1

La LDH déclare un budget de fonctionnement de 2 millions d'euros par an : pour quoi faire ?

La liberté d’expression existe-t-elle encore en France ?

Quand on voit la multiplication des procès d’opinion on peut légitimement se le demander.
Une loi, la loi Gayssot, en la détournant de son objectif premier c’est-à-dire « l’interdiction de toute discrimination fondée sur l’appartenance ou la non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion » à laquelle tout démocrate et républicain souscrit sans peine mais faite avant tout à l’époque pour lutter contre les écrits négationnistes, a permis à des associations sans scrupules, véritables polices politiques de la pensée, à faire leur beurre en visant n’importe quel propos politiquement incorrect. La plupart du temps vous vous retrouvez devant un tribunal sous prétexte, au pire de « haine raciale » ou au mieux pour « discrimination ». Plus le mot employé est fort, plus les associations droit-de-l’hommiste espèrent en tirer une publicité gratuite et surtout un profit…aux frais des contribuables. Comme par exemple « SOS Racisme » ou « La Ligue des Droits de l’Homme » qui sont subventionnées par vous et moi et que nous entretenons grassement (selon les chiffres publiés au Journal Officiel et repris sur le site de l’Observatoire des Subventions, SOS-Racisme a touché en 2009 579.000 euros versés en partie par le Ministère de l’Education et le Ministère de la Jeunesse et des Sports mais également par la Mairie de Paris et le Conseil Régional d’Ile de France et si l’on rajoute divers autres dons et un don particulier de la part de Pierre Bergé -100.000 euros- nous arrivons vite à un total de 904.596 euros ! ) LDH déclare de son côté un budget de fonctionnement de 2 millions d’euros (subventions publiques comprises) On a envie de dire pourquoi faire ?
Le moins que l’on puisse dire c’est que leur bilan n’est pas très probant surtout en ce qui concerne le racisme anti-blanc qui visiblement pour ces associations n’est jamais à l’ordre du jour quand elles ne le nient pas carrément. Par contre pour défendre l’Islam en pratiquant elles-mêmes hypocritement l’amalgame avec les musulmans (ça les arrange bien !), là on les retrouve toujours en première ligne. Malheur à qui ose critiquer cette religion, dénoncer les prières dans la rue ou la prolifération du voile, tout de suite vous entendrez leurs cris d’orfraie : « Raciste, Fasciste, Islamophobe !» Et hop ! Vous recevez une convocation en correctionnelle. Ces associations pratiquent une véritable inquisition au pays de Voltaire qui déclarait : «Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dîtes, mais je me battrais pour que vous ayez le droit de le dire»…dramatique recul de la liberté d’expression !

Mis à part les procès multiples et variés, faits aux particuliers ou aux associations qui s’expriment légitimement comme n’importe quel citoyen devrait pouvoir le faire je ne vois pas beaucoup le vrai combat de LDH ou de SOS-Racisme…contre le racisme. Condamner un acte raciste c’est tout à fait normal mais condamner, pour un oui ou pour un non, un propos raciste ou supposé tel par une action en justice cela paraît de plus en plus aberrant. Le racisme tant qu’il n’y a pas de passage à l’acte ou d’incitation à la violence reste une opinion (je sais, difficile à admettre ; moi-même j’ai du mal !) et comme toute opinion elle devrait pourvoir se débattre sur la place publique, arguments contre arguments. Le vrai débat d’idées peut faire reculer les « mauvaises idées » et faire avancer les « bonnes ». Un procès et une condamnation, à part l’avantage de soutirer de l’argent, n’empêcheront jamais le vrai raciste de penser ce qu’on lui interdit de dire tout haut et peut-être un jour de passer à l’acte alors qu’une véritable pédagogie peut le faire réfléchir : ce devrait être la mission essentielle de ces associations.
Peut-être un jour arrivera-t-on à leur demander des comptes pour l’argent public qu’elles reçoivent ? Et surtout posons la question : sont-elles réellement d’utilité publique ?
Quant aux autres associations caritatives, dont La Ligue des Droits de l’Homme et SOS-Racisme font également partie, leurs missions ne sont pas plus claires surtout en ce qui concerne l’intégration des migrants. Je laisse le dernier mot à Malika Sorel, spécialiste de l’intégration, en reprenant dans son livre « Le puzzle de l’intégration » un paragraphe que l’on peut résumer ainsi : « Encouragées par l’inconscience d’associations qui leur voulaient pourtant du bien, mais aussi par la démagogie et le laxisme de partis politiques, les populations issues de l’immigration ont fini par rejeter les fondamentaux de notre République et ont alors commencé a se dresser contre les Français. »
Beau résultat ! Bonjour l’utilité publique !
Claude PICARD
PS : Pour information je vous joins la copie du courriel que j’ai envoyé à LDH suite à leur plainte contre « Riposte Laïque ». Je laisse à votre appréciation le soin de le publier ou non.
« Bonjour,
Je viens d’apprendre que votre association veut porter plainte contre le journal en ligne « Riposte Laïque » pour « provocation à la haine, à la discrimination ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée »
Je constate, mais ce n’est pas la première fois, que votre défense des libertés et des droits de l’homme verse d’abord et encore dans la défense du communautarisme religieux. Je me permets de vous rappeler que l’opinion sur les religions fait partie de la libre expression. A part les pays islamistes qui ont instauré le délit de blasphème nous avons connu dans l’époque moderne en Europe un pays qui pratiquait ce genre de délit : l’Espagne franquiste ! Bel exemple !
Je vous précise que dans un procès assez récent le tribunal de Paris a estimé que des propos très critiques à l’égard de l’islam ne constituaient pas une insulte envers les musulmans, un groupe de croyants n’étant pas assimilable à la religion à laquelle ils croient. Et je pense que l’amalgame c’est vous qui le faîtes trop souvent. On peut parfaitement être en désaccord total avec une religion sans pour cela détester les pratiquants ou leur interdire de pratiquer. Vous devriez inscrire la citation de Voltaire dans vos statuts : «Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire» car cela rendrait plus crédible votre combat. A force d’en faire trop, toutes vos actions en justice vont se retourner contre vous. Je vous conseille de lire le livre de Malika Sorel « Le puzzle de l’intégration » qui rappelle et où elle explique que : «l’inconscience des associations qui pourtant leur voulaient du bien encourage les populations issues de l’immigration à rejeter les fondamentaux de notre République » Voilà le résultat de vos campagnes insensées pour la mise au pas du politiquement correct. Au pays des droits de l’homme toutes les opinions (y compris le racisme) devraient se débattre sur la place publique et non devant un tribunal. Le temps de l’inquisition est passé…
Votre combat pour les droits de l’homme devrait vous mettre du côté des résistants à l’islamisation forcée de groupes radicaux dangereux au lieu de conforter, par vos interventions inconsidérées dans le débat d’idées, leur action permanente contre la laïcité.
J’ai bien peur que ce mail ne servira à rien mais en tant que citoyen payant des impôts et donc participant aux subventions que vous recevez je me donne le droit et le devoir de vous dire ce que je pense. Et nous sommes de plus en plus nombreux à penser que ces subventions que vous recevez ne devraient plus avoir lieu d’être tant que votre action se focalisera d’abord à contrer le débat d’idées pourtant indispensable à toute démocratie. Lutter contre l’oppression des peuples mais de grâce arrêtez votre lutte contre des idées qui ne vous conviennent pas.
Cordialement,
Claude PICARD  »




La LDH déclare un budget de fonctionnement de 2 millions d’euros par an : pour quoi faire ?

La liberté d’expression existe-t-elle encore en France ?

Quand on voit la multiplication des procès d’opinion on peut légitimement se le demander.

Une loi, la loi Gayssot, en la détournant de son objectif premier c’est-à-dire « l’interdiction de toute discrimination fondée sur l’appartenance ou la non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion » à laquelle tout démocrate et républicain souscrit sans peine mais faite avant tout à l’époque pour lutter contre les écrits négationnistes, a permis à des associations sans scrupules, véritables polices politiques de la pensée, à faire leur beurre en visant n’importe quel propos politiquement incorrect. La plupart du temps vous vous retrouvez devant un tribunal sous prétexte, au pire de « haine raciale » ou au mieux pour « discrimination ». Plus le mot employé est fort, plus les associations droit-de-l’hommiste espèrent en tirer une publicité gratuite et surtout un profit…aux frais des contribuables. Comme par exemple « SOS Racisme » ou « La Ligue des Droits de l’Homme » qui sont subventionnées par vous et moi et que nous entretenons grassement (selon les chiffres publiés au Journal Officiel et repris sur le site de l’Observatoire des Subventions, SOS-Racisme a touché en 2009 579.000 euros versés en partie par le Ministère de l’Education et le Ministère de la Jeunesse et des Sports mais également par la Mairie de Paris et le Conseil Régional d’Ile de France et si l’on rajoute divers autres dons et un don particulier de la part de Pierre Bergé -100.000 euros- nous arrivons vite à un total de 904.596 euros ! ) LDH déclare de son côté un budget de fonctionnement de 2 millions d’euros (subventions publiques comprises) On a envie de dire pourquoi faire ?

Le moins que l’on puisse dire c’est que leur bilan n’est pas très probant surtout en ce qui concerne le racisme anti-blanc qui visiblement pour ces associations n’est jamais à l’ordre du jour quand elles ne le nient pas carrément. Par contre pour défendre l’Islam en pratiquant elles-mêmes hypocritement l’amalgame avec les musulmans (ça les arrange bien !), là on les retrouve toujours en première ligne. Malheur à qui ose critiquer cette religion, dénoncer les prières dans la rue ou la prolifération du voile, tout de suite vous entendrez leurs cris d’orfraie : « Raciste, Fasciste, Islamophobe !» Et hop ! Vous recevez une convocation en correctionnelle. Ces associations pratiquent une véritable inquisition au pays de Voltaire qui déclarait : «Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dîtes, mais je me battrais pour que vous ayez le droit de le dire»…dramatique recul de la liberté d’expression !

Mis à part les procès multiples et variés, faits aux particuliers ou aux associations qui s’expriment légitimement comme n’importe quel citoyen devrait pouvoir le faire je ne vois pas beaucoup le vrai combat de LDH ou de SOS-Racisme…contre le racisme. Condamner un acte raciste c’est tout à fait normal mais condamner, pour un oui ou pour un non, un propos raciste ou supposé tel par une action en justice cela paraît de plus en plus aberrant. Le racisme tant qu’il n’y a pas de passage à l’acte ou d’incitation à la violence reste une opinion (je sais, difficile à admettre ; moi-même j’ai du mal !) et comme toute opinion elle devrait pourvoir se débattre sur la place publique, arguments contre arguments. Le vrai débat d’idées peut faire reculer les « mauvaises idées » et faire avancer les « bonnes ». Un procès et une condamnation, à part l’avantage de soutirer de l’argent, n’empêcheront jamais le vrai raciste de penser ce qu’on lui interdit de dire tout haut et peut-être un jour de passer à l’acte alors qu’une véritable pédagogie peut le faire réfléchir : ce devrait être la mission essentielle de ces associations.

Peut-être un jour arrivera-t-on à leur demander des comptes pour l’argent public qu’elles reçoivent ? Et surtout posons la question : sont-elles réellement d’utilité publique ?

Quant aux autres associations caritatives, dont La Ligue des Droits de l’Homme et SOS-Racisme font également partie, leurs missions ne sont pas plus claires surtout en ce qui concerne l’intégration des migrants. Je laisse le dernier mot à Malika Sorel, spécialiste de l’intégration, en reprenant dans son livre « Le puzzle de l’intégration » un paragraphe que l’on peut résumer ainsi : « Encouragées par l’inconscience d’associations qui leur voulaient pourtant du bien, mais aussi par la démagogie et le laxisme de partis politiques, les populations issues de l’immigration ont fini par rejeter les fondamentaux de notre République et ont alors commencé a se dresser contre les Français. »

Beau résultat ! Bonjour l’utilité publique !

Claude PICARD

PS : Pour information je vous joins la copie du courriel que j’ai envoyé à LDH suite à leur plainte contre « Riposte Laïque ». Je laisse à votre appréciation le soin de le publier ou non.

« Bonjour,

Je viens d’apprendre que votre association veut porter plainte contre le journal en ligne « Riposte Laïque » pour « provocation à la haine, à la discrimination ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée »

Je constate, mais ce n’est pas la première fois, que votre défense des libertés et des droits de l’homme verse d’abord et encore dans la défense du communautarisme religieux. Je me permets de vous rappeler que l’opinion sur les religions fait partie de la libre expression. A part les pays islamistes qui ont instauré le délit de blasphème nous avons connu dans l’époque moderne en Europe un pays qui pratiquait ce genre de délit : l’Espagne franquiste ! Bel exemple !

Je vous précise que dans un procès assez récent le tribunal de Paris a estimé que des propos très critiques à l’égard de l’islam ne constituaient pas une insulte envers les musulmans, un groupe de croyants n’étant pas assimilable à la religion à laquelle ils croient. Et je pense que l’amalgame c’est vous qui le faîtes trop souvent. On peut parfaitement être en désaccord total avec une religion sans pour cela détester les pratiquants ou leur interdire de pratiquer. Vous devriez inscrire la citation de Voltaire dans vos statuts : «Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire» car cela rendrait plus crédible votre combat. A force d’en faire trop, toutes vos actions en justice vont se retourner contre vous. Je vous conseille de lire le livre de Malika Sorel « Le puzzle de l’intégration » qui rappelle et où elle explique que : «l’inconscience des associations qui pourtant leur voulaient du bien encourage les populations issues de l’immigration à rejeter les fondamentaux de notre République » Voilà le résultat de vos campagnes insensées pour la mise au pas du politiquement correct. Au pays des droits de l’homme toutes les opinions (y compris le racisme) devraient se débattre sur la place publique et non devant un tribunal. Le temps de l’inquisition est passé…

Votre combat pour les droits de l’homme devrait vous mettre du côté des résistants à l’islamisation forcée de groupes radicaux dangereux au lieu de conforter, par vos interventions inconsidérées dans le débat d’idées, leur action permanente contre la laïcité.

J’ai bien peur que ce mail ne servira à rien mais en tant que citoyen payant des impôts et donc participant aux subventions que vous recevez je me donne le droit et le devoir de vous dire ce que je pense. Et nous sommes de plus en plus nombreux à penser que ces subventions que vous recevez ne devraient plus avoir lieu d’être tant que votre action se focalisera d’abord à contrer le débat d’idées pourtant indispensable à toute démocratie. Lutter contre l’oppression des peuples mais de grâce arrêtez votre lutte contre des idées qui ne vous conviennent pas.

Cordialement,

Claude PICARD  »




Le pavé dans la mare jeté par Marine Le Pen sur les prières musulmanes a ridiculisé l'UMPS

Il faut bien faire le constat : la notion même de laïcité fait peur à la classe politique dans son ensemble. L’UMP et le PS s’affolent : il a suffit à Marine Le Pen de jeter un pavé dans la mare pour éclabousser toute la classe politique traditionnelle. Nos politiques (et nos élites médiatiques) en croyant piéger celle-ci sur des propos somme toute assez anodins (on a connu pire et pas seulement de la part du FN !) se sont fait piéger eux-mêmes en restant sur la forme du discours et en ne voulant pas répondre sur le fond : la perte de pans entiers du territoire de la République au profit d’islamistes radicaux ou de petits caïds de banlieues. La tartuferie de leurs indignations n’a trompé personne et ils sont apparus pour ce qu’ils sont : RIDICULES. C’est l’histoire de l’arroseur arrosé !
Pour l’instant seul le PS, par la voix de Benoît Hamon, a bien essayé depuis de rectifier le tir (avec comme toujours du retard à l’allumage) en déclarant enfin que « les prières dans la rue sont inacceptables ». Il a oublié de préciser que ces prières n’ont jamais fait l’objet de la moindre critique de la part du PS et qu’elles se pratiquent à Paris depuis plus de dix ans avec l’aval de ses amis politiques, le maire socialiste du 18ème Daniel Vaillant et le maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë, mais aussi, ne l’oublions pas, avec la caution du gouvernement par l’intermédiaire de la préfecture de Police.
Le PS voudrait bien prendre le train en marche mais malheureusement pour lui le train non seulement est déjà parti depuis longtemps mais il va maintenant très vite (le succès des Assises contre l’Islamisation et le manifeste -du 18 décembre- qui s’en suivit sont là pour l’attester). Le PS dans un esprit de reconquête organisa, peu avant nos assises, le 14 décembre, à l’Assemblée une table ronde sur le thème de la laïcité. Je reprends ici le compte rendu de cette table ronde paru le jeudi 16 décembre dans le journal Marianne, et surtout le paragraphe le plus révélateur : « (…) le PS, un parti déboussolé au sommet comme à la base, à qui la journaliste Caroline Fourest invitée à intervenir à la tribune a voulu redonner un cap clair expliquant que si « ces questions ne sont pas résolues », la « transhumance » des électeurs de gauche vers l’extrême droite « va s’accélérer ». Une injonction reprise par nombre de personnes dans la salle à l’heure des questions. Et l’essayiste de prendre l’exemple de la fameuse mosquée parisienne de la rue Myrha. Un lieu de culte qui accueille, précise-t-elle, « un prédicateur salafiste qui fait recette » bien au-delà des frontières du XVIIIe arrondissement où elle se situe. Pour elle, le « raisonnement » du maire d’arrondissement Daniel Vaillant qui consiste à dire qu’il n’y a rien à faire, si ce n’est attendre que sorte de terre un lieu de culte capable d’accueillir tout le monde, est «totalement absurde». Le pays, selon elle, ne manque pas de lieux de culte et de salles de prière (elle en recense 2 600 alors que le CFCM en comptabilisait 2000 en 2008) et les adeptes de la rue Myrha le font à dessein… » Tout est dit !
Visiblement le thème de la laïcité perturbe et gêne le PS ainsi que toute la classe politique traditionnelle. Complices hier comme aujourd’hui sur également bien d’autres thématiques essentielles (Europe, immigration, sécurité, mondialisme et…j’en passe) tous naviguent désormais à vue. Les uns à gauche attendent le messie (DSK) mais ne pourront pas éviter le petit massacre entre amis que nous promet les primaires ; les autres à droite se divisent tous les jours un peu plus et courent après le FN…qui court plus vite ! Leurs gesticulations sont pitoyables et démontrent non seulement qu’ils n’ont rien compris mais surtout qu’ils sont incapables de répondre aux attentes des français.
En ciblant continuellement les vrais responsables de la crise morale et politique de notre pays et en les acculant dans leurs contradictions on va peut-être enfin arriver à s’en débarrasser…dans la poubelle de l’histoire !
Claude PICARD




2012, l'inconnu…ou l'inconnuE ?

Les partis traditionnels, PS et UMP, qui nous gouvernent en alternance depuis déjà quelques décennies nous prouvent chaque jour un peu plus qu’ils sont des machines à perdre…A PERDRE LA FRANCE !
Leur bilan est catastrophique. Ça explose dans tous les domaines : explosion de l’insécurité, explosion du chômage, explosion de nos valeurs, explosion de la dette, bref ça explose dans tous les coins. Un vrai feu d’artifice !
Du côté de leurs alliés (leurs forces d’appoint) le spectacle n’est pas des plus réjouissants. A gauche, le NPA en passant par le FG et les écolos, sont en panne de projet et aucun n’est capable de nous proposer une politique alternative crédible si ce n’est toujours les mêmes recettes politiques figées dans le temps…d’un autre temps. Pour le reste, c’est la dérobade comme par exemple sur les problèmes d’insécurité et d’immigration (qui seront pourtant, n’en doutons pas, au cœur de la prochaine élection présidentielle) Le NPA va-t-il nous présenter encore une candidate voilée aux prochaines élections ? Comment les projets politiques apparemment antagonistes vont-ils fusionnés ? Sur quelles bases vont-ils s’entendre ? En tout cas ces accords ne pourront se faire, comme toujours, que sur une base électoraliste et ne laissent présager que des lendemains qui dé-(chantent)
A droite c’est l’implosion qui s’annonce et ce n’est pas le dernier remaniement ministériel qui changera quelque chose. Les centristes ne savent toujours pas s’ils sont à côté, à gauche ou à droite du gouvernement, l’UMP se déchire sous la pression de ses élus de terrain et de ses militants mais aussi de ses anciens alliés qui prennent de plus en plus de distance avec une politique qu’ils savent rejetée par une majorité de français. Ça sent le « sauve-qui-peut » !
Tous ces partis de droite et de gauche ont une grande part de responsabilité dans le ramollissement des idées, relayés avec zèle par les médias et les organisations « droits-de-l’hommiste » complices. Une atmosphère paralysante a fini par anéantir toute idée originale ou toute proposition politique non conforme à la « bobotitude » ambiante.
Tous ces partis ont d’une façon ou d’une autre foulés aux pieds tous nos principes républicains, tout ce qui faisait la grandeur de la France et surtout son originalité politique : la laïcité !
Inutile de rappeler ici toutes les atteintes à notre chère laïcité…
Dans ce contexte on voit émerger une élue atypique : Marine Le Pen, qui semble la seule figure politique d’envergure résolument républicaine et laïque. C’est du moins l’image qu’elle renvoie quand on prend la peine de s’y intéresser, de l’écouter. De plus la dame est plutôt sympathique, avenante, loin de l’étiquette « extrême droite » que certains veulent encore lui coller ; expression qu’elle-même rejette pour préférer celui de droite patriote. Son argumentaire, souvent très juste et sans fioritures politiciennes sur l’immigration et l’insécurité, nous surprend surtout en mettant constamment en avant sa vision économique et sociale, ébauche de ce qui sera probablement son programme de campagne pour l’élection présidentielle de 2012 : développement tous azimuts des services publics, retraite sans allongement des cotisations et prenant en compte la pénibilité « 40 ans maxi ! Vous avez commencé à travailler à 18 ans ? Vous devez pouvoir partir à 58 ans si vous le désirez » politique de santé accessible à tous, culture pour tous avec des chèques prépayés. Plus généralement ses références économiques, comme elle se plaît à l’affirmer, sont à chercher du côté du prix Nobel d’économie Maurice Allais qui se définissait comme un libéral social, anti-mondialiste et un farouche adversaire du capitalisme financier (c’est toute sa thèse) Tout ceci n’a pas échappé à certains journalistes comme par exemple Nicolas Demorand, il y a peu, dans son émission « C/Politique » qui s’exclama : « Mais Marine Le Pen vous parlez comme une femme de gauche ! » ou encore d’autres qui croient entendre Mélenchon en l’écoutant… Ce qui revient à dire pour ces journalistes que si l’on veut faire du social, et bien on est forcément de gauche mais justement, Marine Le Pen n’est pas de gauche ! Elle se positionne tout simplement en rassembleuse et elle a bien la capacité à séduire un électorat populaire, de droite comme de gauche.
Nul doute que la dame va créer la surprise en 2012. Jusqu’ici son parcours est sans fautes et sans dérapages ; c’est apparemment le parcours tranquille d’une républicaine franchement laïque. Gageons même qu’elle peut réformer le FN pour en faire un parti fréquentable. Suivons-la avec intérêt, même s’il faut rester prudent, car c’est éventuellement de ce côté-là que semble venir la seule possibilité, pour le moment, d’envisager avec elle, sans états d’âme, peu ou prou, un avenir pour la France. N’en déplaise aux ayatollahs du politiquement correct.
Claude PICARD




M. Sitbon, vous avez de la chance de vivre en France…

A la lecture du dernier article de Guy Sitbon paru sur le site « causeur.fr » outre le fait qu’il veut faire passer « Riposte Laïque » pour une armée d’ultras laïcs illuminés il veut également nous faire croire que les français vivent au pays des bisounours.
Pas de problème d’intégration ? : « Mais ils ne font que ça. Ils veulent étudier le français. Ils ne parlent (hélas) même plus leur langue. Pourquoi ? Parents et enfants préfèrent le français. » Ah, bon ! Que ce monsieur visite quand il veut certains quartiers des villes comme Marseille ou Roubaix ou qu’il aille le dimanche matin au marché aux puces de Montreuil, là le français est devenu une langue étrangère (et les « céfrans » aussi !), et là tous les commerces sont halals (la viande de porc n’est plus qu’un souvenir) Et il n’y a pas de problème d’intégration ? Mais on rêve ! Alors que de plus en plus de rapports officiels (et non des moindres) soulèvent enfin le problème ce monsieur continue à faire comme si cela n’était que foutaises. Il reconnaît malgré tout : « La population française est à 10 % musulmane. Ça ne vous plait pas ? Dommage pour vous. 40 % des écoliers parisiens ont un parent ou deux étrangers. Ça vous ennuie ? C’est regrettable. En chiffre absolu, ramadan s’observe davantage que le carême. Ça vous dérange ? Va falloir vous y faire. Il y aura bientôt plus d’imams que de curés. Il y a plus de musulmans en France que dans une bonne demi-douzaine d’États arabes. Les prisons sont à moitié peuplées d’étrangers. Dieu sait combien de sans-papiers (pas moi, je me suis mis en règle). Tous les dealers (ou presque) s’appellent Mohamed. C’est la France ! » Et cela ne devrait pas nous interroger ? Evidemment c’est plus facile de ne rien faire, de ne rien voir comme le font si bien la plupart de nos politiques de droite comme de gauche et nos élites médiatiques. Avec eux c’est « La grande illusion » en cinéma permanent !
Que la laïcité recule de plus en plus devant les revendications religieuses, que l’insécurité atteint son paroxysme, tout cela monsieur Sitbon n’en n’a que faire. Et bien, monsieur, c’est votre choix mais ce n’est pas le notre, nous militants laïcs. Oui l’Islam nous pose problème même si c’est dans : « Des bouquins écrits deux mille ans en arrière, qu’est-ce tu veux y trouver ? Le Code civil ? Et les islamistes, me diras-tu. Ben, oui, c’est un souci. D’abord pour les pays musulmans. Comme on est, un peu, un pays musulman, un casse-tête pour nous aussi. » C’est bien vrai ; alors pourquoi ne pas faire comme la grosse majorité des chrétiens qui ont préférés laissés leurs vieux textes sacrés aux oubliettes de l’histoire et se sont adaptés au monde réel ? Pourquoi est-il si dur pour un musulman de faire abstraction de sa religion ? En France un chrétien est d’abord français avant d’être chrétien mais un musulman français est d’abord musulman avant d’être français. C’est toute la différence et elle est de taille !
Que l’Islam ne pose pas problème à monsieur Sitbon c’est son affaire mais qu’il ne donne pas de leçon. Et surtout pas aux rédacteurs de « Riposte Laïque » qui, il le concède : « Ils couchent noir sur blanc et pas trop mal d’ailleurs, des idées qui trottent dans la tête d’une ribambelle d’Européens, moins en France qu’ailleurs mais quand même chez des millions ici aussi ». Merci, monsieur Sitbon pour le « pas trop mal » mais je ne peux m’empêcher de rajouter mesquinement que si l’islam ne vous pose pas encore problème c’est que vous vivez dans un pays laïque où le fait d’être un patron de la pornographie téléphonique ne peut pas vous être reproché…
La dérive de la France, ce n’est pas à prendre ou à laisser. Nous, militants laïcs nous avons le choix. Nous on se bat pour plus de laïcité, plus de démocratie. Nous combattons pour ne pas laisser une religion dominer notre quotidien et il faudra vous y faire monsieur Sitbon ! A votre France « Saucisson-Coran » moi, je préfère la France « Saucisson-Pinard » !
Claude Picard




La France a-t-elle vocation d'accueillir toute la misère du monde ?

On pourrait le croire quand on entend la plupart des élus de gauche, des médias et des professionnels du politiquement correct. Toujours la même rengaine obsessionnelle et compassionnelle : les minorités immigrées, même en situation irrégulière, doivent obtenir tous les moyens nécessaires à leur installation sur notre territoire et il ne faut surtout pas reconduire à la frontière les délinquants. Comme si la France avec ses deux millions et demi de chômeurs et autant de travailleurs précaires avait encore les moyens de leur trouver un boulot et un toit. Et les mêmes compatissants en rajoute une couche en excusant les minorités violentes issues de l’immigration parce qu’elles seraient elles-mêmes victimes de la violence de la société. Certes pour certains ce n’est pas totalement faux mais il se trouve que nous sommes confrontés à une racaille irrécupérable, certes minoritaire, qui exprime avant tout, avec une violence extrême la haine de l’autre et le non respect des valeurs démocratiques. Un racisme à l’envers où la «face blanche» est pourchassée et tuée sur fond d’idéologie religieuse (la belle excuse !)
Non, notre société ne peut plus accueillir d’immigrés. L’immigration actuelle nous coûte déjà très cher : une trentaine de milliards d’euros par an ! Pour quels bénéfices ? Et quand chiffrera-t-on le coût des dégâts moraux causé, de part et d’autres (immigrés et accueillants) par l’inadaptation des moyens d’intégration ? L incapacité (par lâcheté, par intérêt électoral ou par sottise ?) des gouvernements successifs d’imposer fermement leurs devoirs aux entrants et de s’assurer de leurs possibles bonnes conditions d’installation et de scolarisation nous a mené à une situation explosive. Il aurait fallu à nos politiques du courage pour réaliser un vrai contrôle des flux migratoires. Il ne s’agit pas d’exiger une immigration zéro, cela n’a aucun sens d’abord parce que la France a toujours eu pour tradition d’accueillir les victimes des droits de l’homme et d’autre part notre pays peut avoir, tôt ou tard, des besoins économiques respectables. Mais accepter des immigrants en surnombre, la plupart du temps sous qualifiés et dont on sait pertinemment, en période de crise et de chômage de masse, qu’on ne pourra pas leur fournir du boulot et de bonnes conditions d’hébergement est une aberration et une cause de troubles civils.
Quant à nos élites de gauche elles trahissent les travailleurs et les couches populaires qu’elles disent défendre en faisant peser sur eux le principal aspect négatif qu’engendre l’immigration sauvage : le chômage pour seul horizon car cette immigration profite d’abord et surtout aux capitalistes qui ont là une main d’œuvre bon marché et corvéable à merci au détriment des travailleurs autochtones. Nos hommes et femmes politiques de gauche feraient bien de se le rappeler.
Surtout le gros problème pour la France (et d’autres pays européens) c’est que l’immigration de ces cinquante dernières années est essentiellement musulmane. Cela ne poserait pas de complications si cette religion était comme les autres : respectueuse de nos traditions et de nos valeurs. C’est loin d’être le cas : cette religion refuse toutes compromissions et même si les musulmans n’acceptent pas tous les dictats religieux il est bon de se rappeler ce qu’écrivait il y a peu un lecteur de Riposte Laïque : « Les musulmans dans leur ensemble achètent, vendent, dépensent et consomment uniquement entre musulmans, sauf cas de force majeure. Les musulmans dans les grandes villes vivent complètement « repliés sur eux-mêmes », avec leurs us et coutumes musulmans, comme dans leur pays d’origine. C’est le rejet total de l’intégration, c’est de l’ostracisme à outrance.
Une femme qui épouse un non musulman risque d’être tuée, on ne se marie en principe qu’entre musulmans et quitter l’islam est interdit. Ils installent des tribunaux de la charia. Ils fréquentent uniquement le boucher halal et pratiquent l’abattage halal, l’épicier halal, la boulangerie halal, la poissonnerie halal, la banque halal, le coiffeur musulman, le bijoutier musulman, les cafés et snacks musulmans, le médecin musulman, le pharmacien musulman, la cuisine halal séparée à l’école publique (on ne cuisine pas dans une casserole impure de l’infidèle) ils exigent la fin de la mixité dans les écoles, un programme scolaire adapté, les filles voilées doivent briser la laïcité et la mixité à l’école » publique et dans l’administration en refusant les règles de la neutralité publique, on crée de plus en plus des écoles purement musulmanes, ils exigent les règles de la charia dans les hôpitaux, ils créent des hôpitaux halals en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et bientôt aussi des maisons de repos halals aux Pays-Bas. Les fournisseurs pour tous ces commerces halals sont souvent des marchands en gros halals. C’est un circuit économique, social, politique et religieux complètement fermé dans lequel les commerçants musulmans sont approvisionnés par des fournisseurs musulmans, et dans lequel on vit dans un système qu’on peut appeler « autarcie musulmane ».
Et il est également bon de se rappeler ce qu’a écrit Alain Besançon, historien, directeur d’études à l’EHESS, à l’institut d’histoire sociale : «Avec ces nouvelles populations musulmanes, il y a deux problèmes : elles sont peu qualifiées pour la plupart, et ont par conséquent beaucoup de mal à s’intégrer dans une économie moderne, parce qu’on a pas besoin d’eux. D’ailleurs, ils ne viennent plus tellement pour travailler, mais pour bénéficier des soins, etc…
Et la deuxième chose, c’est qu’ils sont musulmans. Et alors là, l’histoire est quand même formelle : les populations musulmanes ne se fondent pas dans la population alentour. C’est un fait, un simple fait».

Et surtout il faut citer des passages du dernier livre de Hugues Lagrange, chercheur au CNRS, « Le déni des cultures » qui rappelle sans ambigüités les problèmes qui lient immigration et délinquance : « Refuser de s’intéresser aux origines culturelles des délinquants est une hypocrisie. Oui les émeutiers de 2005 et 2007 sont majoritairement de jeunes noirs ayant grandi dans les cités. Traumatisé par un passé colonial qu’elle refuse de sonder, la France se berce de refrains antiracistes et refuse la réalité. Oui les familles pauvres musulmanes, africaines ou encore maghrébines, sont des familles nombreuses et leurs enfants plus souvent déstructurés, séduits par l’Islam radical ou tentés par la violence. »
« Je croyais qu’une politique égalitaire était la seule possible. Je réalise aujourd’hui combien les héritages culturels, la langue, la structure familiale, pèsent sur les individus….qu’un enfant pauvre d’origine malienne a plus de risques de décrocher que les autres au primaire, par exemple. Certainement pas parce qu’il est noir, ni musulman, ni moins doué. Mais parce qu’il s’est construit autour de valeurs familiales bancales, que la plupart de ses voisins « de souche » ignorent. « Dans les familles subsahariennes arrivées récemment en France, près de 30% des hommes mariés sont polygames », constate sobrement le spécialiste. Les femmes sont aussi jusqu’à quinze ans plus jeunes que leur mari et ont chacune, en moyenne, entre 6 et 7 enfants. Lesquels sont, culturellement encore, généralement livrés à eux-mêmes avant d’avoir atteint l’âge de trois ans… Autant dire qu’ils entrent à l’école de la République désarmés. Faute d’encadrement spécifique, ils en sortiront détruits. »
« Qui s’intéresse à la place des mères dans ces mêmes familles africaines, turques, maghrébines, repliées sur leurs traditions? Les traditions n’expliquent pas tout. Grandir dans une tour délabrée, un logement insalubre, isolé ou sans perspectives d’emploi, ajoute au sulfureux cocktail. De même que l’exil aggrave le repli communautaire, la ségrégation et la xénophobie brisent les plus beaux élans. Certaines habitudes héritées constituent, par ailleurs, de formidables paravents – l’entraide entre générations et les solidarités féminines notamment. Il n’empêche. « Faute de s’intéresser aux individus dans leur globalité, les politiques publiques se privent de leviers essentiels », assène le chercheur, qui le déplore: à elles seules, les récentes émeutes urbaines auraient pourtant pu révéler bien des carences liées aux origines, et permis d’y répondre. La gauche est tout aussi coupable quand « elle prétend créer une société de Bisounours », niant au passage la diversité des valeurs. Cette dernière existe pourtant, s’étend même, et mériterait que l’on s’y intéresse. Rapidement !»
Tout ceci est bien une réalité que n’importe qui peut constater aisément. A moins d’être sourd et aveugle ou lâche comme l’est l’ensemble de nos élites bien pensantes et donneuses de leçons.
Il est actuellement absolument vital pour notre pays, pour ses valeurs républicaines et démocratiques d’imposer fermement un contrôle sérieux et des conditions drastiques à l’immigration sauvage et de recadrer efficacement et fermement toutes demandes d’accommodements religieux archaïques contraires à nos principes.
Claude PICARD




La honte pour la France, c'est le discours de Martine Aubry à La Rochelle

Un été de honte pour la France ?
C’est Martine Aubry qui déclare cela pour l’ouverture de l’université d’été du Parti Socialiste à La Rochelle le 26 août. Honte pour les délinquants, la racaille meurtrière, les déviations religieuses et les revendications moyenâgeuses contre les lois sur la laïcité ? Pas du tout ! Elle précise bien : « il n’y a pas que le discours de Grenoble, il y a tout ce qui c’est passé et se passe sur les Roms ». Pour elle, et le Parti Socialiste dans son ensemble, c’est le discours sécuritaire du gouvernement et son action contre les Roms qui est une honte. Pas un mot sur les exactions de criminels délinquants, pas un mot sur les victimes de petits caïds des banlieues prisent en otage dans des zones de non droit, pas un mot sur l’occupation illégale de terrains communaux par des Roms souvent en situation irrégulière. A force de faire de la politique politicienne et d’éluder un problème essentiel pour les Français aujourd’hui –l’insécurité est devenu le problème numéro un pour eux, avant le chômage !- le PS se coupe définitivement de sa base populaire et détourne de lui encore un peu plus des sympathisants et des électeurs potentiels les plus conscients.
Et comme toujours sur les questions délicates pour la gauche que sont l’immigration et la sécurité, le PS selon Martine Aubry « fera des propositions d’ici la fin de l’année sur la sécurité et l’égalité pour reconstruire une France qui ne soit pas dans le déclin, qui fasse porter haut la justice et l’égalité. Les Français verront qu’une autre France est possible »
Désolé on n’y croit plus et attendre la fin de l’année pour faire des propositions sur un sujet aussi brûlant que la sécurité est au mieux de l’inconscience au pire de la lâcheté. Pour un parti qui veut prendre la direction des affaires de la France c’est grave et inconséquent. De plus le PS oublie qu’il est lui-même responsable de la dégradation de la sécurité dans notre pays à cause de son laxisme légendaire.
Là où on aurait envie de lui donner raison sur un point c’est quand Martine Aubry déclare que « les mesures sécuritaires de l’exécutif est une vaste opération de manipulation » et que « les français ne s’y sont pas laissés prendre » Evidemment que personne ne croit plus à l’efficacité de Sarko et sa bande (après trois ans d’actions stériles et beaucoup de paroles, la peur de la loi ne suffira pas !) mais au moins ils ont le courage d’appeler un chat un chat. Ce que le PS est incapable de faire dans le domaine de la sécurité et de l’immigration. Par contre pour trouver des excuses aux jeunes malfrats de toutes sortes, par calcul politicien ou par peur, alors là il est imbattable.
Il n’y a pas au PS des responsables qui comprennent que tous ces atermoiements, ses postures d’un autre âge nuisent à l’image de leur parti ? Il n’y a personne au PS pour lui faire comprendre qu’il est déconnecté de la réalité ?
C’est consternant !
Pauvre France, tu es mal barrée avec ta gauche !
Claude PICARD
Lire également :
politique-securitaire-du-p-s-de-quoi-s-etrangler-de-rire-a-moins-de-pleurer-56154983.html




René Galinier en prison ! Quelque chose ne tourne plus rond dans notre pays

Un retraité de Nissan-lez-Ensérune (Hérault) René Galinier, est en prison depuis une semaine parce qu’il a tiré avec un fusil de chasse sur deux jeunes cambrioleuses entrées en effraction chez lui, blessant grièvement l’une d’elle. Motif de la garde à vue et de la mise en examen : « tentative d’homicide involontaire » et le procureur enfonce le clou en déclarant « Monsieur Galinier avait semble-t-il mille autres solutions que de tirer en direction des deux jeunes femmes qui ne le menaçaient pas au moment où il a fait feu ». On marche sur la tête et de plus en plus ! Ce procureur ne sait donc pas que les voyous ne sont plus aujourd’hui de simples prédateurs de biens mais sont capables de la pire violence ? Mais dans quel monde vit-il ? Décidemment quelque chose ne tourne plus rond dans notre pays.
Un monsieur âgé de 73 ans, déjà cambriolé à deux reprises, donc fragilisé, pris de panique devant l’intrusion chez lui de malfrats, pas des visiteurs anodins, mais bien des malfrats, se retrouve en prison parce qu’il a eu l’audace de se défendre ? N’avait-il pas le droit de défendre sa propriété, de défendre sa vie ? (Rien ne laisse supposer que ces cambrioleuses n’auraient pas usé de violence)
Et pendant ce temps-là des voyous (souvent multirécidivistes) sont relâchés après une petite garde à vue de 24 heures (le plus souvent moins !)
Et pendant ce temps-là les petits caïds de Grenoble qui tiraient à balles réelles sur les policiers et les menaçaient de mort courent toujours. Dernier triste bilan de notre ministre de l’intérieur contre cette racaille : une dizaine d’arrestations, tous relâchés sauf un, accusé d’incendie de voiture ! Lamentable ! Visiblement l’opération a mal ciblé les voyous. Avec tous les moyens dont il dispose le moins que l’on puisse dire c’est que ce ministre est un incapable et l’inefficacité de notre gouvernement et des responsables policiers doit également nous interpeller. Toujours de belles paroles mais jamais d’actes concrets. Sauf la chasse aux Roms ! Evidemment ils sont moins dangereux que les petits caïds de banlieue ! Encore que…il n’y a toujours pas de reconduite à la frontière.

Quant à la gauche, silence radio : « nous préparons un projet de contre-proposition sur l’insécurité » nous dit Martine Aubry. Donc le Parti Socialiste n’a pas pour l’instant d’idée sur la question. On rêve ! Le propre d’un parti politique c’est d’avoir un projet sur toutes les questions fondamentales de la société et d’avoir une réponse appropriée au gré de l’actualité. Je dis bien « projet » et « réponse » et non programme. Cela est une autre histoire…
La gauche est minable sur le problème de l’insécurité et ça, Sarkozy le sait et il en use et en abuse de toutes les façons possibles. La gauche est toujours embarrassée sur le problème de l’insécurité comme sur le problème de l’immigration. Elle a perdu les élections en 2002 à cause de cela et n’a toujours rien compris. Il est à craindre qu’elle perde encore en 2012.
En attendant, l’exaspération des français en matière d’insécurité est à son comble, et des affaires « Galinier » il y en aura malheureusement de plus en plus. Il faudrait peut-être changé la notion même de « légitime défense » et admettre que dans certains cas d’intrusion avec effraction sur une propriété privée on a le droit de se défendre par n’importe quel moyen. Vu le contexte actuel de violence et l’augmentation des agressions sur les personnes on peut légitimement se poser la question.
Claude Picard




La gauche par son angélisme est-elle responsable de l'insécurité ?

La réponse est sans contestation possible : OUI ! Mais elle n’est pas la seule…
Le parti et le gouvernement au pouvoir ont beau jeu de dire cela : ils sont bien mal placés. La droite dirige le pays depuis 2002, Sarkozy est président depuis 2007 et était auparavant ministre de l’intérieur. C’est bien lui qui a supprimé la police de proximité et 9000 postes de policiers. Or la police de proximité était un début de réponse à l’ultra violence et, dans le conteste actuel, supprimer 9000 policiers est une aberration. Les discours guerriers de Sarkozy ne changeront rien à son incapacité et sa mauvaise réponse au problème.
Il n’en reste pas moins que la gauche par son angélisme et son laxisme passé et présent ne nous laisse pas moins présager une dégradation de la situation en cas de victoire en 2012. Quand on écoute les déclarations et les prises de position (ou non-position!) de la plupart des élus de gauche à propos de la burqa, de l’immigration ou de l’insécurité il y a de quoi s’inquiéter : de l’angélisme pur et simple, une méconnaissance réelle des problèmes ou une volonté de nier l’évidence (par peur, par lâcheté ou simplement par clientélisme ?) Quand récemment on entend Noël Mamère dire que Sarkozy (que je ne porte pas dans mon cœur) stigmatise la communauté des gens du voyage parce qu’il annonce des sanctions de bon sens à leur encontre on se dit que cet élu de « gôche » n’a rien compris. Oui les gens du voyage posent eux aussi de nombreux problèmes à notre société et vouloir seulement en parler serait une injure à leur encontre ?
Car pour la gauche le problème est bien là : elle est incapable de faire la différenciation entre un rappel normal des lois républicaines et le politiquement correct. Elle se veut tellement et toujours politiquement correcte, tellement de « gauche », qu’elle escamote l’essentiel des questions. Et l’on retrouve cette attitude dans tous ses discours sur les sujets les plus sensibles comme par exemple l’insécurité et l’immigration. Pour prendre encore un exemple flagrant : le débat sur l’identité nationale. Son refus d’y participer démontre la faiblesse de ses arguments sur le sujet. Bien sûr que le problème était mal posé, bien sûr qu’il y avait là une arrière pensée politique, et alors ? N’est-t-il pas normal pour des élus de débattre sur tous les sujets et d’affronter avec courage ce qui vous semble une erreur politique. C’est en tout cas le rôle de toute opposition. Fuir les débats est une lâcheté et donc la gauche dans son ensemble peut être qualifiée de lâche, à quelques exceptions trop rares…
Si la gauche veut gagner en 2012 elle a besoin de se ressaisir sérieusement et surtout d’être très claire et offensive dans son discours à propos de tous les sujets de société ou le respect des lois de la république. Il y a urgence ! Comme dit le journaliste du Figaro Ivan Rioufol dans son bloc-notes du 16 juillet « Faut-il que les Français le hurlent ? Ils sont inquiets de leur pays en déclin »
Claude Picard




Quand les gens intelligents ne veulent pas comprendre…

« Quand les gens intelligents se piquent de ne pas comprendre, il est constant qu’ils y réussissent mieux que les sots.  » C’est André Gide qui disait cela et pour enfoncer le clou je dirai moi que les bobos parisiens et nos dirigeants médiatico-politiques sont encore plus sots et aveugles quand il s’agit de la question islamiste. Voir dans l’opération «apéro-saucisson » du racisme et de la haine et en même temps ne pas vouloir voir le problème que posent les prières musulmanes dans les rues de Paris est tout simplement de la lâcheté intellectuelle. Cette occupation illégale dans une république laïque nous pose réellement un problème de droit et d’ordre public mais pour l’administration préfectorale c’est l’apéro-saucisson qui peut troubler l’ordre public. On marche sur la tête !

La haine de tous ces bien-pensants à l’encontre de « Riposte Laïque » qu’ils veulent faire passer pour une organisation d’extrême droite est franchement écœurante. Cette haine est proportionnelle à leur lâcheté et leur irresponsabilité car c’est bien des élus de la nation qui autorisent en toute illégalité les prières dans la rue, qui cautionnent l’interdiction du cochon dans certaines cantines de l’école de la république, qui favorisent l’installation de territoires entiers soumis à la loi islamiste.
Donc le saucisson et le pinard qui font parties des traditions culinaires françaises sont interdits dans les quartiers musulmans sous prétexte qu’ils seraient discriminatoires et insultants pour les populations pratiquant les rites halals. Comme l’est déjà la minijupe ou autre tenue « indécentes »…
Vouloir organiser un « apéro-saucisson » dans un quartier musulman est donc provoquant. Par contre les musulmans qui investissent les rues de Paris pour leurs prières ce n’est pas de la provocation. Les musulmans qui insultent des jeunes filles pour leurs tenues « indécentes » ce n’est pas de la provocation. Les musulmans qui exigent de la nourriture hallal dans les cantines ce n’est pas de la provocation. Mais qui pratique la provocation ?

L’islamisation de la France n’est pas un fantasme. Il n’y a pire sot que celui qui ne veut pas voir et la majorité de nos élus sont bien des aveugles et des sots, au pire des lâches. Il n’est pas normal que dans notre pays laïc on tolère qu’une religion envahisse la sphère publique, que des quartiers entiers soient soumis et contraints aux dictats religieux.
L’opération « apéro-saucisson » a atteint son but : démontrer la lâcheté des pouvoirs publics devant l’offensive islamiste. Cette action est bien un acte de résistance qui doit s’amplifier. Que l’extrême droite, avec toutes ses arrière pensées politiques, s’engouffre dans cet acte de résistance ne doit pas nous faire reculer. Et de toute façon il ne faut pas leur laisser la primeur du drapeau français et de la défense de nos valeurs laïques. Ce que malheureusement ont fait depuis longtemps la plupart de nos élus républicains. Ils ont beau jeu après cela de traiter Riposte Laïque de mouvement d’extrême droite.
En multipliant des actes de résistances contre l’offensive islamiste on exprime le ras-le-bol d’une grande partie de notre population et on fait une action citoyenne et républicaine. Laissons les « professionnels » médiatico-politiques à leurs délires anti-racistes mais répondons toujours fermement à leur attaques en continuant le combat !
Continuons le combat !
Claude PICARD