cohésion provoqués par l’immigration dans les pays d’accueil[4]. Pratiquement aucune des résolutions adoptées dans ce sens n’aboutit. Par contre les flux de l’immigration, loin de tarir, comme le craint le commissaire Malmström, ne cessent d’augmenter.
Poursuivre une politique pro immigration massive alors que l’ensemble des pays de l’union européenne a un fort taux de chômage, alors que les problèmes de cohésion entre les populations immigrantes et les populations d’accueil existent déjà, n’est-ce pas de l’extrémisme ? Ne pas demander leur avis aux populations d’accueil sur une politique d’immigration massive, n’est-ce pas antidémocratique et sans aucune considération pour le principe de la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes ?

Entre ceux qui réclament un referendum sur l’immigration comme l’a fait Génération identitaire le 20 octobre 2012 et ceux qui imposent à leurs populations une politique illogique, mensongère et dangereuse aux implications à long terme, lesquels sont les extrémistes ?

Le principe de la démocratie est que les citoyens sont réputés avoir chacun les mêmes capacités de raisonnement et de jugement et que les décisions sont prises à la majorité. La discussion est l’élément indispensable pour faire s’exprimer les opinions divergentes et permettre un vote réfléchi.
Notre idéal c’est d’être et de rester des citoyens libres. Cela semble insupportable pour les extrémistes du gouvernement et de l’union européenne. Ils voudraient faire taire « Riposte Laïque » car c’est un élément important de la liberté d’expression en France.

Armand Catonien


[1] Voir Les Echos, Par Antoine Boudet et Myriam Chauvot, 30/01/2013, http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/service-distribution/actu/0202533016995-trou-d-air-dans-la-construction-de-logements-neufs-faute-d-acheteurs-533485.php

[2] Voir compte rendu du livre de Michèle Tribalat, Les Yeux grands fermés, Denoël, 2010, par Pierre Laroux, http://archives-fr.novopress.info/61781/les-yeux-grands-fermes-%E2%80%93-l%E2%80%99immigration-en-france/

[3] Voir Le Monde 10/07/2012 et l’article d’Ivan Rioufol, http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2012/07/cette-europe-qui-saveugle-sur.html.

[4] Voir « Approche globale sur la question des migrations: Priorités d’action centrées sur l’Afrique et la Méditerranée », conseil européen 15 et 16 déc. 2005




Liberté d’expression anti-judaïque

Il y avait, dit-on, parmi les compagnons de résistance du Général de Gaulle à Londres de nombreux Français de religion juive et des Français non juifs dont plusieurs issus de l’extrême droite avaient des opinions antisémites. La teneur de l’article de Stéphane Bornat pourrait ainsi nous confirmer le caractère authentiquement résistant de Riposte Laïque. Car cet article est carrément anti-juif.

Qu’il ait des juifs soutenant l’islam c’est vrai. Il y a aussi des chrétiens, des protestants des athées et tout un tas d’autres personnes appartenant à des groupes idéologiques variés qui soutiennent le développement de l’islam en France. Il y en a toujours trop de mon point de vue. Mais de votre point de vue le trop est réservé aux juifs. Pour reprendre votre expression : ça n’a pas de sens.

Que les organisations juives, prennent enfin conscience du danger islamique est plutôt une bonne chose. Pour vous c’est surtout la marque de leur égoïsme.

Vous déclarez fixer vos critiques sur les prises de positions au nom de cette religion. Mais vous énumérez des responsables d’organisations se déclarant juives comme Jacubowitz et Klugman, en même temps que des hommes politiques qui n’interviennent pas au nom de leur religion d’origine comme Dray, Fabius, Kouchner, Copé et Cohen. Est-ce cohérent ?

Après avoir affirmé qu’Israël, la Palestine ce n’est pas votre problème, que vous vous en moquez, vous parlez tout de même de la politique d’immigration israélienne et de la réception par Hollande du CRIF et du « consistoire israélien » et vous vous offusquez qu’un article du journal fasse l’éloge de Nétanyahou. Si vous vous en moquez, pourquoi cela vous dérange ?

Un point commun ressort de vos observations contradictoires c’est votre ressentiment contre les juifs qui seraient les responsables du danger auxquels la France est exposée.

L’histoire du haut Moyen-Âge en Europe occidentale montre que le tournant dans la détérioration des rapports entre juifs et chrétiens date des croisades. Cible facile, les juifs furent alors l’objet de massacres dans toute l’Europe. C’est là un objet de réflexion pour les résistants actuels au développement de l’islam en Europe.

Quel intérêt y avait-il de s’en prendre aux juifs pour permettre l’accès aux chrétiens des lieux saints ? Directement aucun. Indirectement ce pouvait être l’occasion d’avoir une victoire à moindre coût et de renforcer ainsi le moral des troupes. Mais d’un autre côté c’était se priver des services d’une partie de la population. Si au moyen âge les services que pouvaient fournir les juifs étaient négligeables, ils ne le sont plus aujourd’hui.

L’antijudaïsme est couramment promu par les propagandistes islamistes. Les sites islamiques regorgent de listes telles que vous les avaient succinctement exposées. C’est un moyen pour diviser le camp des résistants en faisant détourner les regards du danger réel vers un danger illusoire. La stratégie de notre camp doit fixer clairement quels sont nos ennemis. Ce sont les fascistes islamistes et leurs collaborateurs. Parmi cette dernière catégorie il y a des juifs mais certainement pas uniquement. Il y a par contre dans le camp de la résistance bon nombre de juifs dont vous vous êtes gardé de citer les noms.

Le développement de l’islam est un phénomène international. Sur ce plan là, il faut constater que les seules puissances qui croisent effectivement le fer avec les islamistes sont Israël et les puissances occidentales, dont les USA au premier rang. Il n’est qu’à voir comment les islamistes désignent leurs ennemis comme les « croisés américains » et les « sionistes » pour comprendre quels sont nos amis. Dans notre combat il ne doit pas être question de se priver d’un quelconque de nos amis.

S’il est vrai qu’il y avait parmi les résistants de 1940 côte à côte des juifs et des antisémites, je doute fort que ces derniers exprimaient leur haine des juifs dans les publications de la résistance.

Armand Catonien




Montée de l’islam en Belgique : un reportage qui fait honneur à la RTBF

Les sophistes ne manquent pas pour vouloir démontrer qu’il n’y a pas de problème avec l’islam. Vous les islamophobes (ils veulent dire les islamo-lucides) prétendez que l’islam cultive la haine. À votre avis la haine est-elle un mal ou un bien ? Vous ne répondrez pas autre chose que la haine est un mal. Or en accusant l’islam de promouvoir la haine, vous attisez la haine contre cette religion. Vous pensez donc que la haine contre l’islam est justifiée. Donc vous justifiez une chose que vous considérez comme mauvaise. Vous êtes donc mauvais. Le problème de l’islam c’est vous les islamo-lucides, mais nullement l’islam lui-même. Ces sophistes, avocats de l’injuste, ont connu leurs beaux jours. Ils ne sont pas assurés pour l’avenir. Le reportage de la chaîne publique belge RTBF – http://www.bivouac-id.com/billets/video-faut-il-craindre-la-montee-de-l%E2%80%99islam-en-belgique-rtbf/

– diffusé dans l’émission « Questions à la une » le 11 avril 2012 est comme une flèche qui crève la baudruche pleine de vide des théories fumeuses à propos de la religion de tolérance, d’amour et de paix.

La haine et le mensonge

Le moment le plus fort du reportage est le film que les reporters ont pris en caméra cachée du prêche de l’imam, de la mosquée d’Anderlecht (commune de la région de Bruxelles) le 9 mars 2012, le lendemain de la fête mondiale de la femme, et 15 jours avant l’inauguration officielle de la mosquée.

L’imam de service s’est lancé en arabe dans une condamnation violente de la journée de la femme. Le reportage donne une traduction sous-titrée de son prêche prononcé d’une façon hystérique. Du fait que cette journée se passe au même moment que la fête juive de Pourim, retraçant un évènement qui aurait eu lieu en 480 avant Jésus Christ et comme, selon l’imam, la journée de la femme aurait été créée à l’initiative d’une Juive, Clara Zetkin, il s’agirait donc d’une fête juive. « Femme musulmane » en suivant cette journée, « tu imites la femme juive », « ton comportement est loin d’être divin ». « Il ne faut pas suivre ces ingrats ». Célèbrent cette journée « des ignares, qui n’appartiennent pas à la culture musulmane ». « Il faut suivre la sunna, il faut fuir les cultures innovatrices ». Un prêche violent contre les Juifs, contre l’Occident, contre l’égalité homme femme : rien que de l’amour, de la tolérance et de la paix !

À la sortie de la prière, les reporters interrogent les fidèles sur le contenu du prêche. Un premier déclare, l’imam a dit : » il y a des fêtes nombreuses, d’autres religions, chacun il a sa fête et on doit respecter sa fête ». Un autre, élu écologiste, originaire d’Afrique du Nord, rapporte que l’imam a parlé « du respect d’autrui, du respect de toutes les religions, toutes les religions monothéistes c’est la même chose, il n’y a pas de différence ». L’exact contraire de la vérité. Les fidèles musulmans pris en flagrant délit de mensonge !

La haine propagée est encore visible dans la littérature diffusée par les librairies islamiques. Dans un livre, intitulé, Ma sœur, voilà comment allah et son messager veulent que tu sois, il est écrit : « l’homme présente plus de qualités que la femme ».

Dans un autre livre, aussi très demandé, Conseil aux femmes musulmanes, on lit : « c’est à cause de leurs méfaits que les femmes représentent la majorité en enfer » ou « les femmes sont déficientes en termes de raison et de religion ». Un autre conseil : »Ne saluez pas les non musulmans les premiers. Si vous croisez l’un d’eux sur votre chemin, ne vous écartez pas pour leur laisser le passage, ce sont des mécréants. » On a du mal à croire qu’il s’agit là de préceptes religieux, on croirait plutôt qu’il s’agit d’un manuel pour voyous.

Les femmes, les non-musulmans sont méprisés. Mais d’autres musulmans sont aussi déconsidérés. Voilà ce qu’on dit des chiites : « s’ils étaient des oiseaux ce seraient des vautours et si c’était des quadrupèdes ce seraient des ânes ». D’où viennent ces sympathiques propositions et recommandations ? Une petite recherche sur Internet vous apprendrait qu’elles sont issues du coran ou de la sunna.

Prêcher la haine n’est pas sans conséquences. Le 12 mars 2012, une mosquée chiite de Bruxelles a été incendiée volontairement. L’imam est mort asphyxié. Un homme originaire du Maroc, arrêté a avoué être l’auteur de l’incendie au motif des violences entre le gouvernement de Syrie et les opposants sunnites. Deux témoins interrogés par les reporters considèrent que les messages de haine des imams dans les mosquées influencent des jeunes et des moins jeunes pour passer à la violence.

La réalité politique par rapport à ce constat effrayant

Est-ce que les responsables politiques belges prennent la mesure du danger ? Que proposent-ils ? Philippe Demelenne, un écrivain, journaliste de gauche, qui a eu le courage de s’intéresser aux islamistes de Belgique, déclare que la gauche utilise la communauté musulmane comme un filon électoral.

L’entretien du reportage avec le maire Philippe Moureaux, Parti Socialiste, de Molenbeek, une commune de la région de Bruxelles principalement habitée par des communautés musulmanes, est édifiant. Le repli identitaire viendrait selon le maire des discriminations à leur encontre. Philippe Moureaux nie la réalité du développement du rigorisme islamique tout en cultivant des liens très étroits avec la communauté musulmane. Pendant l’entretien il est frappant de voir ses familiarités avec la population de Molenbeek. Un automobiliste s’arrête en pleine rue pour lui promettre « on votera toujours pour vous, pas pour les autres ». À 71 ans le maire s’est marié en juin 2010 avec une femme d’origine marocaine de 35 ans.

Exploiter le filon musulman est un moyen de se faire élire dans une ville ou les communautés musulmanes sont majoritaires. Mais l’augmentation de la population musulmane et de l’emprise de la religion laisse voir d’autres éventualités. Des élus musulmans issus de Turquie ou du Maroc remplissent eux-mêmes de plus en plus les fonctions d’élus car on n’est jamais mieux servi que par soi-même. La majorité des échevins de la ville de Saint Josse, région de Bruxelles, sont originaires de Turquie ou du Maroc. 11 sur les 13 élus P.S. de Schaerbeek, région de Bruxelles, sont originaires de communautés musulmanes d’Afrique du Nord et de Turquie. Un député d’origine turque avoue que ses campagnes électorales ont lieu en priorité dans les mosquées. Ses discours, sa correspondance se font en langue turque. Une députée d’origine turque assiste voilée aux séances parlementaires. Les partis se disputent la participation de membres de la communauté musulmane.

Gaétan Goidsenhoven, Mouvement Réformateur, maire d’Anderlecht – là où s’est dit prêche haineux traduit dans le reportage – avoue qu’il n’a aucun moyen de vérifier la teneur des prêches dans les mosquées. Ce serait l’affaire de la sûreté de l’État. Aucun de ses services ne lui a communiqué une quelconque information à ce sujet. N’y aurait-il pas eu le reportage de la RTBF, il n’aurait jamais su sur quoi portaient les prêches. Il se dit choqué par ce qu’il a entendu. Il a convoqué les responsables de la mosquée. Ils lui auraient affirmé qu’ils ont été pris par surprise, qu’ils ont admonesté l’imam et l’ont assuré que cela ne se reproduirait pas. Cela semble suffire au maire. Ils ont été pris par surprise ! En engageant l’imam n’ont-ils pas vérifié ses opinions ? Une simple admonestation ! Pourquoi pas un renvoi ? Cette façon cavalière de répondre aux inquiétudes du maire en dit long sur la force de pression que les administrateurs de la mosquée exercent sur le maire. Au moment de l’inauguration officielle de la mosquée, ils avaient insisté sur la réponse qu’ils attendaient pour un dossier de demande de subvention d’une école secondaire logée dans la mosquée. Un des responsables déclarait devant le maire : « nous avons fait la demande, on va bientôt avoir une école secondaire musulmane. Toutes les démarches sont déjà faites, nous attendons la réponse d’ici bientôt ». Visiblement l’octroi des subventions pour l’école secondaire musulmane n’est pas un moyen de pression sur les administrateurs de la mosquée pour s’assurer que l’enseignement dispensé ne soit pas à l’image du prêche de haine de l’imam. Non, il semble plutôt que ce soit un moyen de pression sur le maire. Si le dossier de subventions n’aboutissait pas, sa réélection serait compromise.

L’avis des « experts »

Le reportage se conclut par l’interrogation de deux « experts ». Le premier est Édouard Delruelle. C’est un chercheur au Fonds national belge de la recherche scientifique, professeur extraordinaire de philosophie à l’université de Liège. Il exerce depuis 5 ans comme directeur adjoint du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme. Pour lui il ne faut pas croire que l’intégration soit un échec. Globalement ce serait une réussite. Les problèmes qui émergent seraient un symptôme de l’absence de la prise de responsabilité de l’État en matière sociale. Le désinvestissement de l’État aurait créé un terreau fertile pour les débordements que l’on constate.

Ce n’est pas ce que le reportage laisse penser. Quatre jeunes musulmans qui se considèrent comme intégrés font des déclarations bien gênantes. L’un à qui on demande s’il est pour l’égalité homme femme répond : »oui et non ». La femme ne doit pas travailler, il ne faut pas qu' »elle se mêle des affaires qu’un mec doit faire ». L’autre avoue qu’il ne pourrait pas épouser leur amie, habillée court, ne portant pas le voile, et considérée en conséquence comme une dévergondée. Quant à cette dernière elle déclare que « de toute façon » elle n’épousera pas un non musulman, pourquoi ? « Parce qu’il le faut ».

Firouzeh Nahavani, professeur de sciences sociales à l’ULB, de parents iraniens, voit comme causes importantes du développement du rigorisme islamique, l’augmentation du prix du pétrole en 1973 et la révolution des mollahs en Iran en 1979. Deux puissances islamiques, l’Arabie Saoudite et la République Islamique d’Iran ont une politique agressive dans le domaine « culturel » : construction de mosquées et diffusion de l’islam à travers l’Europe. Il serait intéressant de voir sur quoi elle base son avis qui a le mérite d’être nouveau. Est-ce que nos gouvernements ont exploré cette piste ?

Ce reportage fait honneur à la RTBF. Il faut féliciter Brunot Clément, directeur de l’émission « Questions à la une » et Frédéric Deborsu, le reporter courageux.

Ce qui se passe en Belgique ressemble point par point à ce qui arrive en France. Jules César commence ses Commentaires sur la guerre des Gaules en parlant du premier de leurs trois peuples constitutifs, les Belges. Selon César, « Horum omnium fortissimi sunt Belgae  » de tous ceux-là les Belges sont les plus forts. On aimerait bien que les Français ne soient pas en reste et que notre service public produise des documents de cette qualité.

Armand Catonien




Pauvre LDH : 2,3 millions de patrimoine immobilier, 1 million de subventions annuelles…

À l’audience du 3 février, nous avons entendu, avec les magistrats de la dix-septième chambre correctionnelle du tribunal de Paris, Michel Tubiana, président d’honneur de la LDH, déclarer que son association de bénévoles avait besoin de fonds. Les subventions reçues par l’association étaient limitées à des missions spécifiques définies par les dispensateurs des fonds publics. C’était un moyen de justifier les lourds dommages et intérêts demandés par la LDH contre les journalistes de Riposte Laïque. L’avocat de Riposte Laïque avait fait observer que ce motif était inopérant. C’est le préjudice prétendument subi qui, seul, doit justifier la demande des plaignants et non leur situation financière précaire. Indépendamment de cet argument évident l’analyse des comptes de la LDH est bien loin de susciter la pitié.

Récipiendaire de fonds publics supérieurs à 153.000 €, la LDH est tenue d’assurer la publicité de ses comptes annuels et du rapport du commissaire aux comptes sur le site internet de la Direction des Journaux Officiels. On peut consulter ces documents sur le site du J.O. à l’adresse : http://www.journal-officiel.gouv.fr/association/ . Le numéro d’identification (SIREN) de la LDH est 784578726 .

À l’examen des comptes, on remarque, contrairement à ce que prétend le président chicanier de cette association, que :

–                     L’actif patrimonial de l’association est très important. La partie « immobilier » brute est comptabilisée à 2,3 millions d’€. La trésorerie disponible est de 650 k€. Pourquoi l’association a besoin de fonds ? Pour augmenter son patrimoine ?

–                     Le compte de résultat comprend des charges salariales annuelles de 839 k€ en 2010. Il n’y a donc pas que des bénévoles !

–                     La plus grosse partie des recettes de chaque exercice est constituée par des subventions. En 2009 elles ont dépassé le million d’€. Les documents ne mentionnent pas, comme le prétend le plaideur, que ces subventions sont dévolues à une « mission publique ». Le rapport des commissaires aux comptes sur l’exercice 2009, mentionne toutefois une subvention de la Commission Européenne de 308 k€, égale à 79,79 % d’un projet chiffré à 368 k€, pour « la conception et la diffusion d’un outil pédagogique (bande dessinée) » ayant pour objet « la sensibilisation et l’information des jeunes citoyens européens ». La LDH agit comme chef de file de ce projet avec trois partenaires européens, et perçoit la part du lion, le deux tiers de la subvention. On peut voir sur le site de la LDH (http://www.ldh-france.org/flash/flipbook/ldh-francais/ldh-francais/ldh-francais.pdf), le résultat de cette « mission » publié en 2010, une bande dessinée de 32 pages intitulée « Sous surveillance ». C’est l’histoire d’un jeune journaliste qui de retour à Paris d’un de ses nombreux voyages au Pakistan et aux « US » est arrêté et interrogé par la police française suite à un mandat international lancé par les « US ». Le faisceau de soupçons à son encontre proviendrait de son type « bronzé », de ses voyages au Pakistan, de son enquête sur les mosquées de Brooklyn et de tout en ensemble d’éléments provenant de l’espionnage électronique, comme ses prises de position sur les blogs, son activité d’étudiant anarchiste. Grâce à l’avocat qui participe à une association internationale de défense des libertés individuelles, la méprise grossière des méchants « US » est mise à jour. La morale c’est qu’il faut adhérer aux ligues de défense des droits de l’homme et suivre des conseils de prudence, comme utiliser des outils de navigation anonymes sur le web. Le scénario de cette bande dessinée est assez indigent. Les dessins, une centaine environ, n’ont aucune originalité. Le groupe de jeunes amis du journaliste injustement soupçonné, est représenté sous des traits d’étudiants bourgeois engagés à gauche. En face de leur aspect qui se veut sympathique les policiers français et américains ont des allures patibulaires. On peut légitimement se demander si un tel travail vaut 368 k€. Cela ne préjuge pas favorablement de la valeur des autres « missions publiques » dont se chargerait la LDH contre les centaines de milliers d’euros reçues annuellement en subventions publiques.

–                     Le poste « autres achats et charges externes » est particulièrement élevé, entre 800 et 1000 k€. C’est dans cette rubrique que peuvent être enregistrées toutes les notes d’honoraires, travaux confiés à des tiers ou frais de représentation divers. Il eut été intéressant que la LDH en communiquât les détails.

Annexe : Comptes de la LDH, d’après les documents publiés sur le site du journal officiel.

 

Bilan

2008

 

2009

 

2010

   

2008

2009

2010

Actif brut net brut net brut net Passif      
immobilisations

2253

1828

2258

1763

2260

1694

fonds propres

1688

1570

1591

constructions

1961

1740

1962

1683

1966

1629

fds associatifs

495

495

495

autres immob. corp.

270

66

279

63

278

49

autres réserves

3

3

3

immob. fin.

22

22

17

17

16

16

report à nouveau

664

669

643

              résultat exercice

74

-26

48

stocks

93

47

76

36

80

37

subventions inv. sur biens non renouvelables (1)

452

429

402

créances d’exploitation

581

581

697

690

861

807

comptes de liaisons + provisions

184

95

106

valeurs mobilières de placement + disponibilités

391

391

496

496

650

650

dettes

584

824

841

autres créances

190

190

201

194

211

157

emprunts

313

473

530

              autres dettes

271

351

311

Total

2927

2456

3031

2489

3201

2538

 

2456

2489

2538

 

(1)  la LDH a reçu en 2006 de la région Île de France et de la ville de Paris des subventions, respectivement 350 k€ et 150 k€ pour la rénovation de ses locaux évaluée à 705 k€. Ces subventions d’investissement ne sont comptabilisées en produits reçus que pour une petite part chaque année selon la durée de vie théorique de l’immobilisation.

 

Comptes de résultat

2008

2009

2010

Ventes et autres produits

493

590

761

cotisations

566

606

652

subventions de fonctionnement [de l’état, collectivités territoriales et commission européenne]

800

1059

879

total recettes courantes

1859

2255

2292

achat marchandises et variation stocks

67

75

63

Autres achats et charges externes

812

1038

913

Impôts et taxes

58

61

63

Salaires, charges sociales + autres charges personnel

755

814

839

Dotation amortissements et provisions

82

98

122

Autres charges

146

226

205

Total charges courantes

1920

2312

2205

Résultat courant

-61

-57

87

Solde produits financiers – charges financières

-4

-11

-12

Solde produits exceptionnels – charges exceptionnelles

44

43

-27

Report ressources non utilisées exercices antérieurs

95

   
Résultat de l’exercice

74

-25

48

 

Armand Catonien