1

Imaginez que nos forces de l’ordre ne soient plus en mesure de nous protéger…

Il y a des polémiques plus faciles à porter que d’autres. Certaines peuvent même amener à la plaisanterie et à l’humour. D’autres sont plus graves. Et parfois il faut attendre pour les dévoiler.

Attendre que le deuil pour les familles se fasse. Attendre que le chagrin soit remplacé par l’acceptation de la perte d’un être cher. Attendre par décence.

Si je prends la peine d’enfreindre ce simple usage que le bon sens demande, si je n’attends pas, c’est parce qu’il y a urgence.

Un drame peut, ou pas, être porteur d’une vérité.

Chaque accident mortel de la circulation routière porte en lui une vérité, celle de l’alcool, de la vitesse ou de l’inconscience. Et combien d’autres…

Le drame de nos gendarmes féminine abattues, je dis bien NOS gendarmes assassinées, doit immédiatement poser plusieurs questions, dont au moins deux sont essentielles.

Mais avant d’en débattre il me parait utile de justifier en quoi il est urgent et nécessaire de ne pas attendre pour porter la réflexion sur ce sujet.

Si la lutte contre la Charia et son application en Europe et en France accapare chez plusieurs d’entre nous beaucoup de temps, il n’en reste pas moi vrai que qu’il ne faut pas réduire le champ de vision à cet unique sujet, d’autres, tout aussi importants, doivent être observés avec beaucoup d’attention.

L’évolution économique de nos pays n’est pas bonne, chaque jour apporte son lot de mauvaises nouvelles. Et si d’aventure ce que l’Argentine a connu devait arriver en France (http://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_%C3%A9conomique_argentine) j’ai l’intime conviction que ce ne sera pas 28 morts mais plutôt quelques centaines qui joncheront les pavés français.

Imaginez un instant que la sortie de la Grèce condamne l’euro. Que les comptes bancaires courants soient bloqués 8 jours et que tous les comptes épargne soient bloqués 6 mois…

Scénario, oh combien catastrophe, mais pas impossible. Qui se souvient comment la Yougoslavie s’est auto-démembrée ? Et dans quelles convulsions toute sa population a été plongée ?

Partons donc de ce scénario, l’économie française explose entre septembre et décembre 2012, voire janvier février 2013.

Posons-nous alors au moins deux questions.

1° Comment les forces de l’ordre sont-elles formées face à une explosion de violence aussi soudaine qu’imprévisible ?

Qui et comment sont formés nos gendarmes lorsqu’ils doivent intervenir face à des personnes capables de générer une violence inouïe ?

Nous vivons en France dans un monde de bisounours, on nous dit : tout le monde est beau, tout le monde respecte la loi ou au moins connait la peur du gendarme.

Comment se fait-il qu’un fonctionnaire représentant l’ordre se soit enfui face à un acte de barbarie ?

Pourquoi ce fonctionnaire n’a pas réagi en sortant son arme et en faisant feu ?

Pourquoi ce même fonctionnaire a-t-il été abattu par des tirs dans le dos ?

Qui les a formés et à quoi les a-t-on formés ? Sommes nous sûr que les individus sur lesquels ils sont censés intervenir sont bien les mêmes qu’il y a 10 ans ou même 5 ans ?

2° question : avons-nous en France une modification de la population qui entraine des changements de comportement ?

Avons-nous oui ou non des statistiques qui démontrent que les délits commis par un type de population ethnique sont de plus en plus dangereux et, pourrait-on dire, accompagnés d’acte de torture ou de barbarie ?

Les africains sub-saharien ont-ils importé en France leur habitudes de « dialogue social » ?

Les kosovars et autres albanais gardent-ils leurs méthodes « d’échanges culturels » ?

Les pratiquants de l’islam complet (en opposition à ceux qui pratiquent l’islam incomplet) songent-ils à comprendre qu’en France « la Charia ne s’appliquent pas », ou pas encore ?

Dans le couplet c’était mieux avant, celui de ma jeunesse, on entendait au pire qu’une personne issue du milieu des gens du voyage avait porté un coup de couteau par maladresse à un quidam ou qu’un polonais ivre mort avait mordu un gendarme. Et c’était le maximum des nouvelles locales.

Le journal national étant consacré à Mesrine ou aux Brigades Rouges.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui, nos forces de l’ordre ont, face à eux, dans bien des cas, autre chose.

J’ai retrouvé dans un vieux livre, feuille jaune type papier maïs, une échelle ou une courbe, enfin je ne sais pas puisque tout se superpose et s’entrelace, que je souhaite partager avec vous.

Une chose est sûre, tout part d’un seul point, pour arriver à un autre point différent et unique.

Je vous la livre pour que l’on n’oublie jamais que le risque pour une population entière, c’est le renoncement face à un déferlement de violence. C’est le saisissement devant les actes gratuits et cruels. Quand on passe de la surprise à l’effroi trop rapidement, c’est le renoncement qui guette l’ensemble de la population.

Ces deux femmes ne doivent pas avoir sacrifié leur vie sans que notre gouvernement prenne la mesure des dangers de la violence générée par plusieurs groupes d’individus qui sont parfaitement identifiés et dont on connait la doctrine. Ouvrez leurs livres, vous ne pourrez pas dire que personne ne vous a prévenus de la violence qu’ils recèlent et des comportements sociaux qu’ils induisent…

L’Etat aura bientôt à répondre de sa connaissance d’un type d’ingénierie sociale visant à répandre l’abandon de nos valeurs. L’ingénierie sociale auquel est soumise la France n’est pas anodine.

Ce sont nos forces de l’ordre qui nous en protègent aujourd’hui encore.

Que ces forces n’en soient plus…

Imaginez alors ce que pourrait devenir votre environnement proche, en période de troubles, dus soit à l’économie, soit à la religion, soit aux deux combinés !!!!

Charles POINT

 




Le Grand prix de l’Eurovision, symbole de plus en plus marqué de remplacements de population

Voici un week-end qui commença bien, nous allions en famille regarder de ces émissions cultes qui ont fait la télévision française et certainement les autres télévisions, nous allions regarder : « l’Eurovision ».

Très jeune déjà et bercé par le succès de Marie Myriam c’est avec plaisir que chaque année le rendez-vous était attendu.

Au fil des décennies qui s’écoulèrent depuis notre dernière championne le spectacle changea.

De la promotion de la culture de son pays et de la légitime pensée qu’il convient de présenter aux autres dans ce qu’il y a de plus agréable et de plus facile à réaliser en tout lieu et en toutes conditions, c’est-à-dire le chant, cette institution glissa vers un écrasement des différences pour, non pas un multiculturalisme enrichissant, mais pour un mono culturalisme affligeant à l’anglo-saxonne.

Comment croire à la promotion de la différence de chacun quand au lieu de permettre l’expression des particularités linguistiques, cette institution a autorisé chaque pays à ne plus chanter dans sa langue nationale et à utiliser l’anglais de manière vulgaire.

Vulgaire au sens de commun ou de plébéien.

On efface une première différence pour la remplacer par un élément censé nous faire croire qu’au final nous sommes tous pareils.

Après l’épisode israélien d’un homme en femme ou d’une femme encore masculine, où les médias avaient largement appuyé sur l’ouverture à la théorie du genre, cette année j’ai réalisé qu’une autre étape était encore franchie. Marche par marche, l’échelle est descendue vers un objectif précis. La température dans la casserole augmente, mais la grenouille sûre qu’elle ne subira pas l’atroce destin d’une mort par un ébouillantage en règle reste au fond de sa marmite. Et nous aussi nous assistons au spectacle du fond de notre canapé, sûrs que notre monde n’est pas changé devant nos yeux engourdis.

Or, donc voilà l’eurovision 2012 et ses concurrents représentant chaque pays d’une Europe très large géographiquement et au nombre de 42, je crois.

Nous n’assisterons pas au ½ finales qui réduiront les 42 à 25 dans lesquelles la France pour des raisons diverses et variées a sa place de réservée pour l’éternité. Rappelons que la Suisse avait déjà par le passé exprimé des réserves quant à la corruption possible existant lors des demi-finales.

Nous voici arrivés devant notre écran cathodique pour le spectacle, déjà quelques détails que mon épouse ukrainienne m’avait fournis m’avaient troublé. Une chanteuse noire africaine représenterait le beau pays slave qu’est l’Ukraine. Loin de moi de posséder des représentations  mentales qui associeraient un pays, une nation à un type de peuple qui lui serait bien spécifique. Non, je vous entends déjà dans vos soupçons de racisme, de xénophobie et d’anti multiculturalisme !!!

Ceci dit ce premier détail ayant participé à un large trouble public en Ukraine, le second, typiquement français, augmenta mon malaise. Une chanteuse indonésienne, chantant en anglais représentait la France…

Sacrebleu, foi d’anti raciste monomaniaque je me dois à une retenue de réflexion intellectuelle !

Aurais-je décelé quelque chose de d’étrange ou de bizarre ?

Ce sentiment de malaise n’a fait qu’enfler au fur et à mesure que les candidats ont défilé.

Soyons bref dans les descriptions de la soirée pour ne retenir qu’un symbole.

Une marocaine, chantant en anglais, représentant la Suède, gagne l’eurovision…

Si elle avait été la seule dans ce cas là, cela aurait eu l’attrait de l’exception, de la nouveauté qui anime les discussions.  Mais non, une africaine représente l’Ukraine, une indonésienne la France, un turc je ne sais plus quel pays scandinave (Norvège ???) ou germain…

Si on voulait procéder à un écrasement des états-nation, en les privant du droit d’être représentés par des citoyens portant la culture de leur pays, on ne procéderait pas autrement. Quelle subversion des symboles ! Quel marketing affligeant !

Le mot de la fin à ma mère qui me glisse à l’oreille : «  Elle représente la France, mais je ne comprends pas ce que ma représentante chante ! » et dans un grand sourire « Remarque, j’aurais pu avoir une norvégienne comme présidente ».

Au-delà de ces quelques réflexions familiales amusées, ce sont les grandes tendances qui se dessinent devant nous.

Après l’anglais pour tous, puis la théorie du genre, nous voici arrivés à l’étape du remplacement de la population indigène d’un pays dans sa représentation par une autre population avec la bénédiction des médias.

Suffit-il, pour être Suédoise, de vivre en Suède, de parler éventuellement le suédois…et surtout de chanter en anglais ?

De quoi peut-on se féliciter ?

D’avoir encore le droit d’écrire cela aujourd’hui parce que demain, faute d’une réaction collective salutaire, ce billet d’humeur concernant une émission de télé sera stigmatisé comme raciste, xénophobe et portant atteinte à tranquillité et aux bonnes mœurs, et sera pénalement répréhensible ?

Ne va-t-on pas vers l’effacement pur et simple de toute référence à un pays, un territoire, un peuple, une culture ?

Charles Point




Dépénalisation de la drogue : faut-il déposer plainte contre Eva Joly ?

Dépénalisation de la drogue, faut-il déposer plainte contre Éva Joly, candidate EELV à la présidentielle ?

Tiens, en v’la une question marrante !!!

Plus sérieusement, que tous ceux qui souhaitent la dépénalisation de la drogue nous informent des connaissances qu’ils ont acquises sur le sujet.
Car avant toute réflexion de fond sur l’objet de droit que représentent les drogues, peut-être convient-il de traiter prioritairement le sujet sous son aspect médical ?

http://www.caat.online.fr/drogues/cannabis1.htm

Or ce qui ressort des discussions avec les forces de l’ordre bien informées du phénomène, c’est l’augmentation de la fameuse THC

http://association-marilou.org/cannabis/professionnels/pdf/sante3.pdf

Extrait :
Quoiqu’il en soit, nos résultats concernant la France corroborent les conclusions de l’étude australienne, montrant que les teneurs en THC dans les produits de saisie effectuées en France ont très peu évolué jusqu’en 1996. Depuis cette date en revanche, des teneurs supérieures à 10 voire 15 % sont apparues. Cela est particulièrement notable pour la résine. En effet, si jusqu’en 1995 2 % des échantillons de résine contenaient plus de 10 % de THC, ils étaient 20 % de 1996 à 1998 et environ 30 % en 1999 et 2000.

http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i3612-ti.pdf

Extrait :
Outre l’incitation au suicide qu’engendrent les effets psycho-sociaux des drogues, leurs effets neuronaux immédiats peuvent également entraîner des comportements suicidaires involontaires, en altérant l’état de conscience des usagers. À cet égard, le cannabis très fortement titré, comme il s’en vend de plus en plus, est naturellement beaucoup plus dangereux que le cannabis de base. Le rapport de la mission sénatoriale sur les drogues illicites de 2003 a ainsi évoqué le cas, fort médiatisé, d’un jeune homme s’étant défenestré après avoir fumé un « joint » préparé avec du cannabis provenant de Hollande et titré à 14,4 %.

Faut-il donc être particulièrement méprisant pour nos enfants pour accepter de les voir s’autodétruire par la drogue, connaissant ces chiffres et leurs conséquences !!!!!!

Est-ce là la volonté et le désir de tous les candidats qui prônent la libéralisation de la drogue ?

Parlons du risque sanitaire que représente la pathophysiologie de la schizophrénie http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/vie-1/d/cannabis-la-schizophrenie-apres-le-petard_3909/

Après cette brève mais concrète étude médicale penchons nous maintenant sur le Droit français.
Sur la période des trente dernières années avons-nous vu la législation évoluer sur le sujet ?

Réponse non !

N’avons-nous pas assisté à la mise en cause d’un magistrat d’Aix-en-Provence qui, déjà, exprimait le même point de vue que EELV ou le Front de Gauche, par la chambre d’accusation de la cour d’appel de Paris et ce, dès 1987 ?

Aujourd’hui le gentil cannabis est plus dur, plus nocif du fait de l’augmentation de la THC de 5 à 30 %
Aujourd’hui « l’altération de l’état de conscience des usagers avec tendance schizophrénique » ne semble pas préoccuper nos politiques.

Alors que faire ? Déposer à nouveau plainte contre les pourvoyeurs de mort que sont ces politiques et magistrats irresponsables comme cela fut fait en 1987.

Petit rappel :

ALEXANDRE CHABANIS
PARIS LE 28-JANVIER 1987
A

MONSIEUR CHALANDON MINISTRE DE LA JUSTICE
MONSIEUR PASQUA MINISTRE DE L’INTÉRIEUR

MOTIFS : plaintes contre le Procureur APAP pour :

– Détournements de mineurs,

– incitation de mineurs à la débauche,

– incitation de mineurs à l’autodestruction,

– complicité et incitation aux trafics de stupéfiants.

– complicité, par des discours publics de tentatives d’assassinat de mineurs, par incitation à l’absorption de stupéfiants, sachant que les drogues- dures ou douces – ont le même effet, détruire à court, moyen et long termes les capacités intellectuelles et physiques des mineurs, et des hommes,

– d’attentat à la liberté individuelle, en incitant des mineurs à absorber ‘des drogues et précisant que la société par l’intermédiaire du corps médical, soignerait les carences issues de ces absorptions.

– Incitation d’individus à l’auto destruction de la société naturelle et organique,

– INCITATION DES FRANÇAIS A LA LÉGITIME DÉFENSE DES L’INSTANT OU DES REPRÉSENTANTS DES CORPS CONSTITUES APPELLENT DANS L’EXERCICE DE LEURS FONCTIONS, A l’AUTODESTRUCTION DE LEURS ENFANTS.

• FORFAITURE

PLAINTES ADRESSÉE AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE, AU DOYEN DES JUGES D’INSTRUCTION POUR ENREGISTREMENT.

Plaintes adressées aux journaux et associations qui luttent contre la drogue et aux parents dont les enfants ou adolescents ont été victimes de la drogue.

LES FAITS :

Dans un discours prononcé le 8 JANVIER 1987, le procureur APAP vieillard de 60 ans, a incité l’État, donc nous les FRANÇAIS, à considérer la drogue dure et douce comme une marchandise naturelle normale, n’altérant pas les capacités intellectuelles et physiques des individus. – ANNEXE I –

Scientifiquement il est prouvé le contraire.

Le Procureur APAP est sensé représenter l’ordre dans la société Française, et non instaurer le désordre par des prises de positions dans l’exercice de ses fonctions, qui mettent en cause la capacité:

– du législateur à définir la loi,

– du peuple Français à décider souverainement de ses choix de Société, en ce qui concerne le fléau humain et économique et social, que représente la drogue.

DU DROIT DES MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE :

Qu’ainsi tout Français ayant ou n’ayant pas des enfants est en droit d’exiger, l’arrestation immédiate du procureur APAP, pour incitation dans le cadre de ses fonctions :

• d’incitation de mineurs à 1’autodestruction sociale

DE MES (nos) DROITS DE DÉPOSER PLAINTES :

Père de 4 enfants, dont deux mineurs, je considère que le dénommé APAP, procureur de son état organique, a incité, mes enfants (nos enfants) à absorber des drogues dures et douces, par ses déclarations, déculpabilisant leur conscience :

– en leur laissant imaginer, et ce n’ayant pas les qualités d’adultes pour raisonner les dangers d’autodestruction que représente l’absorption de drogues dures et douces-, que la drogue est une marchandise comme une autre :

– en leur faisant imaginer qu’en cas d’excès des médecins prendraient en charge « les consommateurs », postulant ainsi sur le fait que la consommation du « produit », aura pour effet la destruction,

-que la finalité de l’éducation d’un enfant ou d’un adolescent, n’est pas que l’adulte mette à sa disposition, les éléments de son autodestruction tant humaine que sociale,

– que la finalité de l’éducation de 1’enfant, 1’adolescent est de mettre à sa disposition de « consommateurs » des objets ou moyens qui lui permettent sa réalisation d’homme,

– que la finalité des corps constitués judiciaires est de garantir aux parents, responsable pénalement de leurs enfants, qu’il ne soit pas mis à leur disposition, tant psychologique que physique, des produits qui portent atteinte à la construction de leurs capacités intellectuelles et physiologiques d’homme.

Que le dénommé APAP n’a aucune qualité ou capacité structurelle pour décider de l’avenir de nos enfants, en les incitants par ces déclarations, à banaliser et normaliser l’absorption de drogues dures et douces, conception sociale décidée pour créer un état de dépendance chez l’homme :

– qu’ainsi APAP est un esprit décadent, qui, pour palier au vide ou manque que peut ressentir tout enfant ou adolescent, homme ou femme, au cours d’une période de sa vie, APAP, propose par une jouissance artificielle – la consommation de drogue,

– qu’ainsi il fait l’apologie d’un produit de substitution artificiel, méconnaissant -sciemment – par perversité politique, ou -inconsciemment – par bêtise intellectuelle, les effets destructeur du produit

Qu’ainsi il fait l’apologie du meurtre en vantant le  » commerce du produit  » et du fournisseur incitant les marchands de mort à poursuivre leurs activités auprès des jeunes, en se servant des déclarations de l’APAP.

Il fait l’apologie de 1’autodestruction par un éventuel « consommateur », qui serait l’enfant ou l’adolescent.

Qu’ainsi il porte atteinte à tous les corps sociaux, individuels et collectifs de la SOCIÉTÉ FRANÇAISE -.

Qu’ainsi la société Française, s’est constituée culturellement par son refus de composer avec la mort, l’homme prenant à son compte l’irresponsabilité passagère de l’enfant ou l’adolescent.

C’est ainsi que le progrès d’une génération à une autre à été enregistré.

Qu’ainsi c’est pour cela que je vous demande d’enregistrer APAP est le type de décadent qui sévit dans l’organisation de l’état Français; qu’il porte atteinte à l’intégrité des enfants de France a mes enfants, mes plaintes, me constituant partit civile.

D’autre part, je demande aux associations, parents et toute autre personne victimes de ces déclarations irresponsables, de se porter partie civile contre l’APAP.

P.S. J’adresse aux députés et sénateurs la présente plainte.

Charles POINT




Lutter contre le droit de vote des étrangers, oui, mais avec quelles armes ?

Ce samedi 10 mars se tiendront, à l’espace Charenton, les Assises de la Nationalité, dont le but est de lutter contre le droit des vote des étrangers, que la gauche entend promulguer dès son éventuelle arrivée au pouvoir. Nous rédacteur en chef, Pierre Cassen, fera partie des intervenants. Nous avons reçu une contribution à ce débat d’un de nos lecteurs, Charles Point. Bien que n’en partageant pas forcément l’ensemble du contenu, il nous parait intéressant de la porter à la connaissance de nos lecteurs, pour approfondir le débat.

Lutter Oui, mais avec quelles armes ?

Nous allons assister le samedi 10 mars à un rassemblement pour la défense de la citoyenneté française avec un but précis, « lutter contre le doit de vote des étranger ».

Nous avons déjà la liste des nombreux intervenants qui sont, ou connu des français par leur activisme et leur production ou inconnu chez nous mais ayant par leur militantisme ou engagement politique réussi à imposer un débat dans leur pays.

Nous aurons nombre d’écrivains ; penseurs ; philosophes ; politiques ou journalistes.

Tous, nous parlerons du droit des étrangers à voter chez nous.

Qu’ils reçoivent tous, mes encouragements, à tenir un débat serein et respectueux des contraintes juridiques.

D’ailleurs revenons sur ce terme « juridique ». Car de quoi s’agit-il ? D’une proposition de loi issue d’une partie de l’échiquier politique français que nous estimerons à gauche teinté de vert ou le contraire pour avoir été les premiers à le demander. Au final peu importe.

La question est donc d’ordre législative puisqu’elle sera voté par nos représentants et d’ordre juridique puisqu’elle aura force de loi. De par la loi ainsi promulguée par décret, les étrangers ayant une situation respectueuse de conditions qui n’auront de cesse d’évoluer suivant des critères mouvants pourront demain ou après demain, dès que la loi aura été amendée une bonne dizaine de fois, participer aux élections municipales. Demain, la condition majeure sera « dès 10 années passé sur le sol français », après demain « dès l’obtention de la carte de demandeur d’emploi après 5 semaines sur le territoire national ».

Le cadre est posé, nous sommes dans l’application d’un droit issu d’une procédure légale.

Or que nous propose-t-on ce samedi 10 mars, sinon beaucoup de discours et bien peu de concret ?

Que pouvions-nous légitimement attendre d’un tel rassemblement ?

La question est de droit ? Quelle soit traitée par un juriste !!! Où est-il ? Quel est son nom ?

Que celui-ci, non seulement nous explique, à nous béotiens des textes de la constitution ou du code pénal, en quoi l’initiative des verts socialo-communistes est un abus de droit qui devient pénalement répréhensible au regard de ce même droit.

Quelle aurait-été la vox, qui s’élevant au-dessus des débats, nous aurait démontré pourquoi cela est illégal et surtout comment contrer cette initiative.

Contrer l’initiative, pas uniquement en esprit mais aussi en actes, actes devant le conseil d’état ou le conseil constitutionnel !!!

Protester, contester, râler, pleurer puis oublier, çà, on sait faire…

Ce rassemblement va permettre de compter les forces en France qui sont encore lucides, certes, mais cela n’est en aucun cas suffisant et c’est déjà un aveu de faiblesse que de ne pas attaquer l’adversaire là où l’on saura lui faire mal.

Forcer l’interdiction des partis politiques prônant cette initiative de vote des étrangers est un objectif autrement plus noble que de simple discours, se rassembler pour porter au conseil constitutionnel une plainte collective, serait une action concrète autrement plus puissante qu’un discours dans l’entre-nous.

Reste à trouver l’homme ou l’organisation qui saurait mener cette action.

Est-il né ? Existe-telle ?

Je soumets à votre sagacité ces textes* (-1– ; –2– ; –3-) et vous invite à y réfléchir.

Car, même, si j’irai à la journée du 10, elle me semble déjà trop courte pour seulement des discours, sans ACTE fort et concret des citoyen français en terme de « DROIT » contre « le droit de vote des étrangers ».

-1-

Communiqué 2012 – 6 Le 12 janvier 2012

Le Faux débat se poursuit

Un faux débat s’est ouvert concernant les signatures des parrainages aux élections présidentielles de 2012 ; parrainages qui décident de la représentation, puis de l’élection d’un candidat comme Président de la République …C’est un faux débat politique, au fond et en la forme du droit, car si le vote des citoyens de Droit Français est secret, il doit en être de même dans l’obtention des signatures. Ce faux débat en appelle un autre plus sérieux : le vote des étrangers extra Européens aux élections municipales !

Comment le vote des étrangers s’établit :

Dans le cadre du vote des étrangers extra Européens aux élections municipales, les maires élus par des étrangers le seraient en raison d’un « état de fait ». État de fait qui n’appelle aucune réciprocité des pays dont sont originaire ces étrangers. Selon le principe juridique de relation de causes à effets, des électeurs étrangers détermineraient la sélection des candidats à l’élection présidentielle !

Dans un État de Droit, l’élection d’un Maire est porteuse, par la signature donnée à une candidature à la présidence de la République – publiques ou non publiques – d’un principe de sélection qui désigne les candidats aux élections présidentielles…et donc son élection.

Ainsi l’élection Présidentielle Française serait soumise aux « partis de l’étranger ou aux de représentants de l’étranger. » C’est ainsi que le Président de la République Française pourrait-être élu et soumis dans sa politique étrangère à un lobby ou parti de l’étranger (1) !… Le code pénal pris en son article 411 s’applique!…

Pourquoi ?…

Des partis politiques institutionnalisés… partis du Peuple Français, préconisent le vote des étrangers extra européens aux élections municipales !…En violation de l’art 3 de la Constitution.

Dans la campagne Présidentielle que nous organisons, campagne intitulée « gouverner c’est prévoir », nous allons saisir préventivement le Conseil d’État et le Conseil Constitutionnel sur l’anti-constitutionnalité de cette initiative qui est un appel à la destruction de la souveraineté du Peuple Français sur son sol, appel qui relève du Code pénal :

En se servant d’un pouvoir conjoncturel lié à l’élection municipale, sachant que les exécutifs sont désignés selon:

1- Un principe majoritaire lié aux partis politiques…

2 – un concept juridique qui établit le principe majoritaire des partis de gouvernement…

3 – Et que ces deux conditions de droit fondent la gouvernance de l’exécutif…

4 – Les partis de gouvernements décident des politiques de gouvernance officialisées par le Président de la République !

Une politique du vote des Étrangers extra-européens aux élections locales, soumettraient les pouvoirs exécutifs et législatifs, aux droits des lobbys politiques de l’étranger. Les pouvoirs liés à ces partis ne seraient plus souverains. ..Il n’y aurait donc plus de Constitution.

Le Code Pénal prévoit des sanctions pénales contre les partis de l’étranger !…art 411 du Code Pénal

Le vote des Étrangers extra-européens aux élections locales, dont l’élection du maire, relève d’une violation de l’État de Droit, État de droit qui décide de la seule souveraineté du Peuple Français sur son sol. Cette élucubration juridico-politicienne, ne comporte aucun devoir !

Elle nécessite du Citoyen de Droit Français une saisine préventive du Conseil d’État et du Conseil Constitutionnel, pour un rappel au droit… Et la demande de dissolution des partis politiques, dont la Constitution précise les limites institutionnelles, ces partis faisant profession d’un « concept de fait »  illégal et illégitime !…

Le vote d’un Président de la République Française, ne peut-être soumis aux lobbys des partis de l’étranger !…Nous engageons la procédure !

 

-2-

Constitution

Article 3 En savoir plus sur cet article…

Modifié par LOI constitutionnelle n°2008-724 du 23 juillet … – art. 1

La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.

Le suffrage peut être direct ou indirect dans les conditions prévues par la Constitution. Il est toujours universel, égal et secret.

Sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques.

 

-3-

Code pénal

Version consolidée au 18 février 2012

 

 

 

TITRE Ier : Des atteintes aux intérêts fondamentaux de la nation

Article 410-1

Les intérêts fondamentaux de la nation s’entendent au sens du présent titre de son indépendance, de l’intégrité de son territoire, de sa sécurité, de la forme républicaine de ses institutions, des moyens de sa défense et de sa diplomatie, de la sauvegarde de sa population en France et à l’étranger, de l’équilibre de son milieu naturel et de son environnement et des éléments essentiels de son potentiel scientifique et économique et de son patrimoine culturel.

Article 411-2

Le fait de livrer à une puissance étrangère, à une organisation étrangère ou sous contrôle étranger ou à leurs agents soit des troupes appartenant aux forces armées françaises, soit tout ou partie du territoire national est puni de la détention criminelle à perpétuité et de 750000 euros d’amende.

Les deux premiers alinéas de l’article 132-23 relatif à la période de sûreté sont applicables au crime prévu par le présent article.

Petit jeu

Répondez sincèrement à ces questions

Question numéro 1 une commune est-elle partie du territoire nationale ?

Question numéro 2 les étrangers votant auront-ils le droit de s’organiser en association subventionnée par des états étrangers ?

Question numéro 3 avons-nous en France des communes possédant un taux de résidant d’origines étrangères supérieure à 15% ; 20% ; 30 ; 50% voir 70% en Ile-de-France ?

Question numéro 4 dans la question précédente, un français nouvellement naturalisé pourrait-il bénéficiait du vote de sa communauté d’origine non naturalisée ?

Question numéro 5 à vous d’inventer les suivantes et posez-les à votre entourage…

1 – La Ligue se reconstituera en Association à compter de la fin de sa campagne multiaxes : Gouverner c’est prévoir !

Bulletin d’adhésion à la campagne Présidentielle :

« Gouverner c’est prévoir » à adresser au 34 Grande Rue Bessancourt 95 550

 

Nom…………………………….. ……. Prénom……………………………..Age…………………………….

 

Adresse ……………………………………………………………………………..tel…………………………..

 

Profession..…………………………………….Adresse internet…………………………………………………………………….