1

L’avenir de nos enfants : 5e colonne à l’intérieur et barbares dans les faubourgs

Islam - On commence tres jeune a egorgerA ceux qui ne veulent pas évoluer, surtout qu’ils restent chez eux.

Toutes les civilisations ne se valent pas et il faut le crier haut et fort.

Si nous allons chez les autres, nous respectons.

S’ils viennent chez nous les mêmes règles s’appliquent , ça s’appelle réciprocité !

Pour tout séjour en terres de liberté, tous devraient signer l’obligation absolue de respecter nos lois et nos coutumes sous peine d’expulsion pure et simple et immédiate.

Quant aux bobos collabos de toutes sortes, la porte est ouverte pour une destination qui leur apprendra ce que nos ancêtres ont oeuvré à accomplir depuis 2000 ans, la liberté individuelle, le respect de la loi , devant laquelle tout citoyen/ne devrait être égal et le contrat  social, il faut le dire, mis à mal , parce que vendu aux plus branchés des journaleux et des bobos riches et déconnectés et aux plus maffieux de ces étrangers, qui ne font que profiter du système, tout en insultant les institutions.

5e colonne à l’intérieur et les barbares dans les faubourgs. Quel avenir pour nos enfants, que nous avons la naïveté d’élever dans le respect des autres et des institutions !

Bravo à tous ceux qui ont le courage de dire les choses comme elles sont.

Avec la montée des partis nationaux partout en Europe, et les pourfendeurs des attaques contre les libertés les seuls nous nous dirigeons vers un choc des civilisations, que tous les média traitent avec mépris.

N’a-t-on rien appris du 20e siècle, des fascismes mortifères responsables de millions de morts, ni de la barbarie endémique, inchangée, de  deux millénaires de combats et d’asservissements de populations.. (plus de deux millions  d’esclaves blancs, vendus, exploités, torturés dans les pays musulmans)… de ceux-ci on parle très peu et les historiens sont très discrets v’actualité de la barbarie quotidienne rappelle aux lucides ce qui est à venir.

Danièle Ney-Kamp




Merci à Selam Ben Ammar, Sakharov d’aujourd’hui

Mehdi Nemmouche, un terroriste "français". Pour les médias, tout est bon pour salir les Français
Mehdi Nemmouche, un terroriste « français ». Pour les médias, tout est bon pour salir les Français

A Salem Ben Ammar,

Merci au Sakharov d’aujourd’hui, qui fait face à la mort, à chaque fois qu’il dénonce les hypocrisies, et les crimes perpétrés au nom de la religion.

Merci au courage de risquer sa vie à chaque article, chaque apparition en public, ou simplement en sortant dans la rue.

Merci aussi d’avoir accepté cette vie de sièges, d’insécurité permanente au quotidien, cette tension extrême de la chasse à l’homme,  qui pèse sur la vie privée, la famille, la liberté de pensée et d’action, que nous avons pu constater sur les autres héros de l’humanisme, condamnés à mort, poour crime d’humanisme.

Tout est dit, dans cette dénonciation lucide de ces crimes contre l’humanité, illustrés sauvagement dans les faits divers quotidiens, partout dans le monde.

Espérons que les états de droit ne relâcheront pas leur vigilance de protection rapprochée de ces victimes désignées, par la barbarie de leurs congénères.

Danièle Kemp




Je ne suis pas réactionnaire, mais républicaine, et je regrette Sarkozy

http://ripostelaique.com/je-suis-reactionnaire-et-fiere-de-letre.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ripostelaique%2FznSM+%28Riposte+Laique%29

Moi je ne suis pas réactionnaire, mais républicaine au sens français du terme.

Le président Sarkozy n’était pas l’initiateur du remplacement de population.

Vous vous trompez de cible.

Nicolas Sarkozy était et reste un méritocrate, tout comme le préconisait La République, qui au XIXème siècle a accueilli des milliers d’immigrants qui se sont bien intégrés et qui ont réussi.

Le président Sarkozy n’a eu de cesse de renvoyer la bien-pensance dans les ruines qu’elle avait créée elle-même , de l’idée de La Nation, écrasée qu’elle était, du complexe de la pénitence permanente, si bien décrite par Pascal Bruckner.

C’est Nicolas Sarkozy qui a dit, « il faut nettoyer au karcher », ce qui a indigné les bobos, qui, marqués par le catholicisme, tout en en détournant les préceptes, n’ont eu de cesse de le lui reprocher. Ces bobos, moralisateurs, qui avaient et ont encore une incapacité totale, à définir les vrais problèmes des zones de sans-droits, parce qu’ils n’ont jamais à faire face à l’insécurité permanente, au chômage, aux caïds, aux trafics de toutes sortes et à l’absence totale d’avenir dont souffre le reste de la population, des bobos qui sont les tartuffes accomplis de ce siècle.

Le « remplacement  de population » est un concept inique, le contraire de ce que  l’Immigration doit produire, une chance pour ceux qui viennent, d’une vie meilleure,  en s’intégrant dans un système sûr de ses valeurs et qui exige l’intégration  et le respect de ses institutions, de ses valeurs et de sa culture.

Certains des hommes politiques ont été l’incarnation de cette chance donnée à leurs parents et grands-parents. Nicolas Sarkozy en est un.

Danièle Ney-Kemp




Bravo et merci la Légion

Je me joins aux patriotes et je remercie ceux qui risquent leur vie pour leur patrie d’origine ou d’adoption et qui la servent bien, comme l’a fait mon oncle, avec les unités Leclerc, pendant la Seconde Guerre Mondiale.

J’honore ceux qui n’ont pas honte de leurs origines et de leurs valeurs occidentales, et ceux qui les ont rejoints.

Je continue à croire que l’évolution sociale se fait lentement et que nous nous hissons sur les bases que nos prédécesseurs ont posées, et dont les ancêtres se sont battus pendant des siècles pour tenter d’établir une société plus juste et un contrat social.

On dit en anglais:  » We stand on the shoulders of those who came before us! »

Je honnis les tartuffes de tous bords, leurs effets de manche, leur couardise, leurs discours menteurs et leur trahison de toutes les valeurs évoquées plus haut.

Mais ça n’est pas nouveau! Quels sont ceux qui ont trahi la République et se sont portés comme travailleurs volontaires en Allemagne nazie après le pacte inique, de non-aggression, entre papa Staline et papa Hitler?

Quels sont ceux qui au contraire des collaborateurs ont rejoint la France libre? Tous ces jeunes Bretons, et ces autres jeunes gens, trop jeunes pour être intégrés dans l’armée , et que le Général de Gaulle a fait intégrer dans les rangs scouts aux côté des Britanniques, ces jeunes et moins jeunes, de cette France qui n’avait pas capitulé?

Ils venaient de tous les bords, mais souvent de cette droite chétienne que les collaborateurs d’aujourd’hui, les bobos socialos, confits dans leur bonne conscience, leur égoïsme, leur mépris du vrai peuple et leurs innombrables privilèges, tout droit hérités de l’Ancien régime, leurs cumuls de mandats, l’opacité de leurs arrangements financiers, fait ressembler aux politiques du tiers-monde.

L’histoire se répète inlassablement mais est ré-écrite au gré des modes, des préjugés, mais surtout par la main-mise cynique des classe dirigeantes, sur le verbe, les codes, et les dictats de la bien-pensance.

Bravo La Légion!

Merci des risques que vous prenez, des valeurs que vous véhiculez,  et des actions  militaires, qui en dépit du pourrissement des soi-disant élites, permettent quand même à la France de garder son rang.

Danièle Ney-Kemp




Merci, Monsieur Boualem Sansal, vous rejoignez le très petit cercle du courage

http://www.levif.be/info/actualite/international/je-ne-crois-pas-a-la-democratie-dans-le-monde-arabo-musulman/article-4000435439244.htm

Alors que les politiques européens trahissent ou laissent faire, la cinquième colonne  de toutes les lâchetés: les collaborateurs de toutes sortes, les bobos inconscients ou criminels se prosternent devant la barbarie islamiste la plus primitive, la trahison des clercs , des pseudos-intellectuels, qui rejoignent les cohortes de toutes les collaborations sur deux siècles de guerre et d’invasions en Europe, une voix s’élève.

Merci monsieur Boualem Sansal.

Cette voix qui rejoint le cercle très fermé du courage, de la lucidité, de l’intelligence, de la compréhension des horreurs de l’histoire et des fanatismes, cette voix si rare, celle de tous les dissidents des ignominies de tous les fascismes :rouge, noir et maintenant vert, cette voix perdure.

Merci Monsieur, Boualem Sansal.

Vous rejoignez le Cénacle des Justes et des Lucides, forcés de se cacher, de vivre sous protection rapprochée, sous la menace permanente des barbares.

Ce cercle du courage est très petit.

Merci au couple Sakharov, à Ayan Hirsi Ali, à Irshad Manji, à Robert Reddeker, à Sam Raincy,  et à tant d’autres dont nous n’entendons jamais parler , mais qui luttent et meurent tous les jours, dans tous les continents pour leur dignité et leur refus de l’inacceptable.

Danièle Kamp