1

Bordeaux : Non à une rue Frantz Fanon, qui a appelé à tuer les Européens d’Algérie !

Bordeaux : Dites non à l’inauguration d’une rue Frantz Fanon, qui a appelé à tuer les Européens d’Algérie !

CONTRE  L’INAUGURATION D’UNE RUE FRANTZ  FANON,  INDIGNEZ-VOUS !

Il semble que l’odieuse nouvelle, passée dans les jours festifs précédant Noël,  n’ait pas produit un écho à la mesure de son indécence. Et pourtant, nous ne devons pas céder à ces rituels que l’on nous impose régulièrement en discréditant notre histoire, en inaugurant des plaques de rue : hommage à des ennemis de la France, des traîtres complices du FLN pendant la guerre d’Algérie.

En effet, le 17 décembre 2018, le Conseil municipal de Bordeaux a décidé, sous l’autorité du maire Alain Juppé et à la quasi-unanimité, de baptiser une rue de la commune au nom de Frantz Fanon, psychiatre français antillais installé à Blida, passé au FLN en 1956 et directeur d’el Moudjahid. À cette époque, en lutte contre l’infâme terrorisme, des milliers de nos soldats français perdaient la vie.

Cette décision, qui ne manque pas de produire une forte indignation, des émotions justifiées, va à l’encontre des prétentions d’un maire  prônant une société apaisée. Les Français d’Algérie, comme le monde des combattants, en ont marre, avec raison, de voir des élus satisfaire constamment les obsessionnels complices d’une  barbarie antiFrance, sans considérer le feu des douleurs cruellement ravivées dans leurs mémoires. Pour nombre de lecteurs, le nom de Frantz Fanon demeure probablement inconnu. Cependant, les élus qui ont envisagé de lui réserver cet hommage ne devraient rien ignorer de ce que furent ses engagements ni comment il en appela ouvertement au meurtre des Européens d’Algérie, les dépeignant comme des oppresseurs. En effet, en 1961, il publia un ouvrage « les damnés de la terre », théorisant la violence rédemptrice, avec une préface de Jean-Paul Sartre, cette abomination inoubliable : « En le premier temps de la révolte, il faut tuer : abattre un Européen c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre. »

Il est inacceptable et déshonorant qu’une rue de ville française puisse porter un hommage à l’individu qui fit l’apologie publique du terrorisme, une invitation au meurtre de concitoyens français. Il est inacceptable que nombre de ces concitoyens français d’Algérie vivant à Bordeaux subissent une telle provocation, que la jeunesse puisse trouver là un exemple. On ne manque pas de reprocher aux Pieds-noirs et aux harkis de n’avoir pas tourné la page, tandis que l’on ne tarit pas  de louanges officielles envers leurs assassins, alors que le drame des disparus, des milliers d’Européens enlevés, massacrés par le FLN n’a toujours pas fait l’objet d’une reconnaissance nationale.

Je fais appel ici à une solidaire indignation, de nos concitoyens et des associations d’anciens combattants, pour marquer leur désaccord et signifier à la mairie de Bordeaux que cette décision est inacceptable !

Claire Navarro

Adresse mail d’Alain Juppé : « a.juppe@mairie-bordeaux.fr »

Directeur de cabinet : Ludovic Martinez : « l.martinez@mairie-bordeaux.fr »

Adr. postale : Mairie de Bordeaux – Place Pey Berland – 33045-Bordeaux cedex

Articles déjà parus sur le même sujet sur notre site :

http://resistancerepublicaine.eu/2019/01/13/rue-fanon-a-bordeaux-la-presse-fln-applaudit-a-la-trahison-de-juppe/

http://resistancerepublicaine.eu/2019/01/11/pierre-cassen-ali-juppe-bientot-a-matignon-video/