1

Je ne suis pas décidée à me laisser traiter de raciste parce que j'écris ponctuellement dans RL

Il existe 3 manières édifiantes de discréditer son interlocuteur dans un débat politique, amputer la liberté d’expression ou se dérober au débat :
– 1) affirmer sans fondement aucun que son adversaire est raciste, antisémite ou « islamophobe » ;
– 2) lui faire le procès de n’être pas savant, donc inapte à toute discussion ;
– 3) le mépriser dans un très relatif silence après l’avoir insidieusement accusé ou insulté.
Au nom de quel sublime complexe le contributeur de RL devrait-il accepter d’être traité de « raciste » par ses détracteurs dans la défense des valeurs de la République ?
Par quel étrange complexe de soumission les laïques ne pourraient-ils opposer aux exigences religieuses des intégristes les lois laïques de la République ?
Au nom de quelle bizarre accommodation des citoyens responsables ne pourraient-ils lutter avec détermination contre la principale menace, aujourd’hui, de destruction de nos valeurs occidentales ? Dont celle qui nous est tout particulièrement chère et non négociable : la laïcité à la française.
Par quelle métamorphose curieuse serait-il devenu un crime raciste, honteux, beauf, faf’façon’f.n. de contribuer à la sauvegarde de nos sociétés modernes, libres et laïques ?
Au nom de quelle rigueur intellectuelle si particulière le contributeur de RL devrait-il être insulté, diffamé, étiqueté par le Mrap, Caroline Fourest, Mohamed Sifaoui et autres ténors médiatiques de la bien-pensance au service indirect mais insidieux des islamistes ?
Au nom de quelle curieuse allégeance religieuse, pseudo-intellectuelle, rétrograde, les coups portés à une religion, à une idéologie, à des conduites religieuses, des exigences confessionnelles deviendraient-ils des coups portés à des HUMAINS ?
Qui aurait intérêt à agréer une telle équation : RELIGION = HUMAIN ? Qui sont ces aveugles religionnaires considérant leur religion au-dessus de l’Homme, inviolable, invoilable (elle), intouchable ?
Qui sont ces partisans aveugles reniant les avancées laïques et / ou anticléricales ? Qui sont ces farouches effarouchés de la religion ne pouvant supporter les résistances libertaires ?
Qui sont ces candides imbéciles qui considèrent que toutes les valeurs se valent ? Qui considèrent de fait que le monde est divisé en 2 : d’un côté les musulmans / d’un autre côté les non-musulmans ? Sans être aucunement ni savante, ni raciste, ni d’une manière quelconque effarouchée, j’ose l’affirmer, c’est intellectuellement certain : hors islam, le monde ne se divise pas en 2 !
De par les procès d’intention, de par les accusations gratuites de racisme à propos de la critique légitime des dogmes et pratiques conquérantes de l’islam, la notion « d’islamophobie » – patiemment façonnée par les intégristes musulmans soucieux d’instituer un délit de blasphème et interdire la critique de l’islam – sort hautement renforcée.
Grâce à nos partisans bien-pensants d’une gôche anémique stupide et collet monté, partisans que sont, en l’occurrence, Sifaoui, le Mrap et consorts, et autres effarouchés de la critique de la religion…. [peu effarouchés, par contre, à insulter, étiqueter, qualifier les contributeurs de RL de « racistes », sous-entendu « islamophobes », voire pousser à la menace des fous de dieu….], la notion d’islamophobie prend magistralement corps. Elle est brillamment cautionnée, alimentée, époussetée, encaustiquée, patinée… Valorisée. Merci à nos « partisans ». Sur un registre plus décisionnel, merci aussi à notre inestimable Président…
RL ne renforce les convictions des fanatiques et ne conforte les positions des salafistes, ainsi que le prétend avec abus et particulière mauvaise foi Mohamed Sifaoui dans ses nombreux procès d’intention contre RL – Sifaoui entre autres diffamateurs ne supportant les rapprochements faits entre islam et islamisme -.
Comme si l’islamisme n’était pas inhérent à l’islam. Comme si l’islamisme était nouveau. A tous ceux qui s’offusquent de la diatribe de RL contre l’islam, faut-il rappeler que le Coran et Mahomet n’ont eu besoin de l’islamisme tel qu’il est défini aujourd’hui, et combattu de nos jours, pour religieusement bouffer du juif et du Juif, du chrétien, de l’apostat, de l’athée, de l’homosexuel, etc. etc. etc., depuis 14 siècles déjà. Cela sans la moindre résistance de la communauté musulmane.
A tous ceux qui font semblant de s’offusquer de la diatribe de RL contre l’islam(isme), faut-il rappeler que le rejet d’une religion quelconque pour ses fondements théologiques ne peut être assimilé au rejet des personnes professant cette foi ?
Qui a intérêt à soutenir que combattre une religion, ses pratiques totalitaires, liberticides, discriminatoires, hégémoniques et rétrogrades, c’est combattre des individus et faire preuve de racisme ? Ceux-là mêmes qui confondent FOI et RELIGION, FOI et COMMUNAUTE, COMMUNAUTE et INDIVIDUALITE, COMMUNAUTE et ASSUJETTISEMENT, RELIGION et ASSUJETTISSEMENT, dans une quasi négation de la personnalité individuelle.
Soumettant la dignité et l’intégrité humaines à la dimension verticale de la religion OMNIPRESENTE, archaïque et immuable, Mahomet étant censé représenter un modèle pour l’humanité (!), l’archétype de l’homme ayant atteint les plus hautes sphères morales et religieuses !
Ceux-là mêmes qui renforcent l’omniprésence de l’islamisme par une sorte de cordon ombilical insécable.
Ceux-là même qui n’ont pas grand chose à vouloir contester des inégalités criantes et indéfendables du Coran (inégalités homme / femme, croyant / incroyant, musulman / non musulman, hétérosexuel / homosexuel… etc.).
Ceux-là mêmes qui voudraient, par les lois du silence et de la non-critique de l’islam, nous entraîner dans leur processus frénétique du-tout-dieu, liberticide. Obscurantiste. Par emprise sectaire, par utopie d’un humanisme islamique ou tabous intello-religieux servant la cause des dictatures islamistes. Sans occulter le fait qu’il existe bien d’autres dictatures, bien évidemment.
Religion n’est pas humanisme. RELIGION n’est pas égal à HUMAIN. Les musulmans, d’ailleurs, ne doivent avoir aucune peine à discerner ce principe fondamental puisqu’il est en substance la couleur des versets de la Création : tous des CREATURES adamiques. Il n’y aurait quand même pas 2 poids 2 mesures dans l’appréhension d’un tel principe aussi universel…
Alors, oui, Mohamed Sifaoui, Caroline Fourest, le Mrap et Frères consorts…, il est entièrement possible de rejeter l’islam en tant qu’idéologie et valeurs théocratiques, sans rejeter aucunement les musulmans en tant qu’individus et HUMAINS. Humains que je regarde riches d’une pensée autonome, d’une spiritualité individuelle qui leur appartient, que je respecte, y compris dans les critiques acerbes contre la religion, en général, et leur religion, en particulier. Religion qui se mord la queue de ne pouvoir sortir de la prison infernale dans laquelle elle s’est emmurée. Éthique dichotomique irrationnelle, schizophrène, séparant le musulman du non-musulman, confondant jusqu’au martyre, au crime et à la déraison la foi et la religion. Confondant le culturel et le cultuel, le profane et le sacré, la connaissance et la croyance.
Une religion non-émancipée, non-émancipable peut-être, s’automutilant divinement et s’empêchant elle-même de s’adapter totalement au monde des laïques.
Chantal Morcrette




Grâce à Sifaoui-Fourest, on découvre Radu, Jean-Pierre Lledo, Cyrano ou Pascal…

Finalement, cette guéguerre entre Riposte Laïque et l’équipe Sifaoui-Fourest aura du bon. Non seulement elle permet à d’excellents auteurs tels Radu Stoenescu, Jean-Pierre Lledo, Cyrano, Pascal Hilout et bien d’autres de poser plus à fond et autrement les problématiques d’une différence entre islam et islamisme, mais elle permet, de plus, de faire ressortir le poids toujours dominant d’un politiquement correct, de la bienpensance, de la pensée unique, des réseaux d’influence et amis, et en fin de compte, de la jet-set-des-intellos-de-gôche-très-tendance !
Guignols de l’info finissant comme leurs pairs par voir davantage leur nombril médiatique que l’intérêt réel d’un échange d’idées. Dans cette guéguerre déclarée contre RL, combien est décevant un Mohamed Sifaoui prêchant soi-disant tolérance et libre pensée mais de fait censurant sur son blog des positionnements respectueux ne lui étant pas favorables dans l’attaque qu’il déclencha lui-même …, alors que par ailleurs sur ce même blog lui appartenant il s’évertue à relayer des commentaires stupides, haineux, insultants ou menaçants. Rares sont les fois, d’ailleurs, où ce monsieur daigne répondre aux questions directes de ses lecteurs ; sauf à répondre publiquement avec jouissance à quelques menaces ou insultes lui étant adressées.
Que cherche-t-il donc à démontrer ? Si ce n’est à justifier son combat par une atteinte à sa personne, voulant bien combattre l’islamisme mais no touch’ à l’islam, oubliant peu à peu que c’est intrinsèquement confondu par le saint Coran. Oubliant peu à peu que c’est un débat d’idées de fond dont il s’agit, et non un règlement de comptes entre gens mal élevés ou mal accompagnés.
Caroline Fourest, pour sa part, à mon sens, fut excellente et convaincante dans  » La Tentation obscurantiste « , mais elle me paraît à présent figée et coincée par quelques positionnements de principes qu’elle ne sait dépasser. Elle se trompe lorsqu’elle affirme de nouvelles « croisades » contre les musulmans.
De même que pour le plus grand bien citoyen, l’Eglise se sépara jadis de l’Etat par des sursauts idéologiques abrupts qui touchèrent les chrétiens, l’expansionnisme islamique sera combattu sur la scène publique et politique par des luttes abruptes touchant indirectement les musulmans. Non par de nouvelles « croisades », non par des préférences religieuses, non par racisme, intolérance ou discrimination, mais par convictions démocratiques et idéologiques qui affecteront la communauté musulmane.
Comme jadis fut affectée la communauté chrétienne, au siècle des Lumières, à la Révolution ou à la séparation de l’Eglise et de l’Etat. N’eût été l’islam une religion mais une idéologie politique, que tous nous l’aurions ouvertement condamné(e), pour appel à la haine, à la guerre, à la discrimination, à la domination, à l’intolérance, etc. Mais parce que l’islam est une confession peu d’esprits libres osent le contester sans détour. Parce que l’islam est une religion de soumission et de craintes, multi-verrouillée de l’intérieur, peu d’esprits musulmans osent le remettre en question, retranchés qu’ils sont derrière la « révélation », la « Vérité », la répétition sempiternelle et une loi coranique incontournable, loi consubstantielle à cet islam.
Force est de reconnaître que la source de l’islamisme est l’islam intrinsèque. Le Coran se présente comme un bloc monolithique dont on ne peut changer ni la lettre ni l’esprit. Loi coranique qui en fait une idéologie totalitaire. Puisqu’il demeure impossible, et non-raisonnable, de vouloir ignorer une foi partagée par un milliard d’individus, parce qu’aucune révolution n’éradiquera jamais une grande religion monothéiste, aucune des 3, parce que nous vivons en Société et que chacun a le droit de croire en ce qu’il veut, nous avons le droit et le devoir de combattre une idéologie totalitaire cherchant à imposer dans la sphère publique une vision intransigeante et sectaire du mal et du bien.
Dans nos sociétés démocratiques et occidentales, laïques, ce que nous n’acceptons pas des intégristes chrétiens ou juifs, sans peur de froisser les évangélistes chrétiens ou juifs, pourquoi l’accepterions-nous selon des préceptes archaïques de Mahomet, de peur de froisser les musulmans ? Où serait le racisme ?
Chantal Morcrette




Quand Caroline Fourest tombe dans les travers qu'elle dénonce

La spécialiste du double langage (du Frère Tariq), Caroline Fourest, tombe dans les travers qu’elle dénonce. Notamment ceux de la généralisation hâtive, de l’insinuation grossière, de la diabolisation ou de la prise en tenailles. D’emblée elle veut fourrer Riposte Laïque dans un camp particulier, l’assimilant ipso facto à un organe de presse extrémiste, nationaliste et chrétien, le(s) diabolisant. C’est une mauvaise guerre que celle de vouloir réduire RL et ses contributeurs à des nationalistes chrétiens, anti-musulmans, extrémistes ou racistes.
RL est-il condamné à être pris au corps par les tenants attitrés médiatiques d’une lutte contre l’intégrisme ? Le camp républicain et laïc résistant à l’intégrisme est fait de gens de tous horizons, de gauche, de droite, sans étiquettes, des anonymes, des personnalités, des intellectuels, des manuels, des artistes, des croyants, des athées, des juifs, des chrétiens, des musulmans, des jeunes, des vieux, des blancs, des noirs, des beurs, des exilés et des rapatriés, des français de souche et des gens d’autres origines, des gens lisant Le Figaro, Le Monde, Le Nouvel Obs, L’Humanité, La Croix, Charlie Hebdo ou Prochoix, etc., peu importe, vaste panoplie de personnes hétérogènes ayant en commun la défense de la laïcité, la vigilance et la résistance à l’intégrisme. Panoplie à l’image des personnes s’exprimant aussi sur Riposte Laïque, n’en déplaise à Caroline Fourest ! qui semble ne pas en avoir elle-même fini avec les croisades et ses allergies particulières au christianisme. Pourquoi faire à RL le reproche complètement infondé d’un soi-disant nationalisme chrétien sur la base de quelques articles n’engageant que leurs auteurs, alors que par ailleurs dans son article au Monde Caroline Fourest ne reproche nullement un quelconque supranationalisme musulman bien plus imposant et général…
Qui, d’après Caroline Fourest, devrait initier la quiétude ? Ne serait-ce pas les musulmans eux-mêmes ? Face aux actes de terrorisme, face aux intolérances des islamistes, face au fondamentalisme qui s’implante de plus en plus dans les cités d’une façon ostentatoire, face aux prescriptions criminogènes du Coran faisant des non-musulmans des mécréants à ignorer, convertir ou tuer, face au mutisme de la communauté musulmane préférant religieusement son frère à son cousin et son cousin à son voisin, etc. … qu’y a-t-il de si surprenant ou d’intolérable dans le fait que l’inquiétude légitime envers l’islamisme se transforme peu à peu en peur de l’islamisation ? De plus en plus de personnes lisent les textes dits sacrés (Bible Hébraïque, Nouveau Testament et Coran), de moins en moins de personnes ignorent donc les prescriptions hégémoniques de l’Islam. De ce fait et des faits précédemment cités, de plus en plus de personnes redoutent, en effet, l’islamisation ? Cela peut-il encore étonner une Caroline Fourest ? Serait-ce cela le populisme qu’elle reproche ? Par ailleurs, comment peut-elle affirmer qu’il y a de la complaisance envers le christianisme ?
Des trois religions monothéistes c’est certainement celle qui est la moins protégée, la plus chahutée, contestée, vilipendée, attaquée, fruits d’une longue habitude. Grand bien lui en fasse ! car c’est ainsi que l’Eglise a progressé et progressera encore. A quand l’islam éclairé ? Eclairez-nous, Caroline Fourest…
Chantal Morcrette
ni juive, ni chrétienne, ni musulmane