1

Promenade d’une heure par jour : comme dans la cour de la prison !

Il est établi que la pratique régulière d’une activité physique est un facteur de bonne santé. Ses vertus sont connues de longue date et elle est recommandée par l’Académie de médecine. Une activité physique de type endurance, c’est-à- dire mettant en jeu les filières énergétiques aérobies (marche, course à pied, vélo…) permet de lutter contre des maux tels que le surpoids, l’hypercholestérolémie, l’hypertension, les risques d’infarctus, etc. Elle stimule les fonctions respiratoire et circulatoire tout en favorisant l’élimination des toxines. Elle permet de ralentir le vieillissement et de lutter contre les effets de l’âge elle doit donc être recommandée aux personnes plus ou moins âgées qui sont potentiellement les plus exposées au risque de contracter le Covid.

D’autre part les statistiques montrent une augmentation de l’obésité chez les enfants due au manque d’exercice et à la malbouffe. Or, que nous impose le gouvernement avec ce confinement ? Les activités sportives interdites, les clubs et associations étant fermés, les sorties réduites à un kilomètre, une heure par jour, dûment attestées par une dérogation à produire en cas de contrôle policier sous peine d’amende. Les parcs sont accessibles, paraît-il, encore doivent-ils être à moins d’un kilomètre du domicile. Et une heure par jour ! On n’est pas loin de la promenade dans la cour de la prison ! Les loisirs sont donc pratiquement restreints à la télévision dans un fauteuil pour les adultes, aux jeux vidéos pour les plus jeunes. Bonne façon de lutter contre le Covid !

Il est bien connu que toute prise de décision médicale doit faire l’objet d’une balance bénéfices/risques. Les médecins qui conseillent le gouvernement l’auraient-il oublié ? Et je ne parle pas des effets secondaires du confinement sur l’économie, les emplois et le moral des populations : dépression, désespoir, suicides, etc. Mais à la fin, qui compose ce fameux Conseil scientifique ?

Daniel Carturan

Docteur des Universités en Sciences des Activités Physiques et Sportives




Et allez ! Maintenant c’est Jules Ferry qu’on accuse de racisme !

Franchement je commence à en avoir marre de cette police de la pensée, de cette censure qui s’insinue dans la société et nous bouffe notre liberté d’opinion, inspirée par le CRAN, SOS racisme, Christiane Taubira et consorts, tous ces révisionnistes de l’histoire de France, tous ces fanatiques de la repentance, ces pseudo progressistes ! Comme c’est facile de juger le passé avec la vision du présent ! Colonisation, quel vilain mot ! Quelle « faute morale et politique majeure » (François Hollande) que d’avoir encouragé la colonisation française au 19ème siècle ! D’avoir osé parler de races. Il faut l’excuser, Jules Ferry ne savait pas que pour la pensée scientiste actuelle le concept de race existait pour les chats, les chiens ou les chevaux, mais pas pour les hommes, seule espèce à ne pas comprendre de sous espèces (sans doute la preuve de son origine divine, de sa non appartenance aux lois de la nature?). Naturellement, le concept de race est devenu indissociable de la notion d’inégalité et donc de racisme ! Ben voyons ! Et naturellement on pratique l’amalgame entre race et civilisation, entre race et religion, d’où le délit d’islamophobie qui pointe son nez et que Christiane Taubira , notre nouveau ministre de la justice (c’est un comble !) ne tardera pas à faire inscrire au code pénal.

Quel manque de recul, quel manque de culture ! Tous ces bien pensants maintenant au pouvoir semblent ignorer que l’histoire de l’Humanité n’est qu’une suite de colonisations et de recolonisations. Ils semblent ignorer que l’Afrique du Nord et le Moyen Orient avant d’être colonisés par les musulmans avaient été des terres chrétiennes durant des centaines d’années. De cette colonisation là, ils ne disent rien, si ce n’est du bien, à l’instar de Jean Luc Mélenchon qui regrette que les Arabes aient été battus à Poitiers, ce qui nous aurait privé selon lui des apports de la magnifique civilisation islamique. Tiens, c’est vrai ! Pour Jean Luc Mélenchon la civilisation islamique aurait été supérieure à la civilisation chrétienne !

Je voudrais simplement rappeler aux ignares bien pensants que la colonisation de l’Algérie avait débuté par une expédition militaire demandée par les puissances européennes pour mettre un terme à la piraterie barbaresque en Méditerranée. Piraterie dont la base était Alger, qui approvisionnait le monde musulman en esclaves occidentaux, et qui gangrenait le commerce maritime en Méditerranée. Au fait, Christiane Taubira ne condamne pas cet esclavage ? Ni celui des noirs châtrés dès leur arrivée en terre islamique ?

Je voudrais aussi leur rappeler que l’Algérie n’existait pas en 1830, qu’Alger était sous la domination de la Régence turque, que le nom d’Algérie avait été inventé par la France, que la France en créant ce pays, lui avait donné outre une agriculture florissante, toutes les infrastructures d’un pays moderne : villes, ports, routes, chemin de fer, hôpitaux, mines, gaz, pétrole, écoles….Tiens, au fait! J’ai fréquenté l’école de la « colonisation » en Algérie. J’y ai appris que Robert, Jacques, Mouloud et Youssef étaient des noms propres. N’en déplaise à ceux qui voudraient que l’apartheid ait sévi en Algérie pendant la présence française, il n’y a jamais eu de ségrégation à l’école. Les deux premières victimes de l’insurrection du 1er novembre 54 étaient deux instituteurs fraîchement arrivés de métropole pour faire la classe aux petits chaouias des Aurès. Pas d’aspects positifs à la colonisation française ? Il faut être sourd, aveugle et ignorant pour le croire !

Vive l’école laïque, vive Jules Ferry !

Daniel Carturan

enseignant à la retraite




Accords et désaccords avec Jacques Guillemain quant au rôle des militaires dans les guerres coloniales

D’accord sur l’ensemble des propos de Jacques Guillemain concernant l’opposition de certains communistes (ça existe encore?) au transfert des cendres du général Bigeard aux invalides. Par contre je voudrais réagir lorsqu’il écrit que les militaires n’étaient pas « responsables de la politique menée par les gouvernements, de droite comme de gauche, qui ont décidé d’engager les guerres coloniales ». D’une part c’est considérer les militaires comme des exécutants sans états d’âme, et d’autre part c’est déplacer les responsabilités. Qui a déclenché la guerre si ce n’est le FLN en assassinant, entre autres le 1er novembre 54 dans les gorges de Tighanimine entre autres, l’instituteur Guy Monnerot et le caïd Hadj Sadok? Bel exploit dont le pouvoir algérien célèbre chaque année l’anniversaire comme déclenchement de l’insurrection. Guerre coloniale? Il y avait en Algérie 900 000 européens qui avaient fait souche dans ce pays qu’ils avaient bâti de leur sueur et de leur sang et des centaines de milliers de musulmans non hostiles à la France, qu’il s’agissait de protéger des attentats, des massacres et des atrocités perpétrés par le FLN soutenu par ces mêmes communistes. Comment ne pas citer le nom de l’aspirant Maillot qui a livré un camion d’armes au FLN, armes qui ont servi au massacre de 17 jeunes appelés inexpérimentés dans les gorges de Palestro le 8 mai 1956. Et le nom de Danièle Minne qui a posé la bombe dans le bar l’Otomatic le 26 janvier 1957. Et celui de Georges Boudarel, ce militant communiste français passé au Vietminh, nommé commissaire politique dans un camp de prisonniers où il tortura ses compatriotes. Comble d’infamie, si l’aspirant Maillot a été tué dans un accrochage par les harkis du Bachaga Boualem, Danièle Minne et Georges Boudarel ont mené après leurs exploits révolutionnaires de belles carrières universitaires sans avoir été inquiétés pour leur trahison. Et ce sont ces gens là qui voudraient s’opposer aux honneurs postumes rendus au général Bigeard? Sans doute vont-ils s’étrangler de rage en apprenant l’élévation au rang de grand croix de la Légion d’Honneur du commandant du 1er REP Hélie Denoix de Saint Marc.

Daniel Carturan




J'aime beaucoup le sens de la nuance et la délicatesse de langage de Christian Eyschen

J’ai voulu réagir aux propos de Christian Eyschen de la Libre Pensée.

DISCOURS DE CHRISTIAN EYSCHEN, SECRETAIRE DE LA LIBRE PENSEE, EN CLOTURE DU CONGRES ANNUEL, LE 10 JUILLET 2010

L’année dernière dans ma réponse j’ai dit 2 choses :
ce sont trois connards fi derrière un ordinateur
ce sont des doriotistes et si les conditions s’y prêtent, ils porteront à nouveau l’uniforme vert de gris et se réengageront pour aller sur le front de l’Est. Ce qui a fait polémique sur internet, ce n’est pas  » doriotiste  » mais  » connard  » ! Pour des raisons diverses et variées, un connard et fasciste de Riposte laïque a essayé de  » participer  » au rassemblement d’Abbeville. Après avoir été écarté il a indiqué aux camarades qu’il était l’un des initiateurs de l’apéro  » saucisson-pinard  » dans le 18ème qui s’était rabattu sur les Champs-Elysées. Il a dit que la prochaine étape, pour R.L. et le bloc identitaire, était un lâcher de cochons dans le 18ème. Il y a des précédents, camarades : c’était la méthode des S.A. contre les juifs à Berlin ! Ces gens là sont des fascistes !
On nous dit  » on a plein de photos, plein de films sur ces arabes, ces musulmans qui prient dans les rues du 18ème, dans la rue Myrha « . Allez le samedi matin dans la rue du Sentier à la sortie de la synagogue et vous verrez si vous pouvez circuler. Allez le dimanche matin dans le quartier de la Mutualité à la sortie de l’église de Saint Nicolas du Chardonnay et vous verrez si vous pourrez vous garer ! Oui, mais là, y a pas de photos, pas de DVD. Ce sont toujours les mêmes que l’on stigmatise et montre du doigt.
Nous sommes dans une crise économique considérable qui va nécessiter de taper sur les salariés, ouvriers et fonctionnaires et l’on nous met en place un dispositif politique pour taper sur la partie la plus fragilisée du prolétariat que sont les travailleurs immigrés. Il y a 5 millions de nos concitoyens qui sont d’origine arabo-musulmane. Ils ont tout de même une sacrée patience : on les insulte, on les agresse, on les stigmatise et pour l’instant, il n’y a pas de réaction collective. Et il y a des abrutis qui essaient de monter les uns contre les autres !
On nous a dit  » Il n’y a pas traitement à égalité des religions dans la Raison ». C’est vrai. L’Union européenne, qui est la mère de toutes les saloperies, elle est catholique ou musulmane ? C’est le grand muphti de Bruxelles qui dirige l’U.E. ou le Pape au Vatican ?


Jacques Doriot, que Christian Eyschen compare aux rédacteurs de Riposte Laïque. Cherchez l’erreur…

Christian Eyschen, secrétaire de la Libre Pensée…

Réponse à Christian Eyschen

Quel sens de la nuance, quel délicatesse de langage chez Christian Eyschen, le même qui comparait la burka à la mini jupe et aux cheveux longs, nous fait maintenant le coup de la comparaison entre les rues bloquées dans le 18ème arrondissement de Paris par la prière musulmane et la sortie d’une synagogue ou d’une église ! Doriotistes, connards, fascistes, abrutis, rien que ça ! Comme souvent l’invective tente de pallier la faiblesse de l’argumentation. Quel bel accusateur il aurait fait en d’autres temps sous l’Inquisition, la Terreur ou le stalinisme ! D’où sort-il ce pit-bull qui s’attribue l’exclusivité de la laïcité et s’arroge le droit de condamner en des termes orduriers ceux qui trouvent que l’ampleur du phénomène islamique menace la laïcité?
Circulez, il est interdit de penser, encore moins de parler ! Tous des doriotistes, les Zemmour, Finkelkraut, Elisabeth Badinter, Christine Tasin, vous savez, celle qui reçoit des menaces de mort et est nommée dans les éructations de cet énergumène barbu qui prêche la haine de la France et de la démocratie en place publique à Limoges, en toute liberté. Il ne sera pas fâché, le camarade Eyschen si ces menaces sont mises à exécution, ça fera une fasciste de moins et qui l’aura bien cherché ! Comme Redeker avait bien cherché sa fatwa ! Doriotiste ? Par exemple ! Et la brigade nord africaine du truand collabo Lafont et du fanatique algérien El Maadi ? Et les excellents rapports entre les leaders musulmans, dont le grand mufti de Jérusalem, et les nazis pendant la guerre ? En pièce jointe, un beau portrait de Doriot lors d’un meeting musulman du PPF (source : le croissant et la croix gammée, Roger Faligot & Rémi Kauffer chez Albin Michel). Faudrait revoir tes leçons d’histoire, camarade Eyschen ! Pendant que tu y es, tu pourrais lire le traité d’athéologie de Michel Onfray, ça améliorerait ta culture générale et ça t’éviterait de dire des âneries.
Tiens, au fait, les islamistes et leurs alliés n’ont pas dû le lire, ce remarquable petit ouvrage, sans quoi Michel Onfray aurait sûrement écopé d’une fatwa lui aussi. Mais comment la Libre Pensée, dont j’ai été adhérent il fut un temps, a-t-elle pu devenir ce qu’elle est actuellement ? Je voudrais crier à ses fondateurs : « réveillez vous, ils sont devenus fous ! » Insultés, agressés, les musulmans ? J’aimerais bien savoir qui pourrait oser cela actuellement sans déclancher l’ire des fous de dieu du monde entier avec son cortège d’assassinats, d’incendies et d’attentats. Parce que c’est les insulter, les agresser, les stigmatiser que de faire des petits dessins de Mahomet, d’organiser un apéro saucisson pinard, d’interdire la burka dans l’espace public, de critiquer l’invasion du halal, de trouver barbare et cruel le rituel de l’égorgement des animaux sans étourdissement préalable (obligatoire en France dans les abattoirs de par la loi) pour obtenir ce même halal ? J’avais plutôt l’impression que ceux qui subissaient insultes et agressions étaient les « blancs » les « souchiens » et les juifs.
A ce propos, Arte journal le mercredi 15 septembre fait état d’une recrudescence des actes antisémites en Suède, et plus précisément à Malmö. J’imagine donc que cet antisémitisme est le fait de l’extrême droite et de nazillons au crâne rasé. Au fil du reportage, l’interview d’un juif suédois et de ses deux filles m’apprend que ces agressions sont commises par des immigrés musulmans, en nombre important, parait-il à Malmö. Ces juifs suédois font part de leur inquiétude et de leur intention de quitter la Suède. Le sujet n’était pas présenté sous cet angle au début du reportage et laissait planer le doute. Cerise sur le gâteau : le maire de Malmö, interrogé sur le sujet, non seulement ne condamne pas les actes antisémites, mais il les justifie par la politique d’Israël dans la bande de Gaza !
Quelques jours plus tard, les élections en Suède donnent 20 sièges au parti d’extrême droite anti-immigration des Démocrates de Suède. Qui fait monter l’extrême droite ? Qui agresse qui ? Qui commet des actes antisémites actuellement en France ?
Les faits sont têtus, camarade Eyschen, il ne sert à rien de s’obstiner à les nier, il est évident que l’Islam a entrepris sa reconquête de l’occident par tous les moyens. Le rôle de la LP devrait être de défendre inconditionnellement la laïcité et la raison contre toutes les superstitions et la barbarie moyenâgeuse.
Daniel Carturan
(un laïc, ne t’en déplaise !)




M. Sopo, je ne vous permets pas de me traîter de raciste et de fasciste

A monsieur Dominique Sopo
Président de SOS Racisme
61 rue de Flandre
75019 Paris
Monsieur Sopo,
J’ai pris connaissance des propos que vous avez tenus lors du pique nique « anti-raciste » le 9 juillet 2010 sur l’apéro saucisson- pinard et sur ceux qui sont à son initiative. Des gens qui selon vous se cacheraient derrière les concepts de laïcité et de féminisme pour distiller des thèses racistes et fascistes. A vous écouter, à écouter l’outrance, la violence de vos propos, plusieurs qualificatifs me viennent à l’esprit : schizophrénie, ignorance, mauvaise foi, malhonnêteté intellectuelle et j’en passe.
Proposer un apéro pinard dans un quartier de Paris, capitale d’une France républicaine et laïque serait une démarche provocatrice et raciste envers les musulmans qui, chaque semaine, confisquent l’espace public au profit d’une pratique confessionnelle, phénomène qui, lui, est la véritable provocation. Si cet apéro n’avait pas été interdit par des pouvoirs publics dont la lâcheté n’a d’égale que l’indifférence à l’égard de la laïcité et du sentiment des non musulmans qui habitent le quartier, sentiment qui est celui de la majorité des français, et si des violences s’en étaient suivies, d’après vous, de qui auraient-elles été le fait ? Des saucissonneurs ?

Dans ce pays, on ne peut plus manger ce qu’on veut où on veut quand on veut, sous peine d’offenser les musulmans, on ne peut plus dessiner, écrire, dire et penser ce qu’on veut sur l’Islam, sous peine d’offenser les musulmans. Mais eux peuvent offenser la conscience des non musulmans et des laïques en revendiquant des pratiques barbares et moyenâgeuses telles que les mariages forcés, les crimes « d’honneur », le port de la burka, véritable prison ambulante pour les femmes ou l’ignoble égorgement sans étourdissement des animaux de boucherie, pratique d’un autre âge qui révolte la sensibilité de toute personne civilisée.
Des musulmans peuvent menacer et agresser des commerçants qui vendent de la viande de porc, menacer et agresser des commerçants qui exposent en devanture des revues montrant des femmes trop dénudées à leur goût, menacer et agresser des citoyens d’origine musulmane qui ne suivent pas les préceptes de l’Islam ou fréquentent des non musulmans, cela ne fait pas réagir l’ensemble des officines comme la vôtre qui se réclament des droits de l’homme et de l’antiracisme mais ne sont en réalité que les flanc-gardes d’un Islam agressif et conquérant. D’ailleurs, s’agissant du racisme, vous avez une curieuse tendance à ne le voir que d’un œil. Je suis abonné à Riposte Laïque, comme des milliers de citoyens dont le nombre ne cesse d’augmenter et j’ai l’honneur d’y être publié de temps en temps.
Enseignant retraité, syndicaliste, attaché à la laïcité et à l’égalité entre élèves de toutes origines, j’ai fait toute ma carrière en collèges dits difficiles. J’ai pu mesurer l’ampleur de l’offensive islamique dans l’Education Nationale depuis plus de vingt ans, j’en ai fait parfois les frais. Le seul racisme dont j’ai été témoin pendant toute ma carrière était dirigé contre les enseignants, symboles des valeurs républicaines et laïques et envers les élèves français de souche. Je ne vous permets pas de me traiter de raciste ou de fasciste.
Qui êtes vous, monsieur Sopo, pour dire qui est laïque ou ne l’est pas ? Qui êtes vous pour dire qui est féministe ou ne l’est pas ? Réagissez vous de la même façon lorsqu’une autre religion est mise en cause ? Bien sûr que non, puisque critiquer l’Islam c’est être islamophobe et être islamophobe c’est être raciste, selon votre pratique du raccourci. Raciste anti arabes bien sûr ! Le fait que race et religion soient deux concepts parfaitement distincts ne vous effleure pas, que le plus grand pays musulman du monde, l’Indonésie, ne soit pas un pays arabe ne vous interroge pas ? Que les zélées porteuses de burka, françaises de souche converties, ne soient pas arabes, ne dérange pas votre mode de pensée ?
Simple question, Monsieur Sopo : pouvez vous me citer une autre religion dont la critique provoque dans le monde entier déchaînements de furie collective, fatwas, menaces de mort suivies d’effet et actes de terrorisme ?
Fascisme dites vous ? Sans doute, le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde, mais elle a changé d’oripeaux, elle a troqué la culotte de cheval et les bottes pour la burka et la djellaba. Rien d’étonnant d’ailleurs, Adolf Hitler n’a-t-il pas déclaré : « Le mouvement de libération arabe est notre allié naturel », Hadj Amine El Husseini, le grand mufti de Jérusalem n’était-il pas l’allié et le grand ami d’Hitler ? Le truand collabo Henri Chamberlain dit « Lafont » n’a-t-il pas formé avec le fanatique El Maadi la brigade nord africaine, les « SS Mohamed » pour combattre la résistance ? Les soldats nord africains ont vaillamment combattu les allemands aux côtés de leurs camarades pieds noirs, mais, faits prisonniers, ils n’ont pas subi les atrocités que les Allemands ont infligées aux soldats originaires d’Afrique noire. Normal, les nazis ne considéraient pas les Noirs comme des hommes. Tout comme le grand philosophe arabe Ibn Khaldoun (1332-1406) d’ailleurs, qui écrivait au 14ème siècle : «Les seuls peuples à accepter l’esclavage sont les nègres, en raison d’un degré inférieur d’humanité, leur place étant plus proche du stade animal».
Je m’arrête là, Monsieur Sopo, je ne voudrais pas abuser de votre temps qui est sans doute précieux, tout comme le mien d’ailleurs.
Naturellement, j’adresse ce courrier à la rédaction de Riposte Laïque
Daniel Carturan




Ras le bol de voir Dounia Bouzar sur tous les plateaux de télé !

Décidément pas une semaine sans la présence de Dounia Bouzar sur une chaîne publique pour nous faire l’éloge de l’Islam, le vrai, le bon, celui de paix et d’amour ! Elle doit avoir sa place réservée sur le parking de France télévision ! Que faisait-elle au fait, parmi les invités de Frédéric Taddeï lundi soir sur France 3 pour discuter du déclin de la France à partir de la défaite de Waterloo, le thème du dernier livre d’Eric Zemmour ? Sujet historique, sérieux, sur lequel elle n’a rien eu à dire, déclarant elle-même que ceux qui étaient français depuis peu n’avaient pas d’opinion sur la question.

Par contre elle était venue pour ferrailler avec Eric Zemmour sur le thème de l’émigration et du racisme, question tout à fait subsidiaire dans le débat. Alors nous avons encore eu droit au couplet sur le vrai, le bon Islam, qui n’aurait rien à voir avec les traditions archaïques arabes (c’est elle qui le dit) d’endogamie, de clan et de voile, et sur ces malheureux musulmans à qui on ne fait pas dans notre pays toute la place qu’ils méritent, raison sans doute pour laquelle des voitures brûlent, des bus sont caillassés, des « sales céfrans » sont agressées, la marseillaise est sifflée, le drapeau français est brûlé sur la place de l’hôtel de ville à Toulouse et la France « niquée » par les rappeurs. Dounia Bouzar est présentée comme anthropologue.
L’anthropologie est une science, à ce titre elle est neutre et objective. Dounia Bouzar n’est ni l’un ni l’autre. Est-elle seulement réellement anthropologue ? Elle est convertie à l’Islam et prosélyte, proche de Tarik Ramadan, un autre invité de Frédéric Taddeï, elle n’avait rien à faire dans ce débat, et Frédéric Taddeï ou Yves Calvi seraient bien inspirés d’éviter de l’inviter dorénavant.
Daniel Carturan




Burqa, polygamie : L'incroyable discours, suicidaire, de l'ensemble de la gauche

C’est incroyable, ce discours quasiment unanime de la gauche, de ses sympathisants et de ceux qui se prétendent « progressistes »: la question de la burka serait une manipulation du gouvernement pour détourner l’attention des vrais problèmes, les français n’y seraient en réalité pas sensibles.
Cet argument vient encore d’être repris par Bernard Thibaud ce matin sur France Inter. Comme si la question de la burka n’était pas un problème grave, comme si le citoyen moyen était stupide au point de se laisser berner par un leurre qu’on agiterait devant lui pour lui faire oublier, par exemple, les questions du chômage, du pouvoir d’achat en baisse et des retraites! Comme tous les autres, Bernard Thibaud s’est dit contre la burka, mais contre son interdiction, autrement dit, on est contre, mais surtout on ne fait rien contre. Pour nombre de citoyens de ce pays, s’agissant de la burka, il n’y a pas de mais…! Au début de cette affaire de la burka, on estimait leur nombre à 200 environ. On parle maintenant de 2000 à 3000 femmes! Et demain?

Et si on écoutait un peu plus les femmes d’origine musumane comme Fadela Amara, Sihem Habchi, Malika Sorel ou Chahdortt Djavann plutôt que les élucubrations de l’inénarrable Marc Blondel qui continue à comparer la burka à la mini jupe sous le régime des colonels en Grèce?
S’agissant du cas de Nantes,on affecte de découvrir que des cas de polygamie existent en France, même en dehors de Mayotte! Comme si on ne savait pas que les concubines, non mariées officiellement en France, (bien sûr!) percevaient des allocations familiales conséquentes et des aides de toutes sortes en tant que mères célibataires. Comme si des municipalités n’étaient pas obligées de fournir à ces ménages multiples des logements à la taille des 10, 12, 15 enfants qu’ils comptent! Comme si on ne savait pas que ces personnes savent parfaitement utiliser à leur profit les lois sociales françaises! Avec quatre femmes et douze enfants, pas besoin de travailler!
Au fait, « Anne » ne sait-elle pas que dans les pays où les femmes sont obligées de porter nikab pou burka, elles n’ont pas le droit de conduire?
Daniel Carturan




L'inimitable Eyschen tente laborieusement de justifier le parallèle de la Libre Pensée entre burqa et mini-jupe

Je ne résiste pas à l’envie de vous joindre ma réponse à la LP:
Vos positions sur la burka me plongent dans un abîme de perplexité. J’hésite entre deux qualificatifs vous concernant: imbéciles ou traîtres. Mettre les fonctionnaires dans le même sac que la burka! Après la mini jupe, les cheveux longs! Quelle malhonnêteté! Ainsi tous ceux que la vue de la burka insupporte seraient des « beaufs »? Non mais! Vous ne réalisez pas l’absurdité de vos propos? On parlait il y a quelques années des crypto staliniens. On peut parler maintenant des crypto islamistes dont vous faites partie aux côtés du MRAP, du NPA et de bien d’autres. Vous pourrez bientôt vous engager aux épreuves de natation des jeux olympiques: nager à contre courant comme vous le faites vous rendra imbattables. Je fais suivre vos écrits à mes contacts sans ajouter de commentaires, ils se suffisent à eux mêmes.
Daniel Carturan
(un aboyeur ou un beauf, comme vous préférez)



Dessins publiés sur le site de la Libre Pensée Vaucluse
A présent, nous laissons les lecteurs de RL savourer ce grand moment de littérature, signé de l’inimitable Christian Eyschen…

Sur le site de la Libre Pensée
http://www.fnlp.fr/

Burqa, niqab, minijupes, cheveux longs, pantalons féminins et petites pépées : l’impossible débat

A l’heure de la crise du capitalisme, de l’augmentation considérable du chômage, de la destruction massive des services publics, des remises croissantes de la République une, indivisible, laïque, démocratique et sociale, le Président de la République a lancé un leurre pour amuser la galerie : faut-il interdire la burqa dans la rue ?
C’est évidemment la question essentielle qui étreint d’angoisse les dizaines de millions de citoyennes et de citoyens de ce pays. Les chiens de garde du système, complices conscients ou idiots utiles du sarkozysme en crise, se sont jetés sur l’os ainsi tendu. Nous ne les confondons pas, bien évidement, avec d’authentiques libres penseurs et laïques qui s’interrogent sur des vraies questions.

La Libre Pensée ne leur plait pas, et c’est tant mieux

La Fédération nationale de la Libre Pensée a pris une position unanime lors de son congrès national de Peisey-Nancroix. Nos détracteurs perpétuels ont vu dans cette unanimité, non la force des arguments, mais l’argument de la force. Chacun voyant midi à sa porte, ils nous ont appliqué leurs conceptions des choses : un vote unanime ne peut être que manipulation et pression organisées.
Mais hélas, trois fois hélas pour nos sycophantes professionnels, cette position unanime des délégués de notre congrès a rencontré une très large approbation positive dans notre association. Bien entendu, quelques échos ici ou là, sur des sites internet qui ne représentent qu’eux-mêmes et encore !, ont été, en vain, montés en épingle pour faire « genre ». Mais la réalité est là : les libres penseurs, dans leur très grande majorité, ont approuvé la position du congrès national. Mais, comme on ne parle jamais que des trains qui arrivent en retard et jamais de l’immense majorité de ceux qui arrivent à l’heure, les fêlés de la toile ont fait de la mousse informatique.

La position de la Libre Pensée

Nous sommes contre le port de la burqa, du niqab , de la soutane, de la cornette, du schtreimel et autres grigris totémiques et religieux. Nous considérons que toute marque d’appartenance religieuse est une abdication de la liberté de pensée. C’est clair, simple et net. Mais comme nos délateurs ont un rouleau de la Thora ou un crucifix dans l’oreille, ils n’entendent pas.
La Libre Pensée a défini sa position à partir de principes fondamentaux : il n’appartient pas à l’État de dire comment les gens doivent s’habiller dans la rue. Les citoyens peuvent et doivent avoir un point de vue philosophique sur la métaphysique et ses représentations, l’Etat doit se l’interdire. C’est l’application de la laïcité dans la sphère publique et non dans la sphère privée. La République ne peut se faire l’arbitre des élégances religieuses, sinon elle devient liberticide. Ce sont toujours les régimes totalitaires qui imposent des tenues vestimentaires ou en interdisent d’autres.

Sacrée minijupe !

La comparaison faite par la Libre Pensée entre la minijupe, les cheveux longs et la burqa a mis les aboyeurs de service dans une rage folle. Là aussi, nous avons analysé les choses à partir de principes fondamentaux. Pour nous, les cheveux longs, la minijupe à une époque ont été des marques de libération. La burqa et le voile nous semblent à l’opposé de cette libération nécessaire et revendiquée.
Pour avoir porté les cheveux très longs pendant fort longtemps, j’ai encore dans les oreilles la résonance des quolibets des « beaufs ». Que n’ai-je entendu… Force est de constater que les cheveux longs se font rares, mais les « beaufs » sont toujours aussi nombreux. Contrairement au fameux adage « trop d’impôt tue l’impôt », malheureusement « trop de connards n’ont jamais tué la connerie humaine ». Le débat sur la burqa en est une des plus belles illustrations.
Nous considérons que la minijupe a été, un moment, l’affirmation d’une libération de la femme. Mais c’est notre point de vue. En démocratie, nous devons admettre que d’autres puissent avoir un point de vue opposé et pouvoir l’exprimer. Sinon, cela veut dire que nous érigeons notre position comme une vérité officielle. Anathème à ceux qui ne sont pas du même avis que nous ? C’est cela le progrès, la liberté, l’émancipation et l’égalité en droits ?

Torquemada de banlieue, Vychinski d’opérette

Pour nos adeptes de leur pensée unique, la Libre Pensée est forcément coupable parce qu’elle ne partage pas leur point de vue liberticide : il faut interdire la burqa dans la rue. La Libre Pensée pourra ainsi dire ce qu’elle veut, développer tous les arguments possibles, la cause est entendue : elle est coupable.
Pas plus que l’on ne fait boire un âne qui n’a pas soif, nous ne convaincrons pas ceux qui ont érigé le précepte avant la preuve. Leur démarche est celle de l’Inquisition de Torquemada. Ce qu’ils souhaitent, c’est que la Libre Pensée soit déclarée relaps et brulée sur le bûcher. Leur méthode est celle des procès staliniens de 1937 où le procureur Vychinski déclarait : « Donnez-moi une phrase de quelqu’un, je me charge de le faire pendre ».
Dans le procès intenté à la Fédération nationale de la Libre Pensée, on est en plein dans le délit de blasphème. Notre droit à la libre expression est cloué au pilori par les censeurs, parce que nous sommes des « mal-pensants ». On nous dénie la possibilité d’avoir une pensée libre. On veut dicter notre conduite, et comme nous refusons, nous sommes insultés et condamnés par avance, parce que nous ne partageons pas le point de vue « officiel ».
Nos nouveaux abonnés à la boite aux lettres de la Kommandantur ont, en fait, une démarche totalement religieuse. Ils sont totalement imprégnés de posséder la Vérité, avec un grand V. Ce qui leur donne le droit de pratiquer le « compelle intrare » (forcez-les à entrer) de saint-Augustin, qui a été la marque de toutes les croisades, des conversions forcées et des buchers dressés.
Mais face à cela, les libres penseurs se sont toujours dressés contre la barbarie ecclésiastique, ils continueront à le faire contre la réaction médiatico-informatique.
Il fallait bien que ces choses soient dites un jour.
Christian Eyschen




Qui a cru un instant que Sarkozy et Besson étaient des laïques?

Qui a institutionnalisé le « culte musulman » en France en lui donnant une tribune officielle? Maintenant, assimiler tous ceux qui pensent que le port de la burka et du nikab est inadmissible chez nous, à Sarkozy et à Besson relève la pure malhonnêteté intellectuelle.
Oui, ce genre de « vêtement » dans la sphère publique révulse la majorité des habitants de ce pays, français ou non, majorité qui est loin d’être raciste ou fasciste. Alors que faut-il faire? Laisser se propager en France ce genre de pratique comme le laisse entendre la Libre Pensée pour qui il semble « urgent de ne rien faire », considérer que la burka est un vêtement comme un autre et faire un parallèle stupide avec la mini jupe sous les colonels en Grèce ou le pantalon sous Napoléon?

Bien sûr, une loi n’était pas nécessaire et ce cirque qui dure depuis des mois ne fait que renforcer la provocation des islamistes qui instrumentalisent quelques femmes (combien au juste? Est-il interdit de compter pour se faire une idée du phénomène?). Une simple action de police aurait dû régler le problème dès la première burka dans la rue, comme ce serait le cas sans poser le moindre problème pour toute personne s’exhibant le visage masqué, à poil ou en uniforme de SS, etc….Non la burka n’est pas une souris, même si le rapport de la commission n’accouche que d’une souris.
Les auditions de la commission ont permis à d’authentiques défenseurs de la laïcité et de la loi de 1905 de s’exprimer, même si au bout du compte elle n’aboutit qu’à affaiblir la laïcité. En tous cas la Libre Pensée dans cette affaire s’est discréditée aux yeux des laïques. C’est quand même incroyable de se faire traiter de raciste quand on critique une religion, comme si une religion était assimilable à une race! Y a t il un gène de la religion? Est-on raciste quand on critique le catholicisme?
Au fait, si la majorité des musulmans de France est hostile à la burka et que celle-ci n’est pas une prescription religieuse comme on nous en rebat les oreilles sur tous les tons, quel risque de « stigmatisation » de la « communauté » musulmane y aurait-il à l’interdire dans la sphère publique?
Daniel Carturan




Je suis français et fier de l'être

« Je suis français et fier de l’être. Etre français c’est parler la même langue, je veux dire le vrai français, pas la langue apauvrie et dénaturée des banlieues ou des SMS. C’est se sentir héritier de siècles d’histoire et adhérer à des valeurs qui nous distinguent de nombreux pays dans le monde, même de certains qui passent pour les plus évolués: liberté, égalité, fraternité, et comme a ajouté Fadela Amara: laïcité et mixité. Ce débat me semble essentiel dans le contexte actuel des communautarismes montants. Je regrette que, s’agissant d’émigration, les notions d’assimilation (dans le creuset républicain) et de seuil de tolérance aient été abandonnées comme non politiquement correctes. »
J’ajouterai ce commentaire: j’ai en tendu récemmment un fervent auditeur de France Inter déclarer dans l’émission de Daniel Mermet « Là bas si j’y suis » que le débat sur le port de la burka était un faux débat, que l’identité nationale, il ne savait pas ce que c’était, que ce qui comptait pour lui c’était le « vivre ensemble ». J’aurais aimé qu’il explique en quoi le port de la burka était une manifestation du désir de vivre ensemble.
Daniel Carturan