1

Avec mon gilet jaune, je vais marcher de Saint-Dizier à l’Élysée

Je suis un participant actif du mouvement des Gilets jaunes plus présent sur Bar-Le-Duc. Ce mouvement n’a pas encore eu l’impact nécessaire afin de faire valoriser nos revendications, notamment à cause d’une mobilisation non générale sur le terrain, bien que 77 % de la population nous soutienne.

Maintenant les restrictions en vue de faire disparaître nos rassemblements sont malheureusement mises en place dans un contexte, je dirais dictatorial. Tout sera fait pour nous faire taire. Jamais je n’abandonnerai ce combat, spécialement pour mes enfants et ma patrie, pour les gens que je côtoie qui se sont retrouvés dans la misère, pour les futurs nouveaux pauvres car il y en aura d’autres si on laisse faire.

Je ne lèverai pas les poings, là, mais je ferai cracher mon cœur. C’est pourquoi, mon projet (en toute légalité) est de faire un pèlerinage départ mercredi 9 janvier à 9 heures de Saint-Dizier (52), seul, pour arriver à Paris, plus exactement à l’Élysée et Matignon. Au dos de mon gilet jaune est notifié la phrase « POURQUOI certains ne peuvent que survivre et d’autres ont-ils le droit de très bien vivre, pourquoi ? » Petite phrase que j’afficherai, sachant tout de même qu’il n’y aura aucune réponse ; ce n’est que pour faire passer le message qu’un meilleur pouvoir d’achat aux Français est nécessaire pour un besoin de  »mieux vivre ».

Mon but étant de montrer qu’avec très peu de moyens financiers, et même avec des problèmes de santé, nous pouvons, si nous le voulons et avec de la détermination, bouger nos fesses pour le bien de notre pays et l’avenir de nos enfants.

https://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2019/01/07/bar-le-duc-gilet-jaune-denis-collinet-se-met-en-marche-vers-l-elysee?fbclid=IwAR3FJX2nbCMteljuQmbMH86eFax4YRaYUjnmw1FzIuhxZJVQAxRi5XAcMHk

Denis COLLINET

PS : un rassemblement de GJ doit être prévu à cette occasion sur St-Dizier sur la place de la Mairie




Je ne crois pas une seule seconde que Jean-Pierre Bouyer ait voulu tuer Macron

Selon la DGSI, relayée par l’ensemble de la presse nationale,  des militants d’ultra-droite auraient envisagé de poignarder Emmanuel Macron lors de son passage à Charleville. Le chef du commando de quatre personnes s’appellerait Jean-Pierre Bouyer. Il est présenté comme étant membre de l’association « Les Barjols », présidée par Denis Collinet. L’occasion pour Riposte Laïque de faire le point avec cet homme, rencontré lors de la bataille contre le concert Médine au Bataclan…

Riposte Laïque : Vous êtes le président d’une association appelée les Barjols. Nous avons fait  votre connaissance lors de la bataille contre le concert de Médine au Bataclan.  

https://ripostelaique.com/author/denis-collinet

Or, depuis, vous avez défrayé la chronique, puisqu’un homme présenté comme votre vice-président et ami, Jean-Pierre Bouyer, a été arrêté et emprisonné pour avoir envisagé de tuer le président de la République au couteau. Ces accusations vous paraissent-elles sérieuses ? 

Denis Collinet : Que nenni… Comme je le répète, Jean-Pierre Bouyer est arrivé en Moselle comme il a été prévu, puisque nous devions nous rencontrer pour le mouvement du 17 novembre. C’est par un pur hasard qu’il est arrivé en même temps que Macron, qui faisait sa tournée dans cette région. Nous sommes une famille, nous les patriotes, et nous nous rencontrons assez fréquemment. Nous communiquons, c’est un mode de vie que malheureusement la société d’aujourd’hui a complètement fait disparaître. Mon ami Jean-Pierre avait la tête sur les épaules et, comme moi, espérait beaucoup de ce mouvement prochain. C’était notre but… Le réveil du peuple.

Riposte Laïque : Vous avez été vous-même interrogé durant 8 heures par les policiers. Comment cela s’est-il passé, et êtes-vous inculpé ?

Denis Collinet : J’ai pris la décision de me déplacer de mon plein gré au commissariat le plus proche pour témoigner. Ceci après avoir pris connaissance des faits reprochés à Jean-Pierre et de la propagande pestilentielle de la presse sur la personnalité de mon groupe patriotique et, je le répète, apolitique… Nous n’avons pas à être catalogués de mouvement terroriste ou d’ultra-droite. Cela a duré un moment, bien sûr, car les services compétents pour cet « interrogatoire » devaient faire la route pour venir me rejoindre.

Riposte Laïque : Pensez-vous votre ami capable d’avoir monté un coup pareil ? Ou bien, reprenant un article du Canard Enchaîné de cette semaine, flairez-vous un coup tordu de certains policiers de la DGSI ?

Denis Collinet : Non, impossible. Jean-Pierre n’est ni fou ni inconscient pour commettre un tel acte. Peut être avait-il un couteau, et alors… Dans le monde ou l’on vit actuellement et avec les pressions occasionnées justement à cause de notre désir d’informer, de rassembler… À cause de nos convictions aussi, nous ne sommes pas à l’abri d’une attaque, nous aussi. Ne pensez-vous pas que pour un tel attentat, les auteurs n’auraient pas pensé à se munir d’armes un peu plus sophistiquées… Vouloir tuer le président de la République avec un couteau en céramique, cela ne paraît pas très sérieux. Réfléchissons un peu avant d’avancer de telles accusations…

Il n’était pas suicidaire, car il avait un devoir de s’occuper de sa famille qu’il aime, j’ai pu le constater de moi-même, et n’aurait jamais emmené des amis dans un tel engrenage. L’ultra-droite est un ennemi un peu imaginé par le gouvernement, il se doit de faire porter le chapeau à un éventuel mouvement qui serait craint par les Français… Ils n’ont pas dû en trouver et ont jeté leur dévolu sur les premiers venus, des patriotes… Bien sûr que je pense à une grosse machination et ils ont des moyens aussi pour vous faire avouer n’importe quel délit. Manipulation… Un mot que j’entends fréquemment à notre époque.

Riposte Laïque : Avez-vous des nouvelles de Jean-Pierre Bouyer et des trois autres militants arrêtés et emprisonnés ? Espérez-vous les faire sortir au plus vite ?

Denis Collinet :  Bien sûr, nous ne pouvons avoir de contacts ni d’informations fiables pour l’instant et je le déplore. Pourtant, j’aimerais pouvoir leur apporter une aide, une présence. J’ai créé une collecte pour éventuellement aider pour les frais de justice ou frais matériels, j’attends sa validation… J’attends aussi le résultat de notre mouvement, peut-être que si celui-ci arrive au but tant désiré, il y aurait un espoir pour nos amis… Mais je continuerai à m’insurger contre cette injustice…

Riposte Laïque : L’existence de votre groupe est-elle menacée par cette affaire ? Craignez-vous une dissolution, voire d’autres arrestations ?

Denis Collinet : Faire disparaître des groupes tel que les Barjols, je le craignais depuis déjà longtemps et l’évoquais sur mes vidéos. Nous vivons à présent dans une véritable dictature et inévitablement, tout ce qui est « gênant » pour ces dirigeants doit disparaître… Des arrestations… S’ils considèrent par exemple qu’une phrase comme « nous recherchons de vrais patriotes » est détournée comme « nous recherchons des guerriers ou tueurs  », alors que nous demandons à recruter non pas des « blablateurs sur Facebock » mais des personnes qui veulent se déplacer, se rassembler et lever le poing, alors là oui, ils peuvent m’arrêter. S’ils considèrent également que d’exprimer leur ras-le-bol, les membres sont un danger pour leur petite personne, alors, là aussi, qu’ils arrêtent mes 4 700 membres et les membres d’autres groupes… Là encore, nous pouvons nous poser la question « où en est la liberté d’expression maintenant ? »

Riposte Laïque : Mis à part vous battre pour faire libérer vos camarades, quels sont vos prochains projets militants ?

Denis Collinet : Nous nous focalisons sur le mouvement du 17 novembre, c’est le combat que nous espérions depuis longtemps, ce ras-le-bol des augmentations du prix des carburants n’est que la goutte qui a fait déborder le vase. J’ai pu me rendre compte, lors de mes réunions et rencontres, que le peuple a enfin ouvert les yeux sur l’avenir que nous réserve ce gouvernement. Nous continuerons à nous manifester contre toutes les causes et directives qui deviendront un danger pour nos concitoyens et notre pays.

Propos recueillis par Pierre Cassen




Somain : non aux migrants dans l’hôtel réquisitionné !

Somain : le Fasthôtel est réquisitionné pour accueillir des migrants. 60 migrants pourraient arriver sur place ce lundi 22 octobre sur ordre de la préfecture et cela sans le consentement du maire et des habitants de ce village.

Aujourd’hui, c’est Somain qui subit et doit accepter une politique migratoire imposée, mais demain cela peut se produire et se produira dans votre commune. Patriotes, citoyens nous nous devons d’agir pour faire respecter notre liberté de vouloir ou non ce que l’on nous impose. Aujourd’hui c’est un hôtel, demain pourquoi ne pas nous imposer l’accueil de migrants chez nous ? Nous disons stop à cette dictature qui impose une immigration que nous ne voulons pas. Les Barjols demandent à tous les groupes, citoyens et patriotes de nous rejoindre pour dire non à cette dictature d’ immigration imposée devant le Fasthôtel à Somain le lundi 24 octobre.

Denis Collinet




Après la victoire sur Médine, il faut continuer le combat

Nous avons profité de la conférence de presse du vendredi 21 septembre, à Paris, pour faire plus ample connaissance avec un patriote des plus déterminés, Denis Collinet…

Riposte Laïque : Pouvez-vous d’abord vous présenter à nos lecteurs qui, pour la plupart, ne vous connaissent pas ?

Denis Collinet :  Bonjour Pierre, je suis donc Denis COLLINET, fondateur du groupe « Les Barjols » et président de l’association qui porte le même nom. J’ai 59 ans et je vois mon pays se dégrader lamentablement. Il n’est pas besoin d’avoir un cerveau super-développé  pour analyser et imaginer l’avenir de notre pays. Il suffit de regarder et d’écouter ce qui se passe autour de nous. L’avenir de notre pays, c’est cela qui préoccupe le groupe patriotique et, je le souligne, apolitique, « Les Barjols ».

Beaucoup pensent qu’à notre époque, un pays tel que le nôtre ne peut être détruit. Malheureusement, la pitoyable gestion du pays et le complot pour faire de la France un « atelier de production » qui apportera un énorme profit pour les grands financiers et l’apparition d’un nouveau mode d’esclavage pour les résidents (et donc la majorité de notre peuple), sont programmés et se mettent en place.

J’aime mon pays et je participerai avec mes modestes moyens à le défendre, personnellement mon devoir est de faire le maximum pour que mes enfants et petits-enfants ne soient pas les victimes de la soif destructrice de quelques personnages manipulateurs.

Riposte Laïque : Vous êtes également le fondateur des « Barjols ». Pourquoi ce nom, et quel est l’objectif de votre association ?

Denis Collinet : Lorsque les légionnaires sont arrivés au Mali, les habitants les ont ainsi nommés… C’est un petit clin d’œil aux légionnaires.

Pour le groupe « les Barjols », notre mission est de contribuer à la lutte contre les objectifs déplorables de notre gouvernement, contre la majorité des directives européennes, contre cette immigration qui, pour plusieurs raisons que nous abordons quotidiennement, contribuera, à terme, à devenir « le remplacement » de notre population. Évidemment, nous sommes extrêmement inquiets de la montée fulgurante de l’islam en France, soutenue par les mêmes personnages nommés précédemment.

L’association, quant à elle, a pour but de promouvoir toute action qui contribue au bien des individus et des familles et de défendre leurs intérêts. C’est la définition plus « sobre » de notre mission.

Riposte Laïque : Et concrètement, sur le terrain, comment cela se passe-t-il ?

Denis Collinet : Il est vrai, malgré nos modestes finances, que j’essaie de travailler un maximum sur le terrain et de rencontrer les membres des Barjols pour leur présenter nos projets et surtout pour les écouter. Nous ne sommes pas qu’un groupe patriotique, nous devenons une famille patriotique et c’est là le but… être solidaires, unis pour un même combat… Nous organisons des réunions, rassemblements, le résultat est là, nous formons progressivement cette famille de « résistants » contre ce fléau actuel.

Riposte Laïque : Vous avez annoncé, ces jours derniers, que vous alliez venir à pied jusqu’à Paris, faisant 40 km par jour pour vous opposer au concert de Médine. Qu’est-ce qui vous a donné cette idée ?

Denis Collinet : Tout le monde ne va pas sur Internet et les informations, nous le savons, sont restreintes dans les médias. Nous ne pouvions rester inactifs devant cette provocation de programmer un concert du rappeur Médine au Bataclan. Après l’attentat du 13 novembre 2015, il était inadmissible qu’un personnage prônant les intérêts de l’islam et défiant les  »mécréants » se produise dans cet établissement, c’était une insulte aux victimes et un affront pour notre pays. Nous avions donc décidé cette démarche pour avertir la population. C’était notre participation au combat de Patrick Jardin et un hommage aux victimes.

Riposte Laïque : Vous étiez à la conférence de presse, ce vendredi 21 septembre, quand Patrick Jardin a annoncé que le concert de Médine était annulé. Quelle a été votre réaction ?

Denis Collinet : Bien sûr que cette annonce m’a ravi car je pensais à Patrick, aux parents des victimes, c’est un soulagement pour eux que ce concert soit annulé… C’est une victoire… Mais le combat continue, nous ne pouvons accepter cette islamisation en France… La France a sa culture et ses traditions que nous devons protéger pour nous et les générations futures. Il serait temps que les Français retrouvent un pays sain et qu’ils puissent vivre dans la sécurité, avec notre culture protégée.

Riposte Laïque : Avez-vous des projets pour les prochaines semaines ?

Denis Collinet : Comme je l’ai dit précédemment, l’annulation du concert est une victoire, mais le mal est toujours présent, c’est l’islam présent sur notre territoire. J’ai pu me concerter avec quelques-uns des membres des Barjols le lendemain de la conférence à l’occasion d’une réunion sur Nantes et demander leur avis. 100 % des réponses étaient favorables à la continuité du mouvement. Nous continuerons donc ce combat dans les prochains jours si les groupes et personnes qui adhéraient à l’action de Patrick Jardin considèrent, comme nous, que le combat doit continuer. Nous proposons de ne pas annuler cette marche et de continuer à alerter sur les dangers de cette montée de l’islam. Nous proposons un mouvement sur 24 jours commençant par un rassemblement le samedi 20 octobre et un dépôt de gerbe devant le Bataclan par les responsables de groupe qui participeront à cette opération, un recueillement les samedis suivants par quelques patriotes et une veillée le 13 novembre pour un hommage à nos disparus. Nous devons prévenir et dénoncer les dangers de l’islam sur cet endroit de culte. C’est maintenant qu’il faut lancer ce mouvement faisant suite directement à l’action de Patrick. C’est là que les groupes réunis doivent se manifester.

Nous ne devons pas relâcher, j’attends une réponse positive concernant ce possible grand mouvement des patriotes, il faut battre le fer quand il est chaud…

Je compte aussi sur RL pour diffuser ce message aux personnes concernées, merci Pierre et à bientôt…

Propos recueillis par Pierre Cassen




Le groupe Les Barjols partira à pied d’Alençon et sera devant le Bataclan : Médine, c’est non !

Si les autorités compétentes persistent à ne pas vouloir annuler le concert de Médine au Bataclan, j’envisage, dans une démarche de médiatisation, de me rendre à Paris à pied. Accompagné de Christophe, secrétaire de l’association « les Barjols », et de quatre autres Barjols, nous partirons le lendemain, lundi, du rassemblement Grand Ouest, à raison de 40 km/jour, pour arriver le vendredi 19 octobre au Bataclan. Nous préviendrons les quotidiens du Nord-Est, région de domiciliation de l’assoce, et ceux du Nord-Ouest, région de départ de notre expédition, nous verrons s’ils publieront.

Nous informerons les populations des villes et des villages traversés en distribuant des tracts. Nous n’avons peut-être pas la condition physique suffisante mais notre rage et notre détermination pour contrer cette provocation envers le peuple de France nous donneront, j’espère, la force nécessaire pour arriver au bout de cette entreprise. Il va sans dire que nous aurons peut-être des difficultés, il n’y aura pas que des gens solidaires avec notre projet, nous comptons sur vous pour un soutien, en informant vos proches et en vous rendant à Paris pour ce rassemblement aux côtés de nos concitoyens présents ce jour-là. Un coup de pouce financier serait aussi le bienvenu pour financer l’impression des tracts.

Retrouvons notre honneur et battons-nous en mémoire de ceux qui ont été assassinés lors des attentats perpétrés sur le sol de notre pays, combattons pour préserver ceux que l’on aime, nos enfants et notre pays.

Denis Collinet

LETTRE AUX PREFETS

A l’attention de Mesdames les Préfètes et Monsieur le Préfet :

 

                                                                                              CASTELNOT Chantal, Préfète de l’Orne 

                                                                                              BROCAS Sophie, Préfète de l’Eure et Loir

                                                                                              BROT Jean-Jacques, Préfet des Yvelines

Mesdames les Préfètes et Monsieur le Préfet,

Le 13 novembre 2015, une série d’attentats islamistes causait, dans différents points de Paris, la mort de 130 personnes, dont 89 d’entre elles seront exécutées, de manière barbare, au Bataclan. Des centaines d’autres resteront handicapées, et traumatisées à vie.

Presque trois ans plus tard, cette salle de spectacle, qui appartient au Groupe Lagardère, dont le Qatar est à présent le principal actionnaire, a osé proposer au rappeur islamiste Médine d’y tenir un spectacle, les 19 et 20 octobre prochains. Ce « chanteur » n’hésite pas à prôner ouvertement, sur des photos, le djihad, avec un sabre, appelle dans ses chansons, à crucifier les laïcards, se vante de « fêter les émeutes comme tu fêtes la Toussaint », avec des paroles ouvertement racistes et haineuses.

Cette insulte à la mémoire des victimes, à la souffrance de leur famille, cette provocation malsaine à l’encontre de la France et de ses morts innocents, ne paraît pas émouvoir notre gouvernement. Pourquoi pas des concerts de Médine à Nice, à l’Eglise de Saint-Etienne du Rouvray, à Magnanville, et partout où les coreligionnaires de Médine ont tué ? Qui pourrait accepter que des adeptes de l’idéologie d’Adolf Hitler osent monter un spectacle à Oradour-sur-Glane ?

Les Français, durement touchés dans leur chair par une série d’attentats sanglants, et par de multiples agressions au camion, à la voiture, au couteau ou à la kalachnikov, ne peuvent accepter ce nouveau défi des islamistes, qui, à cette occasion, testent les capacités de résistance de notre nation.

Je suis le fondateur d’un groupe patriotique et président de l’association « Les Barjols » qui a pour but de promouvoir toute action qui contribue au bien des individus et des familles et de défendre des intérêts matériels et moraux.

Si les autorités compétentes persistent à ne pas vouloir annuler le concert de Médine au Bataclan, j’envisage, dans une démarche de médiatisation, de me rendre à Paris à pied, accompagné de 3 autres marcheurs et d’une équipe pour la sécurité, à raison d’une moyenne de 40 kms/jour, pour arriver le vendredi 19 octobre au Bataclan.  Nous informerons les populations des villes et des villages traversés en distribuant des tracts.

Notre parcours sera le suivant :

LUNDI 15/10/2018 Alençon 61000 – Montagne au Perche 61400 = 40,5 kms
MARDI 16 Montagne au Perche 61400 – La Mancelières 28270 = 40,2 kms
MERCREDI 17 La Mancelières 28270 – Broué 28410 = 45,1 kms
JEUDI 18 Broué 28410 – Trappes 78190 = 39 kms
VENDREDI 19 Trappes 78190 – Paris 75011 = 32 kms, dont une partie de traversée des quartiers dits  »sensibles » essentiellement en passagers véhiculés, Nous ne sommes pas des provocateurs…..

Aussi, vous savez que cet événement ne peut se faire avec un risque zéro. Malheureusement, des personnes n’ayant pas les mêmes convictions que nous autres pourraient porter préjudice à notre opération. Il est donc certain que nous comptons sur la coopération de vos services de police pour assurer l’une de leurs fonctions principales ; l’assistance à des personnes en danger.

Nous comptons sur votre compréhension et nous vous prions, Mesdames les Préfètes et Monsieur le Préfet, de bien vouloir agréer nos salutations distinguées.

Denis Collinet