1

Réponse à Alain Rubin, et à ses reproches à l'encontre de Michel Onfray

Etant un adepte des thèses du philosophe Michel Onfray je voudrais répondre à Alain Rubin qui a écrit un article récemment dans « Riposte laïque » sur la soi-disant neutralité et le silence de ce philosophe sur le problème de la burqa. Visiblement monsieur Rubin n’a jamais lu un seul livre de Michel Onfray (il avoue ne pas avoir lu le dernier « le crépuscule d’une idole » mais il se permet quand même d’en dire un mot… !)
Moi-même je n’ai pas encore lu ce bouquin mais par contre j’ai lu presque tous ses autres livres et en particulier son « Traité d’athéologie » où le philosophe appelle un chat un chat et considère l’islam comme une religion archaïque et une organisation fasciste. Je ne vois pas après cela comment Michel Onfray, qui est un authentique laïque, athée et féministe de surcroît, peut être considéré comme un tiède vis-à-vis de la burqa.
Il serait très intéressant et judicieux de relire quelques paragraphes du livre de Michel Onfray «Traité d’athéologie » concernant l’Islam.
Je me permets donc de citer certains passages significatifs, illustrés presque maintenant quotidiennement par l’action des activistes islamistes, comme par exemple la récente affaire de Nantes ou la viande hallal servie dans le mess des CRS de Rouen…
« L’islam est structurellement archaïque : point par point, il contredit tout ce que la philosophie des Lumières a obtenu depuis le XVIIIe siècle en Europe et qui suppose la condamnation de superstition, le refus de l’intolérance, l’abolition de la censure, le rejet de la tyrannie, l’opposition à l’absolutisme politique, la fin de toute religion d’Etat, la proscription de la pensée magique, l’élargissement de toute liberté de pensée et d’expression, la promulgation de l’égalité des droits, la considération que toute loi relève de l’immanence contractuelle, la volonté d’un bonheur social ici et maintenant, l’aspiration à l’universalité du règne de la raison. Autant de refus clairement signifiés à longueur de sourate… »

Plus loin, Michel Onfray, après ce rappel de nos valeurs nous invite à appeler un chat, un chat ! « Tout ce qui définit habituellement le fascisme se retrouve dans la proposition théorique et la pratique du gouvernement islamique : la masse dirigée par un chef charismatique, inspiré ; le mythe, l’irrationnel, la mystique promus au rang de moteur de l’Histoire ; la loi et le droit créés par la parole du chef ; l’aspiration à abolir un vieux monde pour en créer un nouveau – nouvel homme, nouvelles valeurs ; le vitalisme de la vision du monde doublé d’une passion thanatophilique sans fond ; la guerre expansionniste vécue comme preuve de la santé de la nation ; la haine des Lumières – raison, marxisme, science, matérialisme, livres ; la régime de terreur policière ; l’abolition de toute séparation entre sphère privée et domaine public ; la construction d’une société close ; la dilution de l’individu dans la communauté ; sa réalisation dans la perte de soi et le sacrifice salvateur ; la célébration des vertus guerrières – virilité, machisme, fraternité, camaraderie, discipline, misogynie ; la destruction de toute résistance ; la militarisation de la politique ; la suppression de toute liberté individuelle ; la critique foncière des droits de l’homme ; l’imprégnation idéologique permanente ; l’écriture de l’histoire avec des slogans négateurs – antisémites, antimarxistes, anticapitalistes, antiaméricains, antimodernes, antioccidentaux ; la famille promue premier maillon du tout organique. Peu ou prou, cette série autorise la définition d’un contenu pour le fascisme, les fascismes. La théocratie brode toujours avec des variations sur ce thème… »
Puis il nous décrit sa vision et sa proposition pour combattre ce fascisme islamiste en créant (et cela concerne tous les laïques militants) ce qu’il appelle : « la laïcité post-chrétienne » à savoir athée, militante et radicalement opposée à tout choix de société entre le judéo-christianisme occidental et l’islam qui le combat. Ni la Bible, ni le Coran. Aux rabbins, aux prêtres, aux imams, ayatollahs et autres mollahs, je persiste à préférer le philosophe. A toutes ces théologies abracadabrantesques, je préfère en appeler aux pensées alternatives à l’historiographie philosophique dominante ; les rieurs, les matérialistes, les radicaux, les cyniques, les hédonistes, les athées, les sensualistes, les voluptueux. Ceux-là savent qu’il n’existe qu’un monde et que toute promotion d’un arrière-monde nous fait perdre l’usage et le bénéfice du seul qui soit. Péché réellement mortel… »
Et c’est là où nous arrivons au plus intéressant (plus intéressant que ma polémique courtoise avec Alain Rubin concernant les thèses de Michel Onfray). Le philosophe nous offre une piste à nous laïques pour mettre en avant tout ce qui fait la vie contre le discours mortifère et obscurantiste des religions en général et de l’islam en particulier, en refusant de choisir entre la peste et le choléra. Surtout arrêtons de nous battre sur le terrain religieux où nous entraîne les islamistes : la religion n’est pour eux qu’un prétexte. Leur objectif est politique ; la burqa et le voile islamique sont les signes politiques de l’avant-garde islamiste et non des prescriptions religieuses (mêmes si les intégristes veulent nous le faire croire en interprétant certaines sourates dans ce sens) Leur rêve est d’installer partout où ils le pourront une société islamique et fasciste à l’exemple réussit de l’Iran.
Il faut donc nous battre sur le terrain politique avec tout l’arsenal politique possible. Pour l’instant en ce qui concerne « Riposte Laïque » l’association, malgré certaines déclarations d’intention, ne reste qu’un grand défouloir (ce qui est déjà très utile et positif) qui peine à déboucher sur une action politique. Mais peut-être n’est-ce pas là sa fonction… et en a-t-elle la capacité et les moyens ?
Claude PICARD




Entrons en résistance et agissons

Faisons un rêve…
En 2010 les musulmanes fondamentalistes cesseront de nous balancer à la figure leurs voiles, leurs burqas, leurs hidjads, leurs niqabs, leurs tchadors et autres oripeaux d’un autre temps. Elles s’habilleront avec coquetterie sans craindre les regards « concupiscents et lubriques» des mâles. Elles accepteront la mixité dans tous les domaines et se laisseront soignées par des médecins masculins même contre l’avis de leurs époux. Les musulmans fondamentalistes ne prieront plus sur la voie publique mais chez eux ou dans une mosquée. Ils traiteront leurs femmes et leurs sœurs d’égal à égal. Ils cesseront d’appeler systématiquement leurs enfants avec des prénoms arabes et chercheront à les intégrer aux us et coutumes de la France. Ces enfants adoreront la France et son drapeau (qu’ils ne brûleront plus) et chanteront avec allégresse la Marseillaise (qu’ils ne siffleront plus) Ils aimeront enfin le pays qui leur donne des avantages sociaux, une liberté totale de pensée et de croire ou ne pas croire, ou encore de changer de religion quand ça leur chante sans craindre la foudre d’Allah et la mise à mort par leur communauté. Ils ne réclameront plus des dérogations aberrantes concernant leurs habitudes alimentaires et leurs traditions archaïques. Ils pratiqueront un islam « raisonnable et moderne» qui deviendra enfin une religion comme une autre, ni plus, ni moins, respectueuse des lois républicaines et qui leur permettra une plus grande ouverture sur les autres.

En 2010 tous les élus républicains de toutes obédiences politiques appliqueront sans failles et sans concessions toutes les valeurs laïques qui nous permettent de mieux vivre ensemble. Ils respecteront sans exceptions toutes nos valeurs républicaines. Ils ne construiront plus des mosquées ou autres lieux de culte sans consulter au préalable la population de leur circonscription par vote citoyen. Ils n’utiliserons plus et ne détournerons plus l’argent des contribuables à des fins clientélistes. Ils honoreront enfin la Nation et non plus les religions. Ils rétabliront l’ordre républicain dans les quartiers « sensibles ».
En 2010 le gouvernement aura des ministres hautement compétents et formés politiquement qui ne seront plus seulement issus de la « diversité » par « discrimination positive » pour faire illusion. Le gouvernement consultera toujours les français par référendum pour toutes les questions importantes engageant l’avenir du pays. Il respectera le résultat de ces élections.
En 2010 les citoyens voteront désormais pour des candidats franchement laïques et républicains. Ils se regrouperont en réseaux résistants contre tous les intégrismes. Ils n’accepteront plus les dictats du politiquement correct.
En 2010…finalement, ne rêvons plus ! Entrons en résistance et agissons !
Claude PICARD




Le PS contre une loi : bêtise, angélisme ou lâcheté ?

Après tous les autres partis politiques français le Parti Socialiste a enfin pris officiellement position sur une éventuelle loi contre le port de la burqa. Et comme il fallait le craindre c’est NON !
Benoît Hamon le porte parole du parti nous explique « il ne revient pas à un Etat d’apprécier ce qu’est la bonne interprétation des écritures, du Coran, de la Bible »…on croirait entendre Tariq Ramadan ! Les musulmans laïcs apprécieront !
Le Parti Socialiste se trompe (une fois de plus) sur un point très important : le port de la burqa, il faut le préciser, n’est pas une prescription religieuse (tout au plus un « vêtement » traditionnel et archaïque dans certains pays musulmans) mais bien actuellement un « précepte » politique qui sert, aux intégristes musulmans fondamentalistes, à tester la capacité de la République à résister. La burqa n’est que la partie visible d’une entreprise politique visant à déstabiliser l’occident et ses valeurs démocratiques (Al-Quaida n’est pas loin !) Pour imposer plus aisément la dictature dans les pays déjà islamisés ? Les motivations sont nombreuses et généralement fumeuses, contradictoires politiquement mais souvent avec un savant mélange politico-religieux qui est, ne l’oublions pas, le fondement de l’Islam . Qui peut s’y retrouver dans ce fatras de revendications insensées ?

En tout cas notre problème n’est pas leurs motivations mais bien effectivement notre capacité à résister à cette offensive islamiste. Le Parti Socialiste et les autres partis de gauche qui ne veulent pas d’une loi contre le port de la burqa ont raison sur un point : il y a des problèmes quotidiens plus urgents et plus vitaux à résoudre. Oui, c’est sûr, mais malheureusement c’est justement et aussi par la faute de certains de leurs élus que nous en sommes arrivés là. C’est à cause de leur laxisme et de leurs accommodements de toutes sortes aux revendications des intégristes que la nécessité d’une loi, la deuxième, devient obligatoire pour recadrer les lois républicaines et laïques.
C’est bien aussi d’autres élus de tous bords, par calculs électoralistes ou par soucis de « paix civile » qui ont laissés des pans entiers de notre territoire aux mains des fondamentalistes, qui sont responsables de la situation actuelle où la laïcité est réellement en danger et les valeurs de la République aussi ! Il est tout de même scandaleux que des élus de la République n’arrivent plus à discerner ce qu’est vraiment la notion de laïcité; cette laïcité qui est le meilleur moyen pour nous de mieux vivre ensemble. Il est scandaleux que des élus républicains ne sachent même plus ce que sont les valeurs de la République et après ça ils sont étonnés (ou font semblant…Sont-ils bêtes à ce point ?) quand des jeunes sifflent la Marseillaise ou brûlent le drapeau français…
Oui une loi contre le port de la burqa est absolument indispensable ne serait-ce que par soucis de sécurité publique. Il est tout de même incroyable que la plupart des élus républicains qui sont contre cette éventuelle loi n’en touche pas un mot. Pas besoin d’avoir fait l’ENA pour imaginer que n’importe quel terroriste ou malfrat peut utiliser une burqa pour commettre des méfaits. L’angélisme (ou la bêtise ?…c’est au choix !) de certains élus républicains et des élites médiatiques en général fait froid dans le dos !
Claude PICARD




Chers camarades du PS, République et laïcité, cela vous parle-t-il encore ?

« Chers socialistes, chers camarades,
Quand j’écris « camarades » cela ne veut pas dire que je suis membre du Parti Socialiste, mais simplement que je suis de gauche et que j’ai toujours voté à gauche, le plus souvent pour le Parti Socialiste (sauf évidemment en 2002…) depuis l’âge de 21 ans (âge du droit de vote à l’époque) Ayant maintenant 68 ans cela fait beaucoup de bulletins de vote en votre faveur…
Aujourd’hui je suis déçu d’abord par vos querelles intestines qui durent depuis trop longtemps et du lamentable spectacle que vous nous donnez, par votre déconnection de la réalité de l’état de la France et du mal vivre des français, et par vos élus devenus des notables de la politique plus soucieux de clientélisme que de rigueur républicaine. Tout ceci est déjà suffisant pour avoir de votre parti une image négative et pour me poser la question si on peut encore le nommer « socialiste ». Et voilà que, cerise sur le gâteau, je suis complètement ébranlé et consterné par la dernière déclaration de Benoît Hamon (qui heureusement a pris la précaution de s’exprimer à titre personnel) : « je suis opposé à une loi contre le port de la burqa » c’est son droit. Mais il rajoute : « le Parti Socialiste va bientôt se réunir pour débattre de la question et pour prendre position sur ce sujet » Alors là les bras m’en tombent : quoi, le parti Socialiste n’a pas encore d’opinion sur le fond ? Il ne sait pas encore s’il faut une loi ou pas pour interdire sur la voie publique un « vêtement » qui, à minima, pose un problème de sécurité ? Je veux bien qu’il attende sagement que la mission parlementaire fasse la synthèse de ses travaux sur le port de la burqa mais il pourrait avoir déjà, au moins, un avis sur la question et le dire bien haut.
Après toutes les entorses faites à la laïcité par vos élus : tolérance des prières sur la voie publique et financement d’une mosquée par Daniel Vaillant, maire du 18 ème arrondissement de Paris, réception de la fête de l’Aïd aux frais des contribuables par Bertrand Delanoë, maire de Paris, horaires aménagés dans une piscine municipale pour les femmes musulmanes à Lille dont Martine Aubry est maire et de surcroît secrétaire générale du Parti Socialiste !!! Et j’en passe…cela fait vraiment beaucoup.

A part quelques élus de votre parti dont il faut saluer le courage (mais n’est-ce pas plutôt simplement qu’ils font le boulot normal que devrait faire votre direction?) vous manquez cruellement de convictions et de fermeté politique pour prendre une résolution mais surtout en général pour garantir les plus élémentaires principes républicains que tous les élus, de droite comme de gauche, doivent appliquer. Si les élus ne donnent pas l’exemple comment s’étonner que nombre de français se posent des questions sur leur identité nationale ?
La laïcité est un principe extraordinaire que vous devriez être les premiers à défendre et que beaucoup de citoyens du monde aimeraient bien voir appliqué dans leur pays. Ce système nous a toujours permis de vivre ensemble mieux que partout ailleurs puisqu’il nous garanti des guerres de religions en n’en reconnaissant aucune en particulier et qu’il considère qu’elles se valent toutes, ni plus ni moins. Il leur garanti le droit d’exister dans la limite du droit et du respect des autres. Il garanti aussi le droit à chacun de pratiquer la religion de son choix ou de n’en pratiquer aucune.
Ce n’est pas parce que nous sommes confrontés aujourd’hui à une remise en cause de cette laïcité par une offensive d’intégristes de tous bords qu’il faut se planquer derrière une soi-disant « volonté d’assurer la paix civile » (Daniel Vaillant) en procédant à des concessions inadmissibles. Il faut au contraire être très ferme sur ce principe de laïcité qui justement nous permet de vivre en paix. Et de la part d’hommes de gauche que vous prétendez être la fermeté sur ce principe est la moindre des choses.
Si vous n’arrivez pas à vous ressaisir il est évident que vous allez faire le lit à une droite populiste qui boit actuellement du petit lait et guette votre dernier faux pas. Certes vous n’êtes pas seuls responsables des dérives actuelles : le gouvernement actuel, Sarkozy en tête et quelques élus de droite y ont leur part. Mais justement de leur part ça étonne moins…
Je vous salue bien et j’ose garder quelque espoir qu’être républicains de gauche veut dire encore quelque chose pour vous. »
Claude Picard