1

Alban, égorgé par un musulman, est mort : ils ont tous son sang sur les mains!

On apprend ce jour la mort du médecin militaire poignardé à Marseille, crime durant lequel le cri de guerre de l’islam a été entendu. L’agresseur se prénomme Mohamed et l’agressé se prénommait Alban. Les journaux-serpillières ont employé le mot « Dieu » en parlant de la motivation du criminel. Habituellement, ce mot utilisé en France désigne le dieu des chrétiens, lequel n’a rien à voir avec le dieu sanguinaire et débilitant de l’islam. Dieu des chrétiens est amour, pas celui qui encourage au meurtre et promet des faveurs sexuelles dans l’autre monde. On voit bien où se situent les préoccupations des uns et des autres. Je dis souvent que si un individu souhaitait créer une secte, et que dans les statuts déposés ou les enseignements transmis il y avait le dixième des écrits du Coran, il aurait des problèmes judiciaires et ce serait tout à fait normal. Si donc les journaux-serpillières utilisent le mot « Dieu » en remplacement de « Allah », c’est bien pour atténuer, voire provoquer la confusion quant à la responsabilité de l’agresseur mahométan.

On peut aussi avoir un doute au sujet du moment de la mort du médecin, celui déclaré et celui réel, comme on a pu en avoir à propos du décès d’Yvan Colonna. Dans les deux cas l’assassin est un mahométan et le mort un Français de souche. Cela s’ajoute au long martyrologe des Français égorgés, mitraillés, décapités, écrasés par des musulmans déclarant tous agir au nom de leur religion. Dans le cas présent, la Justice ne retient pas l’agression de type terroriste, comme dans d’autres cas elle s’est refusée à considérer une agression de type raciste, et toujours commises par les mêmes. Comme souvent aussi, on risque de nous parler d’un « déséquilibré », c’est singulier comme il n’y a jamais de chrétien déséquilibré assassinant un mahométan. Quand on dépose une tranche de jambon devant une mosquée, cela convoque le déplacement du ministre de l’Intérieur. Mais quand un Français de souche est assassiné par un musulman, les journaux-serpillières utilisent des circonvolutions et un vocabulaire inadapté. Cette complicité factuelle des journaleux fait partager sur leurs mains le sang de ce médecin et de toutes les victimes antérieures et, hélas, à venir.

Actuellement, les journaux-serpillières nous gavent avec les armes détenues par les Américains, comme si cela était notre problème. Pendant ce temps-là, on ne parle pas des armes entreposées dans nos banlieues ni de l’entraînement militaire de leurs détenteurs.

Mais il n’y a pas que les journaleux. Tous ces politiciens, ces maires et élus de toutes sortes, ces influenceurs auto-proclamés tels de nombreux artistes qui ignorent, minimisent, travestissent, voire excusent la violence des envahisseurs, ces idiots qui pactisent même avec ceux qui ont assassiné leurs propres enfants, les activistes des organisations de soutien à l’invasion migratoire, les militants gauchistes qui voudraient faire disparaître notre Nation, les agitateurs professionnels poussant à augmenter encore l’invasion, et, enfin, tous ceux qui ont voté pour le petit maCrON en prétendant ou non « faire barrage à l’extrême droite » ont le sang de ce médecin sur les mains. Cela fait beaucoup de monde, me direz-vous. Eh bien, comment voir les choses autrement ? Si on encourage l’invasion de gens parmi lesquels se trouvent ceux qui nous égorgent, si on dénature la motivation réelle et l’origine des assassins, si on a voté pour que tout continue comme cela, on a donc fait en sorte que ces crimes se perpétuent sans cesse. On est donc complice des assassins.

Oui, vous tous qui excusez, encouragez ou laissez faire les assassins mahométans, vous tous qui avez voté pour le malade mental de l’Élysée, vous avez sur les mains le sang des victimes.

Daniel Pollett




Crime contre l’esprit, attaques des fondements spirituels de l’humain

Les gouvernements occidentaux accusent volontiers les autres d’atteintes aux droits de l’homme, de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité. Pourtant ils ont récemment commis un crime selon le Code de Nuremberg, en obligeant un grand nombre de gens à se faire « vacciner » avec un produit encore au stade expérimental par toutes sortes d’influences, paniques organisées et coercitions diverses empêchant tout libre consentement éclairé, alors même que ce qui était présenté comme une pandémie concernait la diffusion – probablement volontaire – d’un virus causant à peine plus de morts que la simple grippe. De plus, ces « vaccins » n’ayant rien à voir avec les vrais vaccins pasteuriens ont causé et continuent de causer des décès, invalidités et diverses sortes d’inconvénients majeurs parmi les « vaccinés » alors même qu’il a été reconnu qu’ils n’empêchent pas la maladie ni la contamination d’autrui 1. Les enfants ont été martyrisés par le port obligatoire d’un masque inutile 2 dans les écoles tandis que des vieillards ont été, sans leur consentement, euthanasiés au Rivotril dans les Ehpad et même à leur domicile 3. Il est important de savoir que les « vaccins » à ARN messager peuvent modifier l’ADN humain, c’est-à-dire interférer avec les plus petits éléments reliant le divin à toutes les parties du corps physique.

Le docteur Dietrich Klinghardt expose dans une vidéo d’un intéressant article 4 le fait que nous sommes régulièrement empoisonnés par quatre éléments néfastes au fonctionnement de notre glande pinéale, considérée comme localisation physique de l’esprit dans beaucoup d’enseignements spirituels. Ces quatre éléments sont le glyphosate, le fluor, l’aluminium et la 5G.

Le glyphosate est utilisé en agriculture malgré sa nocivité reconnue et sa probabilité cancérigène. Le fluor est depuis longtemps présenté comme bon pour les dents, ajouté systématiquement dans les circuits d’eau potable, aussi dans de nombreux dentifrices avec ce prétexte. L’aluminium est présent dans les vaccins pour « stimuler » la réaction immunitaire, aussi utilisé pour traiter l’eau potable, dispersé par des chemtrails, utilisé comme emballage d’aliments qu’il pollue surtout s’ils sont acides ou salés. La 5G émet sur une fréquence identique à celle de l’eau dont notre corps est composé à 70 % ; il en est de même pour le programme militaire américain HAARP 5 censé observer la haute atmosphère mais pouvant aussi agir sur le climat… et sur notre état d’esprit ! Ces quatre éléments perturbent gravement le fonctionnement de notre glande pinéale, empêchant d’être soi-même.

La glande pinéale calcifiée telle qu’observée lors d’examens médicaux transforme son titulaire en véritable fossile vivant.

Ainsi probablement peut-on expliquer pourquoi nos contemporains font autant preuve de passivité, résignation, servilité, mimétisme irréfléchi, comportements moutonniers… Obsessions diverses, obéissance aux manipulations politico-médiatiques même évidentes, craintes et hystéries collectives irraisonnées… Manque de lucidité, de discernement et de clairvoyance, de bon sens, d’ouverture d’esprit, de réflexes défensifs… Renoncement à la famille, à la patrie… Instabilité affective, professionnelle… Renoncement à la liberté, à la morale et à la nature… Remise en cause même du sexe naturel… Désintéressement au passé et au futur et même à ses propres affaires…

Ceci est aussi sans doute la cause principale de l’éloignement des humains de la spiritualité, de ses différents possibles religieux, du déni du divin, de l’esprit et du sens du sacré, du développement sans précédent des sectes sataniques, amenant au propos du Dalaï-lama : « Ils vivent comme s’ils ne devaient jamais mourir et ils meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu. » La cause aussi de la multiplication de la maladie d’Alzheimer et des oublis chroniques…

En ces temps de folie universelle, l’ensemble de ces aberrations mentales atteint aussi ceux qui nous dirigent, le nombre de malades mentaux parmi eux va en augmentant dangereusement. Notons aussi que toute religion non issue d’une spiritualité n’est pas atteinte, puisque ne faisant pas appel à l’esprit ni à l’intelligence. Ne soyons donc pas étonnés de voir la catastrophe aller de pire en pire si nous n’arrivons pas à supprimer et vaincre ces empoisonnements omniprésents.

Daniel Pollett

1 https://ripostelaique.com/effets-secondaires-du-vaccin-des-centaines-de-plaintes-contre-pfizer.html

2https://ripostelaique.com/port-du-masque-on-fait-le-decompte-des-morts.html

3 https://www.breizh-info.com/2022/05/11/186431/le-scandale-du-rivotril/

4 https://micheldogna.fr/pineale-calcifiee/

5https://usbeketrica.com/fr/article/les-americains-manipulent-ils-le-climat-en-cachette




Rafale Marine

RAFALE MARINE

Le pilote du Rafale Marine était confiant en son avion. Il avait établi avec lui une symbiose pareille à celle d’un cavalier aimant son cheval ou un motard sa moto. Aussi n’était-on plus au temps de la guerre d’Indochine où des traîtres sabotaient les armements dans les usines et d’autres recevaient les blessés à coups de pierres. Il le savait, son avion le ramènerait jusqu’au Charles de Gaulle. En temps de guerre, les événements ne se passent que rarement tels que prévus. Il avait dû effectuer de nombreuses manœuvres de combat et d’évitement qui avaient dangereusement diminué sa réserve de kérosène, lui laissant tout juste de quoi rejoindre le porte-avions à vitesse réduite. Tandis qu’il était en procédure d’approche, il eut à peine le temps de voir un point traverser son écran radar à vitesse inhabituelle. Juste après sa radio cessa de lui transmettre la voix fraternelle et rassurante de l’officier d’appontage qui l’avait guidé jusque-là. Après quoi tout se passa très vite, tant même qu’il en faut davantage pour l’écrire ou même le lire. Descendant vers la mer, il eut soudain l’incroyable vision : à peine visible parmi d’épais tourbillons de vapeur d’eau, le Charles de Gaulle brûlait entièrement, dégageant en contraste de lentes volutes de fumées noires et abondantes. Le fidèle hélicoptère de secours Dauphin, systématiquement en vol lors des manœuvres d’avions, avait disparu. Alentour, même la mer semblait brûler et la flottille d’escorte naviguait de façon aléatoire. Alors il comprit : un missile hypersonique thermobarique* avait frappé le porte-avions. C’est alors que ses réacteurs s’arrêtèrent brusquement faute de comburant, ou peut-être aussi par défaut de carburant dont les alarmes fonctionnaient depuis longtemps. Il eut encore le réflexe d’éviter une frégate avant de mettre le cap sur un îlot rocheux brièvement aperçu et qu’il espéra rejoindre à la nage. Puis il s’éjecta aussitôt tandis que son avion commençait à tomber de façon incontrôlable, rebondissant ensuite une seule fois sur des flots agités avant de s’écraser sur la roche dure et impassible. Des éclats de métal chaud pénétrèrent douloureusement dans sa chair et il arracha son masque de pilote pour libérer un grand cri. Il inspira profondément, faisant pénétrer dans ses poumons l’air brûlant dépourvu d’oxygène qui tétanisa tout son corps. La vie le quitta alors que les vagues le jetaient sur la rive caillouteuse et inhospitalière.

Plus tard, après la guerre, on inscrivit sur un monument qu’il était « Mort pour la France », ses enfants devinrent « Pupilles de la Nation » et son épouse reçut en son nom une décoration. Dans les milieux officiels, personne ne proclama qu’il était mort dans une guerre que le simple bon sens aurait pu éviter, qu’on aurait dû ne pas se mêler d’un conflit qui ne concernait pas la France, que nous n’étions pas les gardiens d’une morale universelle, que les mondialistes étaient les responsables de tout cela et que l’OTAN devait, enfin, être dissoute ou qu’au moins la France s’en retire totalement, comme de l’UE et de tous les traités néfastes dont elle était esclave depuis longtemps. Même les gauchistes n’en dirent rien, eux qui n’aimaient pas les patriotes mais avaient été contents que nos militaires défendent le territoire. Ainsi continua la grande hypocrisie.

À moins que… des militaires se décident enfin à renverser le néfaste incapable et corrompu, comme surent le faire en leur temps les colonels Nasser en Égypte et Kadhafi en Libye. Un colonel peut donc suffire et de toute façon nos généraux restent au garde-à-vous devant le capricieux n’ayant même pas fait de service militaire.

Daniel Pollett

* Hypersonique : vitesses supérieures à Mach 5, soit 6125km/h.

Thermobarique : combinant les effets thermique, d’onde de choc et de dépression,

avec notamment pour conséquence l’élimination provisoire de l’oxygène dans la zone touchée.




Le pic et la poudre : hommage à nos ancêtres bâtisseurs

livres.jpg

Ce livre* de Jean-Luc Déjean est un roman aux exposés tellement véridiques et pertinents que le lecteur, parfois pris à témoin par l’auteur entretenant lui-même une complicité directe avec ses personnages, se trouve amené avec eux à cette époque de la fin du XIXe siècle, celle qui vit la naissance de beaucoup des grands ouvrages architecturaux du modernisme technologique.

Précisons que l’auteur est expert en connaissances variées et complémentaires sur l’époque.

Comme je les aime, ces ancêtres laborieux nous ayant légué ces belles réalisations !

Voici donc une famille de carriers cévenols de la région de Ganges, durs à la tâche et avares de paroles, de vrais hommes de la terre, leurs épouses à la sagesse astucieuse et dévouée, leurs enfants découvrant le monde et ses possibilités immenses. Pour les décrire eux et leurs œuvres, l’auteur a un don singulier pour dire tant avec si peu de mots, laissant le lecteur imaginer spontanément, à la lecture d’une ligne ou moins, en une image transcendant l’espace et le temps, toute la réalité d’une vie, d’une situation, d’une pensée ou d’une action.

Nos carriers travaillent dur et avec talent, tellement que les voici acceptés pour aller participer à la construction du canal de Suez. Une aventure incroyable pour ces hommes jamais partis de leurs Cévennes. L’Égypte et son histoire, l’Orient et ses mystères, une œuvre gigantesque imaginée par un visionnaire, le grand Ferdinand de Lesseps, tout un univers fascinant et presque effrayant, mais ne faisons pas injure à ces braves qui ne craignaient pas la difficulté et arrivaient à quitter leurs endroits familiers pour s’investir dans une entreprise dépassant chacun d’entre-eux.

Le canal de Suez, une évidence tentée sans succès par les Pharaons, organisée par des Français, réalisé par une multitude d’entrepreneurs, cadres et ouvriers de nombreux pays sous la direction de la Compagnie du Canal de Suez dirigée par de Lesseps. Non seulement dirigée, mais aussi protégée par anticipation prévoyante. Nos « amis » britanniques ne voyaient pas d’un bon œil ce canal remettant en cause leur célèbre Compagnie des Indes et son commerce hégémonique. Ils ne manquèrent pas d’influencer l’empereur ottoman afin de retarder les travaux le plus possible, le souverain d’Égypte n’étant que vice-roi dépendant de l’Empire. Mais ils surent bien profiter du canal une fois qu’il fût construit, après avoir tenté sans succès de racheter au vice-roi ruiné plus de la moitié des actions de la Compagnie, combine prévue et empêchée juridiquement par de Lesseps.

Le lecteur voit à l’ouvrage et dans leur vie personnelle ces excellents ouvriers, les suit sur l’incroyable chantier, dans les marais infestés de moustiques et de serpents, dans les baraques de logement, lors de leurs sorties dans les villes séculaires, jusque dans les dangereux caissons de plongée dont on ressort parfois mort. Il voit le travail, les accidents si nombreux, les nouvelles machines de l’époque, la progression jusqu’au lâcher de barrage provisoire mal calculé, tuant et dévastant, rajoutant du travail. Si vous passez par le canal de Suez, ayez une pensée pour eux.

Les voici revenus dans leurs belles Cévennes, participant à l’édification de la ligne de chemin de fer reliant Nîmes à Tournemire. En ce temps-là, on ne nommait pas tunneliers d’impressionnantes machines avec ordinateur, laser et GPS, mais une armée de vrais hommes braves, pauvrement vêtus et chaussés, sans casque ni harnais, mais connaissant la nature, la pierre, la montagne, sachant manier le pic et maîtriser la poudre. Cette ligne aux courbes quasi-permanentes reliait ainsi la ville romaine au fromage de Roquefort, en passant par les multiples productions cévenoles aujourd’hui presque toutes disparues. Fini le plomb dont les alentours des anciennes mines sont interdits même aux potagers familiaux, le ver à soie remplacé par les bas de gamme asiatiques, l’olive gelée en 1956, la châtaigne malade et impropre au marché. Il reste encore un peu de la pomme reinette du Vigan et surtout le connu et apprécié oignon doux des Cévennes. Et le chemin de fer ? Qu’est devenue cette ligne la plus coûteuse de toutes, dont chaque kilomètre comporte plusieurs ouvrages d’art sur une plate-forme elle-même déjà un exploit ? Peu rentable (mais un service public est-il censé l’être ?) dès le départ, elle donna pourtant du travail à de nombreux ouvriers pour sa construction, avant d’être desservie par les moins bonnes machines multipliant elles-mêmes les incidents sur cette ligne aux rampes à la limite de la nécessité d’une crémaillère, amenant à son abandon progressif. Aujourd’hui elle sert par endroits de promenade, de piste cyclable avec sa plate-forme bitumée, ses viaducs vertigineux sont relégués au saut à l’élastique, ses ouvrages d’art ne sont plus entretenus, ses gares ont été vendues à des particuliers, ses tunnels s’humidifient de plus en plus alors que la végétation envahit tout. Le temps et le défaut d’entretien vieillissent les belles pierres taillées et jointées. Les gros rivets, chacun si bien posé à chaud par deux ou même trois ouvriers, subissent la rouille. Le beau travail de tant d’hommes semble pourtant impassible sous l’injure, tout juste méprisant. Je nous sens coupables de délaisser ainsi ce travail de nos ancêtres, de ne s’en servir que pour les loisirs et encore pas partout. C’est une insulte à leur mémoire. Je songe souvent à eux en parcourant la ligne, avec des pensées de gratitude et de reconnaissance. Tout ici est chef d’œuvre, même le plus petit ouvrage destiné aux eaux de pluie dont le tracé parfait et les pierres taillées avec précision guident même encore aujourd’hui les flots violents des épisodes cévenols. Les grandes sœurs de cette voie ferrée montagnarde, la ligne des Cévennes reliant Nîmes à Clermont-Ferrand, et la ligne des Causses reliant Béziers à Neussargues en passant sur le viaduc de Garabit, ne sont elles-mêmes pas sûres de leur avenir…

Expérimentés par cette ligne à la réalisation prestigieuse, nos carriers s’en vont participer au creusement du tunnel du Saint-Gothard, sur la ligne de chemin de fer reliant la Suisse à l’Italie.

Là comme à Suez, on est payé à la longueur faite, avec les exigences des banquiers quant au rythme de réalisation comptabilisé chaque jour. Les inégalités géologiques sont nombreuses, les accidents fréquents. Les ouvriers doivent affronter le danger caché derrière chaque mètre creusé, faire leur travail et aussi se protéger des prétentions banquières dédaignant leurs propres vies. Le rythme est un peu ralenti, de mauvaise grâce. Les Cévenols ne renouvellent pas leur contrat après la mort de l’un d’entre-eux. Là comme à Suez, si vous y passez, ayez une pensée pour eux.

Nos carriers vont ensuite à Paris étudier la possibilité de participer aux travaux du Trocadéro et des considérables aménagements élaborés par le baron Haussmann. Ils constatent vite que la vie parisienne et les mœurs commerciales entremêlées de politique ne sont pas faites pour eux. Ils sont des hommes droits dans un univers de magouilles. Impressionnés par la construction du Trocadéro où l’on creuse en même temps que l’on bâtit, une hérésie pour eux, ils renoncent surtout devant la corruption, les menaces, le risque financier peu maîtrisable sur fond de vie citadine impersonnelle.

Extrait : « Il monte dans un tramway… Le soir, bouleversé, il me raconte la chose : Moi je lève mon chapeau, et je dis comme il se doit : « Bonjour messieurs-dames. » Tu me croiras ou non, il y en a pas un seul qui m’ait répondu ! Ils me regardaient en bête curieuse.» J’ai la vision atroce d’un avenir ou personne ne saluera plus personne, et ne saura pas le nom de son voisin de rue. »

Ils reviennent donc dans leurs chères Cévennes, préférant travailler en terrain connu, parmi leurs proches, habiter la maison familiale ou des endroits habituels. Cependant leur entreprise connaît là aussi les méandres des relations avec les administrations, la préfecture, les combines et les non-dits, les intérêts mêlés, alliés ou ennemis de circonstances, les pièges des contrats mal précisés. Mais ils ne renoncent jamais, acceptent de perdre pour gagner après, restent des hommes de devoir. Ils plongent dans l’embarras de leurs propres manœuvres malhonnêtes les concurrents ne s’attendant pas à telle réaction.

Enfin, quelques temps plus tard, forts de cette expérience provinciale, ils retournent à Paris, où d’entrée de jeu ils neutralisent les concurrents possiblement déloyaux ayant déjà entendu parler de leurs exploits récents, pour faire grandir et prospérer l’une des entreprises les plus connues à force de travail, de talents et de mérites.

Ils sont bien loin maintenant ces ancêtres persévérants, bien loin de notre époque où les idéologies les plus farfelues, l’éloge du consumérisme, de la paresse, de l’assistanat et de la vie facile, de l’irresponsabilité et du droit sans devoir font loi. Bien loin aussi de ces idiots utiles du mondialisme prétendant juger la vie de ceux d’hier avec les idées d’aujourd’hui, leurs engagements, leurs actions et même leur travail. Nos ancêtres n’étaient pas ces êtres détestables décrits dans les résumés historiques revus et corrigés par l’idéologie gauchiste, des racistes-colonialistes-esclavagistes-collabos sans vergogne ni ouvrages. Ils avaient les idées de leur temps, leurs imperfections tout comme nous. Quel dommage de mériter si peu leur héritage ! Que penseront nos descendants de notre époque où même la légitimité naturelle de l’homme et de la femme, de la famille et de la patrie sont remis en cause ? Que diront-ils de ce temps présent où les parents ne protègent plus leurs enfants, les citoyens leur pays, alors que même les animaux défendent petits et territoire ? Sur une annexe de gare près de chez moi, les inscriptions s’effacent peu à peu ; la plus dégradée est le mot Lampisterie. Le siècle des Lumières est passé depuis longtemps. Qui sait encore ce qu’était une lampisterie ? Faisons en sorte que ce siècle ne soit pas celui des Ténèbres.

Daniel Pollett

* Le pic et la poudre, Jean-Luc Déjean, Éditions Jean-Claude Lattès, 480 pages, 1982.

.




MLP ou LMP : La Machine à Perdre !

Après la tragédie du résultat électoral présidentiel qui voit la victoire de la secte mondialo-écolo-islamo-gauchiste, en pleine hystérie de ceux qui ont voté pour le petit maCrON mais vont tenter d’exister encore en organisant nombre de manifestations et pétitions (qu’ils aillent se faire foutre!) pour contester ce qu’il fera et qui est prévisible, on aurait pu croire…

On aurait pu croire que La Machine à Perdre serait tombée en panne d’orgueil et de vanité pour, enfin, s’allier aux autres mouvements patriotes. D’autant plus que lors du débat d’entre les deux tours, elle s’est contentée de faire un peu mieux que cinq longues années plus tôt, ce qui peut la contenter, mais n’a rien à voir avec l’urgence de redonner aux mains des patriotes le destin de la France, du peuple français et de leur civilisation deux fois millénaire. Rien que ça !

Après ce qu’elle a fait à son père, on peut déjà se demander ce qu’elle nous ferait, à nous qu’elle ne connaît pas personnellement. Après qu’elle ait tant « dédiabolisé » le FN, fait partir les nombreux éléments de valeur qui ombrageaient sa suffisance et même changé le nom de son parti (au moment où en plus du rassemblement, il faut vraiment constituer un front patriotique) voici que justement elle fait le contraire du rassemblement. Elle préfère un nombre ridicule de députés pour le seul RN alors qu’une alliance intelligente et logique de tous les partis patriotes permettrait d’en avoir dix fois plus, alors même que l’anti-France précitée s’allie en nombre et quasiment sans hésiter pour donner au petit maCrON une majorité parlementaire et finir de saccager notre France, notre peuple, notre civilisation. On l’a bien vu lors des manifestations du Premier Mai où ses nervis se sont crus, une fois encore, tout permis. Le Méluche voudrait être « élu » Premier ministre, sans doute veut-il dire nommé selon le résultat des élections législatives. Déjà élu par les journaleux de tous les médias, nous risquons fort de le voir à la place du minable et angoissant Casse-Noix. C’est comme cela qu’ils avaient promu le petit maCrON, plus d’un an avant les précédentes élections présidentielles ; à force d’en parler, de le sublimer, ils avaient inscrit son nom dans les esprits.

Non seulement LMP refuse d’allier le restant de ses partisans et électeurs potentiels aux autres mouvements patriotes, mais elle affiche un mépris révoltant envers Reconquête ! dont bon nombre des membres sont d’anciens du FN qu’elle a dégoûtés avec tous ses « accommodements raisonnables » transformant son parti à l’image des tièdes qui ont fait tant de mal depuis presque cinquante ans. Bien que Éric Zemmour ait intelligemment demandé à ses électeurs de voter pour elle au second tour, LMP prétend ne pas avoir besoin des étrangers au RN pour gagner et traite même de nazis certains des membres de Reconquête ! en oubliant que nombre d’entre-eux furent naguère et depuis longtemps de son entourage ! Ils étaient les proches du vieux Chef dont elle dédaigne honteusement les conseils aujourd’hui, même pas capable de lui offrir une perspective de victoire pour les patriotes. Sans doute préfère-t-elle des alliés comme le Ménardier et autres opportunistes aussi flatteurs que peu sûrs.

On regretterait presque d’avoir voté pour elle au second tour, au vu du résultat et de comment elle crache sur les voix hors RN. On peut donc souhaiter que les quelques-uns de valeur persistant autour d’elle, plus peut-être par fidélité à la fille du Chef qu’à la boutiquière incapable, rejoignent sans plus tarder les rangs des vrais patriotes et forment avec eux une véritable force motivée et capable de reconquérir notre pays avant que l’anti-France ne la fasse disparaître. Elle pourra alors nous faire oublier les pipis de chats de ses œuvres et retourner s’occuper des siens afin qu’ils fassent bien dans la litière. Curieuse image que celle d’une candidate à la présidence de la République ronronnant avec ses chats alors que l’heure est aux molosses nécessaires à la reconquête de la patrie. Qu’elle nous oublie et que nous l’oublions !

Daniel Pollett




Dimanche prochain, vous voterez pour la paix ou la guerre !

MarineMacron.jpg

Dimanche prochain, vous voterez pour la paix ou la guerre. Ceci n’est pas une plaisanterie ni un artifice de propagande. Vous regardez avec effarement et tristesse les images de la guerre en Ukraine qui nous ramènent aux horreurs du siècle dernier. Pourtant, quand l’Ukraine bombardait ses propres populations russophones du Dombass, les médias vous en parlaient peu. S’il s’agissait d’un conflit entre les lointaines Chine et Thaïlande, cela vous effraierait moins, mais là le bruit des canons est bien plus proche. Si vous ne voulez pas l’entendre chez vous, mesurez bien les enjeux, ou plus précisément l’enjeu principal et vital : la paix ou la guerre. En Ukraine hors Dombass, il y a deux mois encore, les gens vivaient normalement avec leur vie affective, professionnelle, leurs affaires et leurs loisirs, leurs soucis du quotidien et leurs projets. Si vous ne voulez pas de la même situation qui est la leur aujourd’hui, votez pour la paix, c’est à dire pour la seule des deux candidats qui veuille prendre des distances avec l’OTAN. Vous n’aimez pas beaucoup Marine Le Pen ? Moi non plus. Vous n’aimez pas les « extrêmes » ? Moi non plus. Raison de plus pour ne pas voter pour l’extrême-centre qui, par sa passivité, nous emmène au désastre. Il y a déjà longtemps qu’il ne s’agit plus de voter pour la gauche ou la droite, dont le comportement du malade mental de l’Élysée a réussi la synthèse et la preuve de leur peu de différence avec son célèbre « en même temps », mais bien de voter patriote ou mondialiste. Et là, en plus, il s’agit de voter pour la paix ou la guerre.

Nous n’avons aucune chance de gagner cette guerre, notre armée a beaucoup de matériels obsolètes que l’on a fini d’user inutilement au Mali, ne dispose que de trois jours de munitions en cas de conflit de haute intensité. De plus, ses faibles effectifs sont composés de 25% de gens venus d’ailleurs dont le patriotisme est sujet à beaucoup de doutes mais la trahison à beaucoup moins. Personne n’a jamais gagné contre la Russie, ni Napoléon, ni Hitler, malgré les moyens énormes que ce dernier avait engagés. On observe qu’un grand nombre de localités où se déroulent des combats aujourd’hui en Ukraine sont les mêmes que celles où eurent lieu de féroces affrontements lors de la Seconde Guerre mondiale : Kharkov, Lvov, Taganrog et bien d’autres. Mais le patriotisme russe a toujours gagné. C’est bien la preuve que l’Histoire se répète, contrairement à ce que prétendent quelques journaleux ou historiens d’occasion. Alors souvenez-vous que la France est entrée en guerre en 1914 et en 1939 à cause d’alliances mal étudiées et respectées tardivement alors que la prévention aurait pu suffire à sauver la paix. Nous en sommes là aujourd’hui avec l’OTAN.

L’OTAN (« le machin » comme disait De Gaulle) censé nous protéger contre l’URSS, aurait dû en toute logique être dissoute lorsque celle-ci a disparu. Mais bien au contraire, elle a servi à augmenter l’hégémonie des USA, lesquels sont très habiles et ont même fait une routine à provoquer des guerres, mais surtout pas chez eux ! Avec son expansion, l »OTAN est devenue, par encerclement, une menace pour la Russie avec laquelle nous devrions pourtant entretenir de bonnes relations, ne serait-ce que parce qu’elle est notre voisine d’Europe orientale, aussi parce que de culture chrétienne, comme nous. Les USA ont poussé l’Ukraine au conflit dans le Dombass et maintenant ils voudraient nous entraîner tous dans cette guerre où il n’y aura que des perdants. Si nous ne nous écartons pas de l’OTAN, la guerre viendra chez nous. Les mondialistes veulent faire croire qu’il y aura la guerre si nous élisons Marine Le Pen. Si nous élisons Macron, nous aurons encore ce malade mental pendant cinq ans et la guerre dans quelques semaines. Comme les autres fois, les Américains fourniront des armes aux pays en conflit, bombarderont à outrance et débarqueront vers la fin pour tirer les marrons du feu. Puis ils vendront à prix d’or un nouveau Plan Marshall pour reconstruire comme ils l’ont fait avec quinze pays européens après la Seconde Guerre mondiale. Pendant cette dernière, les usines Ford allemandes étaient approvisionnées en moteurs depuis les USA par l’intermédiaire de pays « neutres ». Pendant la précédente, l’armée française roulait aussi en Ford T, aujourd’hui elle roule en Ford Ranger. Voyez donc où sont les intérêts…

Pour ce qui est des guerres de l’OTAN, souvenez-vous des plus récentes : la Yougoslavie bombardée pendant trois longs mois dont Belgrade durant plusieurs semaines au prétexte avéré faux du génocide musulman par les Serbes. Résultat : un État musulman au milieu de l’Europe, mafieux et corrompu, volé à la Serbie, avec la plus grande base américaine du continent ! Souvenez-vous de la guerre en Irak, des prétendues armes de destruction massive détenues par ce pays et que l’on n’a jamais trouvées… Souvenez-vous du soutien aux djihadistes syriens qui faisaient du « bon boulot » comme disait Fabius… Souvenez-vous de l’intervention en Libye qui a largement participé à l’invasion migratoire… Souvenez-vous, n’ayez pas la mémoire courte !

Vous n’aimiez pas Mouammar Kadhafi ni Saddam Hussein ? Regardez dans quel état sont leurs pays aujourd’hui : instabilité, corruption, guerre civile, chômage, misère et famine, tout comme le Liban jadis « Suisse du Moyen-Orient ». Vous n’aimez pas Vladimir Poutine ? Vous n’avez pas aimé la façon dont il s’est débarrassé des opportunistes qui étaient en voie d’être plus riches que l’État russe et donc d’installer la mondialisation en Russie ? Mais trouvez-vous normal que des familles puissent prêter de l’argent aux États, et qu’on vous parle de démocratie alors que l’argent est le « nerf de la guerre » ? Citons par exemple les Windsor, Morgan, Koch, Rothschild… Comme le disait Napoléon, « la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. » Ne soyez pas naïfs et regardez l’histoire de France : Louis XIV a neutralisé son surintendant des finances Nicolas Fouquet parce que sa fortune menaçait de concurrencer celle de l’État royal. L’affaire du château de Vaux-le-Vicomte n’était pas que de faire de l’ombre au Roi-Soleil, celui-ci voyait bien plus loin. Philippe le Bel avait éliminé les Templiers parce qu’ils étaient une force financière (et militaire) plus importante que celle du Royaume de France. Quoi que l’on pense de tous ces personnages historiques ou d’actualité, le principe est le même, on ne doit pas permettre que des individus ou communautés soient plus forts que les États. Sinon ce n’est plus le Bien commun mais les intérêts individuels ou minoritaires qui prévalent.

Aujourd’hui le projet de société mondialiste et apatride qu’est le « Nouvel Ordre Mondial » élaboré à Davos est en faillite, sa prétention démesurée a atteint les mêmes limites que l’URSS. Pour trouver une alternative à cette faillite, il a été essayé la prétendue pandémie de covid. Mais cela n’a pas suffit. Alors on essaie de provoquer une guerre destinée à rassembler sans murmure les forces vives des nations pour un affrontement destructeur. Beaucoup de dictatures ont déjà utilisé cette méthode. Souvenez-vous de Videla entraînant l’Argentine dans la guerre des Malouines pour sauver son régime en perdition. C’est la même chose aujourd’hui, mais à une échelle planétaire. Seuls les peuples et les nations lucides et patriotes survivront. Actuellement, les dirigeants des pays occidentaux multiplient les « sanctions » contre la Russie avec pour principal effet de détruire leurs propres économies, et par la suite on vous dira que c’est la « faute à Poutine ». On vous dit que le peuple russe n’accède pas aux informations des médias occidentaux en oubliant de rappeler que l’inverse existe chez nous depuis le début de la guerre. Tout est manipulation pour que vous soyez prêts à accepter l’inacceptable en pensant sauver la démocratie, les droits de l’homme et autres belles idées de salon. Les médias glorifient les patriotes ukrainiens, mais pour eux un patriote français est un « facho d’extrême-droite ». Et si vous croyez que le « réchauffement climatique » est causé par les humains, dites-vous bien que si la guerre vient jusque chez nous, qu’elle devient mondiale, alors ça va chauffer vraiment très fort !

Le temps n’est plus des querelles de personnes, des conflits partisans, des inimitiés ou des petits intérêts personnels. Si vous vous abstenez, si vous votez blanc ou nul, vous voterez pour Macron puisqu’il est en position majoritaire. Si vous votez pour lui, vous agirez contre l’humanité. Quoi que ce soit que vous ferez dimanche prochain, date historique ce 24 Avril 2022, vous voterez pour la paix ou la guerre.

Daniel Pollett




« A la rue pour un vaccin  » : les méfaits de la macronie dans ma conscience

Les méfaits de la macronie ne se comptent plus tant la coupe déborde. L’inventaire sera fastidieux mais devra être fait. Même Prévert en serait stupéfait, avec en plus le mortel effet sur la France et les Français. Voici qu’aujourd’hui ces conséquences indésirables troublent ma conscience, me perturbent et me font regretter, tout comme le ferait la longue liste des effets secondaires et néanmoins dangereux d’un médicament ou d’un vaccin de Big Pharma.

Lorsque l’on se promène dans Montpellier et qu’après avoir parcouru la belle place de la Comédie on souhaite accéder au Polygone (la place de la Comédie est vaste et le passage vers le Polygone est configuré en entonnoir) voici que se présente un véritable barrage de mendiants et solliciteurs de toutes sortes, particuliers, associations en civil ou uniforme, porteurs de pétitions, demandeurs de quelques euros ou plus si affinités. Cela se rencontre sur plusieurs dizaines de mètres et est franchement désagréable, surtout si l’on est en famille avec le légitime besoin d’intimité relationnelle. Parmi la petite foule des gens sus-cités je vois brièvement et sans que nous nous arrêtions une jeune femme assise au sol, prostrée, plutôt mince et peut-être maigre. Elle regarde fixement le sol, on voit bien qu’elle n’est pas une mendiante professionnelle. Devant elle se trouve un panneau fait de carton d’emballage où il est écrit qu’elle est « à la rue pour un vaccin ». Le drame des soignants naguère applaudis et jetés dehors par le petit maCrON et ceux qui lui obéissent sans réfléchir me revient en mémoire. Mais nous sommes déjà au Polygone et poursuivons notre discussion tout en marchant.

Ce matin le souvenir de cette femme persiste dès le réveil et j’en parle à ma compagne. Elle me dit qu’elle a bien failli lui donner quelque chose. Nous voici donc avec le regret. Bien sûr je sais que si je distribuais tout mon argent (ne rêvez pas, il y en a peu!) cela ne ferait que soulager momentanément des misères et même enrichir des truands jouant avec l’émotion sans pour autant résoudre quoi que ce soit. Mais il se trouve parfois des exceptions à ma circonspection habituelle.

Cette personne en était une et je l’ai laissée m’échapper. Je peux trouver toutes les raisons, aucune ne me satisfait. J’ai manqué un acte de solidarité avec une victime de la macronie. N’étant pas habitant ni visiteur régulier de Montpellier, j’ai peu de probabilités de la retrouver. Voici une raison de plus -s’il en manquait- de voter pour Éric Zemmour qui veut réintégrer les soignants injustement persécutés par l’ordure de petit maCrON à la solde des mondialistes et redonner à notre France le bon sens, la souveraineté et la grandeur. Une France où les gens honnêtes et travailleurs ne se retrouveraient pas à mendier dans la rue. Une France où je serais tranquille avec ma conscience.

La France que j’aime et que je veux pour mes enfants.

Daniel Pollett




La qualité, l’inocuité et la fiabilité des vaccins

 

Dans un précédent article (1) j’avais exposé les grandes lignes d’un remarquable document de Senta Dupuydt paru dans la revue Nexus, lequel présentait le plan de vaccination mondial élaboré bien avant l’affaire du covid. Dans un article plus récent (2) j’avais dénoncé les méthodes macronesques pour enrayer la mise au jour de la vérité, lesquelles sont narrées en détails par un article de ce jour paru sur Résistance républicaine (3). Senta Dupuydt continue elle aussi son travail d’information par de multiples articles transmis par Internet.

Dans le même numéro 121 de la revue Nexus, Senta Dupuydt signe un second article intitulé « La vérité sur la qualité des vaccins ». Attention, si vous accordez encore quelque confiance à Big Pharma, vous allez descendre de haut ! Présentation :

En Italie, le mouvement citoyen Corvelva s’est associé à des scientifiques pour analyser la qualité des vaccins proposés sur le marché (il s’agit bien d’un marché). Cherchant à y trouver quelques éléments indésirables, les premiers résultats les ont stupéfiés. Ces travaux ont eu lieu après ceux d’une commission parlementaire (rapport Uranium) enquêtant sur le nombre anormalement élevé de maladies graves, principalement des cancers, et aussi de mortalité parmi les militaires affectés à des missions à l’étranger ou préparés à y partir et donc vaccinés au maximum.

Première surprise : la présence élevée de nanoparticules solides pouvant pénétrer le noyau cellulaire, alors que ces éléments n’ont rien à faire dans un vaccin pasteurien. Rappelons que ce numéro de Nexus (mars-avril 2019) est paru avant l’affaire du covid et la fabrication de prétendus « vaccins » à ARN messager. Que faisaient déjà ces nanoparticules dans des vaccins ? Les deux chercheurs italiens Antonietta Gatti et son époux Stefano Montanari ayant découvert et publié cette information devinrent l’objet de représailles telles que pressions, menaces, harcèlement, interdiction d’accès à des outils indispensables à leurs travaux. Maître Virginie de Araujo-Recchia, qui défend diverses associations et personnes physiques déposant plainte contre l’arbitraire vaccinal à l’échelle mondiale a été victime des mêmes manœuvres (2 et 3). Il y a bien là une entente supranationale destinée à étouffer la vérité.

Vicenzo D’Anna, président de l’Ordre national des biologistes italiens, s’associa avec Corvelva afin de mener des analyses indépendantes sur la qualité des vaccins. Dans un premier temps, sur sept vaccins pédiatriques analysés, deux seulement étaient conformes à leur description sur notice. Pour les autres, on procéda à une recherche de présence d’ADN ou d’ARN humain, animal ou microbien par la méthode particulièrement éprouvée et réputée nommée Next Generation Sequencing. Notons qu’alors on ne parlait pas encore au public de l’ARN messager…

Dans un vaccin (4) contre le papillome humain, on trouve de l’ADN humain (lignée provenant de fœtus avortés?) ainsi que des fragments et gènes de divers virus sans lien avec le vaccin. Problème : si, et c’est probablement le cas, ces éléments entrent en interaction avec l’aluminium également présent dans le vaccin et destiné à provoquer une réaction de l’individu vacciné, ils peuvent induire une réaction auto-immune ou une tumeur cancéreuse.

Un vaccin hexavalent (du type contre-indiqué par la commission parlementaire italienne) présente de l’ADN bactérien et aussi de l’ADN et de l’ARN du singe cercopithèque ; lequel singe est connu pour avoir été source de contamination de millions de personnes avec le virus SV40 et fortement suspecté d’avoir participé à la prolifération du SIDA et de certains cancers.

Un vaccin tétravalent contient deux microgrammes d’ADN humain, soit 140 fois la dose maximale autorisée. Cet ADN humain correspond à une portion entière de génome de cellule fœtale provenant d’une lignée datant de 1966… De plus, l’Agence européenne des médicaments normalise la quantité d’ADN fœtal autorisée précitée en fonction de calculs théoriques (du même genre que ceux du GIEC sur le réchauffement climatique?) concernant les préparations initiales et non pas les produits finis ! On voit comme tout cela est sérieux…

Des traces de dizaines de polluants ont été décelées dans la plupart des vaccins analysés : herbicides dont le glyphosate, pesticides, médicaments et résidus divers pouvant provenir d’autres lignes de production (quelle hygiène!) entre 100 et 300 selon les vaccins ! Le fait que ces substances soient injectées, donc directement au contact de la biologie sans aucun filtre est dangereux, notamment s’il y a interaction entre l’aluminium des vaccins provoquant une réaction inflammatoire, surtout pour les personnes consommant les médicaments détectés.

La plus grande surprise semble être l’absence ou la présence en valeur dérisoire des antigènes destinés à provoquer la fabrication d’anticorps concernant la ou les maladies dont sont censés protéger les vaccins. Les produits concernés ont donc été analysés plusieurs fois afin d’être bien sûr de leur inefficacité. Ainsi donc, bien que chargés d’éléments indésirables et dangereux, certains vaccins ne contiennent pas la substance active nécessaire à la protection immunitaire supposée et vendue comme telle.

Enfin, si l’on peut dire, il a été trouvé une singulière macromolécule insoluble composée de protéines. Elle résiste à la trypsine, enzyme permettant normalement la décomposition et la digestion des protéines. Il est supposé la présence d’une substance inconnue agglomérant et retenant ces protéines. À quoi sert cette agglomération et quel produit la provoque ? Les résultats ont été communiqués aux agences italienne et européenne des médicaments en l’attente de leurs réponses. D’autres institutions italiennes ont également été saisies. Avons-nous entendu parler de commissions d’enquêtes parlementaires à propos de ces curieuses compositions concernant des vaccins dont beaucoup sont rendus obligatoires par le vote des mêmes parlementaires ?

La transmission des dossiers d’analyses à diverses agences et institutions italiennes et européennes a provoqué la démission d’un certain nombre de personnes haut placées dans les responsabilités relatives à la santé publique, sur fond de conflits d’intérêts notoires (nous sommes toujours début 2019) mettant en difficulté la ministre italienne de la Santé de l’époque, Giulia Grillo, du parti Cinq Étoiles. La sénatrice Virginia La Mura a demandé la réouverture du dossier de la sécurité des vaccins. L’article comporte un encart d’une page entière intitulé « La saga des obligations vaccinales en Italie » plutôt édifiant ! Tous les partis se trouvent mêlés à des contradictions sur fond de pègre, conflits d’intérêts et manipulations diverses…

Depuis longtemps, en Italie comme en France et ailleurs, les autorités de santé ont prétendu sans relâche que les vaccins sont des produits sûrs. Nous voyons qu’il n’en est rien, nous avons les mêmes en France qu’en Italie. Les mêmes vaccins et les mêmes autorités auto-satisfaites et prétentieuses. Et encore, tout cela semblerait assez relatif car depuis lors, il y a eu le covid… et ses prétendus « vaccins » à ARN messager élaborés et fabriqués en bien moins de temps que tous les produits précédemment cités, et rendus encore plus obligatoires… En fait, il est légitime de se demander si l’on peut faire confiance aux autorités de santé et à ces singuliers vaccins qu’elles nous imposent. Défectueux, dangereux, voire inutiles, ces autorités et ces vaccins ne nous protègent de rien et nous exposent aux pires dangers ! Quand on constate combien de jours une simple piqûre d’abeille démange afin de faire sortir la minuscule quantité de venin introduite, on peut imaginer les longs, laborieux et savants efforts de l’organisme pour éliminer toute une seringue de bouillon nauséabond injecté avec autant de conviction que de constance…

Daniel Pollett

1 https://ripostelaique.com/le-plan-de-controle-des-peuples-par-la-vaccination-annonce-debut-2019.html

2 https://ripostelaique.com/virginie-de-araujo-recchia-garde-a-vue-faute-de-garde-a-vous.html

3 https://resistancerepublicaine.com/2022/03/31/60-heures-de-garde-a-vue-pour-virginie-de-arauho-recchia-etes-vous-patriote/

4 Les fabricants sont nommés dans l’article de Senta Dupuydt, mais non reproduits ici.




La famille Bélier s’invite dans la campagne électorale

Éric Zemmour n’aurait pas entendu « Macron assassin » scandé pendant quelques secondes par un petit groupe de personnes noyées parmi la foule des 100 000 participants à son immense meeting du Trocadéro. Sans doute y a-t-il mis la plus mauvaise volonté, car l’unanimité des médias de la bien-pensance n’a entendu que cela ! La preuve : ils ne parlent que de cela ! C’est bien là un fait indiscutable que l’on ne voit et n’entend que ce que l’on veut… et comme on le veut ! On a déjà vu à ce propos de nombreux sujets, semble-t-il…

Notre Macronescu national a trouvé comme réponse, selon sa pertinence légendaire, que Éric Zemmour devrait savoir que le gouvernement dudit Macronescu a fait voter une loi permettant aux malentendants de se procurer des appareils auditifs intégralement remboursés par la Sécurité sociale. On appréciera là l’humour de cour de récréation pour gamins attardés.

Donc, Éric Zemmour serait sourd, selon Macronescu, ce qui est singulier venant d’un chef d’État qui entend si peu et si mal les malheurs des Français et de la France, dont il est pourtant le principal auteur.

Pourtant, le petit maCrON persiste à vouloir se représenter au suffrage des Français, et sans doute se trouvera-t-il encore des gens pour le lui accorder. Les promesses n’engageant que ceux qui les croient, il peut toujours en faire. Voyez-vous, moi dont la retraite n’a été augmentée que de quelques dixièmes d’euro chaque année depuis longtemps, je voterai cependant pour Éric Zemmour qui n’a pourtant rien promis de très substantiel aux retraités, parce que je considère que l’intérêt commun et l’avenir de mes enfants sont au-dessus de mes soucis individuels (1). Mais revenons-en à Macronescu et à notre Éric Zemmour. Dans le film La famille Bélier, Paula répond au maire en exercice se représentant et se moquant de son père qui est candidat bien que sourd (et alors, les sourds le deviennent souvent dès qu’ils sont élus, lui l’est juste avant !) : « Ils pourront voter pour un sourd, ils ont bien voté pour un con ! »

Nous voilà tout à fait dans l’actualité ! Éric Zemmour, avec son sens opportun de la réplique, a commenté que si le petit maCrON réussissait à rassembler autant de monde que lui à un meeting, il n’entendrait peut-être pas tout. Effectivement, il semble déjà ne rien entendre de la colère qui monte contre lui. Quand il réussit à réunir deux masqués et trois vaccinés dans une pièce minuscule, et qu’eux-mêmes réussissent à bafouiller des questions écrites à l’avance, il est content, le petit maCrON ! Et là, il a tout entendu !

On attend de voir s’il réussirait pareille performance qu’Éric Zemmour au Trocadéro.

Le Covid et la guerre en Ukraine, dont les médias nous rebattent les oreilles à longueur de temps, occultent continuellement la campagne électorale française, privant les Français du nécessaire débat et du bilan de Macronescu. Mais ne croyez pas que Vladimir et le vilain virus se sont alliés pour faire réélire Macronescu : ce sont bien les médias aux ordres qui présentent l’actualité en oubliant sciemment de parler de ces scandales d’État que sont les affaires McKinsey et Alstom, auxquels pourraient s’ajouter, sous réserve de confirmation, d’autres sujets puants tels que le financement étranger de la campagne électorale de Macronescu en 2017 en échange de propos disqualifiant la France et l’Histoire, l’étrangeté du couple Macron et le pourquoi du silence à propos d’un détournement de mineur, la mort suspecte d’Isabelle Ferreira (2) la durée hors normes, voire illégale de la garde à vue de maître Virginie de Araujo-Recchia (3) et j’en passe…

Mais peut-être le petit maCrON va-t-il encore prétendre que nous n’entendons pas ce que nous devrions entendre, c’est-à-dire ce à propos de quoi les médias propagandistes nous abreuvent sans honte et sans vergogne afin que nous pensions bien.

Daniel Pollett

1) N’en déplaise au gros Willy, président de la Fédération des chasseurs !

2) https://ripostelaique.com/etrange-noyade-disabelle-ferreira-allait-elle-devoiler-des-infos-sur-brichel.html

3) https://ripostelaique.com/virginie-de-araujo-recchia-garde-a-vue-faute-de-garde-a-vous.html




Virginie de Araujo-Recchia : Garde à vue faute de garde-à-vous !

Finalement, les fins limiers de la DGSI ont relâché maître Virginie de Araujo-Recchia, après tout de même soixante heures de garde à vue. La meute des journaleux de la bien-pensance n’a donc plus rien à se mettre sous la dent à propos de terrorisme et de cette extrême droite qu’ils agitent telle un épouvantail de plus en plus ridicule.

Déjà ces quelques lignes présentent un constat : l’avocat est confondu avec son client, la police interpelle l’innocent et la presse remplace l’information par la propagande. Bien sûr les moyens multimédias ont été saisis et manquent pour le travail de maître de Araujo-Recchia et celui de son mari, lequel répond fort à propos aux journaleux dans une vidéo*. Notre ami Pierre Cassen sait quel délai indéfini une saisie de matériel peut durer…

Ces mêmes journaleux passent leur temps à nous ressasser les sempiternelles fariboles pour simplets que sont devenus ces titres ronflants et prétentieux qui eurent quelques moments d’une gloire aussi éphémère que relative : l’état de droit, les droits de l’homme, la liberté de la presse, la liberté de penser, de manifester, de s’exprimer, d’écrire, de caricaturer… la présomption d’innocence, le respect de la vie privée, du secret médical et du serment d’Hippocrate, la démocratie, la laïcité, la République et ce qui est censé aller avec, la liberté, l’égalité et la fraternité…

Depuis deux ans que le petit maCrON a instauré une dictature, ces journaleux ne s’en sont même pas aperçus. Ils ont continué leurs bla-bla en invitant une foule de personnages douteux et corrompus, en conflit d’intérêts avec Big Pharma, afin qu’ils vantent les mérites de la dictature sanitaire avec les résultats que l’on connaît. Maintenant ils continuent leur asservissement intéressé en traînant dans la boue un avocat ne faisant que son travail. Son arrestation arbitraire mais heureusement limitée dans le temps est dans la lignée des Gilets jaunes éborgnés par la même engeance de fonctionnaires dont on pourrait penser que tout ce qui les fait bander est d’avoir un pouvoir sur les autres, celui de leur faire du mal. Toutes les dictatures ont leurs zélés serviteurs.

Si tu n’est pas au garde-à-vous devant le dictateur et ses sbires, tu seras placé en garde à vue même si l’on n’a rien à te reprocher, ton nom sera sali au vu de tous par les écrivaillons de pacotille, tes affaires te seront confisquées et ton action professionnelle ou autre sera disqualifiée. Voilà dans quelle singulière démocratie nous vivons, un bon ensemble de raisons, avec bien d’autres, de voter pour Éric Zemmour sans tarder et sans hésiter !

Daniel Pollett

* https://www.youtube.com/watch?v=jcJQcV7r2O4